playlist, musique, années 80


Les eighties en musique, il n'y a rien mieux (enfin, à égalité avec les films bien sûr). En ce moment, je n'écoute que ces 5 chansons-là et quand je dis que je n’écoute que ça, c'est vraiment le cas, je n'écoute rien d'autres. Qui plus est, je trouve qu'elles donnent la pêche, parfait pour se mettre de bonne humeur le matin. A écouter et à apprécier ! 







Et vous, quelles sont vos chansons du moment ?




the eighties are my drug • musical playlist #4

20 sept. 2016

playlist, musique, années 80


Les eighties en musique, il n'y a rien mieux (enfin, à égalité avec les films bien sûr). En ce moment, je n'écoute que ces 5 chansons-là et quand je dis que je n’écoute que ça, c'est vraiment le cas, je n'écoute rien d'autres. Qui plus est, je trouve qu'elles donnent la pêche, parfait pour se mettre de bonne humeur le matin. A écouter et à apprécier ! 







Et vous, quelles sont vos chansons du moment ?




weird science 1985




L'HISTOIRE
Une Créature de Rêve ou Weird Science en V.O est un teen-movie de science fiction humoristique réalisé par John Hughes en 1985. On y suit Gary Wallace et Wyatt Donnelly, deux adolescents mal-aimés qui sont rejetés dans leur lycée. Un soir, alors qu'ils regardent le film Frankestein, Gary a l'idée de créer une femme virtuelle parfaite à l'aide du super ordinateur sophistiqué de Wyatt et d'une poupée Barbie. A cause d'une surcharge électrique, la femme prend finalement vie. Les deux garçons la prénomme Lisa. Lisa est pourvu de super-pouvoirs et va s'en servir pour embarquer les garçons dans de folles péripéties.


CE QUE J'EN AI PENSÉ
Alors, ce qui va suivre va surement vous paraître bizarre et contradictoire, car bien que j'ai apprécié ce film, je trouve qu'il n'est pas vraiment à la hauteur des autres films de Hughes - il n'est clairement pas dans la même lancé que The Breakfast Club. En bref, le fait est que le film en lui-même est bien mais en tant que film de John Hughes, on pourrait s'attendre à bien mieux, notamment en ce qui concerne le développement et la complexité des personnages. John Hughes qui habituellement casse les clichés sur les ados, ici, il n'en est rien et le film finit donc par manquer de profondeur. Pourtant, on comprend plutôt vite qu'avec ce film, John Hughes a peut-être voulu faire quelque chose de plus loufoque, léger et divertissant.

Weird Science 1985 gif


On retrouve Micheal Anthony Hall que j'avais adoré dans The Breakfast Club en tant que Brian mais que je n'avais pas vraiment adoré dans Sixteen Candles en tant que Ted le Fermier. Dans Weird Science, il interprète Gary, un ado marginal obsédé sur les bords. Je trouve qu'il s'en sort vraiment bien dans ce rôle toute en extravagance, ça change de son interprétation dans The Breakfast Club. Le personnage de Wyatt, incarné par Ilan Mitchell-Smith qui a depuis quitté le monde du cinéma, est moins extravagant que Gary et plus sensible. Je dirais qu'il y a peut-être plus de recherches dans ce personnage peu sûr de lui qui a peur de s’opposer à son bully de frère qui ne cesse de le tourmenter.
Cela dit, les deux incarnent un bon duo qui aurait été intéressant de voir dans d'autres films - comme The Two Coreys. Le personnage de Lisa, incarnée par la mannequin/actrice Kelly LeBrock, est intéressant, on pourrait penser au début qu'elle ne va servir qu'à assouvir les besoins sexuels des deux adolescents - rendant tous ceci très sexiste -  mais il n'en est rien, elle va les pousser à s'assumer et à avoir confiance en eux - mais ça reste quand même très sexiste par moment.


❝ - Gary?... By the way, why are wearing bras on our heads? 
- Ceremonial.


L'histoire n'est pas très recherchée mais offres des scènes vraiment comiques et déjantées devenues cultes. La fin du film donne un semblant de "morale" - s'assumer et avoir confiance en soi - mais je trouve que ça marche moins bien comparé aux autres films de Hughes. Un point qui me gène et me dérange un peu pour un film de John Hughes, c'est les nombreuses références sur le sexe, les allusions de relations sexuelles entre Lisa et les protagonistes alors que Gary et Wyatt ont 15 ans et Lisa est censé en avoir 23 - pas très moral tout ça. On n'a pas du tout la même sensibilité que dans The Breakfast Club, Pretty in Pink ou même Ferris Bueller's Day Off mais bizarrement, ça n’empêche pas de s'attacher à ces drôles de personnages.


Weird Science 1985 gif


Si vous êtes du début de la génération Y, vous connaissez sans doute la série des années 90, Code Lisa qui est tiré du film. On peut d'ailleurs dire que la série à surpassé le film car elle a plutôt bien marché avec ses cinq saisons. Je n'ai jamais regardé cette série car elle a été diffusé à partir de 1995 en France - mon année de naissance donc - mais ma grande sœur était à fond, elle trouvait la série géniale et vraiment originale pour l'époque et les acteurs étaient, selon elle, supers - d'ailleurs, les producteurs les ont bien choisi car physiquement, ils ressemblent un peu à Anthony Michael Hall et Ilan Mitchell-Smith. D'ailleurs, ce n'est pas le premier teen-movie des années 80 à être plus tard adapté en série télévisée mais ça, je vous en reparlerais dans un futur article Jules Rewinds

Au final, Weird Science, malgré les critiques mitigés qu'il a pu recevoir, est quand même devenu un film culte. Cependant, ce film est une petite déception  pour moi et je trouve qu'il n'est pas indispensable à votre culture cinéphile, mais ça reste un film drôle avec des personnages complètement déjantés. Bref, un film qui reste tout de même agréable à regarder un dimanche après-midi. 




BACK TO THE EIGHTIES • Weird Science (1985).

8 sept. 2016

weird science 1985




L'HISTOIRE
Une Créature de Rêve ou Weird Science en V.O est un teen-movie de science fiction humoristique réalisé par John Hughes en 1985. On y suit Gary Wallace et Wyatt Donnelly, deux adolescents mal-aimés qui sont rejetés dans leur lycée. Un soir, alors qu'ils regardent le film Frankestein, Gary a l'idée de créer une femme virtuelle parfaite à l'aide du super ordinateur sophistiqué de Wyatt et d'une poupée Barbie. A cause d'une surcharge électrique, la femme prend finalement vie. Les deux garçons la prénomme Lisa. Lisa est pourvu de super-pouvoirs et va s'en servir pour embarquer les garçons dans de folles péripéties.


CE QUE J'EN AI PENSÉ
Alors, ce qui va suivre va surement vous paraître bizarre et contradictoire, car bien que j'ai apprécié ce film, je trouve qu'il n'est pas vraiment à la hauteur des autres films de Hughes - il n'est clairement pas dans la même lancé que The Breakfast Club. En bref, le fait est que le film en lui-même est bien mais en tant que film de John Hughes, on pourrait s'attendre à bien mieux, notamment en ce qui concerne le développement et la complexité des personnages. John Hughes qui habituellement casse les clichés sur les ados, ici, il n'en est rien et le film finit donc par manquer de profondeur. Pourtant, on comprend plutôt vite qu'avec ce film, John Hughes a peut-être voulu faire quelque chose de plus loufoque, léger et divertissant.

Weird Science 1985 gif


On retrouve Micheal Anthony Hall que j'avais adoré dans The Breakfast Club en tant que Brian mais que je n'avais pas vraiment adoré dans Sixteen Candles en tant que Ted le Fermier. Dans Weird Science, il interprète Gary, un ado marginal obsédé sur les bords. Je trouve qu'il s'en sort vraiment bien dans ce rôle toute en extravagance, ça change de son interprétation dans The Breakfast Club. Le personnage de Wyatt, incarné par Ilan Mitchell-Smith qui a depuis quitté le monde du cinéma, est moins extravagant que Gary et plus sensible. Je dirais qu'il y a peut-être plus de recherches dans ce personnage peu sûr de lui qui a peur de s’opposer à son bully de frère qui ne cesse de le tourmenter.
Cela dit, les deux incarnent un bon duo qui aurait été intéressant de voir dans d'autres films - comme The Two Coreys. Le personnage de Lisa, incarnée par la mannequin/actrice Kelly LeBrock, est intéressant, on pourrait penser au début qu'elle ne va servir qu'à assouvir les besoins sexuels des deux adolescents - rendant tous ceci très sexiste -  mais il n'en est rien, elle va les pousser à s'assumer et à avoir confiance en eux - mais ça reste quand même très sexiste par moment.


❝ - Gary?... By the way, why are wearing bras on our heads? 
- Ceremonial.


L'histoire n'est pas très recherchée mais offres des scènes vraiment comiques et déjantées devenues cultes. La fin du film donne un semblant de "morale" - s'assumer et avoir confiance en soi - mais je trouve que ça marche moins bien comparé aux autres films de Hughes. Un point qui me gène et me dérange un peu pour un film de John Hughes, c'est les nombreuses références sur le sexe, les allusions de relations sexuelles entre Lisa et les protagonistes alors que Gary et Wyatt ont 15 ans et Lisa est censé en avoir 23 - pas très moral tout ça. On n'a pas du tout la même sensibilité que dans The Breakfast Club, Pretty in Pink ou même Ferris Bueller's Day Off mais bizarrement, ça n’empêche pas de s'attacher à ces drôles de personnages.


Weird Science 1985 gif


Si vous êtes du début de la génération Y, vous connaissez sans doute la série des années 90, Code Lisa qui est tiré du film. On peut d'ailleurs dire que la série à surpassé le film car elle a plutôt bien marché avec ses cinq saisons. Je n'ai jamais regardé cette série car elle a été diffusé à partir de 1995 en France - mon année de naissance donc - mais ma grande sœur était à fond, elle trouvait la série géniale et vraiment originale pour l'époque et les acteurs étaient, selon elle, supers - d'ailleurs, les producteurs les ont bien choisi car physiquement, ils ressemblent un peu à Anthony Michael Hall et Ilan Mitchell-Smith. D'ailleurs, ce n'est pas le premier teen-movie des années 80 à être plus tard adapté en série télévisée mais ça, je vous en reparlerais dans un futur article Jules Rewinds

Au final, Weird Science, malgré les critiques mitigés qu'il a pu recevoir, est quand même devenu un film culte. Cependant, ce film est une petite déception  pour moi et je trouve qu'il n'est pas indispensable à votre culture cinéphile, mais ça reste un film drôle avec des personnages complètement déjantés. Bref, un film qui reste tout de même agréable à regarder un dimanche après-midi. 




© Le Rewind Club. Design by Fearne.