The Mighty est un film que j'adorais regarder quand j'étais enfant, un film triste mais vraiment beau et je me suis dit que j'allais partager ce film avec vous car j'ai l'impression que ce n'est pas un film vraiment connu du public. Tiré du roman Freak the Mighty de Rodman Philbrick, The Mighty ou Les Puissants en VF, réalisé en 1998 par Peter Chelsom (à qui on doit Hannah Montana, le film...), raconte l'histoire de Max, un garçon de 15 ans un peu costaud et qui est dyslexique. Ayant triplé sa cinquième, on lui assigne un tuteur en la personne de Kevin Dillion, 13 ans et atteint de la maladie de Morquio qui cause, entre autres, des déformations squelettiques. Ces deux jeunes, considéré comme des misfits dans leur école, vont vite se lier d'amitié.


Deux jeunes garçons que tout opposent
Le point fort de ce long-métrage, ce sont les deux personnages principaux qui sont vraiment attachants et chacun a une personnalité contrasté: Kevin, interprété par Kieran Culkin, est un petit surdoué handicapé, il doit marcher avec des béquilles mais il ne laisse pourtant pas marcher sur les pieds et n'a pas peur d'affronter les brutes de son école tandis que Max, interprété par Elden Henson, qui est grand et costaud, n'est pas bon à l'école à cause de sa dyslexie et il est très renfermé sur lui-même, ce qui fait que ces deux personnes se complètent très bien. Les deux acteurs, à l'époque âgé respectivement de 15 et 21 ans forment un bon duo à l'écran. J'ai trouvé le personnage de Max vraiment intéressant et touchant. Très timide et réservé, on sent un mal-être chez ce garçon dont le père a assassiné la mère sous ses yeux et il y a une peur chez lui, la peur de ressembler à son père. Quant à Kevin, j'ai beaucoup aimé son coté aventureux et malicieux, lui qui se considère comme un chevalier, tout comme ceux du mythe du Roi Arthur. C'est un personnage plein d'esprit et qui a toujours le mot pour rire. Il ne laisse pas sa maladie prendre le dessus sur sa vie, ce qui fait de lui un personnage vraiment courageux.

❝Think of it as a business partnership: you need brains, and I need legs - and the Wizard of Oz doesn't live in South Cincinnati.❞ -- Kevin

Dans les rôles secondaires, il y a Sharon Stone qui interprète la mère de Kevin, Harry Dean Stanton et Gena Rowlands interprètent les grands-parents de Max et Gillian Anderson interprète Loretta, une vielle amie du père de Max. D'ailleurs, avec le personnage de Loretta, Gillian Anderson s’éloigne totalement de son personnage iconique de Scully dans X-Files et même si on ne voit pas beaucoup son personnage dans le film, je salue sa performance.



Coming-of-age story et chevalerie
The Mighty répond aux codes du coming-of-age story. Bien que Kevin n'évolue pas vraiment au fil de l'histoire, c'est sa présence auprès de Max qui va aider ce dernier à sortir de sa coquille et on voit en Kevin une sorte de mentor, un peu à l'image de Merlin, il guide Max à devenir lui-même et à s'assumer. Tout au long de films, Max va entraîner Max dans des quêtes dignes des chevaliers et vont, par exemple, récupérer un sac jeté dans une bouche d'égout après qu'il ait été volé ou défendre une femme se faisait maltraiter par un homme. D'ailleurs, j'ai apprécié que la musique soit en accord avec le coté chevalier et l'OST à un coté musique celtique que j'aime beaucoup.

Alors on regarde ou pas?
Ce film est très touchant et il faudrait un cœur de pierre pour ne pas verser une larme en le regardant. C'est un film simple et sans prétention, l'histoire n'est pas extraordinaire mais Kevin et Max sont des personnages attachants et on passe un bon moment avec eux. Ce n'est pas un film très joyeux mais il dépeint que tout ne finit pas par un happy ending mais également que de bonnes choses peuvent s’écouler de mauvaises situations.


The Mighty, une belle histoire d'amitié et d'acceptation de soi.

4 déc. 2018


The Mighty est un film que j'adorais regarder quand j'étais enfant, un film triste mais vraiment beau et je me suis dit que j'allais partager ce film avec vous car j'ai l'impression que ce n'est pas un film vraiment connu du public. Tiré du roman Freak the Mighty de Rodman Philbrick, The Mighty ou Les Puissants en VF, réalisé en 1998 par Peter Chelsom (à qui on doit Hannah Montana, le film...), raconte l'histoire de Max, un garçon de 15 ans un peu costaud et qui est dyslexique. Ayant triplé sa cinquième, on lui assigne un tuteur en la personne de Kevin Dillion, 13 ans et atteint de la maladie de Morquio qui cause, entre autres, des déformations squelettiques. Ces deux jeunes, considéré comme des misfits dans leur école, vont vite se lier d'amitié.


Deux jeunes garçons que tout opposent
Le point fort de ce long-métrage, ce sont les deux personnages principaux qui sont vraiment attachants et chacun a une personnalité contrasté: Kevin, interprété par Kieran Culkin, est un petit surdoué handicapé, il doit marcher avec des béquilles mais il ne laisse pourtant pas marcher sur les pieds et n'a pas peur d'affronter les brutes de son école tandis que Max, interprété par Elden Henson, qui est grand et costaud, n'est pas bon à l'école à cause de sa dyslexie et il est très renfermé sur lui-même, ce qui fait que ces deux personnes se complètent très bien. Les deux acteurs, à l'époque âgé respectivement de 15 et 21 ans forment un bon duo à l'écran. J'ai trouvé le personnage de Max vraiment intéressant et touchant. Très timide et réservé, on sent un mal-être chez ce garçon dont le père a assassiné la mère sous ses yeux et il y a une peur chez lui, la peur de ressembler à son père. Quant à Kevin, j'ai beaucoup aimé son coté aventureux et malicieux, lui qui se considère comme un chevalier, tout comme ceux du mythe du Roi Arthur. C'est un personnage plein d'esprit et qui a toujours le mot pour rire. Il ne laisse pas sa maladie prendre le dessus sur sa vie, ce qui fait de lui un personnage vraiment courageux.

❝Think of it as a business partnership: you need brains, and I need legs - and the Wizard of Oz doesn't live in South Cincinnati.❞ -- Kevin

Dans les rôles secondaires, il y a Sharon Stone qui interprète la mère de Kevin, Harry Dean Stanton et Gena Rowlands interprètent les grands-parents de Max et Gillian Anderson interprète Loretta, une vielle amie du père de Max. D'ailleurs, avec le personnage de Loretta, Gillian Anderson s’éloigne totalement de son personnage iconique de Scully dans X-Files et même si on ne voit pas beaucoup son personnage dans le film, je salue sa performance.



Coming-of-age story et chevalerie
The Mighty répond aux codes du coming-of-age story. Bien que Kevin n'évolue pas vraiment au fil de l'histoire, c'est sa présence auprès de Max qui va aider ce dernier à sortir de sa coquille et on voit en Kevin une sorte de mentor, un peu à l'image de Merlin, il guide Max à devenir lui-même et à s'assumer. Tout au long de films, Max va entraîner Max dans des quêtes dignes des chevaliers et vont, par exemple, récupérer un sac jeté dans une bouche d'égout après qu'il ait été volé ou défendre une femme se faisait maltraiter par un homme. D'ailleurs, j'ai apprécié que la musique soit en accord avec le coté chevalier et l'OST à un coté musique celtique que j'aime beaucoup.

Alors on regarde ou pas?
Ce film est très touchant et il faudrait un cœur de pierre pour ne pas verser une larme en le regardant. C'est un film simple et sans prétention, l'histoire n'est pas extraordinaire mais Kevin et Max sont des personnages attachants et on passe un bon moment avec eux. Ce n'est pas un film très joyeux mais il dépeint que tout ne finit pas par un happy ending mais également que de bonnes choses peuvent s’écouler de mauvaises situations.


Time Freak Asa Butterfield Sophie Turner

Voyager dans le temps est un thème souvent exploite dans la pop culture et rime souvent avec film de science-fiction mais avec Time Freak, on se situe plus dans la comédie romantique (ou plutôt film romantique tant le film manque vraiment d'une touche comique). Je me souviens il y a quelques mois être tomber sur la bande annonce de ce film et je me suis dit que ça allait être médiocre et quand je l'ai trouvé par hasard disponible sur un site de streaming, je me suis dit que ça serait l’occasion de voir si cette première impression était la bonne...

Time Freak est un long-métrage d'Andrew Bowler qui est basé sur son propre court-métrage intitulé également Time Freak (réalisé en 2011). Je n'ai vu que le trailer de ce court-métrage et j'ai l'impression que le court-métrage est meilleur que le film mais ça, je ne peux pas vraiment vous le confirmer (d'ailleurs, le court-métrage avait été nominé aux Oscar pour le meilleur court métrage de fiction en 2012). Time Freak raconte l'histoire de Stillman, étudiant en physique – Asa Butterfield – qui vient de se faire larguer par sa copine Debbie – Sophie Turner – et décide donc de créer une machine a voyager dans le temps pour empêcher leur relation de dérailler. Il sera accompagné par son meilleur ami Evan – Skyler Gisondo – dans cette aventure.


Des acteurs pas à la hauteur des personnages ?
Premier hic avec ce long-métrage commence avec le casting, notamment Asa Butterfield. Butterfield est loin d'être un mauvais acteur mais ici, je trouve que le rôle ne lui correspond pas et malheureusement, ceci est dû à son apparence. Stillman est étudiant et durant le film, on le verra même dans la vingtaine et Asa a beau avoir 20 ans, il a toujours la bouille d'un gamin de 16 ans et j'avais dû mal à croire que son personnage était un adulte et au final, il reste peu crédible dans ce rôle. Il en est de même pour Skyler Gisondo (plus récemment vu dans Santa Clarita Diet) qui a lui aussi une apparence juvénile malgré 22 ans, cependant son personnage se révèle être davantage attachant que celui de Butterfield et Evan est le personnage qui apporte la touche (plus que minime) d'humour. Seule Sophie Turner reste plus ou moins convaincante dans son personnage même si sa performance peine parfois à convaincre. 

Le voyage dans le temps dans Time Freak: mal exécuté ?
Si vous me connaissez un tant soi peu, vous savez que le thème du voyage dans le temps me fascine (je suis même en train d'écrire un mini essai dessus) et dans Time Freak, j'ai l'impression que le thème n'est pas assez abouti et que tout a été facilité pour ne pas s’embêter avec les conséquences et les paradoxes. Dans le film, la machine à voyager dans temps inventé par Stillman permet à la conscience de revenir dans le corps d'origine mais dans le passé, donc seule leur conscience voyage dans le passé tandis que leur corps reste statique dans le présent. Ce procédé évite ainsi les difficultés et empêche donc Stillman et Evan de croiser leur soi passé. Il y a une autre facilité dans le film avec Stillman qui réussi a sauver sa relation avec Debbie: il revient donc dans le présent et découvre que sa machine à voyager dans le temps n'existe plus vu qu'il n'a eu aucune raison de voyager dans le passé pour sauver sa relation puisque Debbie n'a jamais rompu avec lui. Nous avons donc un paradoxe du grand-père: dans cette nouvelle temporalité, Stillman est toujours en couple avec Debbie et sa machine n’existe plus, pourtant, c'est bien grâce à cette machine qu'il a pu sauver son couple et si cette machine n'a jamais existé, il ne peut donc logiquement pas être de nouveau en couple avec Debbie. Le voyage dans le temps est un procédé parfois ardu à comprendre et à gérer et c'est pour cela qu'il faut faire attention quand on se lance dans la réalisation d'un film avec le procédé du voyage dans le temps.

Au niveau de l'histoire en elle-même, c'est loin d'être divertissant. Les personnages ne sont pas attachants (mis à part Evan), il n'y aucune alchimie entre Asa Butterfiled et Sophie Turner et en tout honnêteté, Time Freak est plutôt barbant. Ça manque d'humour et de profondeur et même de légèreté et la seule raison pour laquelle je l'ai regardé en entier, c'était justement pour voir si ça allait coincer au niveau des techniques du voyage dans le temps. Un élément reste tout de même assez intéressant dans ce film et c'est le fait qu'au bout d'un moment, Stillman devient dépendant de son invention (oui, car entre temps, il a reconstruit une machine à voyager dans le temps, on se demande où il trouve les fonds pour la construire) et commence à l'utiliser pour la moindre petite chose et de ce fait, sa vie est parfaite mais son couple n'est pas forcement heureux pour autant et j'aurais bien voulu que cet élément de l'histoire soit davantage exploiter. 


Alors, on regarde ou pas ?
Si vous voulez une comédie romantique avec de l'humour, de l'amour, des personnages drôles et attachants et du voyage dans le temps, regarder plutôt About Time de Richard Curtis. Time Freak ne vaut pas 1h45 de votre vie, surtout avec la fin précipitée que le long-métrage offre... Après, je reconnais avoir été exigeante avec ce film car, selon moi, quand on fait un film avec le procédé du voyage dans le temps, il faut que ça soit maîtrisé de A à Z. Bien que le procédé dans About Time soit plutôt simple et pas vraiment recherché, le tout tient la route et le fait que l’histoire d'amour soit belle fait que l'on reste captivé par le film. En soit, Time Freak aurait pu être sauver si l’histoire d'amour en valait la peine et ici, ce n'est pas le cas.



Time Freak, ou comment sauver sa relation en voyageant dans le passé.

27 nov. 2018

Time Freak Asa Butterfield Sophie Turner

Voyager dans le temps est un thème souvent exploite dans la pop culture et rime souvent avec film de science-fiction mais avec Time Freak, on se situe plus dans la comédie romantique (ou plutôt film romantique tant le film manque vraiment d'une touche comique). Je me souviens il y a quelques mois être tomber sur la bande annonce de ce film et je me suis dit que ça allait être médiocre et quand je l'ai trouvé par hasard disponible sur un site de streaming, je me suis dit que ça serait l’occasion de voir si cette première impression était la bonne...

Time Freak est un long-métrage d'Andrew Bowler qui est basé sur son propre court-métrage intitulé également Time Freak (réalisé en 2011). Je n'ai vu que le trailer de ce court-métrage et j'ai l'impression que le court-métrage est meilleur que le film mais ça, je ne peux pas vraiment vous le confirmer (d'ailleurs, le court-métrage avait été nominé aux Oscar pour le meilleur court métrage de fiction en 2012). Time Freak raconte l'histoire de Stillman, étudiant en physique – Asa Butterfield – qui vient de se faire larguer par sa copine Debbie – Sophie Turner – et décide donc de créer une machine a voyager dans le temps pour empêcher leur relation de dérailler. Il sera accompagné par son meilleur ami Evan – Skyler Gisondo – dans cette aventure.


Des acteurs pas à la hauteur des personnages ?
Premier hic avec ce long-métrage commence avec le casting, notamment Asa Butterfield. Butterfield est loin d'être un mauvais acteur mais ici, je trouve que le rôle ne lui correspond pas et malheureusement, ceci est dû à son apparence. Stillman est étudiant et durant le film, on le verra même dans la vingtaine et Asa a beau avoir 20 ans, il a toujours la bouille d'un gamin de 16 ans et j'avais dû mal à croire que son personnage était un adulte et au final, il reste peu crédible dans ce rôle. Il en est de même pour Skyler Gisondo (plus récemment vu dans Santa Clarita Diet) qui a lui aussi une apparence juvénile malgré 22 ans, cependant son personnage se révèle être davantage attachant que celui de Butterfield et Evan est le personnage qui apporte la touche (plus que minime) d'humour. Seule Sophie Turner reste plus ou moins convaincante dans son personnage même si sa performance peine parfois à convaincre. 

Le voyage dans le temps dans Time Freak: mal exécuté ?
Si vous me connaissez un tant soi peu, vous savez que le thème du voyage dans le temps me fascine (je suis même en train d'écrire un mini essai dessus) et dans Time Freak, j'ai l'impression que le thème n'est pas assez abouti et que tout a été facilité pour ne pas s’embêter avec les conséquences et les paradoxes. Dans le film, la machine à voyager dans temps inventé par Stillman permet à la conscience de revenir dans le corps d'origine mais dans le passé, donc seule leur conscience voyage dans le passé tandis que leur corps reste statique dans le présent. Ce procédé évite ainsi les difficultés et empêche donc Stillman et Evan de croiser leur soi passé. Il y a une autre facilité dans le film avec Stillman qui réussi a sauver sa relation avec Debbie: il revient donc dans le présent et découvre que sa machine à voyager dans le temps n'existe plus vu qu'il n'a eu aucune raison de voyager dans le passé pour sauver sa relation puisque Debbie n'a jamais rompu avec lui. Nous avons donc un paradoxe du grand-père: dans cette nouvelle temporalité, Stillman est toujours en couple avec Debbie et sa machine n’existe plus, pourtant, c'est bien grâce à cette machine qu'il a pu sauver son couple et si cette machine n'a jamais existé, il ne peut donc logiquement pas être de nouveau en couple avec Debbie. Le voyage dans le temps est un procédé parfois ardu à comprendre et à gérer et c'est pour cela qu'il faut faire attention quand on se lance dans la réalisation d'un film avec le procédé du voyage dans le temps.

Au niveau de l'histoire en elle-même, c'est loin d'être divertissant. Les personnages ne sont pas attachants (mis à part Evan), il n'y aucune alchimie entre Asa Butterfiled et Sophie Turner et en tout honnêteté, Time Freak est plutôt barbant. Ça manque d'humour et de profondeur et même de légèreté et la seule raison pour laquelle je l'ai regardé en entier, c'était justement pour voir si ça allait coincer au niveau des techniques du voyage dans le temps. Un élément reste tout de même assez intéressant dans ce film et c'est le fait qu'au bout d'un moment, Stillman devient dépendant de son invention (oui, car entre temps, il a reconstruit une machine à voyager dans le temps, on se demande où il trouve les fonds pour la construire) et commence à l'utiliser pour la moindre petite chose et de ce fait, sa vie est parfaite mais son couple n'est pas forcement heureux pour autant et j'aurais bien voulu que cet élément de l'histoire soit davantage exploiter. 


Alors, on regarde ou pas ?
Si vous voulez une comédie romantique avec de l'humour, de l'amour, des personnages drôles et attachants et du voyage dans le temps, regarder plutôt About Time de Richard Curtis. Time Freak ne vaut pas 1h45 de votre vie, surtout avec la fin précipitée que le long-métrage offre... Après, je reconnais avoir été exigeante avec ce film car, selon moi, quand on fait un film avec le procédé du voyage dans le temps, il faut que ça soit maîtrisé de A à Z. Bien que le procédé dans About Time soit plutôt simple et pas vraiment recherché, le tout tient la route et le fait que l’histoire d'amour soit belle fait que l'on reste captivé par le film. En soit, Time Freak aurait pu être sauver si l’histoire d'amour en valait la peine et ici, ce n'est pas le cas.



Now and Then / Souvenirs d'un été


Je l'admets, le premier visionnage de ce film a eu lieu seulement à cause de la présence de Devon Sawa (le Casper humain dans le film éponyme) et ma récente discussion sur Twitter sur Devon Sawa et Casper m'a fait rappeler ce film. D'ailleurs sorti la même année et ayant également Christina Ricci à l'affiche, Now and Then (sorti en France sous le titre Souvenirs d'un été) dont le scénario a été écrit par I. Marlene King, la showrunneuse de Pretty Little Liars, raconte l'histoire de quatre amies d’enfance: Roberta, Teeny, Samantha et Chrissy qui se retrouvent pour préparer la naissance du bébé de l'une d'entre elles. Elles vont alors se remémorer leurs souvenirs d'enfance pendant les années 70.


Un film initiatique drôle et émouvant
Le film a été considéré comme étant l'équivalent "féminin" de Stand by Me mais en moins sombre et poignant. Alors que les garçons de Stand by me se lance dans un voyage initiatique à la recherche d'un cadavre d'un jeune garçon percuté par un train, les jeunes filles de Now and Then enquête sur l'étrange mort d'une mère et son fils parvenu des années auparavant. La premiere moitié du film est vraiment divertissante, c'est mignon et innocent, on y voit les jeunes filles rouler à vélo, faire des seances de spiritisme au beau milieu de la nuit dans un cimetière et discuter de sexualité mais je trouve que la deuxième moitié manque de rythme et j'avoue qu'au bout d'un moment, j'avais envie que ça s’accélère un peu.

Ce qui est intéressant avec ce film c'est qu'on a l'opportunité de voir les personnages adultes (interprétées par Rosie O'Donnell, Melanie Griffith, Demi Moore et Rita Wilson), même si on ne les voit pas pas assez à mon gout, surtout avec un titre comme Now and Then, au final on voit plus du Then que du Now. Le fait de voir les filles devenues femmes permet de faire un parallèle entre qui elles étaient plus jeunes et celles qu'elles sont devenues adultes et comment leur expérience durant ce fameux été et leur enfance en général a façonné leur vie d'adulte. Le long-métrage aborde des thèmes tels que le deuil, le divorce mais explore surtout le stade de l'adolescence et tout ce qui va avec, notamment le moment (certes un peu cliché) où on commence à apprécier un garçon plutôt que de le détester (hello Devon Sawa aka Scott Wormers).

"The tree house was supposed to bring us more independence. But what the summer actually brought was independence from each other."

Now and Then / Souvenirs d'un été


Quand l'enfance définit la vie adulte
Nous avons droit à une sacré distribution avec ce film avec la présence de Rosie O'Donnell, Melanie Griffith, Demi Moore et Rita Wilson pour les personnages adultes et Christina Ricci, Gaby Hoffman, Thora Birch et Ashleigh Aston Moore pour les personnages adolescentes. Gaby Hoffman et Christina Ricci sont les deux jeunes actrices qui se remarquent davantage dans le film, les deux autres personnages interprétée par Thora Birch et Ashleigh Aston Moore étant peut-être un peu moins mise en avant par rapport aux autres personnages. Au niveau de la ressemblance entre les actrices adultes et les actrices adolescentes, je trouve que le "duo" Demi Moore/Gaby Hoffman fonctionne le mieux et celui qui m'a le moins convaincu reste celui de Rosie O'Donnell et Christina Ricci, notamment quand on voit à quoi ressemble Ricci maintenant à l'age de 38 ans comparé à O'Donnell dans le long-métrage qui est supposée incarné Roberta à l'age de 33 ans mais bon, c'est un détail minime qui ne dérange en rien l'intrigue du film.

Chaque fille vient d'un milieu familial un peu chaotique et définit les personnage à un moment ou à un autre: Roberta n'a pratiquement jamais connu sa mère, morte dans un accident de voiture alors qu'elle n'avait que 4 ans et vit entouré de garçons avec son père et ses nombreux frères. Roberta est un garçon manqué qui aplatit sa poitrine avec du scotch, qui n'a pas peur de se salir et de se battre avec les garçons. Les parents de Samantha n’arrête pas se disputer et finissent pas se séparer, ce qui fait que quand Samantha est adulte, elle mettra sa carrière en priorité et sa vie personnelle entre parenthèses. Les parents de Teeny sont des personnes mondaines et ne sont jamais présents pour elle, ce qui fait que Teeny deviendra actrice et n'aura aucune relation  amoureuse stable. Quant à Chrissy, elle a été trop couvée par sa mère et reste très naive autour de la sexualité, ce qui donnera des scènes assez drôle dans le film.


Alors, on regarde ou pas ?
Now and Then est un film mignon, qui a en effet des faux aires de Stand By Me, sans pour autant atteindre la même profondeur de ce dernier. Les jeunes actrices y offrent des performances plus que convaincantes et leurs personnages sont attachants mais il est vrai que l'histoire est parfois un peu faible et semble à certains moments sans intérêt mais pour ceux et celles qui apprécient les récits initiatiques, Now and Then devrait vous plaire.


Now and Then, un film de coming-of-age story drôle et émouvant.

20 nov. 2018

Now and Then / Souvenirs d'un été


Je l'admets, le premier visionnage de ce film a eu lieu seulement à cause de la présence de Devon Sawa (le Casper humain dans le film éponyme) et ma récente discussion sur Twitter sur Devon Sawa et Casper m'a fait rappeler ce film. D'ailleurs sorti la même année et ayant également Christina Ricci à l'affiche, Now and Then (sorti en France sous le titre Souvenirs d'un été) dont le scénario a été écrit par I. Marlene King, la showrunneuse de Pretty Little Liars, raconte l'histoire de quatre amies d’enfance: Roberta, Teeny, Samantha et Chrissy qui se retrouvent pour préparer la naissance du bébé de l'une d'entre elles. Elles vont alors se remémorer leurs souvenirs d'enfance pendant les années 70.


Un film initiatique drôle et émouvant
Le film a été considéré comme étant l'équivalent "féminin" de Stand by Me mais en moins sombre et poignant. Alors que les garçons de Stand by me se lance dans un voyage initiatique à la recherche d'un cadavre d'un jeune garçon percuté par un train, les jeunes filles de Now and Then enquête sur l'étrange mort d'une mère et son fils parvenu des années auparavant. La premiere moitié du film est vraiment divertissante, c'est mignon et innocent, on y voit les jeunes filles rouler à vélo, faire des seances de spiritisme au beau milieu de la nuit dans un cimetière et discuter de sexualité mais je trouve que la deuxième moitié manque de rythme et j'avoue qu'au bout d'un moment, j'avais envie que ça s’accélère un peu.

Ce qui est intéressant avec ce film c'est qu'on a l'opportunité de voir les personnages adultes (interprétées par Rosie O'Donnell, Melanie Griffith, Demi Moore et Rita Wilson), même si on ne les voit pas pas assez à mon gout, surtout avec un titre comme Now and Then, au final on voit plus du Then que du Now. Le fait de voir les filles devenues femmes permet de faire un parallèle entre qui elles étaient plus jeunes et celles qu'elles sont devenues adultes et comment leur expérience durant ce fameux été et leur enfance en général a façonné leur vie d'adulte. Le long-métrage aborde des thèmes tels que le deuil, le divorce mais explore surtout le stade de l'adolescence et tout ce qui va avec, notamment le moment (certes un peu cliché) où on commence à apprécier un garçon plutôt que de le détester (hello Devon Sawa aka Scott Wormers).

"The tree house was supposed to bring us more independence. But what the summer actually brought was independence from each other."

Now and Then / Souvenirs d'un été


Quand l'enfance définit la vie adulte
Nous avons droit à une sacré distribution avec ce film avec la présence de Rosie O'Donnell, Melanie Griffith, Demi Moore et Rita Wilson pour les personnages adultes et Christina Ricci, Gaby Hoffman, Thora Birch et Ashleigh Aston Moore pour les personnages adolescentes. Gaby Hoffman et Christina Ricci sont les deux jeunes actrices qui se remarquent davantage dans le film, les deux autres personnages interprétée par Thora Birch et Ashleigh Aston Moore étant peut-être un peu moins mise en avant par rapport aux autres personnages. Au niveau de la ressemblance entre les actrices adultes et les actrices adolescentes, je trouve que le "duo" Demi Moore/Gaby Hoffman fonctionne le mieux et celui qui m'a le moins convaincu reste celui de Rosie O'Donnell et Christina Ricci, notamment quand on voit à quoi ressemble Ricci maintenant à l'age de 38 ans comparé à O'Donnell dans le long-métrage qui est supposée incarné Roberta à l'age de 33 ans mais bon, c'est un détail minime qui ne dérange en rien l'intrigue du film.

Chaque fille vient d'un milieu familial un peu chaotique et définit les personnage à un moment ou à un autre: Roberta n'a pratiquement jamais connu sa mère, morte dans un accident de voiture alors qu'elle n'avait que 4 ans et vit entouré de garçons avec son père et ses nombreux frères. Roberta est un garçon manqué qui aplatit sa poitrine avec du scotch, qui n'a pas peur de se salir et de se battre avec les garçons. Les parents de Samantha n’arrête pas se disputer et finissent pas se séparer, ce qui fait que quand Samantha est adulte, elle mettra sa carrière en priorité et sa vie personnelle entre parenthèses. Les parents de Teeny sont des personnes mondaines et ne sont jamais présents pour elle, ce qui fait que Teeny deviendra actrice et n'aura aucune relation  amoureuse stable. Quant à Chrissy, elle a été trop couvée par sa mère et reste très naive autour de la sexualité, ce qui donnera des scènes assez drôle dans le film.


Alors, on regarde ou pas ?
Now and Then est un film mignon, qui a en effet des faux aires de Stand By Me, sans pour autant atteindre la même profondeur de ce dernier. Les jeunes actrices y offrent des performances plus que convaincantes et leurs personnages sont attachants mais il est vrai que l'histoire est parfois un peu faible et semble à certains moments sans intérêt mais pour ceux et celles qui apprécient les récits initiatiques, Now and Then devrait vous plaire.


My Stepmother is an Alien / J’ai épousé une extra-terrestre
Aujourd’hui, je reviens avec un article sur un film des années 80 qui est relativement moins réputé que ceux dont j’ai pu vous parler auparavant. My Stepmother is an Alien (ou J’ai épousé une extra-terrestre en VF) fut réalisé en 1988 et le titre dit tout: c’est l'histoire d’un scientifique, Steven “Steve” Mills (interprété par Dan Aykroyd) qui élève seul sa fille de 13 ans, Jessie (interprétée par une très jeune Alyson Hannigan) et qui va tomber amoureux d’une femme plus que sublime interprétée par Kim Basinger qui se révèle être une extra-terrestre qui est venu sur Terre pour collecter des informations sur les travaux de Steve.



Comédie de science fiction loufoque qui ne convainc pas...
My Stepmother is an Alien fut un énorme échec au box-office et bien que j’admets que ce ne soit pas le meilleur film sorti cette année-là (ni même de la décennie), ça se regarde. Le film est en lui-même bizarre et loufoque. Malheureusement, le long-métrage est invraisemblable et les personnages ne sont pas vraiment recherchés. Kim Basinger joue le rôle d’une extra-terrestre envoyée en mission sur Terre pour en savoir plus sur les travaux de Steven Mills. Bien que Celeste ait été briefé sur les coutumes terriennes, les informations qu’elle a reçu semble être erronées et elle se tourne vite en ridicule. Mais c’est grâce à ça (et à sa plastique) que Steven va vite tomber sous le charme. Bon, en toute honnêteté, on ne croit pas une seconde le couple formé par Steven et Celeste: seulement 24h après leur rencontre, le personnage interprété par Dan Aykroyd demande Celeste en mariage et il est vrai que pendant les 1h45 du film, pas une fois on ne voit une scène où les deux tourtereaux nouent vraiment des liens forts, si ce n’est dans le lit conjugal. On repassera donc pour une belle histoire d’amour.

De plus, il aurait été intéressant que le film exploite davantage le genre de science-fiction car ça reste assez maigre de ce coté-là. On reste vraiment sur de la comédie de bas-étage et c'est plutôt dommage. Au-delà de ça, le long-métrage n’offre pas vraiment de surprise, c’est assez prévisible et bien que l’humour soit présent dans le film, il est parfois lourd, répétitif et ne fonctionne pas à tous les coups. Le jeu des acteurs est passable, mention spéciale pour Kim Basinger et Jon Lovitz (qui interprète le frère de Steven Mills) dont la performance se démarque des autres. Dan Aykroyd est plutôt agaçant dans le film, son rôle de scientifique complètement sous le charme de Celeste le rende plutôt abruti par moment… Bref, c’est loin d’être son meilleur rôle. Alyson Hannigan est mignonne dans le film et sa performance reste correcte. Pour les fans du Buffyverse, c’est assez mignon car Seth Green est également présent dans le film, dans une courte scène où il joue le date du personnage d’Alyson Hannigan. En effet, Seth Green jouait le rôle de Oz dans Buffy contre les vampires, le petit-ami loup-garou de Willow dans les saisons 3 et 4.


Alors, on regarde ou pas ?
Dans le fond, My Stepmother is an Alien n'est pas si horrible que cela, ça se regarde et ça se regarde même assez vite. Voilà peut-être le problème de ce long-métrage, tout se passe relativement trop vite, on n'a pas vraiment le temps de s'attacher aux personnages qui manque de profondeur, on n'apprend pas vraiment à les connaitre, ce qui fait que My Stepmother is an Alien reste plutôt lisse et creux, c'est simple et sans rebondissement. Au final, on reste trop à la surface des choses et on se retrouve donc avec une histoire qui a du mal à convaincre. Je reste mitigé car c'est un film que j'appréciais quand j'étais plus jeune et je l'ai regardé à nouveau avant d'écrire cette critique et l’effet n'est plus vraiment le même... Bref, il y a beaucoup mieux ailleurs et si vous n'êtes pas un aficionado du cinéma des années 80, vous pouvez passer votre chemin.


My Stepmother is an Alien, une comédie de science-fiction complètement loufoque.

13 nov. 2018

My Stepmother is an Alien / J’ai épousé une extra-terrestre
Aujourd’hui, je reviens avec un article sur un film des années 80 qui est relativement moins réputé que ceux dont j’ai pu vous parler auparavant. My Stepmother is an Alien (ou J’ai épousé une extra-terrestre en VF) fut réalisé en 1988 et le titre dit tout: c’est l'histoire d’un scientifique, Steven “Steve” Mills (interprété par Dan Aykroyd) qui élève seul sa fille de 13 ans, Jessie (interprétée par une très jeune Alyson Hannigan) et qui va tomber amoureux d’une femme plus que sublime interprétée par Kim Basinger qui se révèle être une extra-terrestre qui est venu sur Terre pour collecter des informations sur les travaux de Steve.



Comédie de science fiction loufoque qui ne convainc pas...
My Stepmother is an Alien fut un énorme échec au box-office et bien que j’admets que ce ne soit pas le meilleur film sorti cette année-là (ni même de la décennie), ça se regarde. Le film est en lui-même bizarre et loufoque. Malheureusement, le long-métrage est invraisemblable et les personnages ne sont pas vraiment recherchés. Kim Basinger joue le rôle d’une extra-terrestre envoyée en mission sur Terre pour en savoir plus sur les travaux de Steven Mills. Bien que Celeste ait été briefé sur les coutumes terriennes, les informations qu’elle a reçu semble être erronées et elle se tourne vite en ridicule. Mais c’est grâce à ça (et à sa plastique) que Steven va vite tomber sous le charme. Bon, en toute honnêteté, on ne croit pas une seconde le couple formé par Steven et Celeste: seulement 24h après leur rencontre, le personnage interprété par Dan Aykroyd demande Celeste en mariage et il est vrai que pendant les 1h45 du film, pas une fois on ne voit une scène où les deux tourtereaux nouent vraiment des liens forts, si ce n’est dans le lit conjugal. On repassera donc pour une belle histoire d’amour.

De plus, il aurait été intéressant que le film exploite davantage le genre de science-fiction car ça reste assez maigre de ce coté-là. On reste vraiment sur de la comédie de bas-étage et c'est plutôt dommage. Au-delà de ça, le long-métrage n’offre pas vraiment de surprise, c’est assez prévisible et bien que l’humour soit présent dans le film, il est parfois lourd, répétitif et ne fonctionne pas à tous les coups. Le jeu des acteurs est passable, mention spéciale pour Kim Basinger et Jon Lovitz (qui interprète le frère de Steven Mills) dont la performance se démarque des autres. Dan Aykroyd est plutôt agaçant dans le film, son rôle de scientifique complètement sous le charme de Celeste le rende plutôt abruti par moment… Bref, c’est loin d’être son meilleur rôle. Alyson Hannigan est mignonne dans le film et sa performance reste correcte. Pour les fans du Buffyverse, c’est assez mignon car Seth Green est également présent dans le film, dans une courte scène où il joue le date du personnage d’Alyson Hannigan. En effet, Seth Green jouait le rôle de Oz dans Buffy contre les vampires, le petit-ami loup-garou de Willow dans les saisons 3 et 4.


Alors, on regarde ou pas ?
Dans le fond, My Stepmother is an Alien n'est pas si horrible que cela, ça se regarde et ça se regarde même assez vite. Voilà peut-être le problème de ce long-métrage, tout se passe relativement trop vite, on n'a pas vraiment le temps de s'attacher aux personnages qui manque de profondeur, on n'apprend pas vraiment à les connaitre, ce qui fait que My Stepmother is an Alien reste plutôt lisse et creux, c'est simple et sans rebondissement. Au final, on reste trop à la surface des choses et on se retrouve donc avec une histoire qui a du mal à convaincre. Je reste mitigé car c'est un film que j'appréciais quand j'étais plus jeune et je l'ai regardé à nouveau avant d'écrire cette critique et l’effet n'est plus vraiment le même... Bref, il y a beaucoup mieux ailleurs et si vous n'êtes pas un aficionado du cinéma des années 80, vous pouvez passer votre chemin.


Halloween Movies III — On regarde quoi le soir d'Halloween ?
Je pensais avoir fait le tour au niveau des films à regarder le soir d'Halloween mais que nenni, j'en ai en fait encore quelques uns sous le coude à vous proposer. Pour ceux et celles qui n'ont pas lu les deux précédents parties, Halloween Movies c'est une liste de films à regarder le soir d'Halloween (enfin, dans mon cas, ça sera la journée entière) quand on n'aime pas vraiment les films d'horreur (ou même si vous les aimez mais vous voulez regarder un film plus léger et enfantin).


Casper réalisé par Brad Silberling en 1995.

Casper 1995
Furieuse d'avoir hérité d'une vieille maison plutôt que de l'argent qu'elle espérait, Carrigan Crittenden se ravise lorsqu'elle découvre une carte indiquant l'existence d'un trésor caché dans la maison. Mais celle-ci s'avère hantée par de nombreux fantômes. Rebroussant chemin, elle engage James Harvey, un parapsychologue, afin de se débarrasser des fantômes. Celui-ci s'installe dans la demeure avec sa fille Kat, qui fait bientôt la connaissance de Casper, « le plus gentil des fantômes » selon lui. En tout cas, plus gentil que les fantômes de ses trois oncles.

Comment ai-je pu oublier d'inclure Casper dans les précédents articles ? J'aime tellement ce long-métrage que ça m'étonne de ne pas avoir pensé à l'inclure dans la premiere et la deuxième partie de cette catégorie d'article. Sorti en 1995, Casper est le premier long-métrage à avoir un personnage principal entièrement fait en CGI et ça, c'est plutôt chouette. Je trouve que le film dégage vraiment une atmosphère automnale et halloweenesque, ne serait-ce que pour les décors, notamment le manoir où vit Casper. Autant, quand Kat est à l’école, on se rend compte que l'intrigue se déroule dans les années 90 mais quand on est dans le manoir, on est vraiment transporté dans une autre époque. Casper est un film culte des années 90, c'est fun et mignon et c'est le film qui nous a tous et toutes fait craquer pour Devon Sawa, la version humaine de Casper, qui n’apparaît cependant que quelques minutes à l'écran. Casper c'est le film qui vous fera définitivement retomber en enfance (de plus, la bande son de James Horner est sublissime et magique). 


Fright Night réalisé par Tom Holland en 1985.

Fright Night 1985
Charlie Brewster est un adolescent sans histoires. Il partage sa vie entre sa mère, sa petite amie, ses copains et ses séries préférées à la télévision sur les films d'horreur de série B. Tout va être bouleversé lorsqu'il va découvrir que son nouveau et très séduisant voisin est un vampire difficile à combattre...

Encore un film où j'ai vu le remake avant l’original et même si le remake de 2011 avec Anton Yelchin prend quelques libertés et n'est pas un copier-coller du long-métrage de 85, l'original est beaucoup plus divertissant à regarder. J'avoue que Fright Night est un peu l'intrus de la liste car, malgré le petit coup vieux qu'il a pris, les maquillages font flipper et il conserve un esprit assez horrifique. Fright Night reprend le mythe du vampire et j'avoue qu'il n'y a pas vraiment une image originale du vampire, on reste dans le classique mais ça n’empêche pas que le film soit vraiment sympa à regarder.


Hotel Transylvanie — réalisé par Genndy Tartakovsky en 2012.

Hotel Transylvanie 2012

Bienvenue à l’Hôtel Transylvanie, le somptueux hôtel de Dracula, où les monstres et leurs familles peuvent enfin vivre leur vie, se détendre et faire « monstrueusement » la fête comme ils en ont envie sans être embêtés par les humains. Pour l’anniversaire de sa fille, la jeune Mavis, qui fête ses 118 printemps, Dracula invite les plus célèbres monstres du monde – Frankenstein et sa femme, la Momie, l’Homme Invisible, une famille de loups-garous, et bien d’autres encore. Tout se passe très bien, jusqu’à ce qu’un humain débarque par hasard à l’hôtel et se lie d’amitié avec Mavis…

Le deuxième est bien, on aurait pu se passer du troisième mais le premier film est super agréable à regarder. Hotel Transylvanie revisite le personnage de Dracula pour en faire un personnage attachant et vraiment attentionné envers sa fille. Dans ce long-métrage d'animation, on retrouve tous les personnes cultes de la littérature gothique avec Frankenstein, de la science-fiction avec l’Homme Invisible mais aussi les créatures folkloriques avec le loup-garou. Parfait pour les petits comme pour les plus grands, Hotel Transylvanie saura ravir tout le monde, c'est enfantin mais sympa pour le soir d'Halloween.


Monster House — réalisé par Gil Kenan en 2006.

Monster House 2006

D.J. Walters, un petit garçon de 12 ans est doté d'une imagination débordante. C'est pourquoi personne ne le prend au sérieux lorsqu'il fait part de ses craintes au sujet de son horrible voisin qui terrorise tous les enfants du quartier. Il est en effet persuadé que celui-ci est responsable de la disparition mystérieuse de sa femme. Il a également remarqué d'autres phénomènes inquiétants se déroulant dans la maison de ce dernier. Ce que personne ne sait, c'est que D.J. n'invente rien et que cela va empirer.

Je l'avoue, je ne suis pas vraiment fan de l'animation de Monster House qui est faite en motion-capture mais l'histoire est suffisamment intéressante pour que je puisse vous conseiller de le regarder. Ici, on revisite la maison hantée avec une maison hantée qui prend littéralement vie. Je trouve le film plutôt réussi au niveau de l’histoire, on reste captivé du début à la fin, notamment avec un plot twist imprévisible. Les personnages principaux sont un peu clichés (de nombreux critiques ont fait la remarque que le trio ressemblait au trio d'Harry Potter et c'est vrai qu'il y a des similitudes). Je n'ai pas de grand souvenir de Monster House, du coup, je pense le regarder le jour d'Halloween pour me rafraîchir la mémoire.


La Famille Addams — réalisé par Barry Sonnenfeld en 1991.

La Famille Addams 1991

Alors que la famille Addams vit tranquillement dans son manoir, Tully Alford et Abigail Craven décident de faire main basse sur leur fortune. Pour cela, ils envoient chez les Addams le fils adoptif d'Abigail, Gordon Craven, en le faisant passer pour l'oncle Fétide, frère aîné de Gomez Addams, disparu vingt-cinq ans plus tôt. Son but est de découvrir l'accès à la crypte, l'endroit où est caché le trésor de la famille.

Film culte tiré d'un cartoon inventé par Charles Addams puis adapté en série télévisée dans les années 60, la famille Addams est une famille tous sauf normale. Très excentriques, ils ne passent pas inaperçus et à la base, cette famille avait pour but de moquer l'image de la famille moderne, tout ceci avec une bonne dose d'humour noir et en incarnant donc l'opposé de la famille respectable et parfaite. Malgré ça, les Addams sont une famille parfaitement unie, il y a une belle image de la femme indépendante et on tend à envier l'amour passionnel qui uni Gomez et Morticia. On passe un excellent moment devant La Famille Addams, c'est drôle, subversif et surtout, les acteurs jouent divinement bien. Vu qu'il est passé récemment à la télé et que je l'avais déjà inclu dans mon programme d'Halloween de l'année dernière, je pense plutôt regarder la suite le jour d'Halloween, bien que légèrement moins captivant que le premier film, Les Valeurs de la famille Addams, sorti en 1993, est tout aussi divertissant et se regarde bien. 



Bonus


The Chilling Adventures of Sabrina est sortie vendredi dernier et j'ai visionné la série dans son intégralité en à peine deux jours. La série est vraiment super bien même si elle n'est pas sans défaut (on va dire qu'ils ont un peu abusé du flou artistique). La série est bien différente de la sitcom des années 90, ce qui m'a d'ailleurs permis de ne dresser aucune comparaison entre les deux tellement c'est le jour et la nuit. Beaucoup plus macabre, The Chilling Adventures of Sabrina dégage une ambiance vraiment spéciale, plus sombre et hors du temps avec des décors qui me font presque penser aux décors de Casper, un esprit très Halloween on va dire. L'intrigue est vraiment captivante et on reste scotché du début à la fin en se demandant comment tous ceci va se terminer. De plus, la série est vraiment dans l'air du temps avec son aspect féministe et avec la présence de personnages noirs, non binaire et LGBTQ. 



Et vous, quels films allez-vous regarder pour Halloween ?


Halloween Movies III — On regarde quoi le soir d'Halloween ?

30 oct. 2018

Halloween Movies III — On regarde quoi le soir d'Halloween ?
Je pensais avoir fait le tour au niveau des films à regarder le soir d'Halloween mais que nenni, j'en ai en fait encore quelques uns sous le coude à vous proposer. Pour ceux et celles qui n'ont pas lu les deux précédents parties, Halloween Movies c'est une liste de films à regarder le soir d'Halloween (enfin, dans mon cas, ça sera la journée entière) quand on n'aime pas vraiment les films d'horreur (ou même si vous les aimez mais vous voulez regarder un film plus léger et enfantin).


Casper réalisé par Brad Silberling en 1995.

Casper 1995
Furieuse d'avoir hérité d'une vieille maison plutôt que de l'argent qu'elle espérait, Carrigan Crittenden se ravise lorsqu'elle découvre une carte indiquant l'existence d'un trésor caché dans la maison. Mais celle-ci s'avère hantée par de nombreux fantômes. Rebroussant chemin, elle engage James Harvey, un parapsychologue, afin de se débarrasser des fantômes. Celui-ci s'installe dans la demeure avec sa fille Kat, qui fait bientôt la connaissance de Casper, « le plus gentil des fantômes » selon lui. En tout cas, plus gentil que les fantômes de ses trois oncles.

Comment ai-je pu oublier d'inclure Casper dans les précédents articles ? J'aime tellement ce long-métrage que ça m'étonne de ne pas avoir pensé à l'inclure dans la premiere et la deuxième partie de cette catégorie d'article. Sorti en 1995, Casper est le premier long-métrage à avoir un personnage principal entièrement fait en CGI et ça, c'est plutôt chouette. Je trouve que le film dégage vraiment une atmosphère automnale et halloweenesque, ne serait-ce que pour les décors, notamment le manoir où vit Casper. Autant, quand Kat est à l’école, on se rend compte que l'intrigue se déroule dans les années 90 mais quand on est dans le manoir, on est vraiment transporté dans une autre époque. Casper est un film culte des années 90, c'est fun et mignon et c'est le film qui nous a tous et toutes fait craquer pour Devon Sawa, la version humaine de Casper, qui n’apparaît cependant que quelques minutes à l'écran. Casper c'est le film qui vous fera définitivement retomber en enfance (de plus, la bande son de James Horner est sublissime et magique). 


Fright Night réalisé par Tom Holland en 1985.

Fright Night 1985
Charlie Brewster est un adolescent sans histoires. Il partage sa vie entre sa mère, sa petite amie, ses copains et ses séries préférées à la télévision sur les films d'horreur de série B. Tout va être bouleversé lorsqu'il va découvrir que son nouveau et très séduisant voisin est un vampire difficile à combattre...

Encore un film où j'ai vu le remake avant l’original et même si le remake de 2011 avec Anton Yelchin prend quelques libertés et n'est pas un copier-coller du long-métrage de 85, l'original est beaucoup plus divertissant à regarder. J'avoue que Fright Night est un peu l'intrus de la liste car, malgré le petit coup vieux qu'il a pris, les maquillages font flipper et il conserve un esprit assez horrifique. Fright Night reprend le mythe du vampire et j'avoue qu'il n'y a pas vraiment une image originale du vampire, on reste dans le classique mais ça n’empêche pas que le film soit vraiment sympa à regarder.


Hotel Transylvanie — réalisé par Genndy Tartakovsky en 2012.

Hotel Transylvanie 2012

Bienvenue à l’Hôtel Transylvanie, le somptueux hôtel de Dracula, où les monstres et leurs familles peuvent enfin vivre leur vie, se détendre et faire « monstrueusement » la fête comme ils en ont envie sans être embêtés par les humains. Pour l’anniversaire de sa fille, la jeune Mavis, qui fête ses 118 printemps, Dracula invite les plus célèbres monstres du monde – Frankenstein et sa femme, la Momie, l’Homme Invisible, une famille de loups-garous, et bien d’autres encore. Tout se passe très bien, jusqu’à ce qu’un humain débarque par hasard à l’hôtel et se lie d’amitié avec Mavis…

Le deuxième est bien, on aurait pu se passer du troisième mais le premier film est super agréable à regarder. Hotel Transylvanie revisite le personnage de Dracula pour en faire un personnage attachant et vraiment attentionné envers sa fille. Dans ce long-métrage d'animation, on retrouve tous les personnes cultes de la littérature gothique avec Frankenstein, de la science-fiction avec l’Homme Invisible mais aussi les créatures folkloriques avec le loup-garou. Parfait pour les petits comme pour les plus grands, Hotel Transylvanie saura ravir tout le monde, c'est enfantin mais sympa pour le soir d'Halloween.


Monster House — réalisé par Gil Kenan en 2006.

Monster House 2006

D.J. Walters, un petit garçon de 12 ans est doté d'une imagination débordante. C'est pourquoi personne ne le prend au sérieux lorsqu'il fait part de ses craintes au sujet de son horrible voisin qui terrorise tous les enfants du quartier. Il est en effet persuadé que celui-ci est responsable de la disparition mystérieuse de sa femme. Il a également remarqué d'autres phénomènes inquiétants se déroulant dans la maison de ce dernier. Ce que personne ne sait, c'est que D.J. n'invente rien et que cela va empirer.

Je l'avoue, je ne suis pas vraiment fan de l'animation de Monster House qui est faite en motion-capture mais l'histoire est suffisamment intéressante pour que je puisse vous conseiller de le regarder. Ici, on revisite la maison hantée avec une maison hantée qui prend littéralement vie. Je trouve le film plutôt réussi au niveau de l’histoire, on reste captivé du début à la fin, notamment avec un plot twist imprévisible. Les personnages principaux sont un peu clichés (de nombreux critiques ont fait la remarque que le trio ressemblait au trio d'Harry Potter et c'est vrai qu'il y a des similitudes). Je n'ai pas de grand souvenir de Monster House, du coup, je pense le regarder le jour d'Halloween pour me rafraîchir la mémoire.


La Famille Addams — réalisé par Barry Sonnenfeld en 1991.

La Famille Addams 1991

Alors que la famille Addams vit tranquillement dans son manoir, Tully Alford et Abigail Craven décident de faire main basse sur leur fortune. Pour cela, ils envoient chez les Addams le fils adoptif d'Abigail, Gordon Craven, en le faisant passer pour l'oncle Fétide, frère aîné de Gomez Addams, disparu vingt-cinq ans plus tôt. Son but est de découvrir l'accès à la crypte, l'endroit où est caché le trésor de la famille.

Film culte tiré d'un cartoon inventé par Charles Addams puis adapté en série télévisée dans les années 60, la famille Addams est une famille tous sauf normale. Très excentriques, ils ne passent pas inaperçus et à la base, cette famille avait pour but de moquer l'image de la famille moderne, tout ceci avec une bonne dose d'humour noir et en incarnant donc l'opposé de la famille respectable et parfaite. Malgré ça, les Addams sont une famille parfaitement unie, il y a une belle image de la femme indépendante et on tend à envier l'amour passionnel qui uni Gomez et Morticia. On passe un excellent moment devant La Famille Addams, c'est drôle, subversif et surtout, les acteurs jouent divinement bien. Vu qu'il est passé récemment à la télé et que je l'avais déjà inclu dans mon programme d'Halloween de l'année dernière, je pense plutôt regarder la suite le jour d'Halloween, bien que légèrement moins captivant que le premier film, Les Valeurs de la famille Addams, sorti en 1993, est tout aussi divertissant et se regarde bien. 



Bonus


The Chilling Adventures of Sabrina est sortie vendredi dernier et j'ai visionné la série dans son intégralité en à peine deux jours. La série est vraiment super bien même si elle n'est pas sans défaut (on va dire qu'ils ont un peu abusé du flou artistique). La série est bien différente de la sitcom des années 90, ce qui m'a d'ailleurs permis de ne dresser aucune comparaison entre les deux tellement c'est le jour et la nuit. Beaucoup plus macabre, The Chilling Adventures of Sabrina dégage une ambiance vraiment spéciale, plus sombre et hors du temps avec des décors qui me font presque penser aux décors de Casper, un esprit très Halloween on va dire. L'intrigue est vraiment captivante et on reste scotché du début à la fin en se demandant comment tous ceci va se terminer. De plus, la série est vraiment dans l'air du temps avec son aspect féministe et avec la présence de personnages noirs, non binaire et LGBTQ. 



Et vous, quels films allez-vous regarder pour Halloween ?


Lectures Octobre '18




Je lis pas mal en ce moment (ou en général, pour l'instant, j'ai cumulé 34 lectures pendant mon année 2018) et je l'avoue, étant en manque d'inspiration, je me suis dit qu'un article sur mes dernières lectures comblera le petit manque de ce mois-ci au niveau du blog. Avec ce mois d'octobre, je cumule pour le moment quatre lectures et je vais vous en parler dans cette article.


Reasons to Stay Alive (Rester en vie en VF) de Matt Haig
À 24 ans, souffrant d'anxiété et de dépression, au cours d'un séjour en Espagne, Matt Haig s'est retrouvé au bord d'une falaise, les pieds à moitié dans le vide, sur le point de se précipiter... Rester en vie. cela paraît si difficile à celles et ceux qui sont au fond de l'abîme, qui ne voient poindre aucune lueur. Ce livre vif et sensible raconte les batailles que l'auteur a menées pour comprendre ce qui lui arrivait, pour le partager aux autres (pas toujours compréhensifs), et se mettre sur le chemin de la guérison. En cinq chapitres - Tomber, Atterrir, Se relever, Vivre, Être -, l'auteur raconte avec sincérité comment il a progressivement vaincu sa maladie et réappris à vivre. Car les raisons de rester en vie sont nombreuses, et sont ici détaillées avec humour et conviction. Ouvrir ce livre, c'est entamer une exploration joyeuse des façons d'exister, d'aimer mieux, de se sentir plus vivant.

Je n'ai pas grande chose à dire sur ce livre mis à part que je l'ai adoré. Je me suis reconnue dans tellement de passages et j’ai vraiment été touché par les mots de Matt Haig. Durant ma lecture, j’avais enfin l’impression d’être comprise et d’avoir une certaine reconnaissance dans le fait que je ne suis pas la seule à pouvoir ressentir ce qu’il a pu décrire dans Reasons to Stay Alive. Je pense que c’est une lecture essentielle, qu’on souffre ou pas de dépression et d’anxiété.


The Ocean at the End of the Lane (L'océan au bout du chemin en VF) de Neil Gaiman
De retour dans la maison de sa famille pour des obsèques, un homme encore jeune, sombre et nostalgique, retrouve les lieux de son passé et des images qu'il croyait oubliées. Le suicide d'un locataire dans une voiture au bout d'un chemin, sa rencontre avec une petite voisine, Lettie, qui affirmait alors que l'étang de derrière la maison était un océan. Et les souvenirs de l'enfance, qu'il croyait enfouis, affluent alors avec une précision troublante…

On reconnait bien-là le style de Neil Gaiman, une sorte de conte féerique un peu étrange. Très similaire à Coraline, un autre roman que l’auteur a écrit, The Ocean at the End of the Lane est une lecture captivante qui retrace l’enfance du protagoniste (dont on ne connaîtra jamais le nom) et qui a vécu alors qu’il avait seulement 7 ans une aventure surnaturelle. L'histoire aborde les thèmes de l'enfance et comment la perception des choses est différente qu’on soit un enfant ou un adulte. The Ocean at the End of the Lane est notamment une histoire avec l'intemporelle bataille du bien contre le mal. Je pense que l'histoire aurait pu être davantage détaillée mais je pense que Gaiman voulait que certaines parties de l'intrigue restent un mystère, ce qui reste cohérent avec l'histoire en fin de compte. Ce roman, qui se lit assez vite, est parfait pour la période automnale et Halloween.


The Mothers (Le cœur battant de nos mères en VF) de Brit Bennett
Quand Nadia, 17 ans, perd sa mère et avorte en cachette, sa vie est bouleversée. Elle choisit alors de quitter la communauté noire et religieuse qui l'a vue grandir et laisse derrière elle Luke, son amant aux rêves brisés, et Audrey, sa meilleure amie. Boursière dans une grande université, Nadia fréquente désormais l'élite. Durant une décennie marquée des affres de la vie, les trajectoires des trois jeunes gens vont se croiser puis diverger, tendues à l'extrême par le poids du secret.

Dans l’ensemble, j’ai plutôt bien aimé ce roman, l’histoire m’a intéressé jusqu’à la fin même si au final, il ne s’y passe pas grand chose. The Mothers est un drame et suit Nadia, Audrey et Luke à l'adolescence, puis à l'âge adulte. L'histoire parle de la vie en communauté, de l'amour, de l'amitié et comment l'absence d'une figure maternelle peut jouer sur la vie, cependant, je trouve que le roman manquait parfois de profondeur et l'histoire ne m'a donc pas vraiment émue. Les personnages étaient corrects mais malheureusement pas assez sympathiques pour que je m’attache à eux et je trouve qu’il n’y avait pas assez d'alchimie entre eux. Une bonne lecture mais ce n'était pas merveilleux non plus.


Spell on Wheels de Kate Leth, Megan Levens et Marissa Louise
Claire, Jolene et Andy sont trois sorcières dans leur vingtaines qui se retrouvent embarquées dans un road-trip pour retrouver des objets magiques qu'on leur a dérobé, notamment un sortilège important qui permet d'éveiller le potentiel magique chez une personne. Histoire de vengeance, esprits frappeurs, le voyage ne sera pas sans surprise.

Spell on Wheels est un comics vraiment divertissant. J’ai apprécié la diversité des personnages: Claire est rousse et curvy, Andy est afro-américaine et Jolene est asiatique et lesbienne. L’histoire ne sort pas des sentiers battus mais c’est une histoire de sorcières sympathique, parfaite pour cette période de l’année. Comics obligé, Spell on Wheels se lit relativement vite et j’ai malheureusement trouvé que la fin était amené de façon trop abrupte et que la confrontation finale était trop facile et vite expédié mais ça n'empêche pas que l’histoire reste agréable à suivre. Au niveau de l’esthétisme, les dessins et les couleurs sont vraiment agréables à l’œil. Je recommande et même s'il n'est pas disponible en français, l'anglais est ici relativement facile comprendre.



J'aimerais savoir quels livres vous avez lu ce mois-ci, dites-moi tout dans les commentaires !



Mes dernières lectures (Octobre '18).

23 oct. 2018

Lectures Octobre '18




Je lis pas mal en ce moment (ou en général, pour l'instant, j'ai cumulé 34 lectures pendant mon année 2018) et je l'avoue, étant en manque d'inspiration, je me suis dit qu'un article sur mes dernières lectures comblera le petit manque de ce mois-ci au niveau du blog. Avec ce mois d'octobre, je cumule pour le moment quatre lectures et je vais vous en parler dans cette article.


Reasons to Stay Alive (Rester en vie en VF) de Matt Haig
À 24 ans, souffrant d'anxiété et de dépression, au cours d'un séjour en Espagne, Matt Haig s'est retrouvé au bord d'une falaise, les pieds à moitié dans le vide, sur le point de se précipiter... Rester en vie. cela paraît si difficile à celles et ceux qui sont au fond de l'abîme, qui ne voient poindre aucune lueur. Ce livre vif et sensible raconte les batailles que l'auteur a menées pour comprendre ce qui lui arrivait, pour le partager aux autres (pas toujours compréhensifs), et se mettre sur le chemin de la guérison. En cinq chapitres - Tomber, Atterrir, Se relever, Vivre, Être -, l'auteur raconte avec sincérité comment il a progressivement vaincu sa maladie et réappris à vivre. Car les raisons de rester en vie sont nombreuses, et sont ici détaillées avec humour et conviction. Ouvrir ce livre, c'est entamer une exploration joyeuse des façons d'exister, d'aimer mieux, de se sentir plus vivant.

Je n'ai pas grande chose à dire sur ce livre mis à part que je l'ai adoré. Je me suis reconnue dans tellement de passages et j’ai vraiment été touché par les mots de Matt Haig. Durant ma lecture, j’avais enfin l’impression d’être comprise et d’avoir une certaine reconnaissance dans le fait que je ne suis pas la seule à pouvoir ressentir ce qu’il a pu décrire dans Reasons to Stay Alive. Je pense que c’est une lecture essentielle, qu’on souffre ou pas de dépression et d’anxiété.


The Ocean at the End of the Lane (L'océan au bout du chemin en VF) de Neil Gaiman
De retour dans la maison de sa famille pour des obsèques, un homme encore jeune, sombre et nostalgique, retrouve les lieux de son passé et des images qu'il croyait oubliées. Le suicide d'un locataire dans une voiture au bout d'un chemin, sa rencontre avec une petite voisine, Lettie, qui affirmait alors que l'étang de derrière la maison était un océan. Et les souvenirs de l'enfance, qu'il croyait enfouis, affluent alors avec une précision troublante…

On reconnait bien-là le style de Neil Gaiman, une sorte de conte féerique un peu étrange. Très similaire à Coraline, un autre roman que l’auteur a écrit, The Ocean at the End of the Lane est une lecture captivante qui retrace l’enfance du protagoniste (dont on ne connaîtra jamais le nom) et qui a vécu alors qu’il avait seulement 7 ans une aventure surnaturelle. L'histoire aborde les thèmes de l'enfance et comment la perception des choses est différente qu’on soit un enfant ou un adulte. The Ocean at the End of the Lane est notamment une histoire avec l'intemporelle bataille du bien contre le mal. Je pense que l'histoire aurait pu être davantage détaillée mais je pense que Gaiman voulait que certaines parties de l'intrigue restent un mystère, ce qui reste cohérent avec l'histoire en fin de compte. Ce roman, qui se lit assez vite, est parfait pour la période automnale et Halloween.


The Mothers (Le cœur battant de nos mères en VF) de Brit Bennett
Quand Nadia, 17 ans, perd sa mère et avorte en cachette, sa vie est bouleversée. Elle choisit alors de quitter la communauté noire et religieuse qui l'a vue grandir et laisse derrière elle Luke, son amant aux rêves brisés, et Audrey, sa meilleure amie. Boursière dans une grande université, Nadia fréquente désormais l'élite. Durant une décennie marquée des affres de la vie, les trajectoires des trois jeunes gens vont se croiser puis diverger, tendues à l'extrême par le poids du secret.

Dans l’ensemble, j’ai plutôt bien aimé ce roman, l’histoire m’a intéressé jusqu’à la fin même si au final, il ne s’y passe pas grand chose. The Mothers est un drame et suit Nadia, Audrey et Luke à l'adolescence, puis à l'âge adulte. L'histoire parle de la vie en communauté, de l'amour, de l'amitié et comment l'absence d'une figure maternelle peut jouer sur la vie, cependant, je trouve que le roman manquait parfois de profondeur et l'histoire ne m'a donc pas vraiment émue. Les personnages étaient corrects mais malheureusement pas assez sympathiques pour que je m’attache à eux et je trouve qu’il n’y avait pas assez d'alchimie entre eux. Une bonne lecture mais ce n'était pas merveilleux non plus.


Spell on Wheels de Kate Leth, Megan Levens et Marissa Louise
Claire, Jolene et Andy sont trois sorcières dans leur vingtaines qui se retrouvent embarquées dans un road-trip pour retrouver des objets magiques qu'on leur a dérobé, notamment un sortilège important qui permet d'éveiller le potentiel magique chez une personne. Histoire de vengeance, esprits frappeurs, le voyage ne sera pas sans surprise.

Spell on Wheels est un comics vraiment divertissant. J’ai apprécié la diversité des personnages: Claire est rousse et curvy, Andy est afro-américaine et Jolene est asiatique et lesbienne. L’histoire ne sort pas des sentiers battus mais c’est une histoire de sorcières sympathique, parfaite pour cette période de l’année. Comics obligé, Spell on Wheels se lit relativement vite et j’ai malheureusement trouvé que la fin était amené de façon trop abrupte et que la confrontation finale était trop facile et vite expédié mais ça n'empêche pas que l’histoire reste agréable à suivre. Au niveau de l’esthétisme, les dessins et les couleurs sont vraiment agréables à l’œil. Je recommande et même s'il n'est pas disponible en français, l'anglais est ici relativement facile comprendre.



J'aimerais savoir quels livres vous avez lu ce mois-ci, dites-moi tout dans les commentaires !



music playlist/ Pexels
J'écoute pas mal de musique en ce moment, et alors que j'avais déjà partagé avec vous une playlist au mois d'août, je vais de nouveau en partager une avec vous avec exclusivement des chansons de musique synthwave. J'espère que cette playlist vous permettra de faire de bonnes découvertes. Bonne écoute à vous !




Never Live Without You de Ollie Wride / Wild One de FM-84

Ollie Wride est un chanteur britannique qui est notamment connu par les amateurs de synthwave comme étant souvent en featuring sur les chansons du groupe FM-84. En août dernier, Ollie Wride sort son tout premier single solo, Overcome et un mois plus tard, en septembre donc, il sort la chanson Never Live Without You avec laquelle j’ai tout de suite accrochée pour ses sonorité très 80s et comme dirait un mutual sur Twitter (hello Julian), cette chanson est même plus 80’s que les 80’s.

Too Late (feat. LeBrock) de Timecop1983

Je triche un peu car cette chanson se trouvait déjà dans la playlist du mois d'août mais que voulez-vous, j’aime d’amour cette chanson, ce fut un véritable coup de cœur lors de la première écoute et à chaque fois que je l'écoute, je visualise un teen-movie typique des années 80 où deux jeunes ados s'aiment mais ont été séparé et l'un d'entre eux essaye de retrouver l'autre.

Daytona, Wave et Explorers de The Midnight

Wave et Explorers sont deux chansons du nouvel album de The Midnight intitulé Kids. A la première écoute de l’album, j’avoue avoir été assez déçue mais plus j’écoutais et plus j'appréciais cet album. Différent des deux autres albums du groupe, Kids véhicule une certaine nostalgie collective avec une ambiance très 80s avec la présence de l'enfance avec les des jeux-vidéos et les pubs de l’époque. D'ailleurs, la pochette de l'album est en plein dans les années 80 avec les fameux malls charismatiques de cette décennie. Quant au morceau Daytona de l'album Endless Summer, je trouve que la musique a des sonorités qui font penser aux jeux-vidéos et j'adore, quand je l'écoute, j'imagine un genre de couse poursuite en voiture ou une personne en train de courir pour échapper au danger.

Cameo ‘18 de Headroom

Trouvé vraiment par hasard sur le site Bandcamp, j’ai vraiment accroché avec les sonorités de ce morceau. Ce morceau est mon réveil du matin pour me mettre tout de suite de bonne humeur. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs mais à chaque fois que je l’écoute, je pense à un film des années 80 avec Tom Hanks, The Money Pit. Vu que cet morceau n’est pas dispo sur Spotify, je vous invite à l’écouter sur YouTube ou sur le Bandcamp de l’artiste.



Petite question, suis-la seule à imaginer des scénarios ou des sortes de petites scénette digne d'un film lors de l'écoute d'une chanson ?





Playlist des mois de septembre-octobre.

16 oct. 2018

music playlist/ Pexels
J'écoute pas mal de musique en ce moment, et alors que j'avais déjà partagé avec vous une playlist au mois d'août, je vais de nouveau en partager une avec vous avec exclusivement des chansons de musique synthwave. J'espère que cette playlist vous permettra de faire de bonnes découvertes. Bonne écoute à vous !




Never Live Without You de Ollie Wride / Wild One de FM-84

Ollie Wride est un chanteur britannique qui est notamment connu par les amateurs de synthwave comme étant souvent en featuring sur les chansons du groupe FM-84. En août dernier, Ollie Wride sort son tout premier single solo, Overcome et un mois plus tard, en septembre donc, il sort la chanson Never Live Without You avec laquelle j’ai tout de suite accrochée pour ses sonorité très 80s et comme dirait un mutual sur Twitter (hello Julian), cette chanson est même plus 80’s que les 80’s.

Too Late (feat. LeBrock) de Timecop1983

Je triche un peu car cette chanson se trouvait déjà dans la playlist du mois d'août mais que voulez-vous, j’aime d’amour cette chanson, ce fut un véritable coup de cœur lors de la première écoute et à chaque fois que je l'écoute, je visualise un teen-movie typique des années 80 où deux jeunes ados s'aiment mais ont été séparé et l'un d'entre eux essaye de retrouver l'autre.

Daytona, Wave et Explorers de The Midnight

Wave et Explorers sont deux chansons du nouvel album de The Midnight intitulé Kids. A la première écoute de l’album, j’avoue avoir été assez déçue mais plus j’écoutais et plus j'appréciais cet album. Différent des deux autres albums du groupe, Kids véhicule une certaine nostalgie collective avec une ambiance très 80s avec la présence de l'enfance avec les des jeux-vidéos et les pubs de l’époque. D'ailleurs, la pochette de l'album est en plein dans les années 80 avec les fameux malls charismatiques de cette décennie. Quant au morceau Daytona de l'album Endless Summer, je trouve que la musique a des sonorités qui font penser aux jeux-vidéos et j'adore, quand je l'écoute, j'imagine un genre de couse poursuite en voiture ou une personne en train de courir pour échapper au danger.

Cameo ‘18 de Headroom

Trouvé vraiment par hasard sur le site Bandcamp, j’ai vraiment accroché avec les sonorités de ce morceau. Ce morceau est mon réveil du matin pour me mettre tout de suite de bonne humeur. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs mais à chaque fois que je l’écoute, je pense à un film des années 80 avec Tom Hanks, The Money Pit. Vu que cet morceau n’est pas dispo sur Spotify, je vous invite à l’écouter sur YouTube ou sur le Bandcamp de l’artiste.



Petite question, suis-la seule à imaginer des scénarios ou des sortes de petites scénette digne d'un film lors de l'écoute d'une chanson ?





Séries annulées
Je n'avais pas prévu de renouveler cette catégorie d'article mais avec le nombre de séries que j'ai pu consommer, je me suis rendue compte qu'il y avait eu pas mal de bonnes séries, ou en tout cas des séries avec beaucoup de potentiel, qui avaient été annulé au bout d'une saison. Par la même occasion, je vous invite à (re)lire le premier article de cette catégorie.


Ringer (2011-2012)

Ringer (2011-2012)

Quand Bridget, une paumée en fuite retrouve sa soeur jumelle, Siobhan, elle entrevoit une vie de rêve. Ainsi, lorsque sa soeur disparaît, elle décide de prendre sa place, dans sa maison, auprès de son mari et de tous ses secrets. Car Siobhan a elle aussi de nombreuses faces cachées...

A l'époque, Ringer marquait le retour de Sarah Michelle Gellar sur le petit écran, huit ans après le final de Buffy contre les vampires. Pas de chance, Ringer ne parvient pas à atteindre les audiences souhaitées et finit par être annulé au bout d'une unique saison. C'était une bonne série suspense et même s'il y avait des faiblesses, l'intrigue faisait qu'on voulait connaitre le dénouement de l'histoire. Pour ma part, j'avais plutôt bien accroché avec Ringer et j'étais contente de voir SMG dans un autre rôle que celui de Buffy et de pouvoir voir comment pouvait évoluer les deux personnages qu'elle interprète dans la série, entre une ancienne junkie et une femme aisée qui semble cacher quelque chose. La présence de l'acteur gallois Ioan Gruffudd était aussi plutôt agréable. J'étais d'autant plus déçue à l'époque car le dernier épisode se terminait sur un cliffhanger avec des questions qui resteront donc sans réponses...


No Ordinary Family (2010-2011)

No Ordinary Family (2010-2011)

La famille Powell est une famille comme les autres. Mais un jour, alors que les Powell survolent l'Amazonie pour aller en vacances, leur avion s'écrase dans un lac dans la forêt amazonienne. À la suite de cet événement, ils se découvrent des pouvoirs surnaturels. Le père, Jim, dessinateur de portrait robot pour la police, se retrouve doté d'une force et d'une invulnérabilité surhumaines. La mère, Stéphanie, scientifique, devient la femme la plus rapide du monde et peut désormais se déplacer à une vitesse supersonique. Leur fille ainée, Daphne, est devenue télépathe, et peut entendre et contrôler les pensées de n'importe qui. Quant au fils cadet, J.J., il obtient des capacités intellectuelles surdimensionnées et passe subitement de simplet à surdoué.

C'était toujours un plaisir de se poser devant cette série. Le thème du super-héros est loin d’être atypique et on en a beaucoup bouffé ces dernières années mais avec No Ordinary Family, on avait une famille entière doté de super-pouvoirs sans pour autant qu'ils deviennent des super-héros – bon, Jim devient un justicier mais il n'endosse pas un costume caractéristiques des super-héros. Au niveau du cast, c'était sympa de revoir Michael Chiklis dans le role d'un homme doté de super-pouvoirs après avoir endossé le rôle de La Chose dans Les Quatre Fantastiques en 2005. Fan de Buffy et Angel, c’était super également agréable de retrouver Julie Denz, qui interprétait Darla dans le Buffyverse. Entre drame et comédie, No Ordinary Family avait de quoi ravir un grand nombre de personnes, autant aux adultes qu'aux plus jeunes puisque la série se focalisait autant sur les parents que sur les enfants, entre la vie de justicier de Jim mais aussi les problèmes d'ados de Daphné et J.J. Bref, No Ordinary Family était une série familiale super divertissante et il y avait vraiment matière à davantage développer l'univers.


The Secret Circle (2011-2012)

The Secret Circle (2011-2012)
Cassie Blake, une adolescente californienne, part vivre chez sa grand-mère à Chance Harbor, à la suite de la mort prématurée de sa mère dans l'incendie de leur maison. Elle découvre alors qu'elle est la descendante d'une lignée de sorcières, et qu'elle, ainsi que d'autres élèves de son lycée, sont dotés de pouvoirs surnaturels et font partie d'un mystérieux cercle qu'ils doivent lier pour pouvoir maîtriser leurs pouvoirs devenus trop puissants et incontrôlables depuis l'arrivée de Cassie.

A mon humble avis, The Secret Circle aurait pu continuer aussi longtemps que The Vampire Diaries car on y retrouve une ambiance très similaire et c'est plutôt sans surprise puisque que les deux séries télévisées sont issus de deux séries littéraires de l'autrice L.J Smith. Cette série avait du potentielle et l'histoire était vraiment originale et remettait aux goûts du jour l'univers autour de la sorcellerie. Au niveau des acteurs, c'était vraiment pas mal avec la présence de Britt Robertson, Thomas Dekker (qui restera éternellement à mes yeux Nick Szalinski dans la série Chérie, j'ai rétréci les gosses) ainsi que Phoebe Tonkin, qu'on retrouvera des années plus tard dans The Vampire Diaries. The Secret Circle était prenante et chaque personnage était attachant à sa façon et en tant que grande fan de fantastique, j'étais contente de regarder une série qui oscillait entre fantastique et teen drama. Je me rapelle à l'époque avoir été surprise par l'annulation car, selon moi, c'était une série de qualité avec une bonne histoire avec un contexte intéressant et encore aujourd'hui, je ne comprends toujours pas comment l'audience n'a pas suivi alors que ce fut le cas pour The Vampire Diaries (les vampires doivent être plus vendeurs...).


The Nine Lives of Chloe King (2011)

The Nine Lives of Chloe King (2011)

Cette série met en scène Chloe King, une adolescente ordinaire de 16 ans qui, à son anniversaire, découvre qu'elle possède des pouvoirs. Elle se fait poursuivre par des assassins et après une chute qui lui coûte la vie, découvre qu’elle est une Maî, descendante de la déesse chat Bastet. En plus de cela, elle découvre qu'elle est l'Unité, espérée de tous, pour mettre fin à la guerre entre les humains et les Maî. Elle a neuf vies à vivre et à endurer et elle est surveillée en permanence, pour que l'Ordre (Assassins des Maî) ne la trouve pas.

J'ai quelques brides de souvenirs de cette série mais c'est vrai que globalement, ça reste assez flou – ça fait quand même 7 ans que la série a été diffusé et elle ne se constitue que de dix épisodes. J'avoue, ce n'était pas fou fou mais la série avait du potentiel et à l'époque, elle sortait vraiment de l'ordinaire –je dirais que maintenant, ça se rapprocherait de Shadowhunters avec une jeune fille qui découvre le jour de ses 16 ans qu'elle est loin d'être une adolescente typique. La série avait un coté très teenager, peut-être un peu trop et du coup, toute la trame autour des Maî et des assassins étaient un peu légère par rapport à tout le reste mais je trouve qu'a l'époque, The Nine Lives of Chloe King apportait un brin d'originalité dans les teen dramas fantastiques. La majorité des acteurs m'était inconnu à l'époque mais avec le temps, ils ont gagné en notoriété: l'actrice principale de la série, Skyler Samuels, vu dans Scream Queens et qui joue actuellement dans la série The Gifted, Grace Phipps qu'on a pu voir dans The Vampire Diaries et Ki Hong Lee, plus connu avec le rôle de Minho dans la trilogie Maze Runner. Faute d'audiences, la série se finit également par un gros cliffhanger...


Connaissiez-vous ces séries avant que j'en parle dans cet article ?



“Comment ça, annulée ?” ou quand ces séries méritaient plus de saisons (#2).

2 oct. 2018

Séries annulées
Je n'avais pas prévu de renouveler cette catégorie d'article mais avec le nombre de séries que j'ai pu consommer, je me suis rendue compte qu'il y avait eu pas mal de bonnes séries, ou en tout cas des séries avec beaucoup de potentiel, qui avaient été annulé au bout d'une saison. Par la même occasion, je vous invite à (re)lire le premier article de cette catégorie.


Ringer (2011-2012)

Ringer (2011-2012)

Quand Bridget, une paumée en fuite retrouve sa soeur jumelle, Siobhan, elle entrevoit une vie de rêve. Ainsi, lorsque sa soeur disparaît, elle décide de prendre sa place, dans sa maison, auprès de son mari et de tous ses secrets. Car Siobhan a elle aussi de nombreuses faces cachées...

A l'époque, Ringer marquait le retour de Sarah Michelle Gellar sur le petit écran, huit ans après le final de Buffy contre les vampires. Pas de chance, Ringer ne parvient pas à atteindre les audiences souhaitées et finit par être annulé au bout d'une unique saison. C'était une bonne série suspense et même s'il y avait des faiblesses, l'intrigue faisait qu'on voulait connaitre le dénouement de l'histoire. Pour ma part, j'avais plutôt bien accroché avec Ringer et j'étais contente de voir SMG dans un autre rôle que celui de Buffy et de pouvoir voir comment pouvait évoluer les deux personnages qu'elle interprète dans la série, entre une ancienne junkie et une femme aisée qui semble cacher quelque chose. La présence de l'acteur gallois Ioan Gruffudd était aussi plutôt agréable. J'étais d'autant plus déçue à l'époque car le dernier épisode se terminait sur un cliffhanger avec des questions qui resteront donc sans réponses...


No Ordinary Family (2010-2011)

No Ordinary Family (2010-2011)

La famille Powell est une famille comme les autres. Mais un jour, alors que les Powell survolent l'Amazonie pour aller en vacances, leur avion s'écrase dans un lac dans la forêt amazonienne. À la suite de cet événement, ils se découvrent des pouvoirs surnaturels. Le père, Jim, dessinateur de portrait robot pour la police, se retrouve doté d'une force et d'une invulnérabilité surhumaines. La mère, Stéphanie, scientifique, devient la femme la plus rapide du monde et peut désormais se déplacer à une vitesse supersonique. Leur fille ainée, Daphne, est devenue télépathe, et peut entendre et contrôler les pensées de n'importe qui. Quant au fils cadet, J.J., il obtient des capacités intellectuelles surdimensionnées et passe subitement de simplet à surdoué.

C'était toujours un plaisir de se poser devant cette série. Le thème du super-héros est loin d’être atypique et on en a beaucoup bouffé ces dernières années mais avec No Ordinary Family, on avait une famille entière doté de super-pouvoirs sans pour autant qu'ils deviennent des super-héros – bon, Jim devient un justicier mais il n'endosse pas un costume caractéristiques des super-héros. Au niveau du cast, c'était sympa de revoir Michael Chiklis dans le role d'un homme doté de super-pouvoirs après avoir endossé le rôle de La Chose dans Les Quatre Fantastiques en 2005. Fan de Buffy et Angel, c’était super également agréable de retrouver Julie Denz, qui interprétait Darla dans le Buffyverse. Entre drame et comédie, No Ordinary Family avait de quoi ravir un grand nombre de personnes, autant aux adultes qu'aux plus jeunes puisque la série se focalisait autant sur les parents que sur les enfants, entre la vie de justicier de Jim mais aussi les problèmes d'ados de Daphné et J.J. Bref, No Ordinary Family était une série familiale super divertissante et il y avait vraiment matière à davantage développer l'univers.


The Secret Circle (2011-2012)

The Secret Circle (2011-2012)
Cassie Blake, une adolescente californienne, part vivre chez sa grand-mère à Chance Harbor, à la suite de la mort prématurée de sa mère dans l'incendie de leur maison. Elle découvre alors qu'elle est la descendante d'une lignée de sorcières, et qu'elle, ainsi que d'autres élèves de son lycée, sont dotés de pouvoirs surnaturels et font partie d'un mystérieux cercle qu'ils doivent lier pour pouvoir maîtriser leurs pouvoirs devenus trop puissants et incontrôlables depuis l'arrivée de Cassie.

A mon humble avis, The Secret Circle aurait pu continuer aussi longtemps que The Vampire Diaries car on y retrouve une ambiance très similaire et c'est plutôt sans surprise puisque que les deux séries télévisées sont issus de deux séries littéraires de l'autrice L.J Smith. Cette série avait du potentielle et l'histoire était vraiment originale et remettait aux goûts du jour l'univers autour de la sorcellerie. Au niveau des acteurs, c'était vraiment pas mal avec la présence de Britt Robertson, Thomas Dekker (qui restera éternellement à mes yeux Nick Szalinski dans la série Chérie, j'ai rétréci les gosses) ainsi que Phoebe Tonkin, qu'on retrouvera des années plus tard dans The Vampire Diaries. The Secret Circle était prenante et chaque personnage était attachant à sa façon et en tant que grande fan de fantastique, j'étais contente de regarder une série qui oscillait entre fantastique et teen drama. Je me rapelle à l'époque avoir été surprise par l'annulation car, selon moi, c'était une série de qualité avec une bonne histoire avec un contexte intéressant et encore aujourd'hui, je ne comprends toujours pas comment l'audience n'a pas suivi alors que ce fut le cas pour The Vampire Diaries (les vampires doivent être plus vendeurs...).


The Nine Lives of Chloe King (2011)

The Nine Lives of Chloe King (2011)

Cette série met en scène Chloe King, une adolescente ordinaire de 16 ans qui, à son anniversaire, découvre qu'elle possède des pouvoirs. Elle se fait poursuivre par des assassins et après une chute qui lui coûte la vie, découvre qu’elle est une Maî, descendante de la déesse chat Bastet. En plus de cela, elle découvre qu'elle est l'Unité, espérée de tous, pour mettre fin à la guerre entre les humains et les Maî. Elle a neuf vies à vivre et à endurer et elle est surveillée en permanence, pour que l'Ordre (Assassins des Maî) ne la trouve pas.

J'ai quelques brides de souvenirs de cette série mais c'est vrai que globalement, ça reste assez flou – ça fait quand même 7 ans que la série a été diffusé et elle ne se constitue que de dix épisodes. J'avoue, ce n'était pas fou fou mais la série avait du potentiel et à l'époque, elle sortait vraiment de l'ordinaire –je dirais que maintenant, ça se rapprocherait de Shadowhunters avec une jeune fille qui découvre le jour de ses 16 ans qu'elle est loin d'être une adolescente typique. La série avait un coté très teenager, peut-être un peu trop et du coup, toute la trame autour des Maî et des assassins étaient un peu légère par rapport à tout le reste mais je trouve qu'a l'époque, The Nine Lives of Chloe King apportait un brin d'originalité dans les teen dramas fantastiques. La majorité des acteurs m'était inconnu à l'époque mais avec le temps, ils ont gagné en notoriété: l'actrice principale de la série, Skyler Samuels, vu dans Scream Queens et qui joue actuellement dans la série The Gifted, Grace Phipps qu'on a pu voir dans The Vampire Diaries et Ki Hong Lee, plus connu avec le rôle de Minho dans la trilogie Maze Runner. Faute d'audiences, la série se finit également par un gros cliffhanger...


Connaissiez-vous ces séries avant que j'en parle dans cet article ?



Red Oaks



Ca fait depuis bien longtemps que je veux vous parler de cette petite pépite relativement méconnue en France. Red Oaks est une série américaine produite par Gregory Jacobs et qui fut diffusée sur Amazon Prime Video entre 2014 et 2017. Composée de trois saisons, Red Oaks suit David (Craig Roberts), un jeune étudiant rêvant de devenir cinéaste et qui travaille dans le country club Red Oaks comme professeur de tennis pendant l'été 1985.




Red Oaks: une énième série qui se passe dans les années 80 ?

En effet, Red Oaks a surfé sur la tendance nostalgie des années 80 mais sans en abuser et sans mettre le coté années 80 en avant. Bien que les événements de la série se passe durant les années 80, elle reste assez actuelle et traitent de sujets intemporels tels que l'avenir chez les jeunes, le divorce, l'exploration de l'identité sexuelle, etc... La première et deuxième saison se passe principalement dans le country club, tandis que la troisième saison – plus courte et composé de seulement 6 episodes contrairement aux 10 des deux autres – se passe à New-York. J'apprécie que la série ne surjoue pas sur le coté années 80 et c'est vraiment dosé avec justesse et le tout reste vraiment authentique.

Des personnages bien écrits et attachants

Le gros point fort de cette série réside bien évidemment dans les personnages qui chacun avec sa façon d’être, est attachant. Le personnage principal, David, est un jeune homme un peu paumé qui suit des études de comptabilité, suivant ainsi un parcours similaire à celui de son père. Pourtant, David a un rêve: devenir cinéaste. David est une parfaite représentation des jeunes faisaient des études pour faire plaisir aux parents plutôt que de faire des études qui nous plaise et atteindre un but personnel. Il est avec sa petite amie depuis le lycée, qui contrairement à lui, a son avenir tout tracé : elle suit des études pour devenir infirmière et s’imagine déjà se marier avec David et emménager dans une belle maison avec lui alors que David est encore un peu dans le flou concernant son avenir. Je me suis énormément reconnue dans le personnage de David, il sait ce qu'il veut faire mais il se sent aussi perdu et ne se donne pas vraiment les moyens pour obtenir ce qu'il veut. Craig Roberts est un acteur que j'apprécie beaucoup et si je devais vous conseiller des films où il joue, ce serait Submarine, The Fundamentals of Caring et Just Jim, qu'il a d’ailleurs écrit et réalisé.

Red Oaks


Wheeler, interprété par Oliver Cooper, est le meilleur ami de David et il est un peu le joyau de cette série. Il est loin d’être séduisant physiquement mais il est de loin le plus attachant et le plus drôle. Malgré son extrême intelligence, Wheeler a arrête ses études et travaille également à Red Oaks en tant que voiturier et deale un peu d’herbe au passage. Ce personnage est rempli de bonnes intentions bien qu’il ait tendance à les mettre en pratique assez maladroitement. Malgré que son physique ne soit pas son atout principal, ça n’empêche pas Wheeler de faire tout son possible pour séduire la belle Misty, la maître nageuse de Red Oaks.

Les personnages adultes ne sont pas laissés pour compte et chacun à son petit quelque chose et alors qu’il y a bien évidemment un parcours initiatique pour David et ses amis, il en est de même pour les adultes qui ont une évolution flagrante du début à la fin. Il y a Nasher, le mentor de David, lui aussi un peu philosophe mais aussi très drôle. Il y a les parents de David, Judy et Sam, interprété par les très bons Jennifer Grey (Dirty Dancing, Ferris Bueller’s Day Off) et Richard Kind (Spin City). Les parents de David vont avoir leurs propres problèmes et c'est intéressant de suivre ces deux personnages et de voir comment ils vont évoluer au fil de la série.

Red Oaks


Alors, on regarde ou pas ?

OUI, on regarde ! Absolument ! Red Oaks est une série de qualité et fut un véritable coup de cœur et même si la troisième saison est légèrement en deçà comparée aux deux premières, elle vaut vraiment le coup d’œil et je trouve ça vraiment dommage que la série n'ait pas été davantage mise en avant. Je ne sais même plus comment j'ai découvert cette série mais je suis bien contente que ça soit arrivé. Red Oaks suit les codes du coming-of-age story classique et oscille parfaitement entre les problèmes de jeunes adultes et les problèmes des adultes-parents. C'est drôle et émouvant, on ressent vraiment de l'empathie pour les personnages et ils deviennent en quelque sorte des amis dont on observe le quotidien. Vu que Red Oaks a été diffusé dans son entièreté, vous aurez le plaisir de la binge-watcher et ce, de manière assez rapide, avec au total 26 épisodes d'une demi-heure. 


Red Oaks, une série initiatique rafraîchissante.

25 sept. 2018

Red Oaks



Ca fait depuis bien longtemps que je veux vous parler de cette petite pépite relativement méconnue en France. Red Oaks est une série américaine produite par Gregory Jacobs et qui fut diffusée sur Amazon Prime Video entre 2014 et 2017. Composée de trois saisons, Red Oaks suit David (Craig Roberts), un jeune étudiant rêvant de devenir cinéaste et qui travaille dans le country club Red Oaks comme professeur de tennis pendant l'été 1985.




Red Oaks: une énième série qui se passe dans les années 80 ?

En effet, Red Oaks a surfé sur la tendance nostalgie des années 80 mais sans en abuser et sans mettre le coté années 80 en avant. Bien que les événements de la série se passe durant les années 80, elle reste assez actuelle et traitent de sujets intemporels tels que l'avenir chez les jeunes, le divorce, l'exploration de l'identité sexuelle, etc... La première et deuxième saison se passe principalement dans le country club, tandis que la troisième saison – plus courte et composé de seulement 6 episodes contrairement aux 10 des deux autres – se passe à New-York. J'apprécie que la série ne surjoue pas sur le coté années 80 et c'est vraiment dosé avec justesse et le tout reste vraiment authentique.

Des personnages bien écrits et attachants

Le gros point fort de cette série réside bien évidemment dans les personnages qui chacun avec sa façon d’être, est attachant. Le personnage principal, David, est un jeune homme un peu paumé qui suit des études de comptabilité, suivant ainsi un parcours similaire à celui de son père. Pourtant, David a un rêve: devenir cinéaste. David est une parfaite représentation des jeunes faisaient des études pour faire plaisir aux parents plutôt que de faire des études qui nous plaise et atteindre un but personnel. Il est avec sa petite amie depuis le lycée, qui contrairement à lui, a son avenir tout tracé : elle suit des études pour devenir infirmière et s’imagine déjà se marier avec David et emménager dans une belle maison avec lui alors que David est encore un peu dans le flou concernant son avenir. Je me suis énormément reconnue dans le personnage de David, il sait ce qu'il veut faire mais il se sent aussi perdu et ne se donne pas vraiment les moyens pour obtenir ce qu'il veut. Craig Roberts est un acteur que j'apprécie beaucoup et si je devais vous conseiller des films où il joue, ce serait Submarine, The Fundamentals of Caring et Just Jim, qu'il a d’ailleurs écrit et réalisé.

Red Oaks


Wheeler, interprété par Oliver Cooper, est le meilleur ami de David et il est un peu le joyau de cette série. Il est loin d’être séduisant physiquement mais il est de loin le plus attachant et le plus drôle. Malgré son extrême intelligence, Wheeler a arrête ses études et travaille également à Red Oaks en tant que voiturier et deale un peu d’herbe au passage. Ce personnage est rempli de bonnes intentions bien qu’il ait tendance à les mettre en pratique assez maladroitement. Malgré que son physique ne soit pas son atout principal, ça n’empêche pas Wheeler de faire tout son possible pour séduire la belle Misty, la maître nageuse de Red Oaks.

Les personnages adultes ne sont pas laissés pour compte et chacun à son petit quelque chose et alors qu’il y a bien évidemment un parcours initiatique pour David et ses amis, il en est de même pour les adultes qui ont une évolution flagrante du début à la fin. Il y a Nasher, le mentor de David, lui aussi un peu philosophe mais aussi très drôle. Il y a les parents de David, Judy et Sam, interprété par les très bons Jennifer Grey (Dirty Dancing, Ferris Bueller’s Day Off) et Richard Kind (Spin City). Les parents de David vont avoir leurs propres problèmes et c'est intéressant de suivre ces deux personnages et de voir comment ils vont évoluer au fil de la série.

Red Oaks


Alors, on regarde ou pas ?

OUI, on regarde ! Absolument ! Red Oaks est une série de qualité et fut un véritable coup de cœur et même si la troisième saison est légèrement en deçà comparée aux deux premières, elle vaut vraiment le coup d’œil et je trouve ça vraiment dommage que la série n'ait pas été davantage mise en avant. Je ne sais même plus comment j'ai découvert cette série mais je suis bien contente que ça soit arrivé. Red Oaks suit les codes du coming-of-age story classique et oscille parfaitement entre les problèmes de jeunes adultes et les problèmes des adultes-parents. C'est drôle et émouvant, on ressent vraiment de l'empathie pour les personnages et ils deviennent en quelque sorte des amis dont on observe le quotidien. Vu que Red Oaks a été diffusé dans son entièreté, vous aurez le plaisir de la binge-watcher et ce, de manière assez rapide, avec au total 26 épisodes d'une demi-heure. 


Young Sherlock Holmes 1985
Voilà un film parfait à visionner à cette période de l'année. Sorti en 1985, Young Sherlock Holmes (ou Le Secret de la pyramide en VF) est un film réalisé par Barry Levinson dont le scénario fut écrit par Chris Columbus. Basé sur les personnages de Sherlock Holmes et John Watson inventés par Sir Arthur Conan Doyle, Young Sherlock Holmes est un film où Sherlock Holmes et John Watson, encore adolescents, se rencontrent dans un pensionnat et qui, après que plusieurs hommes sans lien apparent entre eux meurent dans des circonstances mystérieuses, vont essayer d'élucider cette affaire ensemble.



Sherlock Holmes avant qu'il ne devienne un détective renommé

Avec ce long-métrage, on est bien loin des teen-movies auquel je vous ai habitué mais Young Sherlock Holmes mérite amplement d'avoir sa critique sur Le Rewind Club. Le long-métrage a la particularité de rependre des personnages bien connus de la littérature anglaise de l'époque victorienne et avec ce film, il fallait bien évidemment retrouver l'essence des personnages de Sir Conan Doyle sans pour autant qu'ils soient identiques vu que les personnages du film sont des adolescents. Ici, John Watson est un jeune garçon un peu peureux qui aime les pâtisseries et qui souhaite devenir docteur, quant à Sherlock Holmes, il est comme on le connait, avec sa méthode de déduction mais il a un coté plus naïf et innocent et il a du mal à gérer ses émotions, il est donc bien différent de sa version adulte. Avec ce film, on nous donne une possible explication de pourquoi Sherlock est comme il est dans les romans. Nicholas Rowe et Alan Cox qui incarnent respectivement Holmes et Watson sont plutôt convaincant dans leur rôle et forment à eux deux un duo qui fonctionne.
John Watson: Holmes, wait. What if the murderer is inside?
Sherlock Holmes: Then I shall introduce myself to him.
L'intrigue du film est vraiment bien mené et il y a aucun relâchement, on est captivé du début à la fin. Malgré que ce soit un film d'aventure/mystère, Young Sherlock Holmes contient des notes d'humour très agréables qui font que le film a un parfait équilibre entre l'humour et le suspense. Je trouve que Columbus a su incorporer au scénario des éléments qui correspondent parfaitement à l'univers crée par Conan Doyle, notamment les éléments un peu surnaturel qui font d'ailleurs assez flipper dans le film — ou en tout cas, je pense que ça faisait vraiment son effet en 1985 — avec des effets spéciaux vraiment innovants pour l'époque. En effet, Young Sherlock Holmes est le premier long-métrage à incorporer un personnage fait entièrement en CGI. Il y a également tout au long du film plusieurs éléments qui sont des clins d’œil direct à la façon dont Holmes est habillé dans les romans. Columbus a aussi gardé le même mode de narration car dans les romans de Sir Arthur Conan Doyle, la majorité des histoire est narrée par Watson et il en est de même pour le long-métrage vu que c'est un Watson plus âgé qui se remémore sa rencontre et sa première enquête avec Holmes.

Young Sherlock Holmes 1985

Alors, on regarde ou pas ?

Je sais que ce film ne sera pas la tasse de thé de tout le monde mais Young Sherlock Holmes reste selon moi un bon classique à voir. Je trouve ça vraiment intéressant de dépeindre des personnages adultes aussi mythiques en tant qu'adolescents. On peut ainsi voir une sorte de genèse alternative de ce qu'auraient pu être ces personnages au stade de l'adolescence. En conclusion, Young Sherlock Holmes est un bon film d'aventure à regarder un après-midi d’automne-hiver. 

Young Sherlock Holmes ou l'aventure inédite d'un Sherlock Holmes adolescent.

18 sept. 2018

Young Sherlock Holmes 1985
Voilà un film parfait à visionner à cette période de l'année. Sorti en 1985, Young Sherlock Holmes (ou Le Secret de la pyramide en VF) est un film réalisé par Barry Levinson dont le scénario fut écrit par Chris Columbus. Basé sur les personnages de Sherlock Holmes et John Watson inventés par Sir Arthur Conan Doyle, Young Sherlock Holmes est un film où Sherlock Holmes et John Watson, encore adolescents, se rencontrent dans un pensionnat et qui, après que plusieurs hommes sans lien apparent entre eux meurent dans des circonstances mystérieuses, vont essayer d'élucider cette affaire ensemble.



Sherlock Holmes avant qu'il ne devienne un détective renommé

Avec ce long-métrage, on est bien loin des teen-movies auquel je vous ai habitué mais Young Sherlock Holmes mérite amplement d'avoir sa critique sur Le Rewind Club. Le long-métrage a la particularité de rependre des personnages bien connus de la littérature anglaise de l'époque victorienne et avec ce film, il fallait bien évidemment retrouver l'essence des personnages de Sir Conan Doyle sans pour autant qu'ils soient identiques vu que les personnages du film sont des adolescents. Ici, John Watson est un jeune garçon un peu peureux qui aime les pâtisseries et qui souhaite devenir docteur, quant à Sherlock Holmes, il est comme on le connait, avec sa méthode de déduction mais il a un coté plus naïf et innocent et il a du mal à gérer ses émotions, il est donc bien différent de sa version adulte. Avec ce film, on nous donne une possible explication de pourquoi Sherlock est comme il est dans les romans. Nicholas Rowe et Alan Cox qui incarnent respectivement Holmes et Watson sont plutôt convaincant dans leur rôle et forment à eux deux un duo qui fonctionne.
John Watson: Holmes, wait. What if the murderer is inside?
Sherlock Holmes: Then I shall introduce myself to him.
L'intrigue du film est vraiment bien mené et il y a aucun relâchement, on est captivé du début à la fin. Malgré que ce soit un film d'aventure/mystère, Young Sherlock Holmes contient des notes d'humour très agréables qui font que le film a un parfait équilibre entre l'humour et le suspense. Je trouve que Columbus a su incorporer au scénario des éléments qui correspondent parfaitement à l'univers crée par Conan Doyle, notamment les éléments un peu surnaturel qui font d'ailleurs assez flipper dans le film — ou en tout cas, je pense que ça faisait vraiment son effet en 1985 — avec des effets spéciaux vraiment innovants pour l'époque. En effet, Young Sherlock Holmes est le premier long-métrage à incorporer un personnage fait entièrement en CGI. Il y a également tout au long du film plusieurs éléments qui sont des clins d’œil direct à la façon dont Holmes est habillé dans les romans. Columbus a aussi gardé le même mode de narration car dans les romans de Sir Arthur Conan Doyle, la majorité des histoire est narrée par Watson et il en est de même pour le long-métrage vu que c'est un Watson plus âgé qui se remémore sa rencontre et sa première enquête avec Holmes.

Young Sherlock Holmes 1985

Alors, on regarde ou pas ?

Je sais que ce film ne sera pas la tasse de thé de tout le monde mais Young Sherlock Holmes reste selon moi un bon classique à voir. Je trouve ça vraiment intéressant de dépeindre des personnages adultes aussi mythiques en tant qu'adolescents. On peut ainsi voir une sorte de genèse alternative de ce qu'auraient pu être ces personnages au stade de l'adolescence. En conclusion, Young Sherlock Holmes est un bon film d'aventure à regarder un après-midi d’automne-hiver. 

Summer of 84
Ce ne sera une surprise pour personnes, les années 80 sont très en vogue depuis ces dernières années, certains en font une overdose et d'autres, comme moi, sont ravis que cette décennie soit sur le devant de la scène. Sorti début août 2018, Summer of 84 est un film réalisé par François Simard et Anouk Whissell, qui avaient également réalisé le film Turbo Kid que j'avais beaucoup apprécié. Summer of 84 se passe, comme le titre l'indique, pendant l'été de 1984 alors que Davey soupçonne que le policier qui habite à côté de chez lui soit en fait un présumé tueur en série, il convainc alors ses amis de l'aider à chercher des preuves.




On fonctionne toujours par 4

Comme dans les Goonies, dans Stand by Me ou encore dans Stranger Things, nous avons un groupe de 4 garçons qui vont s'embarquer dans une aventure ou plus précisément ici dans une enquête. Mais à contrario de leurs aînés des années 80, nos quatre personnages principaux sont loin d'être attachant, du fait qu'on en sache peu sur eux et sur leur famille et à part savoir qu'un des garçons a des parents qui s'engueulent tout le temps et qu'il le vit mal, c'est le néant total et je trouve ça dommage. Les garçons n'ont aucune dimension, ils n'ont aucune personnalité qui les caractérise et à part feuilleter des magazines de charme et parler de cul, on est dans le néant total les concernant et on est donc face à des gamins plutôt puérils à qui on ne s'attache pas vraiment. Pour vous dire, c'est à peine si je me souviens de leurs prénoms alors qu'au moment où j'écris cette critique, ça fait moins de 24h que j'ai visionné le film. J'ai trouvé dommage que les personnages manquaient de profondeur et qu'il n'y ait aucune réelle évolution entre le début et la fin, ce qui fait que pendant 1h45, on observe des personnages qu'on ne connait pas vraiment. Le jeu des jeunes acteurs est passable, mais rien de plus, pourtant, je sais que l'un d'entre eux, Cory Gruter-Andrew, a énormément de potentiel puisqu'il m'avait vraiment touché avec sa performance dans la saison 2 de Anne with an E où il interprète le rôle de Cole.

Les Goonies rencontre les Banlieusards

L'intrigue fait beaucoup pensé au film les Banlieusards de Joe Dante où une bande d'adultes suspectent les nouveaux arrivants du quartier d'avoir assassiné un de leurs voisins et décident alors de mener leur enquête. Summer of 84 reprend le même schéma avec le coté un peu comique au début pour avoir un coté plus angoissant à la fin. La bande de gamin, tous comme les adultes des Banlieusards, iront même jusqu’à fouiller dans la poubelle du suspect. Ils vont tous faire pour trouver des preuves, même là où il n'y en a pas. Tout au long du film, on se demande si la détermination de Davey, le leader du groupe, à voir en ce flic le suspect idéal sort juste d'une imagination trop débordante ou s'il a vraiment senti que quelque chose clochait avec ce personnage. Avec ce genre de scenario, on imagine seulement deux possibilités: soit le gosse à raison ou soit il a complètement tout faux et le tueur est quelqu'un qu'on est loin de soupçonner. Je vous laisse regarder le film pour le découvrir.

Summer of 84

Alors, on regarde ou pas ?

Je suis vraiment mitigé concernant ce film. Malgré les défauts du scénario et l’absence de personnalité chez les personnages, j'ai tout de même passé un bon moment, le film est, il est vrai, prévisible mais il n'en ai pas moins divertissant. Loin d'être un film mémorable, Summer of 84 surfe de manière correcte sur la nostalgie des années 80, la soundtrack est assez cool avec des sons qui sonnent très synthwave bien que ça reste assez synthétique (aucune émotion ne se dégage vraiment de la musique) et assez répétitif. Si le long-métrage vous tente, il ne faut pas s'attendre à un film digne de ses prédécesseurs mais ça se regarde et j’avouerai qu'un élément surprenant se glisse à la fin du film. 


Summer of 84, un mix entre Les Banlieusards et Les Goonies.

11 sept. 2018

Summer of 84
Ce ne sera une surprise pour personnes, les années 80 sont très en vogue depuis ces dernières années, certains en font une overdose et d'autres, comme moi, sont ravis que cette décennie soit sur le devant de la scène. Sorti début août 2018, Summer of 84 est un film réalisé par François Simard et Anouk Whissell, qui avaient également réalisé le film Turbo Kid que j'avais beaucoup apprécié. Summer of 84 se passe, comme le titre l'indique, pendant l'été de 1984 alors que Davey soupçonne que le policier qui habite à côté de chez lui soit en fait un présumé tueur en série, il convainc alors ses amis de l'aider à chercher des preuves.




On fonctionne toujours par 4

Comme dans les Goonies, dans Stand by Me ou encore dans Stranger Things, nous avons un groupe de 4 garçons qui vont s'embarquer dans une aventure ou plus précisément ici dans une enquête. Mais à contrario de leurs aînés des années 80, nos quatre personnages principaux sont loin d'être attachant, du fait qu'on en sache peu sur eux et sur leur famille et à part savoir qu'un des garçons a des parents qui s'engueulent tout le temps et qu'il le vit mal, c'est le néant total et je trouve ça dommage. Les garçons n'ont aucune dimension, ils n'ont aucune personnalité qui les caractérise et à part feuilleter des magazines de charme et parler de cul, on est dans le néant total les concernant et on est donc face à des gamins plutôt puérils à qui on ne s'attache pas vraiment. Pour vous dire, c'est à peine si je me souviens de leurs prénoms alors qu'au moment où j'écris cette critique, ça fait moins de 24h que j'ai visionné le film. J'ai trouvé dommage que les personnages manquaient de profondeur et qu'il n'y ait aucune réelle évolution entre le début et la fin, ce qui fait que pendant 1h45, on observe des personnages qu'on ne connait pas vraiment. Le jeu des jeunes acteurs est passable, mais rien de plus, pourtant, je sais que l'un d'entre eux, Cory Gruter-Andrew, a énormément de potentiel puisqu'il m'avait vraiment touché avec sa performance dans la saison 2 de Anne with an E où il interprète le rôle de Cole.

Les Goonies rencontre les Banlieusards

L'intrigue fait beaucoup pensé au film les Banlieusards de Joe Dante où une bande d'adultes suspectent les nouveaux arrivants du quartier d'avoir assassiné un de leurs voisins et décident alors de mener leur enquête. Summer of 84 reprend le même schéma avec le coté un peu comique au début pour avoir un coté plus angoissant à la fin. La bande de gamin, tous comme les adultes des Banlieusards, iront même jusqu’à fouiller dans la poubelle du suspect. Ils vont tous faire pour trouver des preuves, même là où il n'y en a pas. Tout au long du film, on se demande si la détermination de Davey, le leader du groupe, à voir en ce flic le suspect idéal sort juste d'une imagination trop débordante ou s'il a vraiment senti que quelque chose clochait avec ce personnage. Avec ce genre de scenario, on imagine seulement deux possibilités: soit le gosse à raison ou soit il a complètement tout faux et le tueur est quelqu'un qu'on est loin de soupçonner. Je vous laisse regarder le film pour le découvrir.

Summer of 84

Alors, on regarde ou pas ?

Je suis vraiment mitigé concernant ce film. Malgré les défauts du scénario et l’absence de personnalité chez les personnages, j'ai tout de même passé un bon moment, le film est, il est vrai, prévisible mais il n'en ai pas moins divertissant. Loin d'être un film mémorable, Summer of 84 surfe de manière correcte sur la nostalgie des années 80, la soundtrack est assez cool avec des sons qui sonnent très synthwave bien que ça reste assez synthétique (aucune émotion ne se dégage vraiment de la musique) et assez répétitif. Si le long-métrage vous tente, il ne faut pas s'attendre à un film digne de ses prédécesseurs mais ça se regarde et j’avouerai qu'un élément surprenant se glisse à la fin du film. 


Heathers movie 1989

Il en aura fallu du temps pour que je me decide enfin à écrire une critique sur le film Heathers, réalisé par Michael Lehmann en 1989. Considéré comme la version sombre de The Breakfast Club de John Hughes, Heathers est une comédie noire et plus précieusement une satire sur la société ayant tendance à banaliser le suicide chez les adolescents. Petite piqûre de rappel concernant le synopsis: Veronica Sawyer fait partie de la bande la plus populaire de son lycée et excepté elle, les trois autres filles de la bande s’appellent Heather: Heather Chandler, Heather Duke et Heather McNamara. Les Heathers sont des filles méprisables et cruelles et Veronica finit par ne plus supporter leurs comportements. Elle fait ensuite la rencontre de J.D, un nouvel élève mysterious et Veronica va vite tomber sous son charme mais aussi sous son influence macabre.


Des anti-héros torturés et complexes

Heathers dépeint deux personnages principaux hors du commun. Veronica est un personnage vraiment intéressant, elle a abandonné ses amis pour d'autres afin de devenir populaire. Elle a pourtant beaucoup de mal à accepter le comportement de son groupe d'amies qui ne cesse de martyriser ceux qui sont en bas de l'échelle sociale. Son debut de relation avec J.D. commence juste après qu'elle se soit enfin rebellé contre Heather Chandler et elle confie alors à J.D., par esprit de vengeance, voir Heather vomir ses tripes. Ce qui commence par une simple blague finit alors par un meurtre. Cette folie meurtrière est alors déclenchée par l'esprit tordu de J.D. Bien que Veronica devient une meurtrière, elle a un sens de la justice et au fond, c'est un personnage auquel on s'attache car c'est une fille brillante, un brin cynique, qui se bat pour les minorité et veut seulement que tout le monde s'entende avec tout le monde. Winona est incroyable dans ce rôle qui lui sied à merveille, elle fait preuve de beaucoup de maturité dans le film et il est difficile de croire qu'elle avait seulement 15-16 ans pendant le tournage. Je me reconnais assez dans le personnage de Veronica dans le sens où moi aussi j'avais tendance à effacer celle que j'étais dans mon groupe d'amies et je n'osais pas vraiment les contredire. Veronica est une outsider dans son groupe et en rencontrant J.D, elle se lie enfin avec quelqu'un qui partage les mêmes idéaux qu'elle.

Christian Slater, qui dit s'être inspiré de la performance de Jack Nicholson dans Shinning, est parfait dans le rôle de J.D, psychopathe à la belle gueule. Le personnage a beaucoup de charisme, ce qui aide à comprendre comment et pourquoi Veronica a pu se laisser entraîner dans cet engrenage morbide. J.D. l'aide en fait à assouvir ses désirs les plus tordus. En effet, avant même d'entamer une relation avec J.D, on peut voir Veronica écrire dans son journal intime: Betty Finn was a true friend and I sold her out for a bunch of Swatch dogs and Diet Coke heads. Killing Heather would be like offing the wicked witch of the west... wait east. West! God! I sound like a fucking psycho. Au final, on ne peut que craquer pour J.D. alors qu'en réalité, c'est un psychopathe tordu qui aime tuer des gens. Je trouve ça vraiment intéressant que le film puisse nous faire apprécier un personnage aussi dérangeant, poussant le vice encore plus loin dans le malaise. Veronica et J.D. forment à tous deux un duo passionnel et intense mais également toxique, ce qu'on peut voir notamment dans une scène assez marquante se passant dans la voiture de ce dernier.

Heathers movie 1989

Heathers, une satire sociale sur les adolescents

Heathers est une comédie noire qui se veut satirique et subversive et en montrant des actions exagérées et improbables, dépeint une réalité sur la société mais aussi sur les adolescents et la pression sociale instaurée au lycée. Le lycée est régi par les élèves populaires où les élèves moins populaire tels que les geeks y sont martyrisés. Le film traite de manière transgressive des sujets sérieux tels que le suicide, le meurtre, le viol ou encore les troubles de l'alimentation. Le film montre également à quel point les adolescents peuvent être hypocrite, notamment dans les scènes de funérailles. Heather Chandler avait beau être populaire, elle était plus crainte que aimé et pourtant, la majorité des élèves vont idéalisé sa personnalité en faisant abstraction de sa cruauté, ils iront même jusqu'à vouloir dédier l'annuaire du lycée en son honneur. Avec ces faux-suicides, le suicide est romantisé et devient en quelque sorte un signe de popularité et c'est souligné quand Heather Duke (Shannen Doherty) dit à Veronica à propos de Martha, une élève martyrisée ayant voulu se suicider:
Veronica: Is she dead?
Heather Duke: No... that's the punchline. She's alive, and in stable condition. Just another case of a geek trying to imitate the popular people and failing miserably.
Cet échange enrage Veronica car il banalise l'acte extrêmement inquiétant de Martha mais Veronica ressent une certaine culpabilité car au fond, c'est de sa faute si le suicide s'est popularisé mais surtout banalisé. Cela montre également une certaine indifférence et une certaine cruauté dont peut faire preuve les adolescents entre eux. Au sein des Heathers, on sent que l'amitié n'a aucune réelle valeur puisque Heather Chandler se moquait de Chandler Duke (notamment de sa boulimie) et quand Heather Chandler mourut et Heather Duke pris sa place en tant que Queen B, elle n'hésitera pas une seconde à humilier Heather McNamara.

Alors, on regarde ou pas ?

Heathers est vraiment à mon avis un film culte qu’il faut voir absolument. C'est bourré d'humour noir et de sarcasme avec des quotes iconiques tel que “Fuck me gently with a chainsaw” ou encore “Dear diary, my teen-angst bullshit now has a body count”. Le long-métrage est merveilleusement bien porté par le duo Rider-Slater, qui ont une superbe alchimie à l'écran. Au final, Heathers est surtout un teen-movie qui a su se démarquer des autres et comme Veronica parmi les Heathers, le film est un véritable outsider parmi les autres teen-movies de l'époque et c'est peut-être aussi pour ça que le long-métrage fit un véritable flop au box-office. Heureusement, il a su gagner son statut de film culte avec le temps en étant diffusé à la télé et avec la sortie du film en VHS. Il est évident que sans Heathers, le film Mean Girls n'aurait probablement jamais vu le jour et quand on oppose les deux films, ça saute aux yeux à quel point Mean Girls s’inspire beaucoup de Heathers notamment en ce qui concerne les cliques sociales et l'hypocrisie chez les ados. Le long-métrage a eu droit à son remake sous format télévisée, qui n'a d'ailleurs jamais été diffusé aux USA à causes des fusillades qui ont eu lieu début 2018 et la chaîne Paramount Network a donc complètement bazardé la série qui, pour l'instant, n'a été diffusée que dans certains pays européens tels que la Norvège, l'Espagne ou encore la Finlande. J'avais regardé le trailer et les photographies promotionnelles et honnêtement, ça me donnait pas vraiment envie de regarder la série mais en tant que bonne rédactrice ciné/série, je pense regarder la série dans le mois et je verrais si j'en écrirais une critique ou non. Je vais maintenant cloturer cette critique et, vous l'aurez compris, ce film reste un veritable coup de cœur que je prends toujours plaisir à regarder.





Heathers, une excellente comédie noire des années 80.

4 sept. 2018

Heathers movie 1989

Il en aura fallu du temps pour que je me decide enfin à écrire une critique sur le film Heathers, réalisé par Michael Lehmann en 1989. Considéré comme la version sombre de The Breakfast Club de John Hughes, Heathers est une comédie noire et plus précieusement une satire sur la société ayant tendance à banaliser le suicide chez les adolescents. Petite piqûre de rappel concernant le synopsis: Veronica Sawyer fait partie de la bande la plus populaire de son lycée et excepté elle, les trois autres filles de la bande s’appellent Heather: Heather Chandler, Heather Duke et Heather McNamara. Les Heathers sont des filles méprisables et cruelles et Veronica finit par ne plus supporter leurs comportements. Elle fait ensuite la rencontre de J.D, un nouvel élève mysterious et Veronica va vite tomber sous son charme mais aussi sous son influence macabre.


Des anti-héros torturés et complexes

Heathers dépeint deux personnages principaux hors du commun. Veronica est un personnage vraiment intéressant, elle a abandonné ses amis pour d'autres afin de devenir populaire. Elle a pourtant beaucoup de mal à accepter le comportement de son groupe d'amies qui ne cesse de martyriser ceux qui sont en bas de l'échelle sociale. Son debut de relation avec J.D. commence juste après qu'elle se soit enfin rebellé contre Heather Chandler et elle confie alors à J.D., par esprit de vengeance, voir Heather vomir ses tripes. Ce qui commence par une simple blague finit alors par un meurtre. Cette folie meurtrière est alors déclenchée par l'esprit tordu de J.D. Bien que Veronica devient une meurtrière, elle a un sens de la justice et au fond, c'est un personnage auquel on s'attache car c'est une fille brillante, un brin cynique, qui se bat pour les minorité et veut seulement que tout le monde s'entende avec tout le monde. Winona est incroyable dans ce rôle qui lui sied à merveille, elle fait preuve de beaucoup de maturité dans le film et il est difficile de croire qu'elle avait seulement 15-16 ans pendant le tournage. Je me reconnais assez dans le personnage de Veronica dans le sens où moi aussi j'avais tendance à effacer celle que j'étais dans mon groupe d'amies et je n'osais pas vraiment les contredire. Veronica est une outsider dans son groupe et en rencontrant J.D, elle se lie enfin avec quelqu'un qui partage les mêmes idéaux qu'elle.

Christian Slater, qui dit s'être inspiré de la performance de Jack Nicholson dans Shinning, est parfait dans le rôle de J.D, psychopathe à la belle gueule. Le personnage a beaucoup de charisme, ce qui aide à comprendre comment et pourquoi Veronica a pu se laisser entraîner dans cet engrenage morbide. J.D. l'aide en fait à assouvir ses désirs les plus tordus. En effet, avant même d'entamer une relation avec J.D, on peut voir Veronica écrire dans son journal intime: Betty Finn was a true friend and I sold her out for a bunch of Swatch dogs and Diet Coke heads. Killing Heather would be like offing the wicked witch of the west... wait east. West! God! I sound like a fucking psycho. Au final, on ne peut que craquer pour J.D. alors qu'en réalité, c'est un psychopathe tordu qui aime tuer des gens. Je trouve ça vraiment intéressant que le film puisse nous faire apprécier un personnage aussi dérangeant, poussant le vice encore plus loin dans le malaise. Veronica et J.D. forment à tous deux un duo passionnel et intense mais également toxique, ce qu'on peut voir notamment dans une scène assez marquante se passant dans la voiture de ce dernier.

Heathers movie 1989

Heathers, une satire sociale sur les adolescents

Heathers est une comédie noire qui se veut satirique et subversive et en montrant des actions exagérées et improbables, dépeint une réalité sur la société mais aussi sur les adolescents et la pression sociale instaurée au lycée. Le lycée est régi par les élèves populaires où les élèves moins populaire tels que les geeks y sont martyrisés. Le film traite de manière transgressive des sujets sérieux tels que le suicide, le meurtre, le viol ou encore les troubles de l'alimentation. Le film montre également à quel point les adolescents peuvent être hypocrite, notamment dans les scènes de funérailles. Heather Chandler avait beau être populaire, elle était plus crainte que aimé et pourtant, la majorité des élèves vont idéalisé sa personnalité en faisant abstraction de sa cruauté, ils iront même jusqu'à vouloir dédier l'annuaire du lycée en son honneur. Avec ces faux-suicides, le suicide est romantisé et devient en quelque sorte un signe de popularité et c'est souligné quand Heather Duke (Shannen Doherty) dit à Veronica à propos de Martha, une élève martyrisée ayant voulu se suicider:
Veronica: Is she dead?
Heather Duke: No... that's the punchline. She's alive, and in stable condition. Just another case of a geek trying to imitate the popular people and failing miserably.
Cet échange enrage Veronica car il banalise l'acte extrêmement inquiétant de Martha mais Veronica ressent une certaine culpabilité car au fond, c'est de sa faute si le suicide s'est popularisé mais surtout banalisé. Cela montre également une certaine indifférence et une certaine cruauté dont peut faire preuve les adolescents entre eux. Au sein des Heathers, on sent que l'amitié n'a aucune réelle valeur puisque Heather Chandler se moquait de Chandler Duke (notamment de sa boulimie) et quand Heather Chandler mourut et Heather Duke pris sa place en tant que Queen B, elle n'hésitera pas une seconde à humilier Heather McNamara.

Alors, on regarde ou pas ?

Heathers est vraiment à mon avis un film culte qu’il faut voir absolument. C'est bourré d'humour noir et de sarcasme avec des quotes iconiques tel que “Fuck me gently with a chainsaw” ou encore “Dear diary, my teen-angst bullshit now has a body count”. Le long-métrage est merveilleusement bien porté par le duo Rider-Slater, qui ont une superbe alchimie à l'écran. Au final, Heathers est surtout un teen-movie qui a su se démarquer des autres et comme Veronica parmi les Heathers, le film est un véritable outsider parmi les autres teen-movies de l'époque et c'est peut-être aussi pour ça que le long-métrage fit un véritable flop au box-office. Heureusement, il a su gagner son statut de film culte avec le temps en étant diffusé à la télé et avec la sortie du film en VHS. Il est évident que sans Heathers, le film Mean Girls n'aurait probablement jamais vu le jour et quand on oppose les deux films, ça saute aux yeux à quel point Mean Girls s’inspire beaucoup de Heathers notamment en ce qui concerne les cliques sociales et l'hypocrisie chez les ados. Le long-métrage a eu droit à son remake sous format télévisée, qui n'a d'ailleurs jamais été diffusé aux USA à causes des fusillades qui ont eu lieu début 2018 et la chaîne Paramount Network a donc complètement bazardé la série qui, pour l'instant, n'a été diffusée que dans certains pays européens tels que la Norvège, l'Espagne ou encore la Finlande. J'avais regardé le trailer et les photographies promotionnelles et honnêtement, ça me donnait pas vraiment envie de regarder la série mais en tant que bonne rédactrice ciné/série, je pense regarder la série dans le mois et je verrais si j'en écrirais une critique ou non. Je vais maintenant cloturer cette critique et, vous l'aurez compris, ce film reste un veritable coup de cœur que je prends toujours plaisir à regarder.





© Le Rewind Club – La (pop) culture d'hier et d'aujourd'hui. Design by Fearne and edited by Jules.