My Stepmother is an Alien, une comédie de science-fiction complètement loufoque.

13 nov. 2018

My Stepmother is an Alien / J’ai épousé une extra-terrestre
Aujourd’hui, je reviens avec un article sur un film des années 80 qui est relativement moins réputé que ceux dont j’ai pu vous parler auparavant. My Stepmother is an Alien (ou J’ai épousé une extra-terrestre en VF) fut réalisé en 1988 et le titre dit tout: c’est l'histoire d’un scientifique, Steven “Steve” Mills (interprété par Dan Aykroyd) qui élève seul sa fille de 13 ans, Jessie (interprétée par une très jeune Alyson Hannigan) et qui va tomber amoureux d’une femme plus que sublime interprétée par Kim Basinger qui se révèle être une extra-terrestre qui est venu sur Terre pour collecter des informations sur les travaux de Steve.



Comédie de science fiction loufoque qui ne convainc pas...
My Stepmother is an Alien fut un énorme échec au box-office et bien que j’admets que ce ne soit pas le meilleur film sorti cette année-là (ni même de la décennie), ça se regarde. Le film est en lui-même bizarre et loufoque. Malheureusement, le long-métrage est invraisemblable et les personnages ne sont pas vraiment recherchés. Kim Basinger joue le rôle d’une extra-terrestre envoyée en mission sur Terre pour en savoir plus sur les travaux de Steven Mills. Bien que Celeste ait été briefé sur les coutumes terriennes, les informations qu’elle a reçu semble être erronées et elle se tourne vite en ridicule. Mais c’est grâce à ça (et à sa plastique) que Steven va vite tomber sous le charme. Bon, en toute honnêteté, on ne croit pas une seconde le couple formé par Steven et Celeste: seulement 24h après leur rencontre, le personnage interprété par Dan Aykroyd demande Celeste en mariage et il est vrai que pendant les 1h45 du film, pas une fois on ne voit une scène où les deux tourtereaux nouent vraiment des liens forts, si ce n’est dans le lit conjugal. On repassera donc pour une belle histoire d’amour.

De plus, il aurait été intéressant que le film exploite davantage le genre de science-fiction car ça reste assez maigre de ce coté-là. On reste vraiment sur de la comédie de bas-étage et c'est plutôt dommage. Au-delà de ça, le long-métrage n’offre pas vraiment de surprise, c’est assez prévisible et bien que l’humour soit présent dans le film, il est parfois lourd, répétitif et ne fonctionne pas à tous les coups. Le jeu des acteurs est passable, mention spéciale pour Kim Basinger et Jon Lovitz (qui interprète le frère de Steven Mills) dont la performance se démarque des autres. Dan Aykroyd est plutôt agaçant dans le film, son rôle de scientifique complètement sous le charme de Celeste le rende plutôt abruti par moment… Bref, c’est loin d’être son meilleur rôle. Alyson Hannigan est mignonne dans le film et sa performance reste correcte. Pour les fans du Buffyverse, c’est assez mignon car Seth Green est également présent dans le film, dans une courte scène où il joue le date du personnage d’Alyson Hannigan. En effet, Seth Green jouait le rôle de Oz dans Buffy contre les vampires, le petit-ami loup-garou de Willow dans les saisons 3 et 4.


Alors, on regarde ou pas ?
Dans le fond, My Stepmother is an Alien n'est pas si horrible que cela, ça se regarde et ça se regarde même assez vite. Voilà peut-être le problème de ce long-métrage, tout se passe relativement trop vite, on n'a pas vraiment le temps de s'attacher aux personnages qui manque de profondeur, on n'apprend pas vraiment à les connaitre, ce qui fait que My Stepmother is an Alien reste plutôt lisse et creux, c'est simple et sans rebondissement. Au final, on reste trop à la surface des choses et on se retrouve donc avec une histoire qui a du mal à convaincre. Je reste mitigé car c'est un film que j'appréciais quand j'étais plus jeune et je l'ai regardé à nouveau avant d'écrire cette critique et l’effet n'est plus vraiment le même... Bref, il y a beaucoup mieux ailleurs et si vous n'êtes pas un aficionado du cinéma des années 80, vous pouvez passer votre chemin.


Enregistrer un commentaire

© Le Rewind Club – La (pop) culture d'hier et d'aujourd'hui. Design by Fearne and edited by Jules.