Last Action Hero 1993




Last Action Hero est un film américain réalisé par John McTiernan en 1993. Le héros de l'histoire est un jeune adolescent cinéphile, Danny Mannigan, qui est fan d'une série de films d'action, Jack Slater, mettant en scène l'acteur Arnold Schwarzenegger. Un soir, la veille de l'avant-première mondiale de Jack Slater IV, Nick, le gérant du cinéma, donne à Danny un ticket d'or magique que le grand magicien Harry Houdini lui avait offert. Le film commence mais quelques minutes plus tard, Danny se retrouve comme par magie dans le film, dans la voiture de Jack Slater. Grace à Danny qui a vu les premières minutes du film, il va aider Jack Slater à résoudre le meurtre de son cousin.



Franchement, qui n'a jamais rêver de pouvoir entrer dans un film et de vivre des aventures avec nos héros préférés ?! Je plaide coupable car même maintenant, il m'arrive d'imaginer ça. Ce film mélange parfaitement le genre de la comédie et de l'action et Arnold fait un travail extraordinaire dans ce film car, en effet, il fait de l'autodérision en faisant indirectement des références à tous les héros de films d'actions qu'il a pu incarner et de toutes ses fameuses répliques – notamment le fameux I'll be back. J'aime beaucoup aussi le personnage de Danny incarné par Austin O'Brien, c'est un adolescent lambda qui préfère regarder des films plutôt que d'aller en cours. Il apporte le coté frais et jeune du film. C'est son personnage qui rend le personnage de Schwarzenegger plus humain alors qu'il n'était au début qu'un personnage de film qui suivait le script. Austin O'Brien et Arnold Schwarzenegger forme un duo atypique mais qui fonctionne, qui n'est pas sans rapeller le duo que Schwarzenegger incarnait avec Edward Furlong dans Terminator 2, sorti un an auparavant.

❝Well I'm sorry to disappoint you but you're gonna live to enjoy all the glorious fruits life has got to offer - acne, shaving, premature ejaculation... and your first divorce.❞ - Jack Slater

Last Action Hero (1993)

Un des passages les plus intéressant dans le film est le moment où Jack Slater se rend avec Danny dans le vrai monde. Il va être désorienté et va en quelque sorte perdre son identité: il sait désormais qu'il n'est qu'un personnage de film et en entrant dans le monde réel, il perd tous les avantages que les films d'action pouvaient lui procurer. En effet, il ressent maintenant la douleur, ceci pour montrer le coté irréaliste des films d'action où le héro saute de cinq mètres et s'en sort miraculeusement indemne. Le plus dur pour Jack sera quand il sera confronté à son vrai lui, c'est-à-dire l'acteur Arnold Schwarzenegger. On a donc cette dimension intéressante de l'acteur Arnold Schwarzenegger qui joue son propre rôle dans le film – de manière drôle et auto-dérisoire – mais aussi celui de Jack Slater. Je ne comprends pas pourquoi ce film n'a pas reçu de bonnes critiques à sa sortie car on ne s'ennuie pas quand on regarde ce film, on s'attache aux personnages et c'est agréable de voir Schwarzenegger dans un rôle comique et je trouve qu'il est vraiment bon dans ce genre de rôle comme dans La Course au Jouet ou Un flic à la maternelle.


Alors, on regarde ou pas ?
Last Action Hero est un film culte qui parodie avec excellente et avec humour les blockbusters d'action et en ce qui me concerne, je ne me lasse jamais de le regarder donc je ne peux que vous le conseiller.



J'espère que ce premier article Back to the Nineties vous aura plu !




BACK TO THE NINETIES • Last Action Hero (1993).

2 déc. 2015

Last Action Hero 1993




Last Action Hero est un film américain réalisé par John McTiernan en 1993. Le héros de l'histoire est un jeune adolescent cinéphile, Danny Mannigan, qui est fan d'une série de films d'action, Jack Slater, mettant en scène l'acteur Arnold Schwarzenegger. Un soir, la veille de l'avant-première mondiale de Jack Slater IV, Nick, le gérant du cinéma, donne à Danny un ticket d'or magique que le grand magicien Harry Houdini lui avait offert. Le film commence mais quelques minutes plus tard, Danny se retrouve comme par magie dans le film, dans la voiture de Jack Slater. Grace à Danny qui a vu les premières minutes du film, il va aider Jack Slater à résoudre le meurtre de son cousin.



Franchement, qui n'a jamais rêver de pouvoir entrer dans un film et de vivre des aventures avec nos héros préférés ?! Je plaide coupable car même maintenant, il m'arrive d'imaginer ça. Ce film mélange parfaitement le genre de la comédie et de l'action et Arnold fait un travail extraordinaire dans ce film car, en effet, il fait de l'autodérision en faisant indirectement des références à tous les héros de films d'actions qu'il a pu incarner et de toutes ses fameuses répliques – notamment le fameux I'll be back. J'aime beaucoup aussi le personnage de Danny incarné par Austin O'Brien, c'est un adolescent lambda qui préfère regarder des films plutôt que d'aller en cours. Il apporte le coté frais et jeune du film. C'est son personnage qui rend le personnage de Schwarzenegger plus humain alors qu'il n'était au début qu'un personnage de film qui suivait le script. Austin O'Brien et Arnold Schwarzenegger forme un duo atypique mais qui fonctionne, qui n'est pas sans rapeller le duo que Schwarzenegger incarnait avec Edward Furlong dans Terminator 2, sorti un an auparavant.

❝Well I'm sorry to disappoint you but you're gonna live to enjoy all the glorious fruits life has got to offer - acne, shaving, premature ejaculation... and your first divorce.❞ - Jack Slater

Last Action Hero (1993)

Un des passages les plus intéressant dans le film est le moment où Jack Slater se rend avec Danny dans le vrai monde. Il va être désorienté et va en quelque sorte perdre son identité: il sait désormais qu'il n'est qu'un personnage de film et en entrant dans le monde réel, il perd tous les avantages que les films d'action pouvaient lui procurer. En effet, il ressent maintenant la douleur, ceci pour montrer le coté irréaliste des films d'action où le héro saute de cinq mètres et s'en sort miraculeusement indemne. Le plus dur pour Jack sera quand il sera confronté à son vrai lui, c'est-à-dire l'acteur Arnold Schwarzenegger. On a donc cette dimension intéressante de l'acteur Arnold Schwarzenegger qui joue son propre rôle dans le film – de manière drôle et auto-dérisoire – mais aussi celui de Jack Slater. Je ne comprends pas pourquoi ce film n'a pas reçu de bonnes critiques à sa sortie car on ne s'ennuie pas quand on regarde ce film, on s'attache aux personnages et c'est agréable de voir Schwarzenegger dans un rôle comique et je trouve qu'il est vraiment bon dans ce genre de rôle comme dans La Course au Jouet ou Un flic à la maternelle.


Alors, on regarde ou pas ?
Last Action Hero est un film culte qui parodie avec excellente et avec humour les blockbusters d'action et en ce qui me concerne, je ne me lasse jamais de le regarder donc je ne peux que vous le conseiller.



J'espère que ce premier article Back to the Nineties vous aura plu !





Vous aviez aimé la première édition et après cinq mois, voici la deuxième édition de Pause Café qui, si vous ne le savez pas, s'apparente à une discussion qu'on pourrait avoir entre nous. La question d'aujourd’hui est quelque chose qui a fait débat dans mon cercle de copines de fac quand je leur ai dit que je regardais encore des films ou des séries en VF. Du coup, après en avoir parlé avec ma meilleure amie, j'ai décidé que ce sujet serait parfait à discuter dans Pause Café.


Avant qu'on puisse tous comprendre plus ou moins l'anglais, on regardait tous nos films et nos séries en VF. Je ne sais plus exactement vers quel moment j'ai commencé à regarder mes séries en VOSTFR mais ça fait au moins 6-5 ans (je prends pour base la deuxième génération de Skins, PLL et Once Upon a Time). Et c'est vrai que j'étais le genre de fille à dire que regarder les séries en VO, c'était mieux, surtout que ça me permettait "d'améliorer mon anglais". Mais voila, il y a quelques semaines, j'ai dit à mes copines que j'allais voir Star Wars VII au Grand Rex...en VF. Catastrophe ! Un débat à commencé et une de mes potes m'a dit que, étant étudiante en anglais, je me devais de regarder toutes mes séries/films en VO.

Sauf que moi, j'ai commencé à regarder Star Wars en VF - et évidemment qe je pourrais regarder ce film en VO mais en fait, c'est seulement une question de nostalgie - et du coup, je continue en VF. Voila pourquoi, quand je refais des marathons de séries que je regardais petite ou étant jeune adolescente, je ne me pose la question deux fois et je les regarde en VF, je cite quelques exemples: Chuck, Gossip Girl, Smallville, Charmed, Buffy, etc. Bon j'avoue, les trois premières séries, je les ai aussi regardé en VO, surtout vers les dernières saisons.

Durant cette discussion, j'ai ensuite cité l'exemple des longs métrages d'animation et en particulier Dragons et vient alors cette question: Bordel, qui regarde les dessin-animés en VO ? Car, pour ma part, je trouve que les américains ne sont pas vraiment compétant concernant le doublage - il y a bien sûr des exceptions concernant surtout la "vieille" génération d'acteurs - et pour Dragons, c'est Jay Baruchel qui double Harold et je n'arrive pas à supporter sa voix que je trouve trop adulte pour le personnage et c'est encore pire pour America Ferrera qui double Astrid, qui a aussi une voix beaucoup trop adulte et qui ne colle pas du tout au personnage. Pour moi, la VF de Dragons est tout simplement excellente - je suis secrètement amoureuse de la voix de Donald Reignoux, LA voix de mon enfance, mais chut. J'aimerais d'ailleurs souligné que Matt Groening, le créateur des Simpson, préfère les voix françaises de ses personnages que les voix originales. Et je trouve qu'il a absolument raison de préférer la VF de sa série, Philippe Peythieu et Véronique Augereau font vraiment un travail remarquable en incarnant Homer et Marge.

En parlant de comédiens de doublage, il y a maintenant des voix emblématiques qui sont reconnaissable dès qu'on les entend comme Patrick Poivey qui double Bruce Willis, Céline Monsarrat qui double Julia Roberts et Richard Darbois qui double Harrison Ford - que j'ai pu voir en chair et en os durant la soirée Retour vers le Futur au Grand Rex -, j'aime aussi beaucoup la voix de Laura Préjean qui double entre autre Kristen Bell et Kaley Cuoco ainsi que Alexis Tomassian qui double beaucoup des personnages de dessins animés. Je ne vais pas tous les citer car j'en aurais pour des heures mais voilà des voix françaises iconiques qu'on adore autant que les acteurs qu'ils doublent.

Tout ça pour dire que je trouve ça assez dommage que les gens critiquent la VF avant de l'avoir entendu. Bien sur, il y a de mauvaises VF -tout comme il y a de mauvais films d'ailleurs-, les voix ne vont pas avec les acteurs et le pire des défauts d'une VF, c'est quand les voix ne sont pas synchronisées avec la bouche de l'acteur, une vraie horreur MAIS il y aussi d'excellentes VF qui deviennent culte avec le temps, je cite Retour vers le Futur, les Goonies - bien évidemment haha - et tant d'autres que j'oublie. Tout ça pour dire que, bien que je suis étudiante en anglais, je n'ai pas honte de regarder certains de mes films et de mes séries en VF.



Et vous, VF ou VO (ou les deux) et pourquoi ce choix ?



PAUSE CAFÉ • Regarder en VF, la honte ?

18 nov. 2015


Vous aviez aimé la première édition et après cinq mois, voici la deuxième édition de Pause Café qui, si vous ne le savez pas, s'apparente à une discussion qu'on pourrait avoir entre nous. La question d'aujourd’hui est quelque chose qui a fait débat dans mon cercle de copines de fac quand je leur ai dit que je regardais encore des films ou des séries en VF. Du coup, après en avoir parlé avec ma meilleure amie, j'ai décidé que ce sujet serait parfait à discuter dans Pause Café.


Avant qu'on puisse tous comprendre plus ou moins l'anglais, on regardait tous nos films et nos séries en VF. Je ne sais plus exactement vers quel moment j'ai commencé à regarder mes séries en VOSTFR mais ça fait au moins 6-5 ans (je prends pour base la deuxième génération de Skins, PLL et Once Upon a Time). Et c'est vrai que j'étais le genre de fille à dire que regarder les séries en VO, c'était mieux, surtout que ça me permettait "d'améliorer mon anglais". Mais voila, il y a quelques semaines, j'ai dit à mes copines que j'allais voir Star Wars VII au Grand Rex...en VF. Catastrophe ! Un débat à commencé et une de mes potes m'a dit que, étant étudiante en anglais, je me devais de regarder toutes mes séries/films en VO.

Sauf que moi, j'ai commencé à regarder Star Wars en VF - et évidemment qe je pourrais regarder ce film en VO mais en fait, c'est seulement une question de nostalgie - et du coup, je continue en VF. Voila pourquoi, quand je refais des marathons de séries que je regardais petite ou étant jeune adolescente, je ne me pose la question deux fois et je les regarde en VF, je cite quelques exemples: Chuck, Gossip Girl, Smallville, Charmed, Buffy, etc. Bon j'avoue, les trois premières séries, je les ai aussi regardé en VO, surtout vers les dernières saisons.

Durant cette discussion, j'ai ensuite cité l'exemple des longs métrages d'animation et en particulier Dragons et vient alors cette question: Bordel, qui regarde les dessin-animés en VO ? Car, pour ma part, je trouve que les américains ne sont pas vraiment compétant concernant le doublage - il y a bien sûr des exceptions concernant surtout la "vieille" génération d'acteurs - et pour Dragons, c'est Jay Baruchel qui double Harold et je n'arrive pas à supporter sa voix que je trouve trop adulte pour le personnage et c'est encore pire pour America Ferrera qui double Astrid, qui a aussi une voix beaucoup trop adulte et qui ne colle pas du tout au personnage. Pour moi, la VF de Dragons est tout simplement excellente - je suis secrètement amoureuse de la voix de Donald Reignoux, LA voix de mon enfance, mais chut. J'aimerais d'ailleurs souligné que Matt Groening, le créateur des Simpson, préfère les voix françaises de ses personnages que les voix originales. Et je trouve qu'il a absolument raison de préférer la VF de sa série, Philippe Peythieu et Véronique Augereau font vraiment un travail remarquable en incarnant Homer et Marge.

En parlant de comédiens de doublage, il y a maintenant des voix emblématiques qui sont reconnaissable dès qu'on les entend comme Patrick Poivey qui double Bruce Willis, Céline Monsarrat qui double Julia Roberts et Richard Darbois qui double Harrison Ford - que j'ai pu voir en chair et en os durant la soirée Retour vers le Futur au Grand Rex -, j'aime aussi beaucoup la voix de Laura Préjean qui double entre autre Kristen Bell et Kaley Cuoco ainsi que Alexis Tomassian qui double beaucoup des personnages de dessins animés. Je ne vais pas tous les citer car j'en aurais pour des heures mais voilà des voix françaises iconiques qu'on adore autant que les acteurs qu'ils doublent.

Tout ça pour dire que je trouve ça assez dommage que les gens critiquent la VF avant de l'avoir entendu. Bien sur, il y a de mauvaises VF -tout comme il y a de mauvais films d'ailleurs-, les voix ne vont pas avec les acteurs et le pire des défauts d'une VF, c'est quand les voix ne sont pas synchronisées avec la bouche de l'acteur, une vraie horreur MAIS il y aussi d'excellentes VF qui deviennent culte avec le temps, je cite Retour vers le Futur, les Goonies - bien évidemment haha - et tant d'autres que j'oublie. Tout ça pour dire que, bien que je suis étudiante en anglais, je n'ai pas honte de regarder certains de mes films et de mes séries en VF.



Et vous, VF ou VO (ou les deux) et pourquoi ce choix ?



Halloween Movies

Bon, c'est bientôt Halloween et je ne sais pas pour vous, mais moi, j'adore cette fête. On a vraiment cette atmosphère automnale et on peut se goinfrer de bonbons et de pop-corn sans culpabiliser. J'ai trouvé que ça serait sympa de faire une petite liste de films agréable à regarder le soir d'Halloween. Par contre, si vous êtes friands de films horrifiques et gore, passez votre chemin car pour moi Halloween, c'est les films qui font tous sauf peur et qui sont plutôt destinés aux enfants ou aux grands enfants (j'avoue, je suis une âme sensible et je n'aime pas tellement les films d'horreur bien qu'avec le temps, j'arrive à en regarder certains). Donc voilà, j'espère que cette petite sélection (pas si petite que ça tout compte fait) vous plaira !




Hocus PocusRéalisé par Kenny Ortega en 1993.
Hocus Pocus
L'histoire ? Max Dennison vient de déménager à Salem avec sa famille. Le soir d'Halloween,il se voit obligé d'accompagner sa jeune sœur Dani dans sa ronde aux bonbons. Suite à maintes coïncidences, Max, Dani et Alisson (love interest de Max) se retrouvent dans la vieille maison des sœurs Sanderson. Max allume la bougie à flamme noire et les sorcières reviennent à la vie. Par la suite, les trois protagonistes devront sauver les enfants de Salem en empêchant les sorcières d'aspirer la vie de chacun d'entre eux.

Passer le soir d'Halloween sans regarder Hocus Pocus est tout simplement impossible voire même impardonnable. Plus sérieusement, en plus d'être un film cultissime, c'est vraiment le film le plus drôle et le plus sympa à regarder le jour d'Halloween et les trois actrices qui incarnent les sorcières sont juste excellentes. C'est le film d'Halloween de mon enfance et je pense que c'est le cas pour beaucoup de personnes qui lisent le blog. Même si c'est un film qu'on connait plus au moins par cœur, c'est toujours un plaisir de s’empiffrer de friandises tout en regardant ce film culte des années 90. 



Coraline - Réalisé par Henry Selick en 2009.
Coraline


L'histoire ? Coraline est une jeune fille qui vient d'emménager avec ses parents dans une immense maison. Toujours débordés par le travail, ses parents n'ont jamais le temps de s'occuper d'elle. Alors qu'elle fait la rencontre de ses nouveaux voisins et explore sa nouvelle maison, Caroline va découvrir une étrange petite porte conduisant à un monde parallèle où elle fera la rencontre de son autre-père et son autre-mère. Mais les choses ne sont pas ce qu'elle semblent être...

Produit par le studio Laika, spécialisé dans l'animation stop-motion, Coraline est de mes films d'animation préférés, j'ai tout suite accroché à l'univers intriguant de l'histoire, qui est assez similaire de l'univers de Tim Burton. Caroline est un personnage tellement géniale, ce n'est pas une petite fille qui à peur de tout, c'est un personnage très fort avec une personnalité totalement génial! Bref, je vous conseille ce film pour la soirée d'Halloween, c'est étrange, intriguant et magique! 



Beetlejuice - Réalisé par Tim Burton en 1988.
Beetlejuice


L'histoire ? Deux jeunes mariés, Adam et Barbara, sont récemment décédés et deviennent alors des fantômes. Ils sont obligé de hanter leur maison pendant 125 ans alors que de nouveaux occupants, Charles et Delia et leur fille Lydia, viennent d'acquérir leur maison. Ils décident alors de faire appel à un bio-exorciste prénommé Beetlejuice pour qu'il les fasse fuir. Mais cela sera loin d’être facile, sans compter que Beetlejuice est une personne abjecte et que Adam et Barbara vont se lié d'amitié avec la jeune Lydia.

Un film classique, un des premiers longs-métrages réalisé par Tim Burton et qui est juste parfait pour Halloween, le personnage de Beetlejuice est détestable mais c'est le but (je ne sais pas vous, mais j'ai tellement de mal à reconnaître Michael Keaton sous ce maquillage). L'histoire est sympa et bon, c'est Tim Burton quoi, on se pose pas la question et on regarde!



Taram et le chaudron magiqueRéalisé par Ted Berman et Richard Rich en 1985.





L'histoire ? Taram est un jeune valet de ferme qui souhaite devenir guerrier. Aidé par le don de voyance que possède son porcelet nommé Tirelire, il doit à tout prix éviter qu'un mystérieux chaudron magique se retrouve entre les mains du maléfique Seigneur des Ténèbres. Dans sa quête, il rencontrera un petit personnage poilu, Gurgi, ainsi que la charmante princesse Eilonwy et le ménestrel Ritournel qui lui prêteront main forte tout au long de son aventure.

Taram et le chaudron magique est le fameux Disney qui fut renié par ces créateurs! Eh oui, Taram et le chaudron magique est une production de Disney qui n'a pas du tout marché lors de sa sortie au cinéma jugé alors trops effrayant pour les enfants. C'est justement pour ça que je trouve que ce film se démarque des autres films d'animations Disney. J'en conveins, ce film est légèrement effrayant pour un jeune public mais il reste, selon moi, un très bon film d'animation. Pour de grands enfants comme nous, ce film est parfait pour Halloween et malgré le coté sinistre du film, il y a des moments très marrants.



S.O.S Fantômes - Réalisé par en Ivan Reitman en 1984 (en 1989 pour le II).
SOS Fantômes - Ghostbusters



L'histoire ? Peter Venkman, Raymond Stantz et Egon Spengler sont des chercheurs (un brin loufoque) à l'université et viennent de se faire virer de leurs postes. Ils décident alors d'ouvrir une société d'investigations paranormales nommée SOS Fantômes. Bientot rejoint par un quatrième membre prénommé Winston Zeddemore, ils vont devoir protéger la ville de New-York du dieu sumérien Gozer.

Pas grand chose à dire concernant SOS Fantômes, mis à part que c'est un pur classique des années 80. Ce film est une excellente comédie fantastique avec des acteurs à mourir de rire et des fantômes en prime, ainsi qu'une chanson mythique qui reste dans les mémoires, que demandez de plus, n'est-ce pas ? Vous pouvez même ensuite enchaîner avec le deuxième opus qui est tout aussi bien ainsi que le remake qui est divertissant bien que assez en deça des films originaux.



L'étrange pouvoir de Norman - Réalisé par Sam Fell et Chris Butler en 2012.
L'étrange pouvoir de Norman - Paranorman



L'histoire ? Dans la petit ville de Blithe Hallow vit  Norman, un garçon introverti et très isolé et personne n'arrive à le comprendre. En fait, Normal a la capacité de voir les fantômes et discute régulièrement avec sa grand-mère récemment décédé. Alors que Norman commence à avoir des visions étranges, des morts sortent de terre et terrorise la ville. Norman, aidé par ses nouveaux amis, va devoir sauver la ville.

Egalement une production du studio Laika, L'étrange pouvoir de Norman suit la même ligné que Coraline. C'est un très bon film d'animation, on s'attache aux personnages, chacun apportant son petit quelque chose à l'histoire, ils sont tous à mourir de rire et l'histoire, qui reprend pourtant une idée déjà exploitée dans plusieurs films, est juste très bien menée, et on passe vraiment un agréable moment, un film vraiment génial pour le soir d'Halloween!


Je comptais arrêté ma liste ici, en proposant donc trois films et trois films d'animation mais je rajoute deux bonus qui sont juste indispensable le soir d'Halloween:



HalloweentownHalloweentown est une série de quatre téléfilms (mais je vous conseille surtout les deux premiers, les deux derniers s’apparentant plus à du teen-movie inintéressant) produit par Disney Channel. On y suit Marnie, une jeune adolescente qui découvre qu'elle est une sorcière. La nuit d'Halloween, elle va suivre sa grand-mère jusqu'à Halloweentown, une ville magique peuplé de créatures étranges. Halloweentown, ce sont vraiment des téléfilms qui ont été réalisé quand Disney Channel faisait vraiment des films sympas et originaux et ça me rappelle mon enfance. Je vous conseille donc de regarder les deux premiers téléfilms qui sont vraiment géniaux et magique.




Et comme j'ai tellement de mal à finir cet article alors qu'il y a encore tellement de films à citer, je vous donne le reste avec une petite liste rapide: Le Manoir Hanté et les 999 fantômes, La Famille Adams, Des Amours de Sœurcières, Frankenweenie (le cours métrage ainsi que le film d'animation), Hôtel Transylvanie I & II, Casper (le film de 1995), L'Île aux sorciers (film danois hyper bien), Monster House et tout les épisodes Treehouse of Horror des Simpson. Bien sûr, toute ma sélection est calquée selon mes goûts, vous pouvez bien évidemment regardé ce que vous voulez ce soir-là ! 





INSTANT CINOCHE • Halloween Movies.

27 oct. 2015

Halloween Movies

Bon, c'est bientôt Halloween et je ne sais pas pour vous, mais moi, j'adore cette fête. On a vraiment cette atmosphère automnale et on peut se goinfrer de bonbons et de pop-corn sans culpabiliser. J'ai trouvé que ça serait sympa de faire une petite liste de films agréable à regarder le soir d'Halloween. Par contre, si vous êtes friands de films horrifiques et gore, passez votre chemin car pour moi Halloween, c'est les films qui font tous sauf peur et qui sont plutôt destinés aux enfants ou aux grands enfants (j'avoue, je suis une âme sensible et je n'aime pas tellement les films d'horreur bien qu'avec le temps, j'arrive à en regarder certains). Donc voilà, j'espère que cette petite sélection (pas si petite que ça tout compte fait) vous plaira !




Hocus PocusRéalisé par Kenny Ortega en 1993.
Hocus Pocus
L'histoire ? Max Dennison vient de déménager à Salem avec sa famille. Le soir d'Halloween,il se voit obligé d'accompagner sa jeune sœur Dani dans sa ronde aux bonbons. Suite à maintes coïncidences, Max, Dani et Alisson (love interest de Max) se retrouvent dans la vieille maison des sœurs Sanderson. Max allume la bougie à flamme noire et les sorcières reviennent à la vie. Par la suite, les trois protagonistes devront sauver les enfants de Salem en empêchant les sorcières d'aspirer la vie de chacun d'entre eux.

Passer le soir d'Halloween sans regarder Hocus Pocus est tout simplement impossible voire même impardonnable. Plus sérieusement, en plus d'être un film cultissime, c'est vraiment le film le plus drôle et le plus sympa à regarder le jour d'Halloween et les trois actrices qui incarnent les sorcières sont juste excellentes. C'est le film d'Halloween de mon enfance et je pense que c'est le cas pour beaucoup de personnes qui lisent le blog. Même si c'est un film qu'on connait plus au moins par cœur, c'est toujours un plaisir de s’empiffrer de friandises tout en regardant ce film culte des années 90. 



Coraline - Réalisé par Henry Selick en 2009.
Coraline


L'histoire ? Coraline est une jeune fille qui vient d'emménager avec ses parents dans une immense maison. Toujours débordés par le travail, ses parents n'ont jamais le temps de s'occuper d'elle. Alors qu'elle fait la rencontre de ses nouveaux voisins et explore sa nouvelle maison, Caroline va découvrir une étrange petite porte conduisant à un monde parallèle où elle fera la rencontre de son autre-père et son autre-mère. Mais les choses ne sont pas ce qu'elle semblent être...

Produit par le studio Laika, spécialisé dans l'animation stop-motion, Coraline est de mes films d'animation préférés, j'ai tout suite accroché à l'univers intriguant de l'histoire, qui est assez similaire de l'univers de Tim Burton. Caroline est un personnage tellement géniale, ce n'est pas une petite fille qui à peur de tout, c'est un personnage très fort avec une personnalité totalement génial! Bref, je vous conseille ce film pour la soirée d'Halloween, c'est étrange, intriguant et magique! 



Beetlejuice - Réalisé par Tim Burton en 1988.
Beetlejuice


L'histoire ? Deux jeunes mariés, Adam et Barbara, sont récemment décédés et deviennent alors des fantômes. Ils sont obligé de hanter leur maison pendant 125 ans alors que de nouveaux occupants, Charles et Delia et leur fille Lydia, viennent d'acquérir leur maison. Ils décident alors de faire appel à un bio-exorciste prénommé Beetlejuice pour qu'il les fasse fuir. Mais cela sera loin d’être facile, sans compter que Beetlejuice est une personne abjecte et que Adam et Barbara vont se lié d'amitié avec la jeune Lydia.

Un film classique, un des premiers longs-métrages réalisé par Tim Burton et qui est juste parfait pour Halloween, le personnage de Beetlejuice est détestable mais c'est le but (je ne sais pas vous, mais j'ai tellement de mal à reconnaître Michael Keaton sous ce maquillage). L'histoire est sympa et bon, c'est Tim Burton quoi, on se pose pas la question et on regarde!



Taram et le chaudron magiqueRéalisé par Ted Berman et Richard Rich en 1985.





L'histoire ? Taram est un jeune valet de ferme qui souhaite devenir guerrier. Aidé par le don de voyance que possède son porcelet nommé Tirelire, il doit à tout prix éviter qu'un mystérieux chaudron magique se retrouve entre les mains du maléfique Seigneur des Ténèbres. Dans sa quête, il rencontrera un petit personnage poilu, Gurgi, ainsi que la charmante princesse Eilonwy et le ménestrel Ritournel qui lui prêteront main forte tout au long de son aventure.

Taram et le chaudron magique est le fameux Disney qui fut renié par ces créateurs! Eh oui, Taram et le chaudron magique est une production de Disney qui n'a pas du tout marché lors de sa sortie au cinéma jugé alors trops effrayant pour les enfants. C'est justement pour ça que je trouve que ce film se démarque des autres films d'animations Disney. J'en conveins, ce film est légèrement effrayant pour un jeune public mais il reste, selon moi, un très bon film d'animation. Pour de grands enfants comme nous, ce film est parfait pour Halloween et malgré le coté sinistre du film, il y a des moments très marrants.



S.O.S Fantômes - Réalisé par en Ivan Reitman en 1984 (en 1989 pour le II).
SOS Fantômes - Ghostbusters



L'histoire ? Peter Venkman, Raymond Stantz et Egon Spengler sont des chercheurs (un brin loufoque) à l'université et viennent de se faire virer de leurs postes. Ils décident alors d'ouvrir une société d'investigations paranormales nommée SOS Fantômes. Bientot rejoint par un quatrième membre prénommé Winston Zeddemore, ils vont devoir protéger la ville de New-York du dieu sumérien Gozer.

Pas grand chose à dire concernant SOS Fantômes, mis à part que c'est un pur classique des années 80. Ce film est une excellente comédie fantastique avec des acteurs à mourir de rire et des fantômes en prime, ainsi qu'une chanson mythique qui reste dans les mémoires, que demandez de plus, n'est-ce pas ? Vous pouvez même ensuite enchaîner avec le deuxième opus qui est tout aussi bien ainsi que le remake qui est divertissant bien que assez en deça des films originaux.



L'étrange pouvoir de Norman - Réalisé par Sam Fell et Chris Butler en 2012.
L'étrange pouvoir de Norman - Paranorman



L'histoire ? Dans la petit ville de Blithe Hallow vit  Norman, un garçon introverti et très isolé et personne n'arrive à le comprendre. En fait, Normal a la capacité de voir les fantômes et discute régulièrement avec sa grand-mère récemment décédé. Alors que Norman commence à avoir des visions étranges, des morts sortent de terre et terrorise la ville. Norman, aidé par ses nouveaux amis, va devoir sauver la ville.

Egalement une production du studio Laika, L'étrange pouvoir de Norman suit la même ligné que Coraline. C'est un très bon film d'animation, on s'attache aux personnages, chacun apportant son petit quelque chose à l'histoire, ils sont tous à mourir de rire et l'histoire, qui reprend pourtant une idée déjà exploitée dans plusieurs films, est juste très bien menée, et on passe vraiment un agréable moment, un film vraiment génial pour le soir d'Halloween!


Je comptais arrêté ma liste ici, en proposant donc trois films et trois films d'animation mais je rajoute deux bonus qui sont juste indispensable le soir d'Halloween:



HalloweentownHalloweentown est une série de quatre téléfilms (mais je vous conseille surtout les deux premiers, les deux derniers s’apparentant plus à du teen-movie inintéressant) produit par Disney Channel. On y suit Marnie, une jeune adolescente qui découvre qu'elle est une sorcière. La nuit d'Halloween, elle va suivre sa grand-mère jusqu'à Halloweentown, une ville magique peuplé de créatures étranges. Halloweentown, ce sont vraiment des téléfilms qui ont été réalisé quand Disney Channel faisait vraiment des films sympas et originaux et ça me rappelle mon enfance. Je vous conseille donc de regarder les deux premiers téléfilms qui sont vraiment géniaux et magique.




Et comme j'ai tellement de mal à finir cet article alors qu'il y a encore tellement de films à citer, je vous donne le reste avec une petite liste rapide: Le Manoir Hanté et les 999 fantômes, La Famille Adams, Des Amours de Sœurcières, Frankenweenie (le cours métrage ainsi que le film d'animation), Hôtel Transylvanie I & II, Casper (le film de 1995), L'Île aux sorciers (film danois hyper bien), Monster House et tout les épisodes Treehouse of Horror des Simpson. Bien sûr, toute ma sélection est calquée selon mes goûts, vous pouvez bien évidemment regardé ce que vous voulez ce soir-là ! 





L'Histoire sans fin (The Neverending Story) 1984



L'Histoire sans fin (The Neverending Story) est un film germano-américian réalisé par Wolfgang Petersen en 1984. Adaptation du livre éponyme écrit par Micheal Ende en 1979, on va suivre l'histoire de Bastien, un jeune garçon d'une dizaine d'années qui n'a pas d'amis et qui est très solitaire , de plus, sa mère est morte récemment et il a du mal à communiquer avec son père, trop absorbé par son travail. Alors qu'il est sur le chemin de l'école, il se fait attaquer par une bande de jeunes qui veulent le racketter et finissent par le balancer dans une poubelle (oui oui), il en sort pour retomber nez à nez avec eux. Il se réfugie alors dans une librairie où il rencontre pour la première fois l'homme atypique qu'est Mr Koreander. Le libraire est en train de lire un étrange livre qui attire l’œil de Bastien. Contre toute attente, il dérobe le bouquin. Etant trop en retard pour aller en salle de classe, Bastien se réfugie dans le grenier de son école pour commencer la lecture de ce livre intriguant et va découvrir un monde magique: Fantasia. Mais ce monde est en danger et risque de disparaître à tout jamais à cause du Néant qui est en train de tout engloutir sur son passage. Bastien ne sait pas encore qu'il est sur le point de vivre une incroyable aventure!



L'Histoire sans Fin ou quand la lecture et la magie sont au cœur de l'aventure

Ce film est un classique des années 80. Il a fait rêver des tas d'enfants et à l'heure d'aujourd'hui, me fait toujours rêver: et si l'histoire d'un livre était réelle et était vraiment en train se de dérouler au moment où on la lit ? C'est ça l'intrigue de L'Histoire sans Fin. Bastien est un personnage ordinaire/cliché: orphelin d'une mère, son père ne lui prête pas beaucoup d'attention, il n'a pas d'amis donc il se réfugie dans les romans d'aventures. L'acteur qui interprète Bastien, Barrett Oliver, a une bouille attachante et quand j'étais enfant, il était facile de s'identifier à lui. J'adore ce premier film car tout au long du film, on pense que l'histoire est tel qu'elle est et que ce qui est montré parvient alors de l'imagination de Bastien mais au fur et à mesure que l'histoire est racontée, des indices apparaissent qui laisseraient penser que Bastien aurait un rôle important à jouer dans le sauvetage de Fantasia. Quant au personnage d'Atreyu, c'est le héros type mais il aurait pu être plus exploité, il est censé être un guerrier glorieux alors qu'il n'est qu'un enfant et moi justement, j'ai plus vu le coté enfant que le coté guerrier mais à part ça, ça reste un bon personnage.

En fait, ce film apporte un très beau message et j'ai beaucoup aimé l'interprétation donnée au Néant qui détruit Fantasia et à Fantasia elle-même. L'Histoire sans fin est un film qui donne envie de se plonger dans des livres à longueur de journée. C'est plutôt dommage que ce film ait assez mal vieilli, les décors font un peu kitsch aujourd'hui, mais à l'époque, ils ont tout de même réussi à me faire rêver étant enfant et ont rendu toute la fantasy du film très agréable - par contre, les effets spéciaux ont vraiment très mal vieilli. Le thème musical aussi joue beaucoup dans ce film, la musique donne une atmosphère assez intrigante et me fait un peu pensé à celle qu'il y a dans les Goonies.

L'Histoire sans fin (The Neverending Story) 1984


On pourrait croire que toute la magie du film marche mieux quand on lit le livre dont est tiré le film car quand on lit L'Histoire sans fin écrit par Michael Ende et qu'on imagine l'histoire, les personnages et les lieux, l'histoire elle-même raconte l'histoire d'un garçon qui lit un livre qui s'appelle L'Histoire sans fin, du coup, on devient en quelque sorte Bastien qui lui même devient Atreyu. Pourtant, le réalisateur à réussi à provoquer cette même sensation magique à la fin de film quand l'Impératrice s’adresse à Atreyu et lui apprend l'existence de Bastien et que ce dernier à suivi ses aventures, elle rajoute en disant que Bastien lui-même n'a jamais été seul durant tout le long de sa lecture et en s’adressant à la caméra, on comprends que c'est à nous qu'elle fait référence, c'est l'audience qui a tenu compagnie à Bastien, on devient alors une personne à part entière et importante du film – cette scène me donne des frissons à chaque fois. La fin est signe de renouveau, Bastien, grâce a son imagination, redonne vie à Fantasia – symbolique lié à l'Auryn, le symbole sur le livre et le talisman de l'Impératrice qui représente l' Ouroboros qui symbolise un cycle d'évolution et de renouveau éternel.

Alors, on regarde ou pas ?

Les avis pour ce film restent mitigés et il n'a pas vraiment marché aux USA, pourtant ça reste un excellent film des années 80 qui véhicule un message important sur le pouvoir de l'imagination et en autre le pouvoir de surmonter le deuil. C'est un film que j'apprécie beaucoup car il fait parti intégrante de mon enfance et quand je le regardais, j'enviais à chaque fois Bastien d'avoir en sa possession un livre aussi merveilleux. Une petite chose à déplorer pour ce film, qui n'est pas vraiment en rapport avec le film en lui même, mais c'est la VF, la synchronisation est juste catastrophique. Pour conclure, L'Histoire sans Fin, c'est un film qui permet d'échapper à la réalité et d'accéder à un monde merveilleux basé sur le pouvoir de l'imagination et des rêves de chacun de nous.


BACK TO THE EIGHTIES • L'Histoire sans fin (1984).

20 oct. 2015

L'Histoire sans fin (The Neverending Story) 1984



L'Histoire sans fin (The Neverending Story) est un film germano-américian réalisé par Wolfgang Petersen en 1984. Adaptation du livre éponyme écrit par Micheal Ende en 1979, on va suivre l'histoire de Bastien, un jeune garçon d'une dizaine d'années qui n'a pas d'amis et qui est très solitaire , de plus, sa mère est morte récemment et il a du mal à communiquer avec son père, trop absorbé par son travail. Alors qu'il est sur le chemin de l'école, il se fait attaquer par une bande de jeunes qui veulent le racketter et finissent par le balancer dans une poubelle (oui oui), il en sort pour retomber nez à nez avec eux. Il se réfugie alors dans une librairie où il rencontre pour la première fois l'homme atypique qu'est Mr Koreander. Le libraire est en train de lire un étrange livre qui attire l’œil de Bastien. Contre toute attente, il dérobe le bouquin. Etant trop en retard pour aller en salle de classe, Bastien se réfugie dans le grenier de son école pour commencer la lecture de ce livre intriguant et va découvrir un monde magique: Fantasia. Mais ce monde est en danger et risque de disparaître à tout jamais à cause du Néant qui est en train de tout engloutir sur son passage. Bastien ne sait pas encore qu'il est sur le point de vivre une incroyable aventure!



L'Histoire sans Fin ou quand la lecture et la magie sont au cœur de l'aventure

Ce film est un classique des années 80. Il a fait rêver des tas d'enfants et à l'heure d'aujourd'hui, me fait toujours rêver: et si l'histoire d'un livre était réelle et était vraiment en train se de dérouler au moment où on la lit ? C'est ça l'intrigue de L'Histoire sans Fin. Bastien est un personnage ordinaire/cliché: orphelin d'une mère, son père ne lui prête pas beaucoup d'attention, il n'a pas d'amis donc il se réfugie dans les romans d'aventures. L'acteur qui interprète Bastien, Barrett Oliver, a une bouille attachante et quand j'étais enfant, il était facile de s'identifier à lui. J'adore ce premier film car tout au long du film, on pense que l'histoire est tel qu'elle est et que ce qui est montré parvient alors de l'imagination de Bastien mais au fur et à mesure que l'histoire est racontée, des indices apparaissent qui laisseraient penser que Bastien aurait un rôle important à jouer dans le sauvetage de Fantasia. Quant au personnage d'Atreyu, c'est le héros type mais il aurait pu être plus exploité, il est censé être un guerrier glorieux alors qu'il n'est qu'un enfant et moi justement, j'ai plus vu le coté enfant que le coté guerrier mais à part ça, ça reste un bon personnage.

En fait, ce film apporte un très beau message et j'ai beaucoup aimé l'interprétation donnée au Néant qui détruit Fantasia et à Fantasia elle-même. L'Histoire sans fin est un film qui donne envie de se plonger dans des livres à longueur de journée. C'est plutôt dommage que ce film ait assez mal vieilli, les décors font un peu kitsch aujourd'hui, mais à l'époque, ils ont tout de même réussi à me faire rêver étant enfant et ont rendu toute la fantasy du film très agréable - par contre, les effets spéciaux ont vraiment très mal vieilli. Le thème musical aussi joue beaucoup dans ce film, la musique donne une atmosphère assez intrigante et me fait un peu pensé à celle qu'il y a dans les Goonies.

L'Histoire sans fin (The Neverending Story) 1984


On pourrait croire que toute la magie du film marche mieux quand on lit le livre dont est tiré le film car quand on lit L'Histoire sans fin écrit par Michael Ende et qu'on imagine l'histoire, les personnages et les lieux, l'histoire elle-même raconte l'histoire d'un garçon qui lit un livre qui s'appelle L'Histoire sans fin, du coup, on devient en quelque sorte Bastien qui lui même devient Atreyu. Pourtant, le réalisateur à réussi à provoquer cette même sensation magique à la fin de film quand l'Impératrice s’adresse à Atreyu et lui apprend l'existence de Bastien et que ce dernier à suivi ses aventures, elle rajoute en disant que Bastien lui-même n'a jamais été seul durant tout le long de sa lecture et en s’adressant à la caméra, on comprends que c'est à nous qu'elle fait référence, c'est l'audience qui a tenu compagnie à Bastien, on devient alors une personne à part entière et importante du film – cette scène me donne des frissons à chaque fois. La fin est signe de renouveau, Bastien, grâce a son imagination, redonne vie à Fantasia – symbolique lié à l'Auryn, le symbole sur le livre et le talisman de l'Impératrice qui représente l' Ouroboros qui symbolise un cycle d'évolution et de renouveau éternel.

Alors, on regarde ou pas ?

Les avis pour ce film restent mitigés et il n'a pas vraiment marché aux USA, pourtant ça reste un excellent film des années 80 qui véhicule un message important sur le pouvoir de l'imagination et en autre le pouvoir de surmonter le deuil. C'est un film que j'apprécie beaucoup car il fait parti intégrante de mon enfance et quand je le regardais, j'enviais à chaque fois Bastien d'avoir en sa possession un livre aussi merveilleux. Une petite chose à déplorer pour ce film, qui n'est pas vraiment en rapport avec le film en lui même, mais c'est la VF, la synchronisation est juste catastrophique. Pour conclure, L'Histoire sans Fin, c'est un film qui permet d'échapper à la réalité et d'accéder à un monde merveilleux basé sur le pouvoir de l'imagination et des rêves de chacun de nous.


The Breakfast Club (1985).
The Breakfast Club est un film réalisé par John Hughes en 1985. Ce teen-movie va suivre cinq adolescents, aux personnalités divergentes, alors qu'ils se retrouvent en retenue au lycée tout un samedi pour des raisons qui reste inconnues jusqu’à la fin du film. Le professeur qui les surveille, Mr Vernon, leur demande d'écrire une dissertation au sujet compliqué et personnel qui n'est ni plus ni moins le thème du film: Qui-pensez vous être? Contre toutes attentes, ces ados différents des uns des autres vont commencer au fil de la journée à s'apprécié et à se rendre compte qu'ils ne sont pas aussi différent qu'ils le croyaient.



The Breakfast Club et les personnages stéréotypés

The Breakfast Club a pour personnages principaux cinq adolescents, Claire the princess - interprétée par Molly Ringwald, Andie the athlete - interprété par Emilio Estevez, Brian the brain - interprété par Anthony Michael Hall, Allison  the basketcase - interprétée par Ally Sheedy - et Bender the criminal - interprété par Judd Nelson. On a donc une représentation stéréotypé sur le fameux statut social typique des ados américain présent dans les teen-movies. Pourtant, il est vite compris qu'avec ce film, John Hughes va chambouler tous ces codes. En effet, au début de leur journée (le terme anglais "journey" ici serait tellement plus approprié), les cinq ados ne se connaissent pratiquement pas et sont même réticent à l'idée de se parler dû à leur statut social différent, qui est un sujet omniprésent tout au long de The Breakfast Club. Dès le commencement du film, on est directement confronté à ce sujet quand Claire dit au principal Vernon "I don't belong here". En effet, elle veut sans doute dire qu'elle ne devrait tout simplement pas être en retenue, mais ici, John Hughes pose clairement un des sujets principaux du film. Il y a le thème de l’identité qui est aussi très présent dans le film avec cette question de dissertation à laquelle ils doivent répondre "Qui pensez-vous être ?". La suite enchaîne encore sur plusieurs questionnements: est-ce qu'un nerd peut être amis avec un populaire, peuvent-ils avoir le même cercle d'amis ? Nous pouvons nous-même se poser la question car au début du film, les personnages ne cessent de se quereller, surtout Bender, Andie et Claire, le marginal contre les deux populaires du lycée. Brian et surtout Allison sont quant à eux, un peu en retrait par rapport à ces trois personnages. Pourtant, lorsqu'ils se querellent, on commence à apprendre des informations importantes concernant les personnages, notamment sur leur vie familiale qui, pour chacun, est loin d'être parfaite, voire même dysfonctionnelle. 

The Breakfast Club (1985).

Le monde difficile de l'adolescence ou comment s'accepter et accepter les autres

Pour moi, le moment déclic de ce film, c'est la scène du couloir car c'est à partir de ce moment-ci que l’atmosphère entre les jeunes va commencer à se détendre petit à petit (en plus de la marijuana). On va alors remarquer qu'il y a un bad guy présent dans le film qui n'est autre que Mr Vernon, qui est dépeint de manière assez négative et représente alors l’abus de l'autorité parentale. C'est le moment crucial où, petit à petit, chacun commence à s'ouvrir aux uns et aux autres et que le film commence alors à livrer des scènes très émouvantes et pleines de vérité. Commence alors une des choses importantes que John Hugues espérait sûrement avec ce film: pouvoir s'identifier aux personnages. Ces jeunes sont clairement dans une lutte perpétuelle contre eux-même mais aussi contre les autres, notamment leurs parents. Ce sont des choses que nous connaissons et que nous avons nous-même vécu, c'est donc difficile de ne pas s'identifier à eux et surtout, de ne pas s'attacher à eux.

La scène où ils sont tous assis en rond est la scène la plus émouvante et la plus bouleversante du film. Les vérités éclatent, les masques tombent, ils se disputent encore sur ce fameux questionnement, peuvent-ils être amis malgré leurs différence, leur réputation respective et finalement, alors qu'ils sont tous en pleurs, ils se rendent compte qu'ils ne sont pas si différent qu'ils l'avaient imaginé et qu’auprès de leurs amis, surtout dans le cas d'Andie et Claire, ils n'ont jamais été réellement eux même et ont dû porté un masque pour supporter cette pression constante à devoir s'adapter aux clans sociaux de leur lycée. Finalement, ils ont tous des problèmes similaires et se rendent compte que leur réputation sociale ne vaut rien. Allison et Andie / Claire et Bender ont des personnalités différentes, même complètement opposées et pourtant, ils finissent ensemble et donc par accepter l'autre tel qu'il est vraiment et commence en quelque sorte à partager leur monde. Ils acceptent leurs différences et la scène entre Claire et Bender, lorsqu'elle lui offre une de ses boucles d'oreilles, est clairement le symbole pour nous montrer que cette lutte est enfin finie. Quant à la scène finale, elle est parfaite. C'est Brian qui nous offre la réponse à toutes les questions et les doutes des personnages en répondant à la fameuse question de dissertation du début "Qui pensez-vous être ?", il écrit alors au nom de tous pour ainsi s'unir, effaçant alors toutes les différences qu'il pouvait y avoir entre eux.
We think you're crazy to make us write an essay telling you who we think we are. You see us as you want to see us, in the simplest terms, in the most convenient definitions. But what we found out is that each one of us is a brain and an athlete and a basket case and a princess and a criminal... Does that answer your question? Sincerely yours, the Breakfast Club.❞ - Brian Johnson
The Breakfast Club (1985).



Alors, on regarde ou pas ?

The Breakfast Club est considéré comme étant LE chef-d'oeuvre de Hughes et je suis tout a fait d'accord. Pour de nombreuses personnes, il reste LE meilleur film/teen-movie des années 80 et je tiens à ajouter que ce film est devenu un classique et à marqué tellement de gens qu'il y a maintenant de nombreuses références dans beaucoup de films dont Easy A et dans des séries telles que Dawson ou encore Degrassi. Ceci est justifié car The Breakfast Club est un fabuleux film qui a su décrire et comprendre à la perfection les adolescents d'hier mais aussi d'aujourd'hui. Les acteurs sont tout simplement parfait et ont vraiment su rentrer dans la peau de leur personnage et ont réussi à véhiculer les bonnes émotions sans en faire trop et c'est sans étonnement qu'on peut voir ces acteurs dans de nombreux films des années 80. Comme je le disais plus haut, ce film a beau avoir trente ans, il reste d'actualité, c'est un film qui ne vieillira jamais car un jeune reste un jeune, que ce soit un ado de 1985 ou de 2015. Je suis sûre que vous avez tous probablement vu ce film mais si ce ne n'est pas le cas, je vous le conseille à 200% ! 


BACK TO THE EIGHTIES • The Breakfast Club (1985).

6 oct. 2015

The Breakfast Club (1985).
The Breakfast Club est un film réalisé par John Hughes en 1985. Ce teen-movie va suivre cinq adolescents, aux personnalités divergentes, alors qu'ils se retrouvent en retenue au lycée tout un samedi pour des raisons qui reste inconnues jusqu’à la fin du film. Le professeur qui les surveille, Mr Vernon, leur demande d'écrire une dissertation au sujet compliqué et personnel qui n'est ni plus ni moins le thème du film: Qui-pensez vous être? Contre toutes attentes, ces ados différents des uns des autres vont commencer au fil de la journée à s'apprécié et à se rendre compte qu'ils ne sont pas aussi différent qu'ils le croyaient.



The Breakfast Club et les personnages stéréotypés

The Breakfast Club a pour personnages principaux cinq adolescents, Claire the princess - interprétée par Molly Ringwald, Andie the athlete - interprété par Emilio Estevez, Brian the brain - interprété par Anthony Michael Hall, Allison  the basketcase - interprétée par Ally Sheedy - et Bender the criminal - interprété par Judd Nelson. On a donc une représentation stéréotypé sur le fameux statut social typique des ados américain présent dans les teen-movies. Pourtant, il est vite compris qu'avec ce film, John Hughes va chambouler tous ces codes. En effet, au début de leur journée (le terme anglais "journey" ici serait tellement plus approprié), les cinq ados ne se connaissent pratiquement pas et sont même réticent à l'idée de se parler dû à leur statut social différent, qui est un sujet omniprésent tout au long de The Breakfast Club. Dès le commencement du film, on est directement confronté à ce sujet quand Claire dit au principal Vernon "I don't belong here". En effet, elle veut sans doute dire qu'elle ne devrait tout simplement pas être en retenue, mais ici, John Hughes pose clairement un des sujets principaux du film. Il y a le thème de l’identité qui est aussi très présent dans le film avec cette question de dissertation à laquelle ils doivent répondre "Qui pensez-vous être ?". La suite enchaîne encore sur plusieurs questionnements: est-ce qu'un nerd peut être amis avec un populaire, peuvent-ils avoir le même cercle d'amis ? Nous pouvons nous-même se poser la question car au début du film, les personnages ne cessent de se quereller, surtout Bender, Andie et Claire, le marginal contre les deux populaires du lycée. Brian et surtout Allison sont quant à eux, un peu en retrait par rapport à ces trois personnages. Pourtant, lorsqu'ils se querellent, on commence à apprendre des informations importantes concernant les personnages, notamment sur leur vie familiale qui, pour chacun, est loin d'être parfaite, voire même dysfonctionnelle. 

The Breakfast Club (1985).

Le monde difficile de l'adolescence ou comment s'accepter et accepter les autres

Pour moi, le moment déclic de ce film, c'est la scène du couloir car c'est à partir de ce moment-ci que l’atmosphère entre les jeunes va commencer à se détendre petit à petit (en plus de la marijuana). On va alors remarquer qu'il y a un bad guy présent dans le film qui n'est autre que Mr Vernon, qui est dépeint de manière assez négative et représente alors l’abus de l'autorité parentale. C'est le moment crucial où, petit à petit, chacun commence à s'ouvrir aux uns et aux autres et que le film commence alors à livrer des scènes très émouvantes et pleines de vérité. Commence alors une des choses importantes que John Hugues espérait sûrement avec ce film: pouvoir s'identifier aux personnages. Ces jeunes sont clairement dans une lutte perpétuelle contre eux-même mais aussi contre les autres, notamment leurs parents. Ce sont des choses que nous connaissons et que nous avons nous-même vécu, c'est donc difficile de ne pas s'identifier à eux et surtout, de ne pas s'attacher à eux.

La scène où ils sont tous assis en rond est la scène la plus émouvante et la plus bouleversante du film. Les vérités éclatent, les masques tombent, ils se disputent encore sur ce fameux questionnement, peuvent-ils être amis malgré leurs différence, leur réputation respective et finalement, alors qu'ils sont tous en pleurs, ils se rendent compte qu'ils ne sont pas si différent qu'ils l'avaient imaginé et qu’auprès de leurs amis, surtout dans le cas d'Andie et Claire, ils n'ont jamais été réellement eux même et ont dû porté un masque pour supporter cette pression constante à devoir s'adapter aux clans sociaux de leur lycée. Finalement, ils ont tous des problèmes similaires et se rendent compte que leur réputation sociale ne vaut rien. Allison et Andie / Claire et Bender ont des personnalités différentes, même complètement opposées et pourtant, ils finissent ensemble et donc par accepter l'autre tel qu'il est vraiment et commence en quelque sorte à partager leur monde. Ils acceptent leurs différences et la scène entre Claire et Bender, lorsqu'elle lui offre une de ses boucles d'oreilles, est clairement le symbole pour nous montrer que cette lutte est enfin finie. Quant à la scène finale, elle est parfaite. C'est Brian qui nous offre la réponse à toutes les questions et les doutes des personnages en répondant à la fameuse question de dissertation du début "Qui pensez-vous être ?", il écrit alors au nom de tous pour ainsi s'unir, effaçant alors toutes les différences qu'il pouvait y avoir entre eux.
We think you're crazy to make us write an essay telling you who we think we are. You see us as you want to see us, in the simplest terms, in the most convenient definitions. But what we found out is that each one of us is a brain and an athlete and a basket case and a princess and a criminal... Does that answer your question? Sincerely yours, the Breakfast Club.❞ - Brian Johnson
The Breakfast Club (1985).



Alors, on regarde ou pas ?

The Breakfast Club est considéré comme étant LE chef-d'oeuvre de Hughes et je suis tout a fait d'accord. Pour de nombreuses personnes, il reste LE meilleur film/teen-movie des années 80 et je tiens à ajouter que ce film est devenu un classique et à marqué tellement de gens qu'il y a maintenant de nombreuses références dans beaucoup de films dont Easy A et dans des séries telles que Dawson ou encore Degrassi. Ceci est justifié car The Breakfast Club est un fabuleux film qui a su décrire et comprendre à la perfection les adolescents d'hier mais aussi d'aujourd'hui. Les acteurs sont tout simplement parfait et ont vraiment su rentrer dans la peau de leur personnage et ont réussi à véhiculer les bonnes émotions sans en faire trop et c'est sans étonnement qu'on peut voir ces acteurs dans de nombreux films des années 80. Comme je le disais plus haut, ce film a beau avoir trente ans, il reste d'actualité, c'est un film qui ne vieillira jamais car un jeune reste un jeune, que ce soit un ado de 1985 ou de 2015. Je suis sûre que vous avez tous probablement vu ce film mais si ce ne n'est pas le cas, je vous le conseille à 200% ! 




Des livres, encore des livres ! Que voulez-vous, dès que je vois un livre avec une belle couverture et une bonne histoire, le livre en question atterrit inévitablement dans mon panier Amazon. Le rêve serait d'avoir un budget illimité sur Amazon, je ferais des folies sans arrêt haha! Dans cette énième Book Wishlist, je vous présente donc une sélection de huit livres que j'ai une envie folle de lire !


Healing, Hope & Wholeness de Ceci Frost.
Ce livre, si je me souviens bien, je l'ai découvert grâce à une photo Instagram et j'ai trouvé la couverture sobre mais très joli. Ce livre est une sorte de mémoire qu'une jeune femme a écrit après que sa mère soit décédée d'un cancer et elle va donc nous raconter comment elle a réussi à surmonter cette douloureuse épreuve grâce à la musique, ses proche et aux voyages. Je lis rarement ce genre de livre et ce mémoire à l'air vraiment intéressent et bouleversant. Et j’apprécie beaucoup que ce livre soit auto-publié.

A Work in Progress de Connor Franta.
Encore un livre/mémoire découvert grace à Instagram et j'ai trouvé la couverture sublime. J'ai ensuite appris que l'auteur est un youtubeur connu que je ne connaissais pas du tout et malgré le fait que je ne regarde pas ses vidéos, son mémoire m'interesse beaucoup.

Rosemary's Baby de Ira Levin.
La première fois que j'ai lu ce livre, c'était au lycée et j'avais tout simplement adoré et j'avais dévoré le livre en une journée. Cette fois-ci, j'ai vraiment envie de redécouvrir ce livre dans sa langue d'origine. Je pense que vous connaissez tous l'histoire grâce au film de Roman Polanski. Bref, un chef-d'oeuvre !

The Art of Being Normal de Lisa Williamson.
Un livre LGBT, au sujet qui me touche énormément depuis que j'ai vu le film Boys don't Cry qui raconte la vie du transgenre Brandon Teena. The Art of Being Normal raconte l'histoire de David Piper, un adolescent marginal. Ses parents pensent qu'il est gay et les gens le trouvent bizarre. Il y a seulement ses deux meilleurs amis qui savent la vérité: David veut être une fille. Bref, un livre qui a pour personnage principale un MtF transgenre, je dis OUI, OUI et OUI !

The Outsiders de S. E. Hinton.
Ce livre là, c'est Charline qui m'a donné envie de le lire en m'en parlant dans un commentaire. Ce livre d'apprentissage raconte l'histoire de deux bandes rivales, les Greasers, des jeunes rebelles issu de familles modestes et les Socs, des jeunes issus des quartiers riches. Ce livre est un classique de la littérature contemporaine américaine et j'ai hâte de lire ce livre et bien sur, de regarder l'adaptation faite par Francis Ford Coppola en 1983.

The Rest of Us Just Live Here de Patrick Ness.
Pour tout vous avouer, je ne sais pas de quoi exactement parle le livre, je sais que le thème est un peu dans la dualité gars ordinaire/super-héros mais sinon, rien. J'ai juste beaucoup craqué sur la couverture haha.

Every Last Word de Tamara Ireland Stone.
Encore un craquage visuel mais le synopsis du roman me plait énormément: Samantha est une lycéenne populaire, toujours bien maquillé et habillé mais elle porte un secret: elle souffre d'une forme aggravée de TOC (Primarily Obsessional OCD) qui est surtout mental et qui lui apporte des pensées sombres assez effrayante. Ce livre a vraiment l'air génial et je n'ai jamais lu de roman qui portait sur ce sujet, ça peut donc être vraiment intéressant.

Simon vs the Homo Sapiens Agenda de Becky Albertalli.
Encore un livre LGBT qui me fait de l’œil, Simon, 16 ans, a une vie plutôt cool; des amis, de bonnes notes, etc. Il sait qu'il est gay mais il ne sent pas tellement pressé de sortir du placard jusqu'au jour où il commence à parler avec Blue sur un réseau social. Blue, se cachant derrière un pseudo, étudie dans le même lycée que lui. Simon réfléchi alors à l'éventualité de faire son coming-out sauf que Blue n'est pas encore prêt à révéler sa véritable identité à Simon. Ce livre semble vraiment sympathique a l'air et les personnages ont l'air vraiment intéressant.




Quels livres de ma wishlist vous tentent ?





BOOK WISHLIST • Des livres, toujours des livres...

22 sept. 2015



Des livres, encore des livres ! Que voulez-vous, dès que je vois un livre avec une belle couverture et une bonne histoire, le livre en question atterrit inévitablement dans mon panier Amazon. Le rêve serait d'avoir un budget illimité sur Amazon, je ferais des folies sans arrêt haha! Dans cette énième Book Wishlist, je vous présente donc une sélection de huit livres que j'ai une envie folle de lire !


Healing, Hope & Wholeness de Ceci Frost.
Ce livre, si je me souviens bien, je l'ai découvert grâce à une photo Instagram et j'ai trouvé la couverture sobre mais très joli. Ce livre est une sorte de mémoire qu'une jeune femme a écrit après que sa mère soit décédée d'un cancer et elle va donc nous raconter comment elle a réussi à surmonter cette douloureuse épreuve grâce à la musique, ses proche et aux voyages. Je lis rarement ce genre de livre et ce mémoire à l'air vraiment intéressent et bouleversant. Et j’apprécie beaucoup que ce livre soit auto-publié.

A Work in Progress de Connor Franta.
Encore un livre/mémoire découvert grace à Instagram et j'ai trouvé la couverture sublime. J'ai ensuite appris que l'auteur est un youtubeur connu que je ne connaissais pas du tout et malgré le fait que je ne regarde pas ses vidéos, son mémoire m'interesse beaucoup.

Rosemary's Baby de Ira Levin.
La première fois que j'ai lu ce livre, c'était au lycée et j'avais tout simplement adoré et j'avais dévoré le livre en une journée. Cette fois-ci, j'ai vraiment envie de redécouvrir ce livre dans sa langue d'origine. Je pense que vous connaissez tous l'histoire grâce au film de Roman Polanski. Bref, un chef-d'oeuvre !

The Art of Being Normal de Lisa Williamson.
Un livre LGBT, au sujet qui me touche énormément depuis que j'ai vu le film Boys don't Cry qui raconte la vie du transgenre Brandon Teena. The Art of Being Normal raconte l'histoire de David Piper, un adolescent marginal. Ses parents pensent qu'il est gay et les gens le trouvent bizarre. Il y a seulement ses deux meilleurs amis qui savent la vérité: David veut être une fille. Bref, un livre qui a pour personnage principale un MtF transgenre, je dis OUI, OUI et OUI !

The Outsiders de S. E. Hinton.
Ce livre là, c'est Charline qui m'a donné envie de le lire en m'en parlant dans un commentaire. Ce livre d'apprentissage raconte l'histoire de deux bandes rivales, les Greasers, des jeunes rebelles issu de familles modestes et les Socs, des jeunes issus des quartiers riches. Ce livre est un classique de la littérature contemporaine américaine et j'ai hâte de lire ce livre et bien sur, de regarder l'adaptation faite par Francis Ford Coppola en 1983.

The Rest of Us Just Live Here de Patrick Ness.
Pour tout vous avouer, je ne sais pas de quoi exactement parle le livre, je sais que le thème est un peu dans la dualité gars ordinaire/super-héros mais sinon, rien. J'ai juste beaucoup craqué sur la couverture haha.

Every Last Word de Tamara Ireland Stone.
Encore un craquage visuel mais le synopsis du roman me plait énormément: Samantha est une lycéenne populaire, toujours bien maquillé et habillé mais elle porte un secret: elle souffre d'une forme aggravée de TOC (Primarily Obsessional OCD) qui est surtout mental et qui lui apporte des pensées sombres assez effrayante. Ce livre a vraiment l'air génial et je n'ai jamais lu de roman qui portait sur ce sujet, ça peut donc être vraiment intéressant.

Simon vs the Homo Sapiens Agenda de Becky Albertalli.
Encore un livre LGBT qui me fait de l’œil, Simon, 16 ans, a une vie plutôt cool; des amis, de bonnes notes, etc. Il sait qu'il est gay mais il ne sent pas tellement pressé de sortir du placard jusqu'au jour où il commence à parler avec Blue sur un réseau social. Blue, se cachant derrière un pseudo, étudie dans le même lycée que lui. Simon réfléchi alors à l'éventualité de faire son coming-out sauf que Blue n'est pas encore prêt à révéler sa véritable identité à Simon. Ce livre semble vraiment sympathique a l'air et les personnages ont l'air vraiment intéressant.




Quels livres de ma wishlist vous tentent ?





The Burbs 1989

The 'Burbs est un film américain réalisé par le fabuleux Joe Dante en 1989. L'histoire se passe dans un quartier tranquille et plus particulièrement dans une petite rue en cul-de-sac où habite notre personnage principal, Ray Peterson, interprété par le très talentueux Tom Hanks, avec sa femme Carol (Carrie Fisher) et son fils Dave. Lui et son meilleur ami et voisin Art, joué par Rick Ducommun, sont intrigués par leurs nouveaux voisins, les Klopek, qu'ils n'ont toujours pas vu alors qu'ils se sont installés il y un mois. Un matin, ils réalisent que leur voisin Walter à mystérieusement disparu et il suffit d'entrevoir un des Klopek dans son jardin en train de creuser un trou ou d'aller mettre un sac poubelle étrangement gros dans la poubelle en pleine nuit pour soulever des questions et ainsi soupçonner les Klopeck d'avoir assassiné Walter. Ray et Art, accompagné de leur voisin vétéran Rumsfield, joué par Bruce Dern, et de l'ado déjanté Ricky (Corey Feldman)  décident d'en savoir plus sur leur étranges voisins. 




Une bande de voisins complètement déjantée

Ce film est une comédie noire excellente. Les personnages sont ridicules (dans le bon sens) et se comportent comme des enfants à certains moments du film, ce sont des banlieusards excentriques qui vivent leur train-train quotidien, rien d'excitant ne se passe dans leur vie et enfin, quand il se passe quelque chose, c'est quelque chose de tellement gros que ça en devient grotesque (toujours dans le bon sens), c'est d'ailleurs l'atout du film qui résulte donc en une bonne comédie noire avec des gags qui marchent. L'intrigue est prenante et tout au long du film, on se demande si les Klopek sont bien des satanistes ou si les banlieusards se sont juste fait un film à cause de leur train train quotidien sans folie. On sourit, on rigole au début mais ensuite, une certaine "angoisse" s'installe tout en ayant toujours cette touche d'humour, La bande sonore va d'ailleurs aussi dans ce sens-là, une musique angoissante tellement cliché qu'elle fait rire. Le plus impressionnant dans tous ça, c'est qu'une bonne partie du film a été improvisé car tourné durant la grève des scénaristes.

Smells like they're cooking a goddamn cat over there. – Mark Rumsfield 

Les acteurs sont juste excellents, Tom Hanks est génial – comme à son habitude – dans le rôle de Ray, un gars fatigué par le boulot et qui ne souhaite rien faire de ses vacances à part glander. Très septique au début sur les soupçons portant sur les Klopeck, il se laisse tout de même embarquer dans cette folie par les voisins. On est donc loin des vacances pénardes qu'il voulait au départ... Un des meilleurs personnages de The 'Burbs reste celui de Mark Rumsfield et comme dirait Ricky dans le film: "Il m'éclate ce mec!", il est ce personnage un peu grincheux qu'on pense être le plus sérieux à cause de son statut de vétéran de guerre mais en fait, il est tout aussi ridicule que les autres. Corey Feldman est aussi très bon dans ce film et on retrouve un peu l'esprit de Bagou dans Ricky. Le petit plus du film est la présence de Carrie Fisher, bien que son personnage soit secondaire et moins présent que les autres personnages, retrouver une héroïne de Star Wars est toujours agréable.

The Burbs 1989

Alors, on regarde ou pas ?

Au final, je trouve cela dommage que ce film soit si peu connu du public français car The 'Burbs est vraiment un bon film divertissant, idéal si on veut rire et ne pas se prendre la tête et c'est le genre de film qu'on pourrait même regarder le jour d'Halloween si, comme moi, vous n'aimez pas les films d'horreur!

BACK TO THE EIGHTIES • The 'Burbs (1989).

16 sept. 2015

The Burbs 1989

The 'Burbs est un film américain réalisé par le fabuleux Joe Dante en 1989. L'histoire se passe dans un quartier tranquille et plus particulièrement dans une petite rue en cul-de-sac où habite notre personnage principal, Ray Peterson, interprété par le très talentueux Tom Hanks, avec sa femme Carol (Carrie Fisher) et son fils Dave. Lui et son meilleur ami et voisin Art, joué par Rick Ducommun, sont intrigués par leurs nouveaux voisins, les Klopek, qu'ils n'ont toujours pas vu alors qu'ils se sont installés il y un mois. Un matin, ils réalisent que leur voisin Walter à mystérieusement disparu et il suffit d'entrevoir un des Klopek dans son jardin en train de creuser un trou ou d'aller mettre un sac poubelle étrangement gros dans la poubelle en pleine nuit pour soulever des questions et ainsi soupçonner les Klopeck d'avoir assassiné Walter. Ray et Art, accompagné de leur voisin vétéran Rumsfield, joué par Bruce Dern, et de l'ado déjanté Ricky (Corey Feldman)  décident d'en savoir plus sur leur étranges voisins. 




Une bande de voisins complètement déjantée

Ce film est une comédie noire excellente. Les personnages sont ridicules (dans le bon sens) et se comportent comme des enfants à certains moments du film, ce sont des banlieusards excentriques qui vivent leur train-train quotidien, rien d'excitant ne se passe dans leur vie et enfin, quand il se passe quelque chose, c'est quelque chose de tellement gros que ça en devient grotesque (toujours dans le bon sens), c'est d'ailleurs l'atout du film qui résulte donc en une bonne comédie noire avec des gags qui marchent. L'intrigue est prenante et tout au long du film, on se demande si les Klopek sont bien des satanistes ou si les banlieusards se sont juste fait un film à cause de leur train train quotidien sans folie. On sourit, on rigole au début mais ensuite, une certaine "angoisse" s'installe tout en ayant toujours cette touche d'humour, La bande sonore va d'ailleurs aussi dans ce sens-là, une musique angoissante tellement cliché qu'elle fait rire. Le plus impressionnant dans tous ça, c'est qu'une bonne partie du film a été improvisé car tourné durant la grève des scénaristes.

Smells like they're cooking a goddamn cat over there. – Mark Rumsfield 

Les acteurs sont juste excellents, Tom Hanks est génial – comme à son habitude – dans le rôle de Ray, un gars fatigué par le boulot et qui ne souhaite rien faire de ses vacances à part glander. Très septique au début sur les soupçons portant sur les Klopeck, il se laisse tout de même embarquer dans cette folie par les voisins. On est donc loin des vacances pénardes qu'il voulait au départ... Un des meilleurs personnages de The 'Burbs reste celui de Mark Rumsfield et comme dirait Ricky dans le film: "Il m'éclate ce mec!", il est ce personnage un peu grincheux qu'on pense être le plus sérieux à cause de son statut de vétéran de guerre mais en fait, il est tout aussi ridicule que les autres. Corey Feldman est aussi très bon dans ce film et on retrouve un peu l'esprit de Bagou dans Ricky. Le petit plus du film est la présence de Carrie Fisher, bien que son personnage soit secondaire et moins présent que les autres personnages, retrouver une héroïne de Star Wars est toujours agréable.

The Burbs 1989

Alors, on regarde ou pas ?

Au final, je trouve cela dommage que ce film soit si peu connu du public français car The 'Burbs est vraiment un bon film divertissant, idéal si on veut rire et ne pas se prendre la tête et c'est le genre de film qu'on pourrait même regarder le jour d'Halloween si, comme moi, vous n'aimez pas les films d'horreur!



Enfin, the eighties are my drug! | musical playlist revient sur le blog pour vous faire découvrir (ou redécouvrir) quatre chansons dans ma famause playlist. Petite nouveauté, je vais même vous dire comment ou plus précisément dans quel film j'ai découvert ces morceaux !






Cette chanson, bien sûr, est présente dans Les Goonies au début du film quand Mickey et Brand sont dans leur chambre !




Cette chanson, je suis tombé amoureuse dès que je l'ai entendu dans le film Dream a Little Dream (1989) quand les personnages des Two Coreys (Haim et Feldman) se préparent.






Chanson découverte dans Retour vers le futur I, chanson du générique de fin !






Une des meilleures chansons dans un des meilleurs teen movies des années 80, The Breakfast Club.





J'espère que cet article musical vous aura plu !



the eighties are my drug | musical playlist #2

10 sept. 2015



Enfin, the eighties are my drug! | musical playlist revient sur le blog pour vous faire découvrir (ou redécouvrir) quatre chansons dans ma famause playlist. Petite nouveauté, je vais même vous dire comment ou plus précisément dans quel film j'ai découvert ces morceaux !






Cette chanson, bien sûr, est présente dans Les Goonies au début du film quand Mickey et Brand sont dans leur chambre !




Cette chanson, je suis tombé amoureuse dès que je l'ai entendu dans le film Dream a Little Dream (1989) quand les personnages des Two Coreys (Haim et Feldman) se préparent.






Chanson découverte dans Retour vers le futur I, chanson du générique de fin !






Une des meilleures chansons dans un des meilleurs teen movies des années 80, The Breakfast Club.





J'espère que cet article musical vous aura plu !



Chocolates for Breakfast de Pamela Moore

Chocolates for Breakfast est un roman écrit par Pamela Moore en 1956 qui raconte l'histoire de Courtney Farrell, une adolescente qu'on va suivre de ses 15 à ses 17 ans. Son quotidien se résume aux fêtes, à l'alcool et aux histoires d'amour. Au début du roman, Courtney est élève dans une école privée et a beaucoup de mal à s’intégrer. Elle est amie avec sa colocataire, Janet et entretient une relation particulière avec une de ses professeurs. Le jour où la dite professeur décide de passer moins de temps avec Courtney, sa vie chamboule. Le psychologue de l'école va diagnostiquer Courtney comme étant dépressive. Sa mère la retire alors de l'école. Courtney va donc habiter avec sa mère Sondra, qui est actrice, à Hollywood. C'est ainsi que tout va commencer, sa liaison avec un acteur raté plus âgé qu'elle, les fêtes où l'alcool est omniprésent et cela "empire" quand elle déménage à New York et  revoit Janet, avec qui elle va partager ce quotidien festif, toujours dans l'excès.

Il est vite compris que Courtney n'a pas eu une enfance normale et qu'elle a toujours évolué dans un monde entouré d'adultes et qu'elle n'a jamais vraiment été considéré comme une enfant par sa mère, qui n'a jamais eu la fibre maternelle. Ses relations avec les hommes reflètent l'absence d'une figure paternelle, son père habitant à New York. Courtney est donc une adolescente très mature pour son âge qui a toujours dû compter sur elle seule pour s'en sortir.

Ce livre reflète une jeunesse qui vit dans l’excès et la débauche de peur de tout perdre, de grandir. La plupart des personnages qui sont présent aux fêtes ou vont Janet et Courtney sont des étudiants qui ont arrêté leurs études alors qu'ils étudiaient dans des universités prestigieuses, alors un symbole du passage vers le monde adulte. Ce roman reprend donc tout les codes du roman d'apprentissage où est dépeint le passage de l’innocence, de l'enfance vers le monde adulte.

Dès sa sortie, le roman est comparé à Bonjour Tristesse de Françoise Sagan écrit en 1954 car les deux livres, qui ont une histoire similaire, ont été écrit par des adolescentes et sont vu comme des romans novateurs car ils abordent des thèmes encore tabou à l'époque. Et bien que Chocolates for Breakfast soit sorti en 1956, quand je le lisais, j'avais l'impression de lire un roman qui aurait pu être écrit à notre époque, je dirais donc que ce livre est est un intemporel avec des sujets qui restent d'actualité. Ce roman est disponible en version française aux éditions Robert Laffont dans la collection Pavillon Poche, sous le titre d'origine.





Chocolates for Breakfast de Pamela Moore, le Bonjour Tristesse américain.

8 sept. 2015

Chocolates for Breakfast de Pamela Moore

Chocolates for Breakfast est un roman écrit par Pamela Moore en 1956 qui raconte l'histoire de Courtney Farrell, une adolescente qu'on va suivre de ses 15 à ses 17 ans. Son quotidien se résume aux fêtes, à l'alcool et aux histoires d'amour. Au début du roman, Courtney est élève dans une école privée et a beaucoup de mal à s’intégrer. Elle est amie avec sa colocataire, Janet et entretient une relation particulière avec une de ses professeurs. Le jour où la dite professeur décide de passer moins de temps avec Courtney, sa vie chamboule. Le psychologue de l'école va diagnostiquer Courtney comme étant dépressive. Sa mère la retire alors de l'école. Courtney va donc habiter avec sa mère Sondra, qui est actrice, à Hollywood. C'est ainsi que tout va commencer, sa liaison avec un acteur raté plus âgé qu'elle, les fêtes où l'alcool est omniprésent et cela "empire" quand elle déménage à New York et  revoit Janet, avec qui elle va partager ce quotidien festif, toujours dans l'excès.

Il est vite compris que Courtney n'a pas eu une enfance normale et qu'elle a toujours évolué dans un monde entouré d'adultes et qu'elle n'a jamais vraiment été considéré comme une enfant par sa mère, qui n'a jamais eu la fibre maternelle. Ses relations avec les hommes reflètent l'absence d'une figure paternelle, son père habitant à New York. Courtney est donc une adolescente très mature pour son âge qui a toujours dû compter sur elle seule pour s'en sortir.

Ce livre reflète une jeunesse qui vit dans l’excès et la débauche de peur de tout perdre, de grandir. La plupart des personnages qui sont présent aux fêtes ou vont Janet et Courtney sont des étudiants qui ont arrêté leurs études alors qu'ils étudiaient dans des universités prestigieuses, alors un symbole du passage vers le monde adulte. Ce roman reprend donc tout les codes du roman d'apprentissage où est dépeint le passage de l’innocence, de l'enfance vers le monde adulte.

Dès sa sortie, le roman est comparé à Bonjour Tristesse de Françoise Sagan écrit en 1954 car les deux livres, qui ont une histoire similaire, ont été écrit par des adolescentes et sont vu comme des romans novateurs car ils abordent des thèmes encore tabou à l'époque. Et bien que Chocolates for Breakfast soit sorti en 1956, quand je le lisais, j'avais l'impression de lire un roman qui aurait pu être écrit à notre époque, je dirais donc que ce livre est est un intemporel avec des sujets qui restent d'actualité. Ce roman est disponible en version française aux éditions Robert Laffont dans la collection Pavillon Poche, sous le titre d'origine.






Les Goonies est un film réalisé par Richard Donner et le scénario est de Chris Columbus d’après une histoire de Steven Spielberg, rien qu'avec ces trois grands noms du cinéma américain, on devine d'avance que Les Goonies est un film à ne pas manquer. L'intrigue se passe à Astoria, une ville de l'Oregon, durant l'automne 1985. On fait alors la connaissance d'une bande de quatre jeunes qui se font appeler les Goonies: Mikey, Choco (Chunk en V.O), Data et Bagou (Mouth en V.O). Cette petite bande est confronté à un soucis de taille, leur quartier, the Goon Docks, va bientôt être rasé, faute d'argent, pour être remplacé par un terrain de golf. Alors qu'ils font une escapade dans le grenier, Mikey découvre une étrange carte qui mènerait au trésor de Willy le Borgne (One-Eyed Willy en V.O). Mikey décide alors d’embarquer ses amis dans une chasse au trésor dans l'espoir de sauver leur quartier. Ils sont alors accompagné de Brand, le grand frère sportif de Mikey, d'Andie la jolie cheerleader et de Steph, la meilleure amie d'Andie. Tout ce petit groupe va alors vivre une aventure incroyable, comme si c'était leur dernière et vont être pourchassé par une bande de malfrats, les Fratelli !




Les Goonies, mon film culte par excellence

Vous l’aurez compris avec le temps, Les Goonies est MON film préféré. Ce n’est pas le meilleur techniquement parlant mais il tient la première place dans mon cœur. Dès que les premières minutes du film, j'ai tout de suite accroché à l’histoire et aux personnages. Je me suis attaché à ces gamins marginaux et je n’avais qu’une envie, c’est de faire partie de leur bande et de partir à l’aventure avec eux. Chaque personnage à son importance et chacun apporte son humour au film, il y a Choco qui est hilarant quand il fait le Bouffi Bouffon (the Truffle Shuffle) ou encore quand il avoue tous ses méfaits aux Fratelli, Data avec ses inventions farfelus ou encore Bagou et son franc-parler désopilant (le passage où il traduit en espagnol pour la femme de ménage, j'en rigole encore). Mikey est le plus attachant, il dégage une certaine fragilité qui contraste avec sa forte volonté à trouver le trésor pour sauver son quartier, notamment dans la scène avec Willy le Borgne qui est tellement émouvante ou encore quand il remotive la bande dans le puit aux souhaits, Mikey est le cœur du groupe, la force des Goonies. Quant aux personnages adolescents avec les personnages de Brand, Stef et Andie, ils sont plus effacés au niveau de la personnalité mais il faut se dire que sans Stef par exemple, Barb de Stanger Things aurait été bien différente.
Don't you realize? The next time you see sky, it'll be over another town. The next time you take a test, it'll be in some other school. Our parents, they want the best of stuff for us. But right now, they got to do what's right for them. Because it's their time. Their time! Up there! Down here, it's our time. It's our time down here. That's all over the second we ride up Troy's bucket.❞ - Mikey Walsh
The Goonies 1985
C’est vrai que Les Goonies n’a pas la même profondeur que The Breakfast Club mais on a quand même l’idée que la bande ressort grandie de cette aventure. Bagou et Stef enterre la hache de guerre tandis que Mickey se rend compte qu’il n’a plus besoin de son inhalateur.  Pour moi, ce film est une légende, un film culte d'aventure qui est tout simplement excellent, qu'on regarde toujours avec nostalgie et malgré le fait que j'ai bien "vieillie" depuis la première fois que je l'ai vu, il me fait toujours autant rêver et rigoler. Il ne faut pas oublier que Les Goonies, c'est aussi une excellente bande originale qui se révèle être parfaite avec des chansons de Cyndi Lauper ou du groupe REO Speedwagon que je vous laisse découvrir et apprécier ici !

Alors, on regarde ou pas ?

Les Goonies, c'est le film qu'on peut regarder à tout âge sans qu'on s'en lasse et surtout sans qu'on se sente trop vieux pour ce genre de film. Pour vous dire, je connais chaque réplique, autant en V.O qu'en V.F, par cœur et pourtant, même si je connais la scène, c'est sans aucun doute que je vais exploser de rire. La magie de ce film c'est qu'à chaque fois que je le regarde, j'ai l'impression que c'est la première fois. Vous l'aurez compris, Les Goonies, c'est vraiment le film de ma vie. Je vous conseille donc de regarder ce film un jour de pluie, avec un bon chocolat chaud, sous la couverture et je vous assure que vous allez passer un moment parfait.



Et vous, quel est votre film préféré ?






BACK TO THE EIGHTIES • The Goonies (1985).

1 sept. 2015


Les Goonies est un film réalisé par Richard Donner et le scénario est de Chris Columbus d’après une histoire de Steven Spielberg, rien qu'avec ces trois grands noms du cinéma américain, on devine d'avance que Les Goonies est un film à ne pas manquer. L'intrigue se passe à Astoria, une ville de l'Oregon, durant l'automne 1985. On fait alors la connaissance d'une bande de quatre jeunes qui se font appeler les Goonies: Mikey, Choco (Chunk en V.O), Data et Bagou (Mouth en V.O). Cette petite bande est confronté à un soucis de taille, leur quartier, the Goon Docks, va bientôt être rasé, faute d'argent, pour être remplacé par un terrain de golf. Alors qu'ils font une escapade dans le grenier, Mikey découvre une étrange carte qui mènerait au trésor de Willy le Borgne (One-Eyed Willy en V.O). Mikey décide alors d’embarquer ses amis dans une chasse au trésor dans l'espoir de sauver leur quartier. Ils sont alors accompagné de Brand, le grand frère sportif de Mikey, d'Andie la jolie cheerleader et de Steph, la meilleure amie d'Andie. Tout ce petit groupe va alors vivre une aventure incroyable, comme si c'était leur dernière et vont être pourchassé par une bande de malfrats, les Fratelli !




Les Goonies, mon film culte par excellence

Vous l’aurez compris avec le temps, Les Goonies est MON film préféré. Ce n’est pas le meilleur techniquement parlant mais il tient la première place dans mon cœur. Dès que les premières minutes du film, j'ai tout de suite accroché à l’histoire et aux personnages. Je me suis attaché à ces gamins marginaux et je n’avais qu’une envie, c’est de faire partie de leur bande et de partir à l’aventure avec eux. Chaque personnage à son importance et chacun apporte son humour au film, il y a Choco qui est hilarant quand il fait le Bouffi Bouffon (the Truffle Shuffle) ou encore quand il avoue tous ses méfaits aux Fratelli, Data avec ses inventions farfelus ou encore Bagou et son franc-parler désopilant (le passage où il traduit en espagnol pour la femme de ménage, j'en rigole encore). Mikey est le plus attachant, il dégage une certaine fragilité qui contraste avec sa forte volonté à trouver le trésor pour sauver son quartier, notamment dans la scène avec Willy le Borgne qui est tellement émouvante ou encore quand il remotive la bande dans le puit aux souhaits, Mikey est le cœur du groupe, la force des Goonies. Quant aux personnages adolescents avec les personnages de Brand, Stef et Andie, ils sont plus effacés au niveau de la personnalité mais il faut se dire que sans Stef par exemple, Barb de Stanger Things aurait été bien différente.
Don't you realize? The next time you see sky, it'll be over another town. The next time you take a test, it'll be in some other school. Our parents, they want the best of stuff for us. But right now, they got to do what's right for them. Because it's their time. Their time! Up there! Down here, it's our time. It's our time down here. That's all over the second we ride up Troy's bucket.❞ - Mikey Walsh
The Goonies 1985
C’est vrai que Les Goonies n’a pas la même profondeur que The Breakfast Club mais on a quand même l’idée que la bande ressort grandie de cette aventure. Bagou et Stef enterre la hache de guerre tandis que Mickey se rend compte qu’il n’a plus besoin de son inhalateur.  Pour moi, ce film est une légende, un film culte d'aventure qui est tout simplement excellent, qu'on regarde toujours avec nostalgie et malgré le fait que j'ai bien "vieillie" depuis la première fois que je l'ai vu, il me fait toujours autant rêver et rigoler. Il ne faut pas oublier que Les Goonies, c'est aussi une excellente bande originale qui se révèle être parfaite avec des chansons de Cyndi Lauper ou du groupe REO Speedwagon que je vous laisse découvrir et apprécier ici !

Alors, on regarde ou pas ?

Les Goonies, c'est le film qu'on peut regarder à tout âge sans qu'on s'en lasse et surtout sans qu'on se sente trop vieux pour ce genre de film. Pour vous dire, je connais chaque réplique, autant en V.O qu'en V.F, par cœur et pourtant, même si je connais la scène, c'est sans aucun doute que je vais exploser de rire. La magie de ce film c'est qu'à chaque fois que je le regarde, j'ai l'impression que c'est la première fois. Vous l'aurez compris, Les Goonies, c'est vraiment le film de ma vie. Je vous conseille donc de regarder ce film un jour de pluie, avec un bon chocolat chaud, sous la couverture et je vous assure que vous allez passer un moment parfait.



Et vous, quel est votre film préféré ?







Mes trouvailles livresques #2


Je reviens enfin avec un Book Haul, accompagné de quelques soucis suivant cette commande. Je vous explique: j'ai commandé quatre livres sur Amazon et quand j'ai reçu mon paquet et que je l'ai ouvert, une surprise pas très plaisante s'est présentée à moi: deux livres étaient abîmés, bref, j'ai dû les renvoyer et j'ai donc reçu par la suite deux autres exemplaires en remplacement: The end of your life book club était en parfait état mais encore une fois, Uprooted était légèrement abîmé, mais pas autant que celui que j'avais reçu la première fois. Tout ça pour dire qu'Amazon devrait sérieusement changer leur emballage cartonné car ça ne protège pas assez les livres. Enfin bref, assez de blablatage, je vous présente mes quatre trouvailles livresques (nouveau nom un peu plus joli que Book Haul).


The end of your life book club de Will Schwalbe 
Ce roman est une histoire vraie, vécue par l'auteur qui raconte sa relation fusionnelle avec sa mère atteinte d'un cancer du pancréas. Les heures d'attente passées dans les salles d'attente de l’hôpital vont se transformée en véritable club de lecture dont ils sont les seuls membres. Ils vont ainsi partager leur amour de la lecture mais aussi les doutes et les problèmes de la vie. Ce roman a l'air vraiment incroyable et très émouvant, j'ai hâte de le commencer.

Chocolates for Breakfast de Pamela Moore
Ce roman se passe dans les années cinquante à Hollywood puis New-York et on y suit Courtney Farell, une adolescente qui va peu à peu connaître les fêtes, l’alcool et le sexe et en faire son quotidien. Considéré comme un contemporain à l'époque de sa sortie et vu comme audacieux voir controversé à cause des sujets tabous abordés, ce livre est considéré comme l'équivalent américain de Bonjour Tristesse de Françoise Sagan. J'ai déjà lu le livre et une revue arrive bientôt sur le blog.

Magonia de Maria Dahvana Headley
Ce roman a pour personnage principal Aza, une adolescente qui à une maladie des poumons mystérieuse qui lui rend la simple tache de respirer extrêmement difficile. Alors que Aza aperçoit un navire dans le ciel, tous le monde pense à un effet secondaire, une hallucination dû à ses médicaments. De ce navire, quelqu'un l'appelle. Elle va alors découvrir un monde au-dessus des nuages, Magonia, où elle a enfin la possibilité de respirer. J'ai tout d'abord été attiré par la couverture puis l'histoire m'a intrigué et je trouve le concept original, j'ai commencé à le lire et j'aime bien pour l'instant.

Uprooted de Naomi Novik
Dans ce roman fantasy, on se retrouve dans un village qui craint le Dragon, un magicien qui les protège de la Forêt mais qui, en échange, enlève une jeune fille du village tous les 10 ans. Pour tout vous avouez, je n'en sais pas plus mais la couverture est magnifique et c'est de la fantasy, on a une promesse de magie, de dangers et d’aventure, je suis sûre et certaine que ça va me plaire.


Et vous, que lisez-vous en ce moment ? 

LE ROYAUME DES LIVRES | Mes trouvailles livresques #2

12 août 2015


Mes trouvailles livresques #2


Je reviens enfin avec un Book Haul, accompagné de quelques soucis suivant cette commande. Je vous explique: j'ai commandé quatre livres sur Amazon et quand j'ai reçu mon paquet et que je l'ai ouvert, une surprise pas très plaisante s'est présentée à moi: deux livres étaient abîmés, bref, j'ai dû les renvoyer et j'ai donc reçu par la suite deux autres exemplaires en remplacement: The end of your life book club était en parfait état mais encore une fois, Uprooted était légèrement abîmé, mais pas autant que celui que j'avais reçu la première fois. Tout ça pour dire qu'Amazon devrait sérieusement changer leur emballage cartonné car ça ne protège pas assez les livres. Enfin bref, assez de blablatage, je vous présente mes quatre trouvailles livresques (nouveau nom un peu plus joli que Book Haul).


The end of your life book club de Will Schwalbe 
Ce roman est une histoire vraie, vécue par l'auteur qui raconte sa relation fusionnelle avec sa mère atteinte d'un cancer du pancréas. Les heures d'attente passées dans les salles d'attente de l’hôpital vont se transformée en véritable club de lecture dont ils sont les seuls membres. Ils vont ainsi partager leur amour de la lecture mais aussi les doutes et les problèmes de la vie. Ce roman a l'air vraiment incroyable et très émouvant, j'ai hâte de le commencer.

Chocolates for Breakfast de Pamela Moore
Ce roman se passe dans les années cinquante à Hollywood puis New-York et on y suit Courtney Farell, une adolescente qui va peu à peu connaître les fêtes, l’alcool et le sexe et en faire son quotidien. Considéré comme un contemporain à l'époque de sa sortie et vu comme audacieux voir controversé à cause des sujets tabous abordés, ce livre est considéré comme l'équivalent américain de Bonjour Tristesse de Françoise Sagan. J'ai déjà lu le livre et une revue arrive bientôt sur le blog.

Magonia de Maria Dahvana Headley
Ce roman a pour personnage principal Aza, une adolescente qui à une maladie des poumons mystérieuse qui lui rend la simple tache de respirer extrêmement difficile. Alors que Aza aperçoit un navire dans le ciel, tous le monde pense à un effet secondaire, une hallucination dû à ses médicaments. De ce navire, quelqu'un l'appelle. Elle va alors découvrir un monde au-dessus des nuages, Magonia, où elle a enfin la possibilité de respirer. J'ai tout d'abord été attiré par la couverture puis l'histoire m'a intrigué et je trouve le concept original, j'ai commencé à le lire et j'aime bien pour l'instant.

Uprooted de Naomi Novik
Dans ce roman fantasy, on se retrouve dans un village qui craint le Dragon, un magicien qui les protège de la Forêt mais qui, en échange, enlève une jeune fille du village tous les 10 ans. Pour tout vous avouez, je n'en sais pas plus mais la couverture est magnifique et c'est de la fantasy, on a une promesse de magie, de dangers et d’aventure, je suis sûre et certaine que ça va me plaire.


Et vous, que lisez-vous en ce moment ? 

Stand by Me (1986)
Stand by Me est un film réalisé par Rob Reiner en 1986. C'est une adaptation d'une nouvelle écrite par Stephen King qui se nomme Le Corps (The Body en V.O). L'intrigue se passe durant l'été 1959 dans la ville imaginaire de Castle Rock (qu'on retrouve souvent dans les œuvres de King), et suit quatre jeune adolescents: Gordie, Chris, Teddy et Vern qui partent à la recherche du corps d'un garçon de leur âge qui a vraisemblablement été fauché par un train. Ils vont alors suivre les rails du chemin de fer dans l'espoir de trouver le corps et ainsi de pouvoir passer dans les journaux pour leur découverte.



Stand by Me, un conte initiatique

Ce qu'il y a d’extraordinaire dans ce film d'apprentissage (coming-of-age story), c'est que l'intrigue est recherchée et on réalise vite que ce long-métrage est tout simplement une métaphore du rite de passage entre l'innocence et l'expérience. Stand by Me se veut être un voyage initiatique et tout au long du film, on voit différentes facettes des personnages et on est spectateur de leur évolution. Les quatre adolescents viennent tous d'une famille dysfonctionnelles ou abusives. Gordie, interprété par Wil Wheaton, est le narrateur et personnage central de l'histoire. Il est le sensible de la bande (dans un sens artistique), il aime inventer des histoires, mais son frère est mort dans un accident de voiture et ses parents mais surtout son père le dénigre. Il y a ensuite Chris, interprété par feu River Phoenix, le faux petit dur qui doit vivre chaque jour avec la réputation de sa famille, son père est ivrogne et le maltraite. Il y a aussi Teddy, joué par Corey Feldman, qui est le "taré" de la bande, son père est un ancien soldat qui a fait le Débarquement en Normandie et qui est devenu fou par la suite et qui a quasiment brûlé l’oreille de son fils et malgré ça, Teddy voue une admiration aveugle à son père. Pour finir, il y a Vern, interprété par un très jeune Jerry O'Connell, qui est le "petit gros" de la bande, froussard que personne ne prend au sérieux.

“I never had any friends later on like the ones I had when I was twelve. Jesus, does anyone?” – Gordie Lachance

Stand by Me (1986)
Ces quatre garçons sont des marginaux et chacun, avec sa personnalité, se complète. On s'attache vite à chacun d'eux, c'est agréable de voir des personnages à la personnalité complexe, en constante évolution et je dois dire que les prestations des acteurs sont juste formidables. Pour ma part, ce sont surtout River Phoenix et Corey Feldman avec leurs émotions brutes qui m'ont impressionné dans ce film, ils sont tout simplement exceptionnels. Wil Wheaton aussi est très bon, il dégage justement une innocence mais aussi une once de maturité qui reflète bien le sujet du film. L'amitié entre Gordie et Chris est vraiment très belle, il y a eu une vraie alchimie entre les deux jeunes acteurs. Dans ce film, en fin de compte, ce n'est pas vraiment l'arrivée qui est la partie la plus importante mais le chemin emprunté pour y parvenir. C'est ce chemin qui a permis aux personnages de changé et de gagner en maturité. En effet, la découverte du corps signe la fin de l'enfance pour entrer dans le monde des adultes.

Alors, on regarde ou pas ?

Vous l'aurez peut être compris mais en soi, il ne se passe pas grand chose dans ce film, dans le sens où il n'y a pas d'action mais on ne s'ennuie pas, on observe ce magnifique tableau sur l'amitié, les doutes sur l'avenir et ce passage quelque peu effrayant vers le monde adulte. Stand by Me est un très beau film empli d'émotions avec des personnages auxquels on peut facilement s'identifier et qu'il faut absolument que vous regardiez si ce n'est pas déjà fait.




BACK TO THE EIGHTIES • Stand by Me (1986).

4 août 2015

Stand by Me (1986)
Stand by Me est un film réalisé par Rob Reiner en 1986. C'est une adaptation d'une nouvelle écrite par Stephen King qui se nomme Le Corps (The Body en V.O). L'intrigue se passe durant l'été 1959 dans la ville imaginaire de Castle Rock (qu'on retrouve souvent dans les œuvres de King), et suit quatre jeune adolescents: Gordie, Chris, Teddy et Vern qui partent à la recherche du corps d'un garçon de leur âge qui a vraisemblablement été fauché par un train. Ils vont alors suivre les rails du chemin de fer dans l'espoir de trouver le corps et ainsi de pouvoir passer dans les journaux pour leur découverte.



Stand by Me, un conte initiatique

Ce qu'il y a d’extraordinaire dans ce film d'apprentissage (coming-of-age story), c'est que l'intrigue est recherchée et on réalise vite que ce long-métrage est tout simplement une métaphore du rite de passage entre l'innocence et l'expérience. Stand by Me se veut être un voyage initiatique et tout au long du film, on voit différentes facettes des personnages et on est spectateur de leur évolution. Les quatre adolescents viennent tous d'une famille dysfonctionnelles ou abusives. Gordie, interprété par Wil Wheaton, est le narrateur et personnage central de l'histoire. Il est le sensible de la bande (dans un sens artistique), il aime inventer des histoires, mais son frère est mort dans un accident de voiture et ses parents mais surtout son père le dénigre. Il y a ensuite Chris, interprété par feu River Phoenix, le faux petit dur qui doit vivre chaque jour avec la réputation de sa famille, son père est ivrogne et le maltraite. Il y a aussi Teddy, joué par Corey Feldman, qui est le "taré" de la bande, son père est un ancien soldat qui a fait le Débarquement en Normandie et qui est devenu fou par la suite et qui a quasiment brûlé l’oreille de son fils et malgré ça, Teddy voue une admiration aveugle à son père. Pour finir, il y a Vern, interprété par un très jeune Jerry O'Connell, qui est le "petit gros" de la bande, froussard que personne ne prend au sérieux.

“I never had any friends later on like the ones I had when I was twelve. Jesus, does anyone?” – Gordie Lachance

Stand by Me (1986)
Ces quatre garçons sont des marginaux et chacun, avec sa personnalité, se complète. On s'attache vite à chacun d'eux, c'est agréable de voir des personnages à la personnalité complexe, en constante évolution et je dois dire que les prestations des acteurs sont juste formidables. Pour ma part, ce sont surtout River Phoenix et Corey Feldman avec leurs émotions brutes qui m'ont impressionné dans ce film, ils sont tout simplement exceptionnels. Wil Wheaton aussi est très bon, il dégage justement une innocence mais aussi une once de maturité qui reflète bien le sujet du film. L'amitié entre Gordie et Chris est vraiment très belle, il y a eu une vraie alchimie entre les deux jeunes acteurs. Dans ce film, en fin de compte, ce n'est pas vraiment l'arrivée qui est la partie la plus importante mais le chemin emprunté pour y parvenir. C'est ce chemin qui a permis aux personnages de changé et de gagner en maturité. En effet, la découverte du corps signe la fin de l'enfance pour entrer dans le monde des adultes.

Alors, on regarde ou pas ?

Vous l'aurez peut être compris mais en soi, il ne se passe pas grand chose dans ce film, dans le sens où il n'y a pas d'action mais on ne s'ennuie pas, on observe ce magnifique tableau sur l'amitié, les doutes sur l'avenir et ce passage quelque peu effrayant vers le monde adulte. Stand by Me est un très beau film empli d'émotions avec des personnages auxquels on peut facilement s'identifier et qu'il faut absolument que vous regardiez si ce n'est pas déjà fait.




SERIES JUNKIE • du girly, des zombies et de l'action.

Qui n'aime pas se poser devant une série avec un bon café ou une bonne tasse de thé (et une tonne de biscuits) ? Je suis une grande consommatrice de séries télévisées et je me considère même comme une television series junkie. Du coup, je me suis dis que ça serait sympa que je vous parle des séries que j'ai regardé ces dernières semaines. 



iZombie
Enfin une série de zombie qui sort de l'ordinaire (comme pouvait l'être la fabuleuse série britannique In the Flesh). En effet, on suit Liv, une jeune femme étudiante en médecine qui s'est transformé en zombie lors d'une fête sur un bateau. Suite à ça, elle a rompu ses fiançailles avec Major et travaille à la morgue pour avoir accès aux cerveaux des cadavres. La seule personne au courant de sa condition est son patron, Ravi. Liv va ainsi commencer à travailler avec un inspecteur de police car en mangeant le cerveau des victimes, elle acquiert les souvenirs et certaines de leurs habilités. En gros, c'est une série policière/comédie-drame. Franchement, avec cette série, on sort des sentiers battus où les zombies ne sont pas forcement bon ou mauvais, ils gardent leur nature humaine mais peuvent passer en full zombie mode s'ils sont en colère ou affamé. Le petit plus: les producteurs ont gardé ce petit coté comics dont la série est adapté, en effet, la générique est sous format comics et l'épisode est en quelques sortes divisée en chapitre et la séquence "arrêt sur image" est en comics aussi. iZombie est vraiment une très bonne découverte et elle fait partie de mes séries préférées.

Vous aimerez si: vous aimez les zombies; vous aimez les enquêtes policières; vous adorez les séries un peu décalé.



Younger
Cette série qui a pour personnage principale Liza, une femme de 40 ans, mère fraîchement divorcée. Elle est en recherche d'emploi dans le monde de l'édition mais à du mal à trouver à cause son age. Alors qu'elle est dans un bar avec sa meilleure amie lesbienne Maggie, un jeune homme de 26 vient la draguer car il pense qu'elle a le même age que lui. Maggie a alors l'idée de faire un petit relooking rajeunissant à Liza. Finalement, grâce à ce relooking, Liza arrive a se faire embaucher comme assistance dans une maison d'édition, se faisant alors passé pour une jeune de 26 qui après ses années fac, a passé quelques année en Inde. Cette série est juste de la bombe. C'est frais, hilarant et sans prise de tête. Je recherchais une nouvelle série à regarder et j'ai été servie. En plus, ce sont des épisodes de 20 minutes, donc on a pas le temps de s'ennuyer. J'ai aussi beaucoup aimé retrouver Hillary Duff qui a bien changé depuis Lizzie McGuire.

Vous aimerez si: vous adorez les séries légères; si vous êtes fan de Sex and the City.


Hindsight
Sans avoir regarder un épisode, j'ai accroché toute suite à l'idée du "voyage dans le temps". En 2015 - Becca, la quarantaine, est sur le point de se marier pour la seconde fois et on sent bien qu'elle a des doutes, de plus, elle souffre de l'absence de son ancienne meilleure amie Lolly qu'elle n'a pas vu depuis une dizaine d'année. Alors qu'elle prend l’ascenseur, une chose étrange arrive et Becca tombe dans les pommes. A son réveil, Becca se retrouve le jour de son premier mariage avec Sean, en 1995. Elle comprends alors qu'elle a remonté le temps. Elle retrouve alors Lolly et arrive à la convaincre de sa situation. Apres réflexion, Becca décide de changer le cours de son existence et laisse Sean devant l’hôtel. Elle vient de modifier sa propre histoire et ce n'est que le commencement. J'ai beaucoup aimé cette première saison même si j'ai trouvé certains choix de Becca totalement irresponsables (car même si elle a remonté dans le temps, elle a toujours 43 ans) et je trouve que justement, elle ne sert pas toujours de son expérience d'adulte pour faire ses choix. A part ça, cette série est vraiment sympa à regarder et j'ai eu plaisir à retrouver Craig Horner qui jouait Richard Cypher dans Legend of the Seeker !

Vous aimerez si: vous êtes fan de l'univers des années 90; vous aimez les séries avec des histoires d'amour à perte de vue.



Sense8
Cette série, je tiens d'abord à dire que c'est un petit bijou, une vraie bombe. Le concept est tellement original: 8 personnes à travers le monde partageant la même date de naissance (8/08) renaissent en tant que Sensates qui, à partir de maintenant, sont connectés, partagent maintenant leurs sens, sont capables de communiquer malgré la distance qui les séparent, en gros, ils entretiennent un lien psychique. Déjà, ce que j'aime dans cette série, c'est la diversité: parmi ces 8 personnes, il y a une coréenne, une islandaise, deux américains, un africain, un allemand et une indienne et parmi eux, il y a une transgenre lesbienne et un gay et je trouve toute cette diversité tellement rare dans une série et en plus, c'est incroyablement bien géré, et j'apprécie beaucoup ce point. D'ailleurs, on s'attache vite à ces personnes qui ont leurs problèmes à gérer tel que le mensonge, la culpabilité, le deuil, etc, on peut donc vite s'identifier à eux. J'adore le concept, des personnes capables de se sentir, de s'approprier les connaissance des uns et des autres, c'est juste incroyable et c'est hyper bien fait, et surtout, ce n'est pas surchargé d'effets spéciaux qui auraient d'ailleurs été complètement inutile. Concernant l'histoire, depuis que ces personnes sont devenues des Sensates, ils sont traqués par un autre Sensate, Mr Whispers, qui veut les neutraliser, donc ça promet de l'action (bien que l'action soit assez lente à démarrer au début, mais je trouve que c'est un plus dans cette série, ça permet de bien se "poser" dans l'histoire). Franchement, c'est ma belle découverte du moment et je ne peux que juste vous la conseiller !

Vous aimerez si: vous aimez bien la série Heroes (c'est différent mais un peu similaire) et bien sûr, si vous êtes fan de Lana et Lilly Wachowski (réalisatrices de la série mais aussi de la saga Matrix).




Et vous, quelle sont vos dernières découvertes en matière de séries tv ?



SERIES JUNKIE • du girly, des zombies et de l'action.

30 juin 2015

SERIES JUNKIE • du girly, des zombies et de l'action.

Qui n'aime pas se poser devant une série avec un bon café ou une bonne tasse de thé (et une tonne de biscuits) ? Je suis une grande consommatrice de séries télévisées et je me considère même comme une television series junkie. Du coup, je me suis dis que ça serait sympa que je vous parle des séries que j'ai regardé ces dernières semaines. 



iZombie
Enfin une série de zombie qui sort de l'ordinaire (comme pouvait l'être la fabuleuse série britannique In the Flesh). En effet, on suit Liv, une jeune femme étudiante en médecine qui s'est transformé en zombie lors d'une fête sur un bateau. Suite à ça, elle a rompu ses fiançailles avec Major et travaille à la morgue pour avoir accès aux cerveaux des cadavres. La seule personne au courant de sa condition est son patron, Ravi. Liv va ainsi commencer à travailler avec un inspecteur de police car en mangeant le cerveau des victimes, elle acquiert les souvenirs et certaines de leurs habilités. En gros, c'est une série policière/comédie-drame. Franchement, avec cette série, on sort des sentiers battus où les zombies ne sont pas forcement bon ou mauvais, ils gardent leur nature humaine mais peuvent passer en full zombie mode s'ils sont en colère ou affamé. Le petit plus: les producteurs ont gardé ce petit coté comics dont la série est adapté, en effet, la générique est sous format comics et l'épisode est en quelques sortes divisée en chapitre et la séquence "arrêt sur image" est en comics aussi. iZombie est vraiment une très bonne découverte et elle fait partie de mes séries préférées.

Vous aimerez si: vous aimez les zombies; vous aimez les enquêtes policières; vous adorez les séries un peu décalé.



Younger
Cette série qui a pour personnage principale Liza, une femme de 40 ans, mère fraîchement divorcée. Elle est en recherche d'emploi dans le monde de l'édition mais à du mal à trouver à cause son age. Alors qu'elle est dans un bar avec sa meilleure amie lesbienne Maggie, un jeune homme de 26 vient la draguer car il pense qu'elle a le même age que lui. Maggie a alors l'idée de faire un petit relooking rajeunissant à Liza. Finalement, grâce à ce relooking, Liza arrive a se faire embaucher comme assistance dans une maison d'édition, se faisant alors passé pour une jeune de 26 qui après ses années fac, a passé quelques année en Inde. Cette série est juste de la bombe. C'est frais, hilarant et sans prise de tête. Je recherchais une nouvelle série à regarder et j'ai été servie. En plus, ce sont des épisodes de 20 minutes, donc on a pas le temps de s'ennuyer. J'ai aussi beaucoup aimé retrouver Hillary Duff qui a bien changé depuis Lizzie McGuire.

Vous aimerez si: vous adorez les séries légères; si vous êtes fan de Sex and the City.


Hindsight
Sans avoir regarder un épisode, j'ai accroché toute suite à l'idée du "voyage dans le temps". En 2015 - Becca, la quarantaine, est sur le point de se marier pour la seconde fois et on sent bien qu'elle a des doutes, de plus, elle souffre de l'absence de son ancienne meilleure amie Lolly qu'elle n'a pas vu depuis une dizaine d'année. Alors qu'elle prend l’ascenseur, une chose étrange arrive et Becca tombe dans les pommes. A son réveil, Becca se retrouve le jour de son premier mariage avec Sean, en 1995. Elle comprends alors qu'elle a remonté le temps. Elle retrouve alors Lolly et arrive à la convaincre de sa situation. Apres réflexion, Becca décide de changer le cours de son existence et laisse Sean devant l’hôtel. Elle vient de modifier sa propre histoire et ce n'est que le commencement. J'ai beaucoup aimé cette première saison même si j'ai trouvé certains choix de Becca totalement irresponsables (car même si elle a remonté dans le temps, elle a toujours 43 ans) et je trouve que justement, elle ne sert pas toujours de son expérience d'adulte pour faire ses choix. A part ça, cette série est vraiment sympa à regarder et j'ai eu plaisir à retrouver Craig Horner qui jouait Richard Cypher dans Legend of the Seeker !

Vous aimerez si: vous êtes fan de l'univers des années 90; vous aimez les séries avec des histoires d'amour à perte de vue.



Sense8
Cette série, je tiens d'abord à dire que c'est un petit bijou, une vraie bombe. Le concept est tellement original: 8 personnes à travers le monde partageant la même date de naissance (8/08) renaissent en tant que Sensates qui, à partir de maintenant, sont connectés, partagent maintenant leurs sens, sont capables de communiquer malgré la distance qui les séparent, en gros, ils entretiennent un lien psychique. Déjà, ce que j'aime dans cette série, c'est la diversité: parmi ces 8 personnes, il y a une coréenne, une islandaise, deux américains, un africain, un allemand et une indienne et parmi eux, il y a une transgenre lesbienne et un gay et je trouve toute cette diversité tellement rare dans une série et en plus, c'est incroyablement bien géré, et j'apprécie beaucoup ce point. D'ailleurs, on s'attache vite à ces personnes qui ont leurs problèmes à gérer tel que le mensonge, la culpabilité, le deuil, etc, on peut donc vite s'identifier à eux. J'adore le concept, des personnes capables de se sentir, de s'approprier les connaissance des uns et des autres, c'est juste incroyable et c'est hyper bien fait, et surtout, ce n'est pas surchargé d'effets spéciaux qui auraient d'ailleurs été complètement inutile. Concernant l'histoire, depuis que ces personnes sont devenues des Sensates, ils sont traqués par un autre Sensate, Mr Whispers, qui veut les neutraliser, donc ça promet de l'action (bien que l'action soit assez lente à démarrer au début, mais je trouve que c'est un plus dans cette série, ça permet de bien se "poser" dans l'histoire). Franchement, c'est ma belle découverte du moment et je ne peux que juste vous la conseiller !

Vous aimerez si: vous aimez bien la série Heroes (c'est différent mais un peu similaire) et bien sûr, si vous êtes fan de Lana et Lilly Wachowski (réalisatrices de la série mais aussi de la saga Matrix).




Et vous, quelle sont vos dernières découvertes en matière de séries tv ?





Pour changer un peu de mes articles habituels, je reviens avec une playlist spécial années 80 que je n’arrête pas d'écouter depuis quelques semaines déjà, j'adore ces chansons et je voulais partager mes petites trouvailles avec vous dont certaines m'ont été révélé dans le série The Carrie Diaries que j'ai re-regardé il y a des semaines et que j'aimais beaucoup. Une série qui suit Carrie Bradshaw durant son adolescence dans les années 80, franchement, c'est juste d'enfer et j'étais méga-triste quand elle a été annulé. Enfin bref, je vous présente donc aujourd'hui quatre chansons, bien sûr, je peux comprendre que ce ne soit pas la tasse de thé de tout le monde mais si je peux vous faire découvrir ces chansons et ces groupes que j'aime beaucoup et qu'il y ait une chance que vous aimiez, why not ? Il est certain qu'il y aura plusieurs article the eighties are my drug | musical playlist dans le futur car comme vous le savez si bien maintenant, je n'écoute pratiquement que ça !

















Dites-moi tout, quelle chanson avez-vous préférée ?



the eighties are my drug | musical playlist.

16 juin 2015



Pour changer un peu de mes articles habituels, je reviens avec une playlist spécial années 80 que je n’arrête pas d'écouter depuis quelques semaines déjà, j'adore ces chansons et je voulais partager mes petites trouvailles avec vous dont certaines m'ont été révélé dans le série The Carrie Diaries que j'ai re-regardé il y a des semaines et que j'aimais beaucoup. Une série qui suit Carrie Bradshaw durant son adolescence dans les années 80, franchement, c'est juste d'enfer et j'étais méga-triste quand elle a été annulé. Enfin bref, je vous présente donc aujourd'hui quatre chansons, bien sûr, je peux comprendre que ce ne soit pas la tasse de thé de tout le monde mais si je peux vous faire découvrir ces chansons et ces groupes que j'aime beaucoup et qu'il y ait une chance que vous aimiez, why not ? Il est certain qu'il y aura plusieurs article the eighties are my drug | musical playlist dans le futur car comme vous le savez si bien maintenant, je n'écoute pratiquement que ça !

















Dites-moi tout, quelle chanson avez-vous préférée ?



© Le Rewind Club – La (pop) culture d'hier et d'aujourd'hui. Design by Fearne and edited by Jules.