Slider

My Stepmother is an Alien / J’ai épousé une extra-terrestre
Aujourd’hui, je reviens avec un article sur un film des années 80 qui est relativement moins réputé que ceux dont j’ai pu vous parler auparavant. My Stepmother is an Alien (ou J’ai épousé une extra-terrestre en VF) fut réalisé en 1988 et le titre dit tout: c’est l'histoire d’un scientifique, Steven “Steve” Mills (interprété par Dan Aykroyd) qui élève seul sa fille de 13 ans, Jessie (interprétée par une très jeune Alyson Hannigan) et qui va tomber amoureux d’une femme plus que sublime interprétée par Kim Basinger qui se révèle être une extra-terrestre qui est venu sur Terre pour collecter des informations sur les travaux de Steve.



Comédie de science fiction loufoque qui ne convainc pas...
My Stepmother is an Alien fut un énorme échec au box-office et bien que j’admets que ce ne soit pas le meilleur film sorti cette année-là (ni même de la décennie), ça se regarde. Le film est en lui-même bizarre et loufoque. Malheureusement, le long-métrage est invraisemblable et les personnages ne sont pas vraiment recherchés. Kim Basinger joue le rôle d’une extra-terrestre envoyée en mission sur Terre pour en savoir plus sur les travaux de Steven Mills. Bien que Celeste ait été briefé sur les coutumes terriennes, les informations qu’elle a reçu semble être erronées et elle se tourne vite en ridicule. Mais c’est grâce à ça (et à sa plastique) que Steven va vite tomber sous le charme. Bon, en toute honnêteté, on ne croit pas une seconde le couple formé par Steven et Celeste: seulement 24h après leur rencontre, le personnage interprété par Dan Aykroyd demande Celeste en mariage et il est vrai que pendant les 1h45 du film, pas une fois on ne voit une scène où les deux tourtereaux nouent vraiment des liens forts, si ce n’est dans le lit conjugal. On repassera donc pour une belle histoire d’amour.

De plus, il aurait été intéressant que le film exploite davantage le genre de science-fiction car ça reste assez maigre de ce coté-là. On reste vraiment sur de la comédie de bas-étage et c'est plutôt dommage. Au-delà de ça, le long-métrage n’offre pas vraiment de surprise, c’est assez prévisible et bien que l’humour soit présent dans le film, il est parfois lourd, répétitif et ne fonctionne pas à tous les coups. Le jeu des acteurs est passable, mention spéciale pour Kim Basinger et Jon Lovitz (qui interprète le frère de Steven Mills) dont la performance se démarque des autres. Dan Aykroyd est plutôt agaçant dans le film, son rôle de scientifique complètement sous le charme de Celeste le rende plutôt abruti par moment… Bref, c’est loin d’être son meilleur rôle. Alyson Hannigan est mignonne dans le film et sa performance reste correcte. Pour les fans du Buffyverse, c’est assez mignon car Seth Green est également présent dans le film, dans une courte scène où il joue le date du personnage d’Alyson Hannigan. En effet, Seth Green jouait le rôle de Oz dans Buffy contre les vampires, le petit-ami loup-garou de Willow dans les saisons 3 et 4.


Alors, on regarde ou pas ?
Dans le fond, My Stepmother is an Alien n'est pas si horrible que cela, ça se regarde et ça se regarde même assez vite. Voilà peut-être le problème de ce long-métrage, tout se passe relativement trop vite, on n'a pas vraiment le temps de s'attacher aux personnages qui manque de profondeur, on n'apprend pas vraiment à les connaitre, ce qui fait que My Stepmother is an Alien reste plutôt lisse et creux, c'est simple et sans rebondissement. Au final, on reste trop à la surface des choses et on se retrouve donc avec une histoire qui a du mal à convaincre. Je reste mitigé car c'est un film que j'appréciais quand j'étais plus jeune et je l'ai regardé à nouveau avant d'écrire cette critique et l’effet n'est plus vraiment le même... Bref, il y a beaucoup mieux ailleurs et si vous n'êtes pas un aficionado du cinéma des années 80, vous pouvez passer votre chemin.


My Stepmother is an Alien, une comédie de science-fiction complètement loufoque.

13 nov. 2018

My Stepmother is an Alien / J’ai épousé une extra-terrestre
Aujourd’hui, je reviens avec un article sur un film des années 80 qui est relativement moins réputé que ceux dont j’ai pu vous parler auparavant. My Stepmother is an Alien (ou J’ai épousé une extra-terrestre en VF) fut réalisé en 1988 et le titre dit tout: c’est l'histoire d’un scientifique, Steven “Steve” Mills (interprété par Dan Aykroyd) qui élève seul sa fille de 13 ans, Jessie (interprétée par une très jeune Alyson Hannigan) et qui va tomber amoureux d’une femme plus que sublime interprétée par Kim Basinger qui se révèle être une extra-terrestre qui est venu sur Terre pour collecter des informations sur les travaux de Steve.



Comédie de science fiction loufoque qui ne convainc pas...
My Stepmother is an Alien fut un énorme échec au box-office et bien que j’admets que ce ne soit pas le meilleur film sorti cette année-là (ni même de la décennie), ça se regarde. Le film est en lui-même bizarre et loufoque. Malheureusement, le long-métrage est invraisemblable et les personnages ne sont pas vraiment recherchés. Kim Basinger joue le rôle d’une extra-terrestre envoyée en mission sur Terre pour en savoir plus sur les travaux de Steven Mills. Bien que Celeste ait été briefé sur les coutumes terriennes, les informations qu’elle a reçu semble être erronées et elle se tourne vite en ridicule. Mais c’est grâce à ça (et à sa plastique) que Steven va vite tomber sous le charme. Bon, en toute honnêteté, on ne croit pas une seconde le couple formé par Steven et Celeste: seulement 24h après leur rencontre, le personnage interprété par Dan Aykroyd demande Celeste en mariage et il est vrai que pendant les 1h45 du film, pas une fois on ne voit une scène où les deux tourtereaux nouent vraiment des liens forts, si ce n’est dans le lit conjugal. On repassera donc pour une belle histoire d’amour.

De plus, il aurait été intéressant que le film exploite davantage le genre de science-fiction car ça reste assez maigre de ce coté-là. On reste vraiment sur de la comédie de bas-étage et c'est plutôt dommage. Au-delà de ça, le long-métrage n’offre pas vraiment de surprise, c’est assez prévisible et bien que l’humour soit présent dans le film, il est parfois lourd, répétitif et ne fonctionne pas à tous les coups. Le jeu des acteurs est passable, mention spéciale pour Kim Basinger et Jon Lovitz (qui interprète le frère de Steven Mills) dont la performance se démarque des autres. Dan Aykroyd est plutôt agaçant dans le film, son rôle de scientifique complètement sous le charme de Celeste le rende plutôt abruti par moment… Bref, c’est loin d’être son meilleur rôle. Alyson Hannigan est mignonne dans le film et sa performance reste correcte. Pour les fans du Buffyverse, c’est assez mignon car Seth Green est également présent dans le film, dans une courte scène où il joue le date du personnage d’Alyson Hannigan. En effet, Seth Green jouait le rôle de Oz dans Buffy contre les vampires, le petit-ami loup-garou de Willow dans les saisons 3 et 4.


Alors, on regarde ou pas ?
Dans le fond, My Stepmother is an Alien n'est pas si horrible que cela, ça se regarde et ça se regarde même assez vite. Voilà peut-être le problème de ce long-métrage, tout se passe relativement trop vite, on n'a pas vraiment le temps de s'attacher aux personnages qui manque de profondeur, on n'apprend pas vraiment à les connaitre, ce qui fait que My Stepmother is an Alien reste plutôt lisse et creux, c'est simple et sans rebondissement. Au final, on reste trop à la surface des choses et on se retrouve donc avec une histoire qui a du mal à convaincre. Je reste mitigé car c'est un film que j'appréciais quand j'étais plus jeune et je l'ai regardé à nouveau avant d'écrire cette critique et l’effet n'est plus vraiment le même... Bref, il y a beaucoup mieux ailleurs et si vous n'êtes pas un aficionado du cinéma des années 80, vous pouvez passer votre chemin.


Halloween Movies III — On regarde quoi le soir d'Halloween ?
Je pensais avoir fait le tour au niveau des films à regarder le soir d'Halloween mais que nenni, j'en ai en fait encore quelques uns sous le coude à vous proposer. Pour ceux et celles qui n'ont pas lu les deux précédents parties, Halloween Movies c'est une liste de films à regarder le soir d'Halloween (enfin, dans mon cas, ça sera la journée entière) quand on n'aime pas vraiment les films d'horreur (ou même si vous les aimez mais vous voulez regarder un film plus léger et enfantin).


Casper réalisé par Brad Silberling en 1995.

Casper 1995
Furieuse d'avoir hérité d'une vieille maison plutôt que de l'argent qu'elle espérait, Carrigan Crittenden se ravise lorsqu'elle découvre une carte indiquant l'existence d'un trésor caché dans la maison. Mais celle-ci s'avère hantée par de nombreux fantômes. Rebroussant chemin, elle engage James Harvey, un parapsychologue, afin de se débarrasser des fantômes. Celui-ci s'installe dans la demeure avec sa fille Kat, qui fait bientôt la connaissance de Casper, « le plus gentil des fantômes » selon lui. En tout cas, plus gentil que les fantômes de ses trois oncles.

Comment ai-je pu oublier d'inclure Casper dans les précédents articles ? J'aime tellement ce long-métrage que ça m'étonne de ne pas avoir pensé à l'inclure dans la premiere et la deuxième partie de cette catégorie d'article. Sorti en 1995, Casper est le premier long-métrage à avoir un personnage principal entièrement fait en CGI et ça, c'est plutôt chouette. Je trouve que le film dégage vraiment une atmosphère automnale et halloweenesque, ne serait-ce que pour les décors, notamment le manoir où vit Casper. Autant, quand Kat est à l’école, on se rend compte que l'intrigue se déroule dans les années 90 mais quand on est dans le manoir, on est vraiment transporté dans une autre époque. Casper est un film culte des années 90, c'est fun et mignon et c'est le film qui nous a tous et toutes fait craquer pour Devon Sawa, la version humaine de Casper, qui n’apparaît cependant que quelques minutes à l'écran. Casper c'est le film qui vous fera définitivement retomber en enfance (de plus, la bande son de James Horner est sublissime et magique). 


Fright Night réalisé par Tom Holland en 1985.

Fright Night 1985
Charlie Brewster est un adolescent sans histoires. Il partage sa vie entre sa mère, sa petite amie, ses copains et ses séries préférées à la télévision sur les films d'horreur de série B. Tout va être bouleversé lorsqu'il va découvrir que son nouveau et très séduisant voisin est un vampire difficile à combattre...

Encore un film où j'ai vu le remake avant l’original et même si le remake de 2011 avec Anton Yelchin prend quelques libertés et n'est pas un copier-coller du long-métrage de 85, l'original est beaucoup plus divertissant à regarder. J'avoue que Fright Night est un peu l'intrus de la liste car, malgré le petit coup vieux qu'il a pris, les maquillages font flipper et il conserve un esprit assez horrifique. Fright Night reprend le mythe du vampire et j'avoue qu'il n'y a pas vraiment une image originale du vampire, on reste dans le classique mais ça n’empêche pas que le film soit vraiment sympa à regarder.


Hotel Transylvanie — réalisé par Genndy Tartakovsky en 2012.

Hotel Transylvanie 2012

Bienvenue à l’Hôtel Transylvanie, le somptueux hôtel de Dracula, où les monstres et leurs familles peuvent enfin vivre leur vie, se détendre et faire « monstrueusement » la fête comme ils en ont envie sans être embêtés par les humains. Pour l’anniversaire de sa fille, la jeune Mavis, qui fête ses 118 printemps, Dracula invite les plus célèbres monstres du monde – Frankenstein et sa femme, la Momie, l’Homme Invisible, une famille de loups-garous, et bien d’autres encore. Tout se passe très bien, jusqu’à ce qu’un humain débarque par hasard à l’hôtel et se lie d’amitié avec Mavis…

Le deuxième est bien, on aurait pu se passer du troisième mais le premier film est super agréable à regarder. Hotel Transylvanie revisite le personnage de Dracula pour en faire un personnage attachant et vraiment attentionné envers sa fille. Dans ce long-métrage d'animation, on retrouve tous les personnes cultes de la littérature gothique avec Frankenstein, de la science-fiction avec l’Homme Invisible mais aussi les créatures folkloriques avec le loup-garou. Parfait pour les petits comme pour les plus grands, Hotel Transylvanie saura ravir tout le monde, c'est enfantin mais sympa pour le soir d'Halloween.


Monster House — réalisé par Gil Kenan en 2006.

Monster House 2006

D.J. Walters, un petit garçon de 12 ans est doté d'une imagination débordante. C'est pourquoi personne ne le prend au sérieux lorsqu'il fait part de ses craintes au sujet de son horrible voisin qui terrorise tous les enfants du quartier. Il est en effet persuadé que celui-ci est responsable de la disparition mystérieuse de sa femme. Il a également remarqué d'autres phénomènes inquiétants se déroulant dans la maison de ce dernier. Ce que personne ne sait, c'est que D.J. n'invente rien et que cela va empirer.

Je l'avoue, je ne suis pas vraiment fan de l'animation de Monster House qui est faite en motion-capture mais l'histoire est suffisamment intéressante pour que je puisse vous conseiller de le regarder. Ici, on revisite la maison hantée avec une maison hantée qui prend littéralement vie. Je trouve le film plutôt réussi au niveau de l’histoire, on reste captivé du début à la fin, notamment avec un plot twist imprévisible. Les personnages principaux sont un peu clichés (de nombreux critiques ont fait la remarque que le trio ressemblait au trio d'Harry Potter et c'est vrai qu'il y a des similitudes). Je n'ai pas de grand souvenir de Monster House, du coup, je pense le regarder le jour d'Halloween pour me rafraîchir la mémoire.


La Famille Addams — réalisé par Barry Sonnenfeld en 1991.

La Famille Addams 1991

Alors que la famille Addams vit tranquillement dans son manoir, Tully Alford et Abigail Craven décident de faire main basse sur leur fortune. Pour cela, ils envoient chez les Addams le fils adoptif d'Abigail, Gordon Craven, en le faisant passer pour l'oncle Fétide, frère aîné de Gomez Addams, disparu vingt-cinq ans plus tôt. Son but est de découvrir l'accès à la crypte, l'endroit où est caché le trésor de la famille.

Film culte tiré d'un cartoon inventé par Charles Addams puis adapté en série télévisée dans les années 60, la famille Addams est une famille tous sauf normale. Très excentriques, ils ne passent pas inaperçus et à la base, cette famille avait pour but de moquer l'image de la famille moderne, tout ceci avec une bonne dose d'humour noir et en incarnant donc l'opposé de la famille respectable et parfaite. Malgré ça, les Addams sont une famille parfaitement unie, il y a une belle image de la femme indépendante et on tend à envier l'amour passionnel qui uni Gomez et Morticia. On passe un excellent moment devant La Famille Addams, c'est drôle, subversif et surtout, les acteurs jouent divinement bien. Vu qu'il est passé récemment à la télé et que je l'avais déjà inclu dans mon programme d'Halloween de l'année dernière, je pense plutôt regarder la suite le jour d'Halloween, bien que légèrement moins captivant que le premier film, Les Valeurs de la famille Addams, sorti en 1993, est tout aussi divertissant et se regarde bien. 



Bonus


The Chilling Adventures of Sabrina est sortie vendredi dernier et j'ai visionné la série dans son intégralité en à peine deux jours. La série est vraiment super bien même si elle n'est pas sans défaut (on va dire qu'ils ont un peu abusé du flou artistique). La série est bien différente de la sitcom des années 90, ce qui m'a d'ailleurs permis de ne dresser aucune comparaison entre les deux tellement c'est le jour et la nuit. Beaucoup plus macabre, The Chilling Adventures of Sabrina dégage une ambiance vraiment spéciale, plus sombre et hors du temps avec des décors qui me font presque penser aux décors de Casper, un esprit très Halloween on va dire. L'intrigue est vraiment captivante et on reste scotché du début à la fin en se demandant comment tous ceci va se terminer. De plus, la série est vraiment dans l'air du temps avec son aspect féministe et avec la présence de personnages noirs, non binaire et LGBTQ. 



Et vous, quels films allez-vous regarder pour Halloween ?


Halloween Movies III — On regarde quoi le soir d'Halloween ?

30 oct. 2018

Halloween Movies III — On regarde quoi le soir d'Halloween ?
Je pensais avoir fait le tour au niveau des films à regarder le soir d'Halloween mais que nenni, j'en ai en fait encore quelques uns sous le coude à vous proposer. Pour ceux et celles qui n'ont pas lu les deux précédents parties, Halloween Movies c'est une liste de films à regarder le soir d'Halloween (enfin, dans mon cas, ça sera la journée entière) quand on n'aime pas vraiment les films d'horreur (ou même si vous les aimez mais vous voulez regarder un film plus léger et enfantin).


Casper réalisé par Brad Silberling en 1995.

Casper 1995
Furieuse d'avoir hérité d'une vieille maison plutôt que de l'argent qu'elle espérait, Carrigan Crittenden se ravise lorsqu'elle découvre une carte indiquant l'existence d'un trésor caché dans la maison. Mais celle-ci s'avère hantée par de nombreux fantômes. Rebroussant chemin, elle engage James Harvey, un parapsychologue, afin de se débarrasser des fantômes. Celui-ci s'installe dans la demeure avec sa fille Kat, qui fait bientôt la connaissance de Casper, « le plus gentil des fantômes » selon lui. En tout cas, plus gentil que les fantômes de ses trois oncles.

Comment ai-je pu oublier d'inclure Casper dans les précédents articles ? J'aime tellement ce long-métrage que ça m'étonne de ne pas avoir pensé à l'inclure dans la premiere et la deuxième partie de cette catégorie d'article. Sorti en 1995, Casper est le premier long-métrage à avoir un personnage principal entièrement fait en CGI et ça, c'est plutôt chouette. Je trouve que le film dégage vraiment une atmosphère automnale et halloweenesque, ne serait-ce que pour les décors, notamment le manoir où vit Casper. Autant, quand Kat est à l’école, on se rend compte que l'intrigue se déroule dans les années 90 mais quand on est dans le manoir, on est vraiment transporté dans une autre époque. Casper est un film culte des années 90, c'est fun et mignon et c'est le film qui nous a tous et toutes fait craquer pour Devon Sawa, la version humaine de Casper, qui n’apparaît cependant que quelques minutes à l'écran. Casper c'est le film qui vous fera définitivement retomber en enfance (de plus, la bande son de James Horner est sublissime et magique). 


Fright Night réalisé par Tom Holland en 1985.

Fright Night 1985
Charlie Brewster est un adolescent sans histoires. Il partage sa vie entre sa mère, sa petite amie, ses copains et ses séries préférées à la télévision sur les films d'horreur de série B. Tout va être bouleversé lorsqu'il va découvrir que son nouveau et très séduisant voisin est un vampire difficile à combattre...

Encore un film où j'ai vu le remake avant l’original et même si le remake de 2011 avec Anton Yelchin prend quelques libertés et n'est pas un copier-coller du long-métrage de 85, l'original est beaucoup plus divertissant à regarder. J'avoue que Fright Night est un peu l'intrus de la liste car, malgré le petit coup vieux qu'il a pris, les maquillages font flipper et il conserve un esprit assez horrifique. Fright Night reprend le mythe du vampire et j'avoue qu'il n'y a pas vraiment une image originale du vampire, on reste dans le classique mais ça n’empêche pas que le film soit vraiment sympa à regarder.


Hotel Transylvanie — réalisé par Genndy Tartakovsky en 2012.

Hotel Transylvanie 2012

Bienvenue à l’Hôtel Transylvanie, le somptueux hôtel de Dracula, où les monstres et leurs familles peuvent enfin vivre leur vie, se détendre et faire « monstrueusement » la fête comme ils en ont envie sans être embêtés par les humains. Pour l’anniversaire de sa fille, la jeune Mavis, qui fête ses 118 printemps, Dracula invite les plus célèbres monstres du monde – Frankenstein et sa femme, la Momie, l’Homme Invisible, une famille de loups-garous, et bien d’autres encore. Tout se passe très bien, jusqu’à ce qu’un humain débarque par hasard à l’hôtel et se lie d’amitié avec Mavis…

Le deuxième est bien, on aurait pu se passer du troisième mais le premier film est super agréable à regarder. Hotel Transylvanie revisite le personnage de Dracula pour en faire un personnage attachant et vraiment attentionné envers sa fille. Dans ce long-métrage d'animation, on retrouve tous les personnes cultes de la littérature gothique avec Frankenstein, de la science-fiction avec l’Homme Invisible mais aussi les créatures folkloriques avec le loup-garou. Parfait pour les petits comme pour les plus grands, Hotel Transylvanie saura ravir tout le monde, c'est enfantin mais sympa pour le soir d'Halloween.


Monster House — réalisé par Gil Kenan en 2006.

Monster House 2006

D.J. Walters, un petit garçon de 12 ans est doté d'une imagination débordante. C'est pourquoi personne ne le prend au sérieux lorsqu'il fait part de ses craintes au sujet de son horrible voisin qui terrorise tous les enfants du quartier. Il est en effet persuadé que celui-ci est responsable de la disparition mystérieuse de sa femme. Il a également remarqué d'autres phénomènes inquiétants se déroulant dans la maison de ce dernier. Ce que personne ne sait, c'est que D.J. n'invente rien et que cela va empirer.

Je l'avoue, je ne suis pas vraiment fan de l'animation de Monster House qui est faite en motion-capture mais l'histoire est suffisamment intéressante pour que je puisse vous conseiller de le regarder. Ici, on revisite la maison hantée avec une maison hantée qui prend littéralement vie. Je trouve le film plutôt réussi au niveau de l’histoire, on reste captivé du début à la fin, notamment avec un plot twist imprévisible. Les personnages principaux sont un peu clichés (de nombreux critiques ont fait la remarque que le trio ressemblait au trio d'Harry Potter et c'est vrai qu'il y a des similitudes). Je n'ai pas de grand souvenir de Monster House, du coup, je pense le regarder le jour d'Halloween pour me rafraîchir la mémoire.


La Famille Addams — réalisé par Barry Sonnenfeld en 1991.

La Famille Addams 1991

Alors que la famille Addams vit tranquillement dans son manoir, Tully Alford et Abigail Craven décident de faire main basse sur leur fortune. Pour cela, ils envoient chez les Addams le fils adoptif d'Abigail, Gordon Craven, en le faisant passer pour l'oncle Fétide, frère aîné de Gomez Addams, disparu vingt-cinq ans plus tôt. Son but est de découvrir l'accès à la crypte, l'endroit où est caché le trésor de la famille.

Film culte tiré d'un cartoon inventé par Charles Addams puis adapté en série télévisée dans les années 60, la famille Addams est une famille tous sauf normale. Très excentriques, ils ne passent pas inaperçus et à la base, cette famille avait pour but de moquer l'image de la famille moderne, tout ceci avec une bonne dose d'humour noir et en incarnant donc l'opposé de la famille respectable et parfaite. Malgré ça, les Addams sont une famille parfaitement unie, il y a une belle image de la femme indépendante et on tend à envier l'amour passionnel qui uni Gomez et Morticia. On passe un excellent moment devant La Famille Addams, c'est drôle, subversif et surtout, les acteurs jouent divinement bien. Vu qu'il est passé récemment à la télé et que je l'avais déjà inclu dans mon programme d'Halloween de l'année dernière, je pense plutôt regarder la suite le jour d'Halloween, bien que légèrement moins captivant que le premier film, Les Valeurs de la famille Addams, sorti en 1993, est tout aussi divertissant et se regarde bien. 



Bonus


The Chilling Adventures of Sabrina est sortie vendredi dernier et j'ai visionné la série dans son intégralité en à peine deux jours. La série est vraiment super bien même si elle n'est pas sans défaut (on va dire qu'ils ont un peu abusé du flou artistique). La série est bien différente de la sitcom des années 90, ce qui m'a d'ailleurs permis de ne dresser aucune comparaison entre les deux tellement c'est le jour et la nuit. Beaucoup plus macabre, The Chilling Adventures of Sabrina dégage une ambiance vraiment spéciale, plus sombre et hors du temps avec des décors qui me font presque penser aux décors de Casper, un esprit très Halloween on va dire. L'intrigue est vraiment captivante et on reste scotché du début à la fin en se demandant comment tous ceci va se terminer. De plus, la série est vraiment dans l'air du temps avec son aspect féministe et avec la présence de personnages noirs, non binaire et LGBTQ. 



Et vous, quels films allez-vous regarder pour Halloween ?


Lectures Octobre '18




Je lis pas mal en ce moment (ou en général, pour l'instant, j'ai cumulé 34 lectures pendant mon année 2018) et je l'avoue, étant en manque d'inspiration, je me suis dit qu'un article sur mes dernières lectures comblera le petit manque de ce mois-ci au niveau du blog. Avec ce mois d'octobre, je cumule pour le moment quatre lectures et je vais vous en parler dans cette article.


Reasons to Stay Alive (Rester en vie en VF) de Matt Haig
À 24 ans, souffrant d'anxiété et de dépression, au cours d'un séjour en Espagne, Matt Haig s'est retrouvé au bord d'une falaise, les pieds à moitié dans le vide, sur le point de se précipiter... Rester en vie. cela paraît si difficile à celles et ceux qui sont au fond de l'abîme, qui ne voient poindre aucune lueur. Ce livre vif et sensible raconte les batailles que l'auteur a menées pour comprendre ce qui lui arrivait, pour le partager aux autres (pas toujours compréhensifs), et se mettre sur le chemin de la guérison. En cinq chapitres - Tomber, Atterrir, Se relever, Vivre, Être -, l'auteur raconte avec sincérité comment il a progressivement vaincu sa maladie et réappris à vivre. Car les raisons de rester en vie sont nombreuses, et sont ici détaillées avec humour et conviction. Ouvrir ce livre, c'est entamer une exploration joyeuse des façons d'exister, d'aimer mieux, de se sentir plus vivant.

Je n'ai pas grande chose à dire sur ce livre mis à part que je l'ai adoré. Je me suis reconnue dans tellement de passages et j’ai vraiment été touché par les mots de Matt Haig. Durant ma lecture, j’avais enfin l’impression d’être comprise et d’avoir une certaine reconnaissance dans le fait que je ne suis pas la seule à pouvoir ressentir ce qu’il a pu décrire dans Reasons to Stay Alive. Je pense que c’est une lecture essentielle, qu’on souffre ou pas de dépression et d’anxiété.


The Ocean at the End of the Lane (L'océan au bout du chemin en VF) de Neil Gaiman
De retour dans la maison de sa famille pour des obsèques, un homme encore jeune, sombre et nostalgique, retrouve les lieux de son passé et des images qu'il croyait oubliées. Le suicide d'un locataire dans une voiture au bout d'un chemin, sa rencontre avec une petite voisine, Lettie, qui affirmait alors que l'étang de derrière la maison était un océan. Et les souvenirs de l'enfance, qu'il croyait enfouis, affluent alors avec une précision troublante…

On reconnait bien-là le style de Neil Gaiman, une sorte de conte féerique un peu étrange. Très similaire à Coraline, un autre roman que l’auteur a écrit, The Ocean at the End of the Lane est une lecture captivante qui retrace l’enfance du protagoniste (dont on ne connaîtra jamais le nom) et qui a vécu alors qu’il avait seulement 7 ans une aventure surnaturelle. L'histoire aborde les thèmes de l'enfance et comment la perception des choses est différente qu’on soit un enfant ou un adulte. The Ocean at the End of the Lane est notamment une histoire avec l'intemporelle bataille du bien contre le mal. Je pense que l'histoire aurait pu être davantage détaillée mais je pense que Gaiman voulait que certaines parties de l'intrigue restent un mystère, ce qui reste cohérent avec l'histoire en fin de compte. Ce roman, qui se lit assez vite, est parfait pour la période automnale et Halloween.


The Mothers (Le cœur battant de nos mères en VF) de Brit Bennett
Quand Nadia, 17 ans, perd sa mère et avorte en cachette, sa vie est bouleversée. Elle choisit alors de quitter la communauté noire et religieuse qui l'a vue grandir et laisse derrière elle Luke, son amant aux rêves brisés, et Audrey, sa meilleure amie. Boursière dans une grande université, Nadia fréquente désormais l'élite. Durant une décennie marquée des affres de la vie, les trajectoires des trois jeunes gens vont se croiser puis diverger, tendues à l'extrême par le poids du secret.

Dans l’ensemble, j’ai plutôt bien aimé ce roman, l’histoire m’a intéressé jusqu’à la fin même si au final, il ne s’y passe pas grand chose. The Mothers est un drame et suit Nadia, Audrey et Luke à l'adolescence, puis à l'âge adulte. L'histoire parle de la vie en communauté, de l'amour, de l'amitié et comment l'absence d'une figure maternelle peut jouer sur la vie, cependant, je trouve que le roman manquait parfois de profondeur et l'histoire ne m'a donc pas vraiment émue. Les personnages étaient corrects mais malheureusement pas assez sympathiques pour que je m’attache à eux et je trouve qu’il n’y avait pas assez d'alchimie entre eux. Une bonne lecture mais ce n'était pas merveilleux non plus.


Spell on Wheels de Kate Leth, Megan Levens et Marissa Louise
Claire, Jolene et Andy sont trois sorcières dans leur vingtaines qui se retrouvent embarquées dans un road-trip pour retrouver des objets magiques qu'on leur a dérobé, notamment un sortilège important qui permet d'éveiller le potentiel magique chez une personne. Histoire de vengeance, esprits frappeurs, le voyage ne sera pas sans surprise.

Spell on Wheels est un comics vraiment divertissant. J’ai apprécié la diversité des personnages: Claire est rousse et curvy, Andy est afro-américaine et Jolene est asiatique et lesbienne. L’histoire ne sort pas des sentiers battus mais c’est une histoire de sorcières sympathique, parfaite pour cette période de l’année. Comics obligé, Spell on Wheels se lit relativement vite et j’ai malheureusement trouvé que la fin était amené de façon trop abrupte et que la confrontation finale était trop facile et vite expédié mais ça n'empêche pas que l’histoire reste agréable à suivre. Au niveau de l’esthétisme, les dessins et les couleurs sont vraiment agréables à l’œil. Je recommande et même s'il n'est pas disponible en français, l'anglais est ici relativement facile comprendre.



J'aimerais savoir quels livres vous avez lu ce mois-ci, dites-moi tout dans les commentaires !



Mes dernières lectures (Octobre '18).

23 oct. 2018

Lectures Octobre '18




Je lis pas mal en ce moment (ou en général, pour l'instant, j'ai cumulé 34 lectures pendant mon année 2018) et je l'avoue, étant en manque d'inspiration, je me suis dit qu'un article sur mes dernières lectures comblera le petit manque de ce mois-ci au niveau du blog. Avec ce mois d'octobre, je cumule pour le moment quatre lectures et je vais vous en parler dans cette article.


Reasons to Stay Alive (Rester en vie en VF) de Matt Haig
À 24 ans, souffrant d'anxiété et de dépression, au cours d'un séjour en Espagne, Matt Haig s'est retrouvé au bord d'une falaise, les pieds à moitié dans le vide, sur le point de se précipiter... Rester en vie. cela paraît si difficile à celles et ceux qui sont au fond de l'abîme, qui ne voient poindre aucune lueur. Ce livre vif et sensible raconte les batailles que l'auteur a menées pour comprendre ce qui lui arrivait, pour le partager aux autres (pas toujours compréhensifs), et se mettre sur le chemin de la guérison. En cinq chapitres - Tomber, Atterrir, Se relever, Vivre, Être -, l'auteur raconte avec sincérité comment il a progressivement vaincu sa maladie et réappris à vivre. Car les raisons de rester en vie sont nombreuses, et sont ici détaillées avec humour et conviction. Ouvrir ce livre, c'est entamer une exploration joyeuse des façons d'exister, d'aimer mieux, de se sentir plus vivant.

Je n'ai pas grande chose à dire sur ce livre mis à part que je l'ai adoré. Je me suis reconnue dans tellement de passages et j’ai vraiment été touché par les mots de Matt Haig. Durant ma lecture, j’avais enfin l’impression d’être comprise et d’avoir une certaine reconnaissance dans le fait que je ne suis pas la seule à pouvoir ressentir ce qu’il a pu décrire dans Reasons to Stay Alive. Je pense que c’est une lecture essentielle, qu’on souffre ou pas de dépression et d’anxiété.


The Ocean at the End of the Lane (L'océan au bout du chemin en VF) de Neil Gaiman
De retour dans la maison de sa famille pour des obsèques, un homme encore jeune, sombre et nostalgique, retrouve les lieux de son passé et des images qu'il croyait oubliées. Le suicide d'un locataire dans une voiture au bout d'un chemin, sa rencontre avec une petite voisine, Lettie, qui affirmait alors que l'étang de derrière la maison était un océan. Et les souvenirs de l'enfance, qu'il croyait enfouis, affluent alors avec une précision troublante…

On reconnait bien-là le style de Neil Gaiman, une sorte de conte féerique un peu étrange. Très similaire à Coraline, un autre roman que l’auteur a écrit, The Ocean at the End of the Lane est une lecture captivante qui retrace l’enfance du protagoniste (dont on ne connaîtra jamais le nom) et qui a vécu alors qu’il avait seulement 7 ans une aventure surnaturelle. L'histoire aborde les thèmes de l'enfance et comment la perception des choses est différente qu’on soit un enfant ou un adulte. The Ocean at the End of the Lane est notamment une histoire avec l'intemporelle bataille du bien contre le mal. Je pense que l'histoire aurait pu être davantage détaillée mais je pense que Gaiman voulait que certaines parties de l'intrigue restent un mystère, ce qui reste cohérent avec l'histoire en fin de compte. Ce roman, qui se lit assez vite, est parfait pour la période automnale et Halloween.


The Mothers (Le cœur battant de nos mères en VF) de Brit Bennett
Quand Nadia, 17 ans, perd sa mère et avorte en cachette, sa vie est bouleversée. Elle choisit alors de quitter la communauté noire et religieuse qui l'a vue grandir et laisse derrière elle Luke, son amant aux rêves brisés, et Audrey, sa meilleure amie. Boursière dans une grande université, Nadia fréquente désormais l'élite. Durant une décennie marquée des affres de la vie, les trajectoires des trois jeunes gens vont se croiser puis diverger, tendues à l'extrême par le poids du secret.

Dans l’ensemble, j’ai plutôt bien aimé ce roman, l’histoire m’a intéressé jusqu’à la fin même si au final, il ne s’y passe pas grand chose. The Mothers est un drame et suit Nadia, Audrey et Luke à l'adolescence, puis à l'âge adulte. L'histoire parle de la vie en communauté, de l'amour, de l'amitié et comment l'absence d'une figure maternelle peut jouer sur la vie, cependant, je trouve que le roman manquait parfois de profondeur et l'histoire ne m'a donc pas vraiment émue. Les personnages étaient corrects mais malheureusement pas assez sympathiques pour que je m’attache à eux et je trouve qu’il n’y avait pas assez d'alchimie entre eux. Une bonne lecture mais ce n'était pas merveilleux non plus.


Spell on Wheels de Kate Leth, Megan Levens et Marissa Louise
Claire, Jolene et Andy sont trois sorcières dans leur vingtaines qui se retrouvent embarquées dans un road-trip pour retrouver des objets magiques qu'on leur a dérobé, notamment un sortilège important qui permet d'éveiller le potentiel magique chez une personne. Histoire de vengeance, esprits frappeurs, le voyage ne sera pas sans surprise.

Spell on Wheels est un comics vraiment divertissant. J’ai apprécié la diversité des personnages: Claire est rousse et curvy, Andy est afro-américaine et Jolene est asiatique et lesbienne. L’histoire ne sort pas des sentiers battus mais c’est une histoire de sorcières sympathique, parfaite pour cette période de l’année. Comics obligé, Spell on Wheels se lit relativement vite et j’ai malheureusement trouvé que la fin était amené de façon trop abrupte et que la confrontation finale était trop facile et vite expédié mais ça n'empêche pas que l’histoire reste agréable à suivre. Au niveau de l’esthétisme, les dessins et les couleurs sont vraiment agréables à l’œil. Je recommande et même s'il n'est pas disponible en français, l'anglais est ici relativement facile comprendre.



J'aimerais savoir quels livres vous avez lu ce mois-ci, dites-moi tout dans les commentaires !



music playlist/ Pexels
J'écoute pas mal de musique en ce moment, et alors que j'avais déjà partagé avec vous une playlist au mois d'août, je vais de nouveau en partager une avec vous avec exclusivement des chansons de musique synthwave. J'espère que cette playlist vous permettra de faire de bonnes découvertes. Bonne écoute à vous !




Never Live Without You de Ollie Wride / Wild One de FM-84

Ollie Wride est un chanteur britannique qui est notamment connu par les amateurs de synthwave comme étant souvent en featuring sur les chansons du groupe FM-84. En août dernier, Ollie Wride sort son tout premier single solo, Overcome et un mois plus tard, en septembre donc, il sort la chanson Never Live Without You avec laquelle j’ai tout de suite accrochée pour ses sonorité très 80s et comme dirait un mutual sur Twitter (hello Julian), cette chanson est même plus 80’s que les 80’s.

Too Late (feat. LeBrock) de Timecop1983

Je triche un peu car cette chanson se trouvait déjà dans la playlist du mois d'août mais que voulez-vous, j’aime d’amour cette chanson, ce fut un véritable coup de cœur lors de la première écoute et à chaque fois que je l'écoute, je visualise un teen-movie typique des années 80 où deux jeunes ados s'aiment mais ont été séparé et l'un d'entre eux essaye de retrouver l'autre.

Daytona, Wave et Explorers de The Midnight

Wave et Explorers sont deux chansons du nouvel album de The Midnight intitulé Kids. A la première écoute de l’album, j’avoue avoir été assez déçue mais plus j’écoutais et plus j'appréciais cet album. Différent des deux autres albums du groupe, Kids véhicule une certaine nostalgie collective avec une ambiance très 80s avec la présence de l'enfance avec les des jeux-vidéos et les pubs de l’époque. D'ailleurs, la pochette de l'album est en plein dans les années 80 avec les fameux malls charismatiques de cette décennie. Quant au morceau Daytona de l'album Endless Summer, je trouve que la musique a des sonorités qui font penser aux jeux-vidéos et j'adore, quand je l'écoute, j'imagine un genre de couse poursuite en voiture ou une personne en train de courir pour échapper au danger.

Cameo ‘18 de Headroom

Trouvé vraiment par hasard sur le site Bandcamp, j’ai vraiment accroché avec les sonorités de ce morceau. Ce morceau est mon réveil du matin pour me mettre tout de suite de bonne humeur. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs mais à chaque fois que je l’écoute, je pense à un film des années 80 avec Tom Hanks, The Money Pit. Vu que cet morceau n’est pas dispo sur Spotify, je vous invite à l’écouter sur YouTube ou sur le Bandcamp de l’artiste.



Petite question, suis-la seule à imaginer des scénarios ou des sortes de petites scénette digne d'un film lors de l'écoute d'une chanson ?





Playlist des mois de septembre-octobre.

16 oct. 2018

music playlist/ Pexels
J'écoute pas mal de musique en ce moment, et alors que j'avais déjà partagé avec vous une playlist au mois d'août, je vais de nouveau en partager une avec vous avec exclusivement des chansons de musique synthwave. J'espère que cette playlist vous permettra de faire de bonnes découvertes. Bonne écoute à vous !




Never Live Without You de Ollie Wride / Wild One de FM-84

Ollie Wride est un chanteur britannique qui est notamment connu par les amateurs de synthwave comme étant souvent en featuring sur les chansons du groupe FM-84. En août dernier, Ollie Wride sort son tout premier single solo, Overcome et un mois plus tard, en septembre donc, il sort la chanson Never Live Without You avec laquelle j’ai tout de suite accrochée pour ses sonorité très 80s et comme dirait un mutual sur Twitter (hello Julian), cette chanson est même plus 80’s que les 80’s.

Too Late (feat. LeBrock) de Timecop1983

Je triche un peu car cette chanson se trouvait déjà dans la playlist du mois d'août mais que voulez-vous, j’aime d’amour cette chanson, ce fut un véritable coup de cœur lors de la première écoute et à chaque fois que je l'écoute, je visualise un teen-movie typique des années 80 où deux jeunes ados s'aiment mais ont été séparé et l'un d'entre eux essaye de retrouver l'autre.

Daytona, Wave et Explorers de The Midnight

Wave et Explorers sont deux chansons du nouvel album de The Midnight intitulé Kids. A la première écoute de l’album, j’avoue avoir été assez déçue mais plus j’écoutais et plus j'appréciais cet album. Différent des deux autres albums du groupe, Kids véhicule une certaine nostalgie collective avec une ambiance très 80s avec la présence de l'enfance avec les des jeux-vidéos et les pubs de l’époque. D'ailleurs, la pochette de l'album est en plein dans les années 80 avec les fameux malls charismatiques de cette décennie. Quant au morceau Daytona de l'album Endless Summer, je trouve que la musique a des sonorités qui font penser aux jeux-vidéos et j'adore, quand je l'écoute, j'imagine un genre de couse poursuite en voiture ou une personne en train de courir pour échapper au danger.

Cameo ‘18 de Headroom

Trouvé vraiment par hasard sur le site Bandcamp, j’ai vraiment accroché avec les sonorités de ce morceau. Ce morceau est mon réveil du matin pour me mettre tout de suite de bonne humeur. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs mais à chaque fois que je l’écoute, je pense à un film des années 80 avec Tom Hanks, The Money Pit. Vu que cet morceau n’est pas dispo sur Spotify, je vous invite à l’écouter sur YouTube ou sur le Bandcamp de l’artiste.



Petite question, suis-la seule à imaginer des scénarios ou des sortes de petites scénette digne d'un film lors de l'écoute d'une chanson ?





© Le Rewind Club – La (pop) culture d'hier et d'aujourd'hui. Design by Fearne and edited by Jules.