Slider


L'été dernier, je publiais sur le blog un article où je partageais avec vous une liste de quatre films d'animation ayant marqué mon enfance. Aujourd'hui, je vous propose une deuxième partie également composé de quatre films que j'ai souvent regardé étant enfant. J'espère que cette article empli de nostalgie vous transportera tout droit jusqu'en enfance.



La Route d'Eldorado d'Éric Bergeron (2000).
1519. Les Espagnols ne rêvent que d'une chose: atteindre l'Eldorado, légendaire contrée aux mille richesses située quelque part en Amérique du Sud. Tulio et Miguel, deux sympathiques fripouilles, décident de tenter l'aventure et traversent l’océan à bord d'une frêle embarcation. Après avoir chaviré, les deux amis atteignent une ile inconnue. Ils découvrent très vite qu'ils ont atteint l'Eldorado. La population locale les prend pour des dieux et les honore comme tels. Mais la fortune et le pouvoir ne vont-ils pas avoir raison de l’amitié qui les lie?
Je ne sais pas pour vous mais je trouve que ce film d’animation est assez underrated. Quatrième long-métrage des studios DreamWorks Animation, La Route d’Eldorado a bercé mon enfance et reste un de mes films d’animation préférés. Je trouve l’approche de ce film assez unique et je trouve que l’histoire est plutôt mature, ce qui fait que l’histoire peut autant plaire aux enfants qu’aux adultes. Les chansons sont vraiment cools et entraînantes et ont une petite particularité: vous aurez remarqué qu’il est assez commun que les personnages chantent les chansons, dans La Route d’Eldorado, ce n’est pas le cas (excepté la chanson C'est si dur d'être un vrai Dieu) et je trouve que ça donne une autre dimension au film. Les personnages sont incroyables, tellement imparfaits et donc réalistes mais surtout terriblement attachants. L’amitié entre Tulio et Miguel est très bien exploitée et je pense que ça marche d’autant plus en VF puisqu’ils sont doublé respectivement par José Garcia et Antoine de Caunes, qui faisaient des sketchs ensemble dans l’émission de Canal+ Nulle part ailleurs. En tout cas, je trouve que La Route d'Eldorado est un film incroyablement drôle et surtout, intemporel.


Excalibur, l'épée magique de Frederik Du Chau (1998).
Quand le maléfique sir Ruber et son acolyte Griffin s'emparent d'Excalibur, l’épée magique des chevaliers de la Table ronde, la jeune et courageuse Kayley, qui rêve d'appartenir a cette noble confrérie, s'embarque sans hésiter dans une longue et dangereuse quête pour retrouver l’épée magique et sauver Camelot. Garrett, un jeune ermite aveugle réfugié au cœur de la ténébreuse foret interdite, devient son fidèle allie, ainsi qu'un gentil dragon bicéphale, Devon & Cornouailles. Entourée de ses nouveaux amis, Kayley parviendra-t-elle a réaliser son rêve?
Vous le savez, j'aime beaucoup tout ce qui tourne autour du mythe arthurien depuis pas mal d'années déjà, la preuve avec ce film d'animation. Excalibur, l'épée magique se passe pendant le règne d'Arthur mais il n'est pas au centre du film. En effet, on y suit Kayley, fille d'un chevalier de la Table Ronde qui fut tué en défendant la vie du Roi Arthur. Kayley est ce qu'on peut appelé un garçon manqué et rêve de se battre pour le Roi Arthur comme son père auparavant. Je l'avoue, le dessin et l'animation est loin d'être magnifique et le tout est un peu plat mais on va dire que l'histoire prévaut sur la qualité esthétique du film. J'apprécie que l'histoire d'amour n’empiète pas trop sur la trame principale. Le film ne dure qu'une heure, cependant le rythme est bien exploité, ça ne se passe pas ni trop vite ni trop lentement. Le doublage est de qualité avec la présence de Julie Turin, Alain Chabat et Emmanuel Curtil (qui, bizarrement, ne procure pas la voix chantée de son personnage alors que c'est le cas dans Le Roi Lion et dans Anastasia). C'est un film de fantasy et je trouve que ça manque beaucoup aujourd'hui.


Le Cygne et la Princesse de Richard Rich (1994).
Les deux rejetons de deux royaumes enchantés s'aiment d'amour tendre et doivent s'épouser. Mais c'est compter sans le sorcier Albéric qui, jadis, fut banni par le roi, père de la belle. Il enlève la princesse et, usant de ses pouvoirs maléfiques, la transforme en cygne qui ne pourra retrouver sa forme humaine qu'à la lueur de la lune.
Le Cygne et la Princesse est basé sur le ballet Le Lac des cygnes de Tchaïkovski. Le film a connu de nombreuses suites: j'ai effectivement vu le deuxième film sorti en 1997 mais depuis, il y a eu pas moins de 6 suites ravagées par une 3D ignoble - je vous laisse juger en vous donnant le trailer du dernier film - ce qui fait donc 8 films en tout. Je serai honnête avec vous, je pense que Le Cygne et la Princesse est un des longs métrages de mon enfance que j'aurais le plus de mal à regarder à l'heure d'aujourd'hui. L'histoire d'amour est simpliste, niaise et n'est pas vraiment convaincante. Ce film manque extrêmement de profondeur et au final, alors que c'était un film plutôt agréable et divertissant à regarder quand j'étais enfant, on s'ennuie assez vite quand on le regarde à l'age adulte car on y voit les terribles défauts dont est truffé le long-métrage.


Shrek d'Andrew Adamson et Vicky Jenson (2001).
L'ogre Shrek, monstre vert, cynique et malicieux, vit en ermite au cœur des marais. Lorsque des créatures féeriques, bannies par le méchant Lord Farquaad, envahissent son Eden glauque, Shrek est bien obligé de leur trouver un asile pour préserver sa solitude. Il conclut un accord avec Lord Farquaad, promettant à ce dernier d'arracher sa fiancée, la princesse Fiona, aux griffes d'un abominable dragon. Mais la belle cache un secret encore plus terrifiant, qui va entraîner tout ce petit monde dans une palpitante aventure.
J'hallucine un peu quand je vois que le film d'animation Shrek est sorti au cinéma il y a maintenant 17 ans. Shrek, c'est le long-métrage d'animation qui sort des sentiers battus car ça se révèle être une pure parodie des contes de fées. On y voit alors des personnages de contes complètement revisités. On nous propose un héros qui n'aurait pas été héros dans un conte puisqu'il est un ogre et Fiona, princesse ogresse est loin de véhiculer l'image de la demoiselle en détresse, elle qui sait parfaitement se défendre et ne fait pas tapisserie. Ce film fait rire les enfants mais aussi les adultes, il y a des références que seuls les adultes comprendront sans pour autant gâcher le plaisir des enfants. Je trouve que les suites sont tout aussi excellentes que le premier film, c'est qui est assez rare pour le souligner. Un film drôle qu'on ne lasse pas de regarder avec des personnages à la personnalité riche.


Les films d'animation de mon enfance, deuxième partie.

15 mai 2018


L'été dernier, je publiais sur le blog un article où je partageais avec vous une liste de quatre films d'animation ayant marqué mon enfance. Aujourd'hui, je vous propose une deuxième partie également composé de quatre films que j'ai souvent regardé étant enfant. J'espère que cette article empli de nostalgie vous transportera tout droit jusqu'en enfance.



La Route d'Eldorado d'Éric Bergeron (2000).
1519. Les Espagnols ne rêvent que d'une chose: atteindre l'Eldorado, légendaire contrée aux mille richesses située quelque part en Amérique du Sud. Tulio et Miguel, deux sympathiques fripouilles, décident de tenter l'aventure et traversent l’océan à bord d'une frêle embarcation. Après avoir chaviré, les deux amis atteignent une ile inconnue. Ils découvrent très vite qu'ils ont atteint l'Eldorado. La population locale les prend pour des dieux et les honore comme tels. Mais la fortune et le pouvoir ne vont-ils pas avoir raison de l’amitié qui les lie?
Je ne sais pas pour vous mais je trouve que ce film d’animation est assez underrated. Quatrième long-métrage des studios DreamWorks Animation, La Route d’Eldorado a bercé mon enfance et reste un de mes films d’animation préférés. Je trouve l’approche de ce film assez unique et je trouve que l’histoire est plutôt mature, ce qui fait que l’histoire peut autant plaire aux enfants qu’aux adultes. Les chansons sont vraiment cools et entraînantes et ont une petite particularité: vous aurez remarqué qu’il est assez commun que les personnages chantent les chansons, dans La Route d’Eldorado, ce n’est pas le cas (excepté la chanson C'est si dur d'être un vrai Dieu) et je trouve que ça donne une autre dimension au film. Les personnages sont incroyables, tellement imparfaits et donc réalistes mais surtout terriblement attachants. L’amitié entre Tulio et Miguel est très bien exploitée et je pense que ça marche d’autant plus en VF puisqu’ils sont doublé respectivement par José Garcia et Antoine de Caunes, qui faisaient des sketchs ensemble dans l’émission de Canal+ Nulle part ailleurs. En tout cas, je trouve que La Route d'Eldorado est un film incroyablement drôle et surtout, intemporel.


Excalibur, l'épée magique de Frederik Du Chau (1998).
Quand le maléfique sir Ruber et son acolyte Griffin s'emparent d'Excalibur, l’épée magique des chevaliers de la Table ronde, la jeune et courageuse Kayley, qui rêve d'appartenir a cette noble confrérie, s'embarque sans hésiter dans une longue et dangereuse quête pour retrouver l’épée magique et sauver Camelot. Garrett, un jeune ermite aveugle réfugié au cœur de la ténébreuse foret interdite, devient son fidèle allie, ainsi qu'un gentil dragon bicéphale, Devon & Cornouailles. Entourée de ses nouveaux amis, Kayley parviendra-t-elle a réaliser son rêve?
Vous le savez, j'aime beaucoup tout ce qui tourne autour du mythe arthurien depuis pas mal d'années déjà, la preuve avec ce film d'animation. Excalibur, l'épée magique se passe pendant le règne d'Arthur mais il n'est pas au centre du film. En effet, on y suit Kayley, fille d'un chevalier de la Table Ronde qui fut tué en défendant la vie du Roi Arthur. Kayley est ce qu'on peut appelé un garçon manqué et rêve de se battre pour le Roi Arthur comme son père auparavant. Je l'avoue, le dessin et l'animation est loin d'être magnifique et le tout est un peu plat mais on va dire que l'histoire prévaut sur la qualité esthétique du film. J'apprécie que l'histoire d'amour n’empiète pas trop sur la trame principale. Le film ne dure qu'une heure, cependant le rythme est bien exploité, ça ne se passe pas ni trop vite ni trop lentement. Le doublage est de qualité avec la présence de Julie Turin, Alain Chabat et Emmanuel Curtil (qui, bizarrement, ne procure pas la voix chantée de son personnage alors que c'est le cas dans Le Roi Lion et dans Anastasia). C'est un film de fantasy et je trouve que ça manque beaucoup aujourd'hui.


Le Cygne et la Princesse de Richard Rich (1994).
Les deux rejetons de deux royaumes enchantés s'aiment d'amour tendre et doivent s'épouser. Mais c'est compter sans le sorcier Albéric qui, jadis, fut banni par le roi, père de la belle. Il enlève la princesse et, usant de ses pouvoirs maléfiques, la transforme en cygne qui ne pourra retrouver sa forme humaine qu'à la lueur de la lune.
Le Cygne et la Princesse est basé sur le ballet Le Lac des cygnes de Tchaïkovski. Le film a connu de nombreuses suites: j'ai effectivement vu le deuxième film sorti en 1997 mais depuis, il y a eu pas moins de 6 suites ravagées par une 3D ignoble - je vous laisse juger en vous donnant le trailer du dernier film - ce qui fait donc 8 films en tout. Je serai honnête avec vous, je pense que Le Cygne et la Princesse est un des longs métrages de mon enfance que j'aurais le plus de mal à regarder à l'heure d'aujourd'hui. L'histoire d'amour est simpliste, niaise et n'est pas vraiment convaincante. Ce film manque extrêmement de profondeur et au final, alors que c'était un film plutôt agréable et divertissant à regarder quand j'étais enfant, on s'ennuie assez vite quand on le regarde à l'age adulte car on y voit les terribles défauts dont est truffé le long-métrage.


Shrek d'Andrew Adamson et Vicky Jenson (2001).
L'ogre Shrek, monstre vert, cynique et malicieux, vit en ermite au cœur des marais. Lorsque des créatures féeriques, bannies par le méchant Lord Farquaad, envahissent son Eden glauque, Shrek est bien obligé de leur trouver un asile pour préserver sa solitude. Il conclut un accord avec Lord Farquaad, promettant à ce dernier d'arracher sa fiancée, la princesse Fiona, aux griffes d'un abominable dragon. Mais la belle cache un secret encore plus terrifiant, qui va entraîner tout ce petit monde dans une palpitante aventure.
J'hallucine un peu quand je vois que le film d'animation Shrek est sorti au cinéma il y a maintenant 17 ans. Shrek, c'est le long-métrage d'animation qui sort des sentiers battus car ça se révèle être une pure parodie des contes de fées. On y voit alors des personnages de contes complètement revisités. On nous propose un héros qui n'aurait pas été héros dans un conte puisqu'il est un ogre et Fiona, princesse ogresse est loin de véhiculer l'image de la demoiselle en détresse, elle qui sait parfaitement se défendre et ne fait pas tapisserie. Ce film fait rire les enfants mais aussi les adultes, il y a des références que seuls les adultes comprendront sans pour autant gâcher le plaisir des enfants. Je trouve que les suites sont tout aussi excellentes que le premier film, c'est qui est assez rare pour le souligner. Un film drôle qu'on ne lasse pas de regarder avec des personnages à la personnalité riche.


It Only Happens in the Movies de Holly Bourne


Que vous dire ce ce fabuleux qu’est It Only Happens in the Movies. Cette lecture fut un réel coup de coeur. Holly Bourne nous livre une histoire authentique qui se veut éloignée des clichés des comédies romantiques. 


Audrey en a plus qu’assez de la romance. Depuis que la relation de couple de ses parents a explosé, sa mère est en état de crise. Audrey a donc pris un job dans un cinéma pour s’enfuir de son quotidien. Elle y fait alors la rencontre d’un aspirant cinéaste, Harry. Personne ne s’attendait à ce qu’Audrey et Harry tombe amoureux aussi vite et aussi passionnément qu’eux. Mais ça ne veut pas dire que tout est facile. Car le véritable amour n’est pas comme dans les films. 

Dès les premières pages, je savais que j’allais adorer cette histoire et ce fut le cas. Je l’avoue, j’ai un petit faible pour les histoires d’amour entre ados ou jeunes adultes mais avec ce roman, j’ai d’autant plus apprécié pour l’authenticité qui se dégage du récit. Le roman a pour but de remettre en question le véritable amour et repose beaucoup sur les clichés présents dans les histoires d’amour au cinéma. Alors qu’Audrey doit rédiger un devoir sur pourquoi l’amour dépeint dans les films n’est pas réaliste, en répertoriant les clichés les plus utilisé dans les films romantiques, elle va elle-même s’aventurer dans une nouvelle relation amoureuse.

Romances films ruin people's real-life relationships. They offer this idea of love that isn't sustainable in normal life.

Audrey est un personnage principal attachant à qui on peut facilement s’identifier. J’ai apprécié le fait qu’elle soit parfois dans la contradiction (elle le dit elle même dans le roman) dans le sens où, après sa première relation, elle s’est repliée sur elle-même et s’est rendue compte que l’amour, c’était pas si génial que ça et que l’amour dans les films se révèlent même parfois dangereux pour le public. Pourtant, ça ne va pas l'empêcher de tomber follement amoureuse d’Harry et d’avoir envie de lui alors qu’elle sait qu’il est un bourreau des cœurs). Au final, elle représente elle-même un certain cliché, celui de la fille qui n’arrive pas vraiment à se décider sur ce qu’elle veut.

It Only Happens in the Movies de Holly Bourne


Harry est l’incarnation du cliché du gentil bad-boy séducteur qui fume (pas que des cigarettes) et qui boit. Harry est un stock character récurrent dans les films et les romans. C’est un garçon passionné par son art et qui va considérer Audrey un peu comme sa muse. Sans même lire le synopsis du roman, on sait dès le début, alors que les deux se rencontrent seulement, qu’ils vont finir par sortir ensemble. Un cliché scénaristique en soit. Harry est loin d’être le petit ami idéal mais Audrey en tombe quand même amoureuse. Harry semble parfois manquer de sérieux mais étonne parfois quand il se voit être à l’écoute d’Audrey, notamment dans leur vie sexuelle alors qu’Audrey lui avoue avoir vécu une première expérience traumatique et douloureuse avec son ex petit copain Milo qui rompu avec elle quelques jours après. En parlant de sexe, j’ai trouvé vraiment rafraîchissant comment était abordé le sexe dans ce roman: sans chichi et sans pudeur, très décomplexé, notamment dans un passage où Audrey explique sa mésaventure avec son ex Milo à sa copine Alice.

You know that bit in the first Lord of the Rings film? Where Gandalf stands up to that fire demon on the bridge and yells, ‘YOU SHALL NOT PASS’? Well…” I paused, feeling so ashamed. “Essentially my vagina had a Gandalf standing at the entrance, and he thought Milo’s dick was a fire demon.

La relation d’Harry et Audrey ne donne pas non plus dans le cliché ou en tout cas, ne vend pas vraiment du rêve. Comme je le disais, Harry est loin d’être parfait et fait la majorité du temps les mauvais choix mais du coup, l’auteur nous offre une relation imparfaite mais plus réaliste. En parallèle de son histoire d’amour avec Harry, on suit aussi la situation familiale catastrophique d’Audrey. Son père a quitté le nid familiale et a refait sa vie avec une femme avec qui il a eu des jumeaux; son frère aîné Dougie est parti à la fac et Audrey se retrouve donc seule à devoir gérer l’état émotionnel de sa mère. Ces parties-ci du roman sont vraiment fortes et déchirantes. On y voit alors les pires répercussions que peuvent engendrer une rupture amoureuse. 

[SPOILER]La fin du roman est magnifique. Je pense que quand on lit ce genre d’histoire, on voudrait qu’elle se finisse par un happy-ending entre le personnage principal et son love interest mais je me suis rendue compte que ça irait à l’encontre du thème véhiculé par le roman. La fin abat tous les stéréotypes avec une fin qui n’est justement pas clichée et qui reflète ce qui arrive normalement dans la réalité quand ce genre de situation arrive.[FIN DU SPOILER]

Je trouve qu’il devrait avoir plus de romans YA de ce genre-là, qui véhicule l’idée que l’amour est loin d’être parfait comme dans les films, que cet amour représenté au cinéma peut être est caduque et irréaliste. It Only Happens in the Movies se révèle donc être un roman poignant, authentique et surtout très pertinent sur l’idée du véritable amour et apporte un véritable vent de fraîcheur dans le genre du Young Adult.


It Only Happens in the Movies de Holly Bourne, un roman YA qui remet en question les relations amoureuses.

8 mai 2018

It Only Happens in the Movies de Holly Bourne


Que vous dire ce ce fabuleux qu’est It Only Happens in the Movies. Cette lecture fut un réel coup de coeur. Holly Bourne nous livre une histoire authentique qui se veut éloignée des clichés des comédies romantiques. 


Audrey en a plus qu’assez de la romance. Depuis que la relation de couple de ses parents a explosé, sa mère est en état de crise. Audrey a donc pris un job dans un cinéma pour s’enfuir de son quotidien. Elle y fait alors la rencontre d’un aspirant cinéaste, Harry. Personne ne s’attendait à ce qu’Audrey et Harry tombe amoureux aussi vite et aussi passionnément qu’eux. Mais ça ne veut pas dire que tout est facile. Car le véritable amour n’est pas comme dans les films. 

Dès les premières pages, je savais que j’allais adorer cette histoire et ce fut le cas. Je l’avoue, j’ai un petit faible pour les histoires d’amour entre ados ou jeunes adultes mais avec ce roman, j’ai d’autant plus apprécié pour l’authenticité qui se dégage du récit. Le roman a pour but de remettre en question le véritable amour et repose beaucoup sur les clichés présents dans les histoires d’amour au cinéma. Alors qu’Audrey doit rédiger un devoir sur pourquoi l’amour dépeint dans les films n’est pas réaliste, en répertoriant les clichés les plus utilisé dans les films romantiques, elle va elle-même s’aventurer dans une nouvelle relation amoureuse.

Romances films ruin people's real-life relationships. They offer this idea of love that isn't sustainable in normal life.

Audrey est un personnage principal attachant à qui on peut facilement s’identifier. J’ai apprécié le fait qu’elle soit parfois dans la contradiction (elle le dit elle même dans le roman) dans le sens où, après sa première relation, elle s’est repliée sur elle-même et s’est rendue compte que l’amour, c’était pas si génial que ça et que l’amour dans les films se révèlent même parfois dangereux pour le public. Pourtant, ça ne va pas l'empêcher de tomber follement amoureuse d’Harry et d’avoir envie de lui alors qu’elle sait qu’il est un bourreau des cœurs). Au final, elle représente elle-même un certain cliché, celui de la fille qui n’arrive pas vraiment à se décider sur ce qu’elle veut.

It Only Happens in the Movies de Holly Bourne


Harry est l’incarnation du cliché du gentil bad-boy séducteur qui fume (pas que des cigarettes) et qui boit. Harry est un stock character récurrent dans les films et les romans. C’est un garçon passionné par son art et qui va considérer Audrey un peu comme sa muse. Sans même lire le synopsis du roman, on sait dès le début, alors que les deux se rencontrent seulement, qu’ils vont finir par sortir ensemble. Un cliché scénaristique en soit. Harry est loin d’être le petit ami idéal mais Audrey en tombe quand même amoureuse. Harry semble parfois manquer de sérieux mais étonne parfois quand il se voit être à l’écoute d’Audrey, notamment dans leur vie sexuelle alors qu’Audrey lui avoue avoir vécu une première expérience traumatique et douloureuse avec son ex petit copain Milo qui rompu avec elle quelques jours après. En parlant de sexe, j’ai trouvé vraiment rafraîchissant comment était abordé le sexe dans ce roman: sans chichi et sans pudeur, très décomplexé, notamment dans un passage où Audrey explique sa mésaventure avec son ex Milo à sa copine Alice.

You know that bit in the first Lord of the Rings film? Where Gandalf stands up to that fire demon on the bridge and yells, ‘YOU SHALL NOT PASS’? Well…” I paused, feeling so ashamed. “Essentially my vagina had a Gandalf standing at the entrance, and he thought Milo’s dick was a fire demon.

La relation d’Harry et Audrey ne donne pas non plus dans le cliché ou en tout cas, ne vend pas vraiment du rêve. Comme je le disais, Harry est loin d’être parfait et fait la majorité du temps les mauvais choix mais du coup, l’auteur nous offre une relation imparfaite mais plus réaliste. En parallèle de son histoire d’amour avec Harry, on suit aussi la situation familiale catastrophique d’Audrey. Son père a quitté le nid familiale et a refait sa vie avec une femme avec qui il a eu des jumeaux; son frère aîné Dougie est parti à la fac et Audrey se retrouve donc seule à devoir gérer l’état émotionnel de sa mère. Ces parties-ci du roman sont vraiment fortes et déchirantes. On y voit alors les pires répercussions que peuvent engendrer une rupture amoureuse. 

[SPOILER]La fin du roman est magnifique. Je pense que quand on lit ce genre d’histoire, on voudrait qu’elle se finisse par un happy-ending entre le personnage principal et son love interest mais je me suis rendue compte que ça irait à l’encontre du thème véhiculé par le roman. La fin abat tous les stéréotypes avec une fin qui n’est justement pas clichée et qui reflète ce qui arrive normalement dans la réalité quand ce genre de situation arrive.[FIN DU SPOILER]

Je trouve qu’il devrait avoir plus de romans YA de ce genre-là, qui véhicule l’idée que l’amour est loin d’être parfait comme dans les films, que cet amour représenté au cinéma peut être est caduque et irréaliste. It Only Happens in the Movies se révèle donc être un roman poignant, authentique et surtout très pertinent sur l’idée du véritable amour et apporte un véritable vent de fraîcheur dans le genre du Young Adult.


Lucky Man: a memoir - Michael J. Fox


Je pense être dans le vrai en disant que la majorité d’entre nous connaissent Michael J. Fox à travers son rôle de Marty McFly dans la Trilogie Retour vers le Futur (1985-1990). Si vous connaissez les détails les plus connus de sa vie, vous savez également que Michael J. Fox est atteint de la maladie de Parkinson et alors que cette maladie qu’on pense être en majorité associée aux personnes âgées, lui à découvert en être atteint à seulement 30 ans. Je ne savais pas non plus qu'il avait écrit un livre - il en a même écrit trois - Lucky Man étant le premier qu'il ait écrit, publié en 2002. Dans cette autobiographie, Michael J. Fox se livre en nous racontant divers moments de sa vie, de son enfance à son adolescence, son arrivée à Los Angeles et le début de sa carrière d’acteur et bien entendu, sa “relation” avec sa maladie. Je partage avec vous mon opinion sur cette autobiographie.     

I woke up to find the message in my left hand. It had me trembling. It wasn't a fax, telegram, memo, or the usual sort of missive bringing disturbing news. In fact, my hand held nothing at all. The trembling was the message.
C'était la première fois que je lisais ce type d'ouvrage et ce fut un réel plaisir de commencer avec une aussi belle lecture. Lire Lucky Man a fait naître un tas d’émotions et de sensations: colère, compassion, joie, etc. D’ailleurs, je ne m'attendais vraiment pas à rire en lisant ce livre, il y a des passages assez drôles qui reflètent le coté comique de Michael J. Fox. Je ne savais pas énormément de choses sur cet acteur, je connaissais des éléments lié à sa carrière mais pas vraiment sur sa vie personnelle. Les passages sur son enfance, adolescence et le début de sa carrière sont ceux qui m’ont le plus captivés et m’ont presque donnés la sensation d’être proche de lui. Les passages qui traitent de la célébrité sont également très intéressant car c’est une réelle réflexion sur l’envers du décor et que tout n’est pas forcément beau quand on est célèbre et on comprend alors qu’on peut vite s’y perdre.
Everywhere I looked, I saw my image reflected back at me. But that was the thing – none of them was a true representation of my real self, whoever that was; it was more like a hall of mirrors.
Il aborde également les événements entourant son mariage avec Tracy Pollan où il explique comment les journalistes et les paparazzis avaient essayé d'infiltrer son mariage alors que lui et sa femme avaient refusé toutes exclusivités, voulant une cérémonie en toute simplicité avec la famille et les amis proches. Ce passage illustre à quel point être célèbre à ses inconvénients.
Stubbornly, I clung to fantasies of escape, hoping against hope that somehow my diagnosis would turn out to be a mistake.
Les passages les plus touchant sont ceux qui traite de comment Michael J. Fox a réagi quand il apprit qu'il était atteint de la maladie de Parkinson et comment il a agi face à la maladie par la suite. On est vite touché quand Michael J. Fox explique son très long parcours dans l’acceptation de sa maladie. Il nous fait savoir à quel point, au début, il était dans le déni et que sa seule solution pour oublier sa situation fut l'alcool.
With my diagnosis in 1991 came another shift in my relationship with alcohol. The quantity of my drinking was still down from eighties level, but the quality of that drinking had changed ominously. I always knew, somewhere in the back of my mind, that my drinking was about filling a void, masking a need to be something more than I was.
J’ai trouvé le parcours de cet homme plutôt incroyable, d’un homme qui n’ose pas reconnaître qu’il est atteint de la maladie de Parkinson, qui préfère oublier dans l’alcool, il finit peu à peu par accepter sa maladie et il finit même par devenir militant, créant par la suite sa propre association, The Michael J. Fox Foundation qui a pour but de trouver un remède contre la maladie de Parkinson grâce à des recherches financées et à la mise au point de traitements améliorés pour les personnes atteintes de la maladie.

Lucky Man: a memoir fut un réel coup de cœur. Je ne pense pas qu’on doit forcément être un fan de l’acteur pour apprécier cette oeuvre car, de me point vue, cette lecture permet de voir l’homme derrière l’acteur. On y voit cet homme faire face à la maladie à seulement 30 ans alors qu’il était à l’apogée de sa carrière et dans le début d’une vie de famille et le voir dévoiler ses faiblesses et ses forces sans aucune honte vaut le coup de lire cette autobiographie. Elle a été traduite en français sous le titre La chance de ma vie mais malheureusement, le roman semble ne plus être édité. 







Lucky Man de Michael J. Fox, une autobiographie captivante et touchante.

27 avr. 2018

Lucky Man: a memoir - Michael J. Fox


Je pense être dans le vrai en disant que la majorité d’entre nous connaissent Michael J. Fox à travers son rôle de Marty McFly dans la Trilogie Retour vers le Futur (1985-1990). Si vous connaissez les détails les plus connus de sa vie, vous savez également que Michael J. Fox est atteint de la maladie de Parkinson et alors que cette maladie qu’on pense être en majorité associée aux personnes âgées, lui à découvert en être atteint à seulement 30 ans. Je ne savais pas non plus qu'il avait écrit un livre - il en a même écrit trois - Lucky Man étant le premier qu'il ait écrit, publié en 2002. Dans cette autobiographie, Michael J. Fox se livre en nous racontant divers moments de sa vie, de son enfance à son adolescence, son arrivée à Los Angeles et le début de sa carrière d’acteur et bien entendu, sa “relation” avec sa maladie. Je partage avec vous mon opinion sur cette autobiographie.     

I woke up to find the message in my left hand. It had me trembling. It wasn't a fax, telegram, memo, or the usual sort of missive bringing disturbing news. In fact, my hand held nothing at all. The trembling was the message.
C'était la première fois que je lisais ce type d'ouvrage et ce fut un réel plaisir de commencer avec une aussi belle lecture. Lire Lucky Man a fait naître un tas d’émotions et de sensations: colère, compassion, joie, etc. D’ailleurs, je ne m'attendais vraiment pas à rire en lisant ce livre, il y a des passages assez drôles qui reflètent le coté comique de Michael J. Fox. Je ne savais pas énormément de choses sur cet acteur, je connaissais des éléments lié à sa carrière mais pas vraiment sur sa vie personnelle. Les passages sur son enfance, adolescence et le début de sa carrière sont ceux qui m’ont le plus captivés et m’ont presque donnés la sensation d’être proche de lui. Les passages qui traitent de la célébrité sont également très intéressant car c’est une réelle réflexion sur l’envers du décor et que tout n’est pas forcément beau quand on est célèbre et on comprend alors qu’on peut vite s’y perdre.
Everywhere I looked, I saw my image reflected back at me. But that was the thing – none of them was a true representation of my real self, whoever that was; it was more like a hall of mirrors.
Il aborde également les événements entourant son mariage avec Tracy Pollan où il explique comment les journalistes et les paparazzis avaient essayé d'infiltrer son mariage alors que lui et sa femme avaient refusé toutes exclusivités, voulant une cérémonie en toute simplicité avec la famille et les amis proches. Ce passage illustre à quel point être célèbre à ses inconvénients.
Stubbornly, I clung to fantasies of escape, hoping against hope that somehow my diagnosis would turn out to be a mistake.
Les passages les plus touchant sont ceux qui traite de comment Michael J. Fox a réagi quand il apprit qu'il était atteint de la maladie de Parkinson et comment il a agi face à la maladie par la suite. On est vite touché quand Michael J. Fox explique son très long parcours dans l’acceptation de sa maladie. Il nous fait savoir à quel point, au début, il était dans le déni et que sa seule solution pour oublier sa situation fut l'alcool.
With my diagnosis in 1991 came another shift in my relationship with alcohol. The quantity of my drinking was still down from eighties level, but the quality of that drinking had changed ominously. I always knew, somewhere in the back of my mind, that my drinking was about filling a void, masking a need to be something more than I was.
J’ai trouvé le parcours de cet homme plutôt incroyable, d’un homme qui n’ose pas reconnaître qu’il est atteint de la maladie de Parkinson, qui préfère oublier dans l’alcool, il finit peu à peu par accepter sa maladie et il finit même par devenir militant, créant par la suite sa propre association, The Michael J. Fox Foundation qui a pour but de trouver un remède contre la maladie de Parkinson grâce à des recherches financées et à la mise au point de traitements améliorés pour les personnes atteintes de la maladie.

Lucky Man: a memoir fut un réel coup de cœur. Je ne pense pas qu’on doit forcément être un fan de l’acteur pour apprécier cette oeuvre car, de me point vue, cette lecture permet de voir l’homme derrière l’acteur. On y voit cet homme faire face à la maladie à seulement 30 ans alors qu’il était à l’apogée de sa carrière et dans le début d’une vie de famille et le voir dévoiler ses faiblesses et ses forces sans aucune honte vaut le coup de lire cette autobiographie. Elle a été traduite en français sous le titre La chance de ma vie mais malheureusement, le roman semble ne plus être édité. 








Ce qui est parti dans l'idée d'un tweet est venu se développer dans un article. Initialement, je voulais faire un thread sur Twitter concernant les séries que j'ai décidé d’arrêter de regarder, celles en suspens et celles que je continue de regarder. Cependant, étant limité sur Twitter, je me suis dit que cela serait plus intéressant pour vous de lire ceci sous la forme d'un article.



Les séries que j'ai abandonné
The Flash 
C'est depuis plusieurs semaines déjà que j'ai décidé que je ne continuerai pas de regarder The Flash. La série peine à se renouveler et honnêtement, j'ai de plus en plus de mal avec les personnages. J’espérai vraiment que cette saison allait développer le personnage de Caitlin Snow, notamment avec sa personnalité de Killer Frost mais j'ai l'impression que ce personnage n'est là que pour sauver la mise quand il n'y a pas d'autres recours. Je trouve que la série patauge vraiment et que les show runners ont du mal à trouver des idées qui pourrait donner un coup de fouet à la série et honnêtement, je m'ennuie plus qu'autre chose devant alors que The Flash, à ses débuts, était vite devenue une de mes séries préférées. Je n'ai aucun regrets bien que je continue tout de même pour le moment à me tenir informée sur ce qui se passe dans la série et en tout honnêteté, je ne rate rien en ayant arrêté la série.

The Good Doctor
J'ai arrêté de regarder The Good Doctor, une série plutôt récente qui n'en est qu'à sa première saison, quand je me suis rendue compte que je regardais seulement pour son interprète principal, l'acteur britannique Freddie Highmore, plutôt que pour la série en elle-même. Je ne suis pas fan des séries qui se passe dans des hôpitaux et même si The Good Doctor sort de l’ordinaire avec son personnage principale chirurgien atteint d’autisme, elle ne me divertit pas tant que ça donc je me suis dit qu'il valait mieux arrêter maintenant, en ayant seulement regardé 13 épisodes sur les 18.

Game of Thrones
J'ai tout simplement décidé d’arrêté cette série quand j'ai réalisé que je la regardais uniquement pour faire comme tout le monde alors que je ne l'appréciais pas plus que ça. Ça ne me dérangait pas d'être spoiler et je ne me jetais pas directement sur un épisode lors de sa sortie et quand j'ai eu quelques épisodes de retard, je me suis rendue compte que la série ne me manquait pas donc autant arrêter de regarder... 

J'ai également arrêté: Once Upon a Time car l'intrigue de la septième saison ne m’intéressait pas et la fin de la saison 6 était une fin satisfaisante pour l'ensemble de la série (et j'ai bien fait vu que cette saison 7 sera la dernière de la série); Shameless car je trouvais que c'était toujours un peu la même choses et je me suis lassée des personnages; Sense8 car, même si j'avais bien aimé la première saison, lorsque que la saison 2 est sortie, la série ne me tentait plus et ne m'a pas tenté depuis; The 100 car je me suis tout simplement lassé et j'ai abandonné à la fin de la saison 2. 


Les séries en suspens/que j'envisage d’arrêter.
iZombie
iZombie a perdu de son mordant et de sa fraîcheur. J'ai vraiment du mal à pleinement apprécié la quatrième saison et l'intrigue m'ennuie un peu. Alors que la série était tellement originale et pleine d'humour, j'ai l'impression que la série devient peut-être plus sérieuse ou l'humour n'est plus vraiment le même qu'au début. La tournant pris à la fin de la saison 3 ne m'enchante pas des masses et je trouve certains éléments, notamment Liv et ses changements de personnalité dus à sa consommation de cerveaux, assez redondants.

This is Us
J'ai une relation assez étrange avec cette série, je l'aime bien et effectivement elle mérite amplement tous les mérites qu'on lui vante mais je n'ai pas cette facilité à me diriger vers elle. J'en suis actuellement à l'épisode 9 de la saison 2 mais ça fait un petit moment que je n'ai pas regardé la série. Le plus ahurissant c'est que je n'ai rien à reprocher à la série, les personnages sont bien écrits et les acteurs sont de très bons interprètes, c'est riche en émotions mais je ne sais pas, j'ai du mal à vraiment accrocher avec la série.  


Les séries que je continue de regarder (et qui deviennent meilleures de saisons en saisons).
Gotham
Je ne remercierai jamais assez Amandine de m'avoir convaincue de commencer à regarder Gotham. Ce fut un réel coup de cœur. La série en est à sa quatrième saison et elle s'est bonifiée de saison en saison. Les méchants sont incroyables et l'évolution des personnages est présente et ils ont tous superbement bien changé depuis la première saison. L’atmosphère est toujours aussi prenante et c'est toujours avec plaisir que je me plonge dans un épisode. La quatrième saison arrive bientôt à son terme et j'espère vraiment que Gotham sera renouvelée pour une cinquième saison. Vous pouvez lire mon avis sur la série plus en détail ici

The Magicians
Encore une série qui ne m'a pas encore déçue. La série a superbement bien évolué depuis sa première saison, diffusé en 2015. Les petits étudiants plus ou moins novices de la première saison ont su mûrir et faire face aux dangers sur leur route. Ça me peine de voir que cette série n'est pas aussi mise en avant que d'autres alors qu'elle n'a rien à envier aux séries plus populaires. Chaque fin de saison se finit toujours de façon incroyable et qui fait que l'attente pour la prochaine saison est toujours difficile. Vous pouvez lire mon avis sur la première saison ici


Récapitulatif des séries que je continue ou non de regarder.

24 avr. 2018


Ce qui est parti dans l'idée d'un tweet est venu se développer dans un article. Initialement, je voulais faire un thread sur Twitter concernant les séries que j'ai décidé d’arrêter de regarder, celles en suspens et celles que je continue de regarder. Cependant, étant limité sur Twitter, je me suis dit que cela serait plus intéressant pour vous de lire ceci sous la forme d'un article.



Les séries que j'ai abandonné
The Flash 
C'est depuis plusieurs semaines déjà que j'ai décidé que je ne continuerai pas de regarder The Flash. La série peine à se renouveler et honnêtement, j'ai de plus en plus de mal avec les personnages. J’espérai vraiment que cette saison allait développer le personnage de Caitlin Snow, notamment avec sa personnalité de Killer Frost mais j'ai l'impression que ce personnage n'est là que pour sauver la mise quand il n'y a pas d'autres recours. Je trouve que la série patauge vraiment et que les show runners ont du mal à trouver des idées qui pourrait donner un coup de fouet à la série et honnêtement, je m'ennuie plus qu'autre chose devant alors que The Flash, à ses débuts, était vite devenue une de mes séries préférées. Je n'ai aucun regrets bien que je continue tout de même pour le moment à me tenir informée sur ce qui se passe dans la série et en tout honnêteté, je ne rate rien en ayant arrêté la série.

The Good Doctor
J'ai arrêté de regarder The Good Doctor, une série plutôt récente qui n'en est qu'à sa première saison, quand je me suis rendue compte que je regardais seulement pour son interprète principal, l'acteur britannique Freddie Highmore, plutôt que pour la série en elle-même. Je ne suis pas fan des séries qui se passe dans des hôpitaux et même si The Good Doctor sort de l’ordinaire avec son personnage principale chirurgien atteint d’autisme, elle ne me divertit pas tant que ça donc je me suis dit qu'il valait mieux arrêter maintenant, en ayant seulement regardé 13 épisodes sur les 18.

Game of Thrones
J'ai tout simplement décidé d’arrêté cette série quand j'ai réalisé que je la regardais uniquement pour faire comme tout le monde alors que je ne l'appréciais pas plus que ça. Ça ne me dérangait pas d'être spoiler et je ne me jetais pas directement sur un épisode lors de sa sortie et quand j'ai eu quelques épisodes de retard, je me suis rendue compte que la série ne me manquait pas donc autant arrêter de regarder... 

J'ai également arrêté: Once Upon a Time car l'intrigue de la septième saison ne m’intéressait pas et la fin de la saison 6 était une fin satisfaisante pour l'ensemble de la série (et j'ai bien fait vu que cette saison 7 sera la dernière de la série); Shameless car je trouvais que c'était toujours un peu la même choses et je me suis lassée des personnages; Sense8 car, même si j'avais bien aimé la première saison, lorsque que la saison 2 est sortie, la série ne me tentait plus et ne m'a pas tenté depuis; The 100 car je me suis tout simplement lassé et j'ai abandonné à la fin de la saison 2. 


Les séries en suspens/que j'envisage d’arrêter.
iZombie
iZombie a perdu de son mordant et de sa fraîcheur. J'ai vraiment du mal à pleinement apprécié la quatrième saison et l'intrigue m'ennuie un peu. Alors que la série était tellement originale et pleine d'humour, j'ai l'impression que la série devient peut-être plus sérieuse ou l'humour n'est plus vraiment le même qu'au début. La tournant pris à la fin de la saison 3 ne m'enchante pas des masses et je trouve certains éléments, notamment Liv et ses changements de personnalité dus à sa consommation de cerveaux, assez redondants.

This is Us
J'ai une relation assez étrange avec cette série, je l'aime bien et effectivement elle mérite amplement tous les mérites qu'on lui vante mais je n'ai pas cette facilité à me diriger vers elle. J'en suis actuellement à l'épisode 9 de la saison 2 mais ça fait un petit moment que je n'ai pas regardé la série. Le plus ahurissant c'est que je n'ai rien à reprocher à la série, les personnages sont bien écrits et les acteurs sont de très bons interprètes, c'est riche en émotions mais je ne sais pas, j'ai du mal à vraiment accrocher avec la série.  


Les séries que je continue de regarder (et qui deviennent meilleures de saisons en saisons).
Gotham
Je ne remercierai jamais assez Amandine de m'avoir convaincue de commencer à regarder Gotham. Ce fut un réel coup de cœur. La série en est à sa quatrième saison et elle s'est bonifiée de saison en saison. Les méchants sont incroyables et l'évolution des personnages est présente et ils ont tous superbement bien changé depuis la première saison. L’atmosphère est toujours aussi prenante et c'est toujours avec plaisir que je me plonge dans un épisode. La quatrième saison arrive bientôt à son terme et j'espère vraiment que Gotham sera renouvelée pour une cinquième saison. Vous pouvez lire mon avis sur la série plus en détail ici

The Magicians
Encore une série qui ne m'a pas encore déçue. La série a superbement bien évolué depuis sa première saison, diffusé en 2015. Les petits étudiants plus ou moins novices de la première saison ont su mûrir et faire face aux dangers sur leur route. Ça me peine de voir que cette série n'est pas aussi mise en avant que d'autres alors qu'elle n'a rien à envier aux séries plus populaires. Chaque fin de saison se finit toujours de façon incroyable et qui fait que l'attente pour la prochaine saison est toujours difficile. Vous pouvez lire mon avis sur la première saison ici


© Le Rewind Club. Design by Fearne and edited by Jules.