Slider

She's All That 1999


She's All That est un des derniers teen movies cultes des années 90. Sorti en 1999, She's All That est une adaptation moderne de la pièce de théâtre écrite par George Bernard Shaw, Pygmalion. She’s All That est un teen-movie typique des années 90 qui repose sur pas mal de clichés. Pour ceux et celles qui l'auraient oublié, She’s All That est un des nombreux teen-movies qui contient une makeover scene avec un des personnages principales qui est tout d’abord perçu comme le ou la moche de service - bien souvent, cela concerne une femme - et qui après un relooking, devient belle et populaire. Pour plus de détails sur le film, je vous donne le synopsis:


Zack a du mal à s'en remettre : lui, le capitaine de l'équipe de football et le garçon le plus populaire du lycée, vient de se faire larguer par sa petite amie, Taylor. Cette dernière sort maintenant avec Brock, star d'une sitcom ringarde. Dean, le meilleur amie de Zack, lui propose un pari afin de lui remonter le moral. Selon lui, n'importe quelle fille un peu arrangée pourra remplacer Taylor haut la main comme reine du bal du lycée. Ils jettent leur dévolu sur Laney Boggs, étudiante en art un peu étrange et plutôt mal fagotée. À sa grande surprise, Zack découvre qu'il s'agit d'une jeune fille intéressante et tombe peu à peu sous son charme.

She’s All That ne tombe pas trop dans le piège où le perso principal masculin, ici Zack interprété par Freddie Prinze Jr., tombe amoureux de la fille après qu’elle devienne jolie. On constate en effet que Zack apprécie Laney, interprétée par Rachael Leigh Cook, avant sa transformation, qui d’ailleurs, se produit en à peine une minute, ce qui montre largement que le relooking n’est en fait pas vraiment le sujet principal du film alors que c’est le sujet du pari. Je trouve néanmoins que la relation entre Zack et Laney manque de profondeur et aurait mérité d’être plus creusé. Tout se passe relativement trop vite et leur relation n'a pas vraiment le temps de mûrir et donne l'impression que tout se fait en un claquement de doigts.

She's All That 1999


Au niveau des personnages secondaires, on a le frère de Laney, Simon, interprété par Kieran Culkin qui se lie rapidement d’amitié avec Zack. Simon est un peu le souffre-douleur à cause de son “handicap” qui n’est jamais vraiment expliqué dans le film - bonjour le plot hole - le seul indice étant les prothèses auditives qu’il porte. Il y a également Paul Walker qui interprète le meilleur ami de Zack et Elden Henson dans le rôle du meilleur ami de Laney. Anna Paquin a également un petit rôle dans ce film où elle interprète Mackenzie, la petite sœur de Zack. Je pourrais vous parler des heures de la distribution de ce film tellement elle cris 90s movies avec un tas d’acteurs qu’on a pu voir dans pas mal de films de cette époque: Usher et Clea DuVall qu’on a pu voir dans The Faculty, un caméo de Sarah Michelle Gellar qui jouait dans Buffy à l’époque et qui en 1997 avait jouait dans I Know What You Did Last Summer, ainsi que Matthew Lillard vu dans Scream et Scream 2. Bref, je pense que ce film à marché car ils reposait sur des têtes d’affiches des teen-movies de l’époque. 

Cela faisait quelques années que je n’avais pas revu ce film et j’avoue que ce visionnage m’a fait me rendre compte que She’s All That n’était pas si bien que ça. L’intrigue ainsi que le dénouement est prévisible et tout se passe beaucoup trop vite pour qu’on est vraiment le temps de s’attacher aux personnages. Le seul personnage que j’ai réellement apprécié, c’est Simon, le petit frère de Laney.

Apparemment, un remake était en préparation mais vu que c’était la boite de production de Harvey Weinstein qui devait s’en occuper, je ne sais pas ce qu’il adviendra de ce projet. Pour moi, ce film n’a pas besoin de remake et je pourrais citer un roman qui fut adapté en film qui s'était inspiré de She’s All That: The DUFF avec Mae Whitman et Robbie Amell où il est également sujet d’une fille qualifiée de “moche” et qui demande à son voisin populaire de la rendre plus jolie. Beaucoup moins stéréotypé que She’s All That et forcément plus dans l’air du temps, The DUFF en est un digne successeur. 

Je comprends le statut culte du film mais l'histoire très simpliste ne vole pas bien haut. Je pense que ce film n'a pas survécu aux années qui ont passé et qu'au final, le regarder de nouveau maintenant m'a un peu gâché le souvenir que j'en avais. Après, ça reste tout de même un bon divertissement mais il y a des teen movies des années 90 qui sont beaucoup mieux et qui ont surtout beaucoup mieux vieilli. 


She's All That, un teen movie moyen mais culte des années 90.

10 juil. 2018

She's All That 1999


She's All That est un des derniers teen movies cultes des années 90. Sorti en 1999, She's All That est une adaptation moderne de la pièce de théâtre écrite par George Bernard Shaw, Pygmalion. She’s All That est un teen-movie typique des années 90 qui repose sur pas mal de clichés. Pour ceux et celles qui l'auraient oublié, She’s All That est un des nombreux teen-movies qui contient une makeover scene avec un des personnages principales qui est tout d’abord perçu comme le ou la moche de service - bien souvent, cela concerne une femme - et qui après un relooking, devient belle et populaire. Pour plus de détails sur le film, je vous donne le synopsis:


Zack a du mal à s'en remettre : lui, le capitaine de l'équipe de football et le garçon le plus populaire du lycée, vient de se faire larguer par sa petite amie, Taylor. Cette dernière sort maintenant avec Brock, star d'une sitcom ringarde. Dean, le meilleur amie de Zack, lui propose un pari afin de lui remonter le moral. Selon lui, n'importe quelle fille un peu arrangée pourra remplacer Taylor haut la main comme reine du bal du lycée. Ils jettent leur dévolu sur Laney Boggs, étudiante en art un peu étrange et plutôt mal fagotée. À sa grande surprise, Zack découvre qu'il s'agit d'une jeune fille intéressante et tombe peu à peu sous son charme.

She’s All That ne tombe pas trop dans le piège où le perso principal masculin, ici Zack interprété par Freddie Prinze Jr., tombe amoureux de la fille après qu’elle devienne jolie. On constate en effet que Zack apprécie Laney, interprétée par Rachael Leigh Cook, avant sa transformation, qui d’ailleurs, se produit en à peine une minute, ce qui montre largement que le relooking n’est en fait pas vraiment le sujet principal du film alors que c’est le sujet du pari. Je trouve néanmoins que la relation entre Zack et Laney manque de profondeur et aurait mérité d’être plus creusé. Tout se passe relativement trop vite et leur relation n'a pas vraiment le temps de mûrir et donne l'impression que tout se fait en un claquement de doigts.

She's All That 1999


Au niveau des personnages secondaires, on a le frère de Laney, Simon, interprété par Kieran Culkin qui se lie rapidement d’amitié avec Zack. Simon est un peu le souffre-douleur à cause de son “handicap” qui n’est jamais vraiment expliqué dans le film - bonjour le plot hole - le seul indice étant les prothèses auditives qu’il porte. Il y a également Paul Walker qui interprète le meilleur ami de Zack et Elden Henson dans le rôle du meilleur ami de Laney. Anna Paquin a également un petit rôle dans ce film où elle interprète Mackenzie, la petite sœur de Zack. Je pourrais vous parler des heures de la distribution de ce film tellement elle cris 90s movies avec un tas d’acteurs qu’on a pu voir dans pas mal de films de cette époque: Usher et Clea DuVall qu’on a pu voir dans The Faculty, un caméo de Sarah Michelle Gellar qui jouait dans Buffy à l’époque et qui en 1997 avait jouait dans I Know What You Did Last Summer, ainsi que Matthew Lillard vu dans Scream et Scream 2. Bref, je pense que ce film à marché car ils reposait sur des têtes d’affiches des teen-movies de l’époque. 

Cela faisait quelques années que je n’avais pas revu ce film et j’avoue que ce visionnage m’a fait me rendre compte que She’s All That n’était pas si bien que ça. L’intrigue ainsi que le dénouement est prévisible et tout se passe beaucoup trop vite pour qu’on est vraiment le temps de s’attacher aux personnages. Le seul personnage que j’ai réellement apprécié, c’est Simon, le petit frère de Laney.

Apparemment, un remake était en préparation mais vu que c’était la boite de production de Harvey Weinstein qui devait s’en occuper, je ne sais pas ce qu’il adviendra de ce projet. Pour moi, ce film n’a pas besoin de remake et je pourrais citer un roman qui fut adapté en film qui s'était inspiré de She’s All That: The DUFF avec Mae Whitman et Robbie Amell où il est également sujet d’une fille qualifiée de “moche” et qui demande à son voisin populaire de la rendre plus jolie. Beaucoup moins stéréotypé que She’s All That et forcément plus dans l’air du temps, The DUFF en est un digne successeur. 

Je comprends le statut culte du film mais l'histoire très simpliste ne vole pas bien haut. Je pense que ce film n'a pas survécu aux années qui ont passé et qu'au final, le regarder de nouveau maintenant m'a un peu gâché le souvenir que j'en avais. Après, ça reste tout de même un bon divertissement mais il y a des teen movies des années 90 qui sont beaucoup mieux et qui ont surtout beaucoup mieux vieilli. 


Entre mars et avril, j'ai regardé pas moins de 12 animes. Au premier abord, cela peut sembler énorme mais en fait, pas tant que ça vu que la majorité de ces animés sont composés d'une seule et unique saison de 12 ou 13 épisodes pour une durée de 20-25 minutes environ, ce qui se regarde en l'espace d'une journée. Il faut savoir que je regarde les animes en VF et ceux pour plusieurs raisons: j'ai vraiment du mal avec la langue japonaise, que je ne trouve pas vraiment harmonieuse - paradoxalement, dans le générique, j'aime bien - et j'ai l'impression que les voix japonaises semblent toujours trop mûres pour certains personnages (bon, il arrive que ça soit également le cas avec la VF mais ça me dérange moins).


Je n'ai jamais été une très grande mordue de mangas ou d'animes, préférant les longs-métrages d'animation japonais. J'ai dû lire quelques Détective Conan au collège ainsi que les deux premiers volumes de Love Hina et au niveau des animes, ça se limitait à Sakura, Détective Conan, Vampire Knight, Jeanne et Serge et Cat's Eyes (même si j'étais moins fan des trois derniers). Sur ces 12 animes, j'en ai adoré certains et d'autres un peu moins. Aujourd'hui, je vais surtout parlé de ceux que j'ai vraiment apprécié. 



Food Wars - Shokugeki no Souma -

Sôma Yukihira rêve de devenir chef cuisinier dans le restaurant familial et ainsi surpasser les talents culinaires de son père. Alors que Sôma vient juste d'être diplômé au collège, son père Jôichirô Yukihira ferme le restaurant pour partir cuisiner à travers le monde. L'esprit de compétition de Sôma va alors être mis à l'épreuve par son père qui lui conseille de rejoindre une école d'élite culinaire, où seuls 10 % des élèves sont diplômés. Sôma va-t-il parvenir à atteindre son objectif ?
Malgré son coté répétitif notamment dans les épreuves et dans les gags, j'ai tout de suite accroché avec Food Wars. C'est fun, léger et on s'attache facilement aux personnages. Sôma est quelque sur qui on peut compter, il se révèle être assez mature pour son age (il a 15 ans) et on voit à quel point la cuisine est sa grande passion. Je trouve ça génial que l'anime soit dans le détail au niveau des plats préparés par les protagonistes, un peu comme si on nous donnait la recette pour qu'on puisse la reproduire chez nous. J'aime beaucoup le character design (même si je ne m'y connais pas vraiment beaucoup) mais c'est plaisant à l’œil, tout est en couleur, c'est donc très agréable à regarder. Même si les élèves sont souvent en compétition entre eux, ça ne les empêche pas de lier très vite des liens d'amitié forts donc même si leurs études comptent énormément pour eux, l'amitié a aussi une place importante. Bon, l'anime ne lésine pas sur le fan-service (pratique qui consiste à alimenter la passion des fans et leurs fantasmes avec des contenus digressifs ou superflus qui leur sont spécialement destinées, généralement par le biais de situations à forte connotation sexuelle ou érotique – merci Wikipedia), attendez-vous donc à voir une ribambelle de scènes où les personnages, en majorité les femmes, ont ce que j’appelle des "orgasmes culinaires" assez explicites mais bon, rien de bien choquant mais ça peut surprendre au début. Malgré ça, Food Wars est un excellent animé et il me tarde que la saison 3 sorte en VF.


Tokyo Ghoul 

Dans la ville de Tokyo, des créatures nommées goules sont apparues et se nourrissent de chair humaine pour survivre. Un jour, Ken Kaneki, jeune étudiant, se fait attaquer par l'une d'entre elles et subit une grave blessure. Pour rester en vie, il reçoit une greffe de la goule qui l'a attaqué et devient un hybride, mi-humain mi-goule. Rapidement, il se rend compte qu'il ne peut plus manger les mêmes aliments qu'auparavant. Il entre alors au service du café L’« Antique », un repaire de goules, où il apprend à se nourrir sans faire de mal aux humains. Mais il va bien vite se retrouver au cœur d'une guerre sanglante entre le CCG (Centre de Contrôle des Goules), déterminé à retrouver et exterminer celles-ci jusqu'à la dernière et l'Arbre Aogiri, une organisation de goules sans merci. 
J'ai beaucoup aimé cet anime même si j'ai moins aimé l'ambiance de la saison 2, beaucoup plus noire et assez lente je trouve. Alors que la saison 1 sert à installer l'intrigue et avoir un avis général sur l'histoire et les personnages, la saison 2 est beaucoup sombre et moins dans les relations, ce que j'avais beaucoup apprécié dans la première saison. J'ai eu beaucoup d'empathie pour Ken, ce garçon timide et assez peu sûr de lui qui se retrouve contre sa volonté dans un monde beaucoup plus macabre. Il a au début beaucoup de mal à accepter sa condition de ghoul, notamment que son coté ghoul vient d'une ghoul sanguinaire, Ken va donc développer une sorte de dédoublement de la personnalité où il devient alors l'opposé de sa réelle personnalité. C'est donc intéressant de voir Ken lutter contre son coté de créature sanguinaire et parfois alterner entre son coté humain et son coté ghoul. J'ai vraiment adoré cette première saison, cependant, comme je le disais plus haut, j'ai moins apprécié la seconde saison et du coup, quand la saison 3 finira par être diffusée en VF, je ne sais pas encore si je continuerai avec cet anime...


Parasite - Kiseijuu: Sei no Kakuritsu -


Depuis des milliers d'années, l'Homme se trouve au sommet de la chaîne alimentaire. Jusqu'à ce jour où de mystérieuses sphères, abritant d'étranges parasites, se répandent un peu partout sur Terre. Rapidement, les entités prennent possession de certains habitants. Nul ne sait d'où elles viennent, mais ce qui semble certain, c'est qu'elles sont là pour débarrasser le monde de l'espèce humaine. Shinichi, jeune lycéen, est un « hôte » dont le cerveau a miraculeusement été épargné : et pour cause, Migi, son parasite, a pris possession de son bras droit ! Ce cas exceptionnel va déboucher sur une singulière cohabitation. Car au-delà de la fusion physique opérée entre Migi et Shinichi, qui partagent désormais le même corps et la même vie, va se développer un lien d'attachement particulier où les deux êtres vont apprendre chacun l'un de l'autre. Alors que Shinichi se découvre doté d'incroyables facultés physiques, il prend aussi conscience de la menace qui plane sur ses proches... et sur l'humanité tout entière.
Parasite est dans mon top 3 des animes que je préfère et j'étais assez triste à la fin vu que l'anime se conclut en une saison seulement. Contrairement à la majorité des animes que j'ai regardé, bien que composé d'une seule et unique saison, Parasite est composé de 24 épisodes, ce qui permet à l'intrigue d'être bien construite, prenante et de ne pas enchaîner les péripéties sans qu'on y comprenne rien. Il n'y a presque aucun flottement et chaque épisode donne envie de regarde le suivant. Je tiens a prévenir qu'il y a tout de même des scènes dérangeantes et gores mais ça correspond avec l'identité de l'anime. Je me suis également beaucoup attaché à Shin'ichi et Migi, qui forme un duo atypique. Les premiers épisodes sont assez drôle alors qu'on observe Shin'ichi essayait de se familiariser à sa nouvelle main — notamment dans une scène se passant dans les toilettes qui m'a fait mourir de rire. On a de l'empathie pour le personnage car, comme Kaneki dans Tokyo Ghoul, Shin'ichi n'a rien demandé de ce qui lui arrive, il se voit devenir une sorte de héros malgré lui et sa nouvelle condition met en danger ceux qui l'entoure. Pourtant, sa "cohabitation" avec Migi va permettre à Shin'ichi de prendre davantage confiance en lui. Alors qu'on a un Shin'ichi peureux au début de l'histoire, il devient peu à peu plus confiant et Migi est y bien évidemment pour quelque chose. Sans trop spoiler, on va dire que chacun va apporter à l'autre. L'anime offre également une bonne conclusion à l'histoire, rien n'est laissé de côté.


Psycho-Pass


Au début de l'ère 2112, il est possible de mesurer instantanément l'état mental d'une personne, sa personnalité et la probabilité qu'elle commette des crimes grâce à un dispositif installé sur le corps de chaque citoyen appelé « Psycho-Pass ». Lorsque cette probabilité, mesurée par le niveau du coefficient de criminalité, est trop élevée chez certaines personnes : ces individus sont poursuivis et appréhendés ou si nécessaire, abattus. Cette tâche est effectuée par des équipes spéciales de criminels potentiels appelés Exécuteurs, qui sont supervisés par des policiers appelés Inspecteurs. Les Inspecteurs s'assurent que les Exécuteurs exercent leurs fonctions dans les limites qui leur sont imposées. L'histoire suit l'unité Une de la Division des Enquêtes Criminelles du Bureau de la Sécurité Publique au Japon.
Au premier abord, cet anime m'a beaucoup fait pensé à Minority Report. En effet, dans la nouvelle de Philip K. Dick, on se trouve dans une société où les meurtres peuvent être prédits à l'aide de mutants qui peuvent prédire l'avenir, ce qui fait que des gens se font arrêter avant même d'avoir pu commettre leurs crimes. Dans Psycho-Pass, tu peux te faire arrêter même si tu n'as commis aucun crime... Psycho-Pass est un excellent anime, très différent de la majorité que j'ai pu regarder. Cet anime, qui se situe entre thriller et dystopie, est un vrai régal et chaque saison suit un fil rouge qui est toujours lié au Systeme Sibylle, une société qui gère la sécurité nationale et qui a mis en place le psycho-pass. Dans la première saison, on va suivre Akane Tsunemori qui vient juste d’intégrer le Bureau de la Sécurité Publique en tant que jeune inspectrice. Elle y fera la rencontre de l'Inspecteur Ghinoza et des Exécuteurrs Kōgami, Masaoka, Kagari et Kunizuka, qui sont donc des criminels dormants. L'univers de l'anime est complexe mais très bien construit et en regardant, ça donne vraiment à réfléchir et on se dit qu'on est bien content de ne pas vivre dans une telle société. Mes personnages préférés sont Akane et Kogami, je trouve qu'ils forment un superbe duo car ils s’apportent mutuellement et se complètent et ceci sans qu'il y ait une romance entre les deux. J'ai trouvé la saison 2 un peu moins bien dans le sens où elle reprend un peu le même schéma que la saison 1 donc il n'y a pas de grandes surprises au niveau de l'histoire.


Sawako - Kimi ni Todoke -


Au lycée, Sawako suscite peur et incompréhension à cause de son apparence. À l'opposé, Kazehaya est un jeune homme charmant que tout le monde considère comme son ami. À son contact, Sawako commence peu à peu à changer mais il est difficile de combattre les préjugés !
On genre de registre avec Sawako qui est un anime beaucoup plus light que ceux présentés précédemment avec ici un registre comédie romantique. Sawako est une fille très timide qui, malheureusement pour elle, ressemble un peu au personnage de Sadako de The Ring. Ses camarades ont peur d'elle et pensent qu'elle est une sorcière alors que c'est tout le contraire, Sawako est la fille la plus douce et la plus gentille de l'univers. Elle ferait tout pour faire plaisir aux autres. J'ai beaucoup aimé cet anime car au moment de ce binge-watch d'animes, je regardais essentiellement des animes fantastiques et cette touche de fraîcheur apportée par Sawako m'a fait du bien. C'est mignon et très innocent et en effet, je conçois que ça ne puisse pas plaire à tout le temps. Par moment, c'est même un peu lent car tout est question d'évolution, en effet, Sawako reprend les codes d'un coming-of-age story. Pendant deux saisons, on va suivre l'évolution de Sawako qui va peu à peu sortir de sa coquille et se faire des amis. L'intrigue prend son temps et c'est vrai que ça manque parfois de concret et on a envie de dire aux deux personnages principaux, c'est-à-dire Sawako et Kazekaya de se bouger un peu tellement c'est écrit sur leur visage qu'ils s'apprécient mutuellement. Malgré son coté niais, j'ai apprécié cet anime et je ne regrette pas de l'avoir regardé.


Je vais tout de même mentionner les autres animes que j'ai regardé pendant mars-avril mais que j'ai moins aimé ou qui m'ont moins marqué:

Devilman Crybaby (Bon, j'ai un sentiment de love-hate avec cet anime. Il est très spécial, violent et gore. Il m'a clairement marqué et il m'est arrivé d'y penser encore plusieurs jours après l'avoir regardé) – Gambling School – Btooom! – Le Garçon d'à côté – A.I.C.O. Incarnation – Black Bullet – Blue Spring Ride.

Et vous, est-ce que vous regarder des animes ?


Mon binge-watch d'animes japonais.

22 juin 2018

Entre mars et avril, j'ai regardé pas moins de 12 animes. Au premier abord, cela peut sembler énorme mais en fait, pas tant que ça vu que la majorité de ces animés sont composés d'une seule et unique saison de 12 ou 13 épisodes pour une durée de 20-25 minutes environ, ce qui se regarde en l'espace d'une journée. Il faut savoir que je regarde les animes en VF et ceux pour plusieurs raisons: j'ai vraiment du mal avec la langue japonaise, que je ne trouve pas vraiment harmonieuse - paradoxalement, dans le générique, j'aime bien - et j'ai l'impression que les voix japonaises semblent toujours trop mûres pour certains personnages (bon, il arrive que ça soit également le cas avec la VF mais ça me dérange moins).


Je n'ai jamais été une très grande mordue de mangas ou d'animes, préférant les longs-métrages d'animation japonais. J'ai dû lire quelques Détective Conan au collège ainsi que les deux premiers volumes de Love Hina et au niveau des animes, ça se limitait à Sakura, Détective Conan, Vampire Knight, Jeanne et Serge et Cat's Eyes (même si j'étais moins fan des trois derniers). Sur ces 12 animes, j'en ai adoré certains et d'autres un peu moins. Aujourd'hui, je vais surtout parlé de ceux que j'ai vraiment apprécié. 



Food Wars - Shokugeki no Souma -

Sôma Yukihira rêve de devenir chef cuisinier dans le restaurant familial et ainsi surpasser les talents culinaires de son père. Alors que Sôma vient juste d'être diplômé au collège, son père Jôichirô Yukihira ferme le restaurant pour partir cuisiner à travers le monde. L'esprit de compétition de Sôma va alors être mis à l'épreuve par son père qui lui conseille de rejoindre une école d'élite culinaire, où seuls 10 % des élèves sont diplômés. Sôma va-t-il parvenir à atteindre son objectif ?
Malgré son coté répétitif notamment dans les épreuves et dans les gags, j'ai tout de suite accroché avec Food Wars. C'est fun, léger et on s'attache facilement aux personnages. Sôma est quelque sur qui on peut compter, il se révèle être assez mature pour son age (il a 15 ans) et on voit à quel point la cuisine est sa grande passion. Je trouve ça génial que l'anime soit dans le détail au niveau des plats préparés par les protagonistes, un peu comme si on nous donnait la recette pour qu'on puisse la reproduire chez nous. J'aime beaucoup le character design (même si je ne m'y connais pas vraiment beaucoup) mais c'est plaisant à l’œil, tout est en couleur, c'est donc très agréable à regarder. Même si les élèves sont souvent en compétition entre eux, ça ne les empêche pas de lier très vite des liens d'amitié forts donc même si leurs études comptent énormément pour eux, l'amitié a aussi une place importante. Bon, l'anime ne lésine pas sur le fan-service (pratique qui consiste à alimenter la passion des fans et leurs fantasmes avec des contenus digressifs ou superflus qui leur sont spécialement destinées, généralement par le biais de situations à forte connotation sexuelle ou érotique – merci Wikipedia), attendez-vous donc à voir une ribambelle de scènes où les personnages, en majorité les femmes, ont ce que j’appelle des "orgasmes culinaires" assez explicites mais bon, rien de bien choquant mais ça peut surprendre au début. Malgré ça, Food Wars est un excellent animé et il me tarde que la saison 3 sorte en VF.


Tokyo Ghoul 

Dans la ville de Tokyo, des créatures nommées goules sont apparues et se nourrissent de chair humaine pour survivre. Un jour, Ken Kaneki, jeune étudiant, se fait attaquer par l'une d'entre elles et subit une grave blessure. Pour rester en vie, il reçoit une greffe de la goule qui l'a attaqué et devient un hybride, mi-humain mi-goule. Rapidement, il se rend compte qu'il ne peut plus manger les mêmes aliments qu'auparavant. Il entre alors au service du café L’« Antique », un repaire de goules, où il apprend à se nourrir sans faire de mal aux humains. Mais il va bien vite se retrouver au cœur d'une guerre sanglante entre le CCG (Centre de Contrôle des Goules), déterminé à retrouver et exterminer celles-ci jusqu'à la dernière et l'Arbre Aogiri, une organisation de goules sans merci. 
J'ai beaucoup aimé cet anime même si j'ai moins aimé l'ambiance de la saison 2, beaucoup plus noire et assez lente je trouve. Alors que la saison 1 sert à installer l'intrigue et avoir un avis général sur l'histoire et les personnages, la saison 2 est beaucoup sombre et moins dans les relations, ce que j'avais beaucoup apprécié dans la première saison. J'ai eu beaucoup d'empathie pour Ken, ce garçon timide et assez peu sûr de lui qui se retrouve contre sa volonté dans un monde beaucoup plus macabre. Il a au début beaucoup de mal à accepter sa condition de ghoul, notamment que son coté ghoul vient d'une ghoul sanguinaire, Ken va donc développer une sorte de dédoublement de la personnalité où il devient alors l'opposé de sa réelle personnalité. C'est donc intéressant de voir Ken lutter contre son coté de créature sanguinaire et parfois alterner entre son coté humain et son coté ghoul. J'ai vraiment adoré cette première saison, cependant, comme je le disais plus haut, j'ai moins apprécié la seconde saison et du coup, quand la saison 3 finira par être diffusée en VF, je ne sais pas encore si je continuerai avec cet anime...


Parasite - Kiseijuu: Sei no Kakuritsu -


Depuis des milliers d'années, l'Homme se trouve au sommet de la chaîne alimentaire. Jusqu'à ce jour où de mystérieuses sphères, abritant d'étranges parasites, se répandent un peu partout sur Terre. Rapidement, les entités prennent possession de certains habitants. Nul ne sait d'où elles viennent, mais ce qui semble certain, c'est qu'elles sont là pour débarrasser le monde de l'espèce humaine. Shinichi, jeune lycéen, est un « hôte » dont le cerveau a miraculeusement été épargné : et pour cause, Migi, son parasite, a pris possession de son bras droit ! Ce cas exceptionnel va déboucher sur une singulière cohabitation. Car au-delà de la fusion physique opérée entre Migi et Shinichi, qui partagent désormais le même corps et la même vie, va se développer un lien d'attachement particulier où les deux êtres vont apprendre chacun l'un de l'autre. Alors que Shinichi se découvre doté d'incroyables facultés physiques, il prend aussi conscience de la menace qui plane sur ses proches... et sur l'humanité tout entière.
Parasite est dans mon top 3 des animes que je préfère et j'étais assez triste à la fin vu que l'anime se conclut en une saison seulement. Contrairement à la majorité des animes que j'ai regardé, bien que composé d'une seule et unique saison, Parasite est composé de 24 épisodes, ce qui permet à l'intrigue d'être bien construite, prenante et de ne pas enchaîner les péripéties sans qu'on y comprenne rien. Il n'y a presque aucun flottement et chaque épisode donne envie de regarde le suivant. Je tiens a prévenir qu'il y a tout de même des scènes dérangeantes et gores mais ça correspond avec l'identité de l'anime. Je me suis également beaucoup attaché à Shin'ichi et Migi, qui forme un duo atypique. Les premiers épisodes sont assez drôle alors qu'on observe Shin'ichi essayait de se familiariser à sa nouvelle main — notamment dans une scène se passant dans les toilettes qui m'a fait mourir de rire. On a de l'empathie pour le personnage car, comme Kaneki dans Tokyo Ghoul, Shin'ichi n'a rien demandé de ce qui lui arrive, il se voit devenir une sorte de héros malgré lui et sa nouvelle condition met en danger ceux qui l'entoure. Pourtant, sa "cohabitation" avec Migi va permettre à Shin'ichi de prendre davantage confiance en lui. Alors qu'on a un Shin'ichi peureux au début de l'histoire, il devient peu à peu plus confiant et Migi est y bien évidemment pour quelque chose. Sans trop spoiler, on va dire que chacun va apporter à l'autre. L'anime offre également une bonne conclusion à l'histoire, rien n'est laissé de côté.


Psycho-Pass


Au début de l'ère 2112, il est possible de mesurer instantanément l'état mental d'une personne, sa personnalité et la probabilité qu'elle commette des crimes grâce à un dispositif installé sur le corps de chaque citoyen appelé « Psycho-Pass ». Lorsque cette probabilité, mesurée par le niveau du coefficient de criminalité, est trop élevée chez certaines personnes : ces individus sont poursuivis et appréhendés ou si nécessaire, abattus. Cette tâche est effectuée par des équipes spéciales de criminels potentiels appelés Exécuteurs, qui sont supervisés par des policiers appelés Inspecteurs. Les Inspecteurs s'assurent que les Exécuteurs exercent leurs fonctions dans les limites qui leur sont imposées. L'histoire suit l'unité Une de la Division des Enquêtes Criminelles du Bureau de la Sécurité Publique au Japon.
Au premier abord, cet anime m'a beaucoup fait pensé à Minority Report. En effet, dans la nouvelle de Philip K. Dick, on se trouve dans une société où les meurtres peuvent être prédits à l'aide de mutants qui peuvent prédire l'avenir, ce qui fait que des gens se font arrêter avant même d'avoir pu commettre leurs crimes. Dans Psycho-Pass, tu peux te faire arrêter même si tu n'as commis aucun crime... Psycho-Pass est un excellent anime, très différent de la majorité que j'ai pu regarder. Cet anime, qui se situe entre thriller et dystopie, est un vrai régal et chaque saison suit un fil rouge qui est toujours lié au Systeme Sibylle, une société qui gère la sécurité nationale et qui a mis en place le psycho-pass. Dans la première saison, on va suivre Akane Tsunemori qui vient juste d’intégrer le Bureau de la Sécurité Publique en tant que jeune inspectrice. Elle y fera la rencontre de l'Inspecteur Ghinoza et des Exécuteurrs Kōgami, Masaoka, Kagari et Kunizuka, qui sont donc des criminels dormants. L'univers de l'anime est complexe mais très bien construit et en regardant, ça donne vraiment à réfléchir et on se dit qu'on est bien content de ne pas vivre dans une telle société. Mes personnages préférés sont Akane et Kogami, je trouve qu'ils forment un superbe duo car ils s’apportent mutuellement et se complètent et ceci sans qu'il y ait une romance entre les deux. J'ai trouvé la saison 2 un peu moins bien dans le sens où elle reprend un peu le même schéma que la saison 1 donc il n'y a pas de grandes surprises au niveau de l'histoire.


Sawako - Kimi ni Todoke -


Au lycée, Sawako suscite peur et incompréhension à cause de son apparence. À l'opposé, Kazehaya est un jeune homme charmant que tout le monde considère comme son ami. À son contact, Sawako commence peu à peu à changer mais il est difficile de combattre les préjugés !
On genre de registre avec Sawako qui est un anime beaucoup plus light que ceux présentés précédemment avec ici un registre comédie romantique. Sawako est une fille très timide qui, malheureusement pour elle, ressemble un peu au personnage de Sadako de The Ring. Ses camarades ont peur d'elle et pensent qu'elle est une sorcière alors que c'est tout le contraire, Sawako est la fille la plus douce et la plus gentille de l'univers. Elle ferait tout pour faire plaisir aux autres. J'ai beaucoup aimé cet anime car au moment de ce binge-watch d'animes, je regardais essentiellement des animes fantastiques et cette touche de fraîcheur apportée par Sawako m'a fait du bien. C'est mignon et très innocent et en effet, je conçois que ça ne puisse pas plaire à tout le temps. Par moment, c'est même un peu lent car tout est question d'évolution, en effet, Sawako reprend les codes d'un coming-of-age story. Pendant deux saisons, on va suivre l'évolution de Sawako qui va peu à peu sortir de sa coquille et se faire des amis. L'intrigue prend son temps et c'est vrai que ça manque parfois de concret et on a envie de dire aux deux personnages principaux, c'est-à-dire Sawako et Kazekaya de se bouger un peu tellement c'est écrit sur leur visage qu'ils s'apprécient mutuellement. Malgré son coté niais, j'ai apprécié cet anime et je ne regrette pas de l'avoir regardé.


Je vais tout de même mentionner les autres animes que j'ai regardé pendant mars-avril mais que j'ai moins aimé ou qui m'ont moins marqué:

Devilman Crybaby (Bon, j'ai un sentiment de love-hate avec cet anime. Il est très spécial, violent et gore. Il m'a clairement marqué et il m'est arrivé d'y penser encore plusieurs jours après l'avoir regardé) – Gambling School – Btooom! – Le Garçon d'à côté – A.I.C.O. Incarnation – Black Bullet – Blue Spring Ride.

Et vous, est-ce que vous regarder des animes ?



On se remet dans la bain avec un article 100% vintage avec deux films sortis pendant les années 80, Explorers en 1985 et Flight of the Navigator en 1986. Ces deux films ont pas mal de points en commun, l'un d'entre eux étant qu'ils ont tous deux comme protagonistes principaux des enfants qui se voient impliquer dans un voyage galactique. Les deux films ne sont pas sans défauts, pourtant, ils ont tous deux ce coté nostalgique qui donne du baume au cœur. 




Explorers réalisé par Joe Dante, UN FILM INACHEVÉ MAIS CULTE.

Si vous connaissez le contexte de ce film, vous savez qu'Explorers n'a jamais vraiment été achevé et cela pour une raison précise: un gros soucis au niveau du studio et de la production, qui changea en cours de route. Le papa des Gremlins, Joe Dante, s'est vu obligé de finir son film plus tôt que prévu et avec un projet aussi ambitieux qu'Explorers, ce fut bien évidemment impossible. A cause des délais très cours, le scénario se voit être réécrit au jour le jour, les décors ne sont pas aboutis, bref, le tournage est un cauchemar et ça s'en ressent lors de la sortie du film: Explorers est un échec au box-office. Cependant, le film a su trouver son public au fur et à mesure du temps et a gagné le statut de film culte. 
Ben Crandall est passionné de science-fiction. Après avoir fait un rêve très technique avec explication à l'appui, il demande à son ami Wolfgang Müller de matérialiser ses calculs pour construire une navette spatiale. Grâce à leur ordinateur, ils parviennent à concevoir un engin qu'ils construisent à partir de matériaux de récupération. Leurs premiers essais ont lieu en présence d'un troisième larron, Darren Woods. Les trois jeunes surdoués sèment la panique dans le quartier avec ces premiers vols. Mais finalement, après avoir fait un rêve en commun, ils réussissent à s'envoler dans l'espace.
Quand on voir le montage final, on peut dire que Joe Dante a réussi à limiter la casse, même s'il reste un arrière-gout d'inachevé avec une dernière partie assez plate. J'adore ce genre d'histoires où une bande de gamins part à l'aventure et dans un contexte de science-fiction, ça fait encore plus rêver. L'histoire est prometteuse et très originale: trois gamins, qui grâce à des rêves envoyés psychiquement par deux aliens, arrivent à construire un vaisseau spatial qui fonctionne vraiment. Ce film aurait pu être vraiment extraordinaire mais malheureusement, il pêche à quelques endroits.

Les trois personnages principaux, interprétés par Ethan Hawke, River Phoenix et Jason Presson sont convaincants, River Phoenix est excellent en geek scientifique tandis que Ethan Hawke est adorable dans le rôle du rêveur déterminé et c'est d’autant plus impressionnant quand on sait que c'était le tout premier rôle de leur carrière. Je trouve néanmoins que le personnage interprété par Jason Presson reste un peu dans l'ombre par rapport aux deux autres.

La première partie d'Explorers, quand les gamins construisent leur vaisseau spatial, est la partie la plus solide et divertissante du film, même s'il y a parfois quelques longueurs, tandis que la deuxième partie, quand ils sont à bord du vaisseau spatial alien et qu'ils font la rencontre des deux extra-terrestres qui les ont mené jusqu’à eux est légèrement en deçà car, pour ma part, je trouve qu'on s'attend à mieux, le tout est malheureusement un peu mou et au final, on a envie de dire: tout ça pour ça? La fin est correcte mais quand on sait le contexte autour de la production du film, on sent qu'il manque quelque chose et que l'histoire n'est pas complètement achevée.

Explorers reste cependant un bon film SF divertissant et je comprends qu'il soit devenu culte avec le temps car il y a une certaine nostalgie qui s'en dégage.



Flight of the Navigator réalisé par  Randal Kleiser, un film au potentiel inexploité.

Je n’avais jamais entendu parler de ce film avant de le voir traîner dans des listes de films réalisés pendant les années 80. Quand j'ai enfin décidé de donner sa chance à ce film, il m'a tout de suite fait penser à Explorers et quand bien même l'histoire reste différente, on retrouve un peu le même background avec un garçon de 12 ans qui va se retrouver impliqué avec une technologie extra-terrestre.

Après une mystérieuse absence de 8 ans, David Freeman, un jeune garçon, réapparaît, sans avoir pourtant vieilli d'une année. Après diverses analyses et tests effectués par la NASA, les scientifiques concluent que le jeune garçon a été enlevé par des extraterrestres.

Ce film est une sorte d'hybride: la première partie du film est très sérieuse et très SF tandis que la deuxième partie du film tourne plus autour de la comédie. Flight of the Navigator a des inconsistances et plus le film arrive sur sa fin, plus il devient plat et sans réelles surprises bien qu'il offre quelques scènes plutôt drôles. Il y a un problème scénaristique flagrant avec cette deuxième partie où, concrètement, il ne se passe pas grand chose mise à part David qui navigue le vaisseau spatial. Cette deuxième partie un peu molle ne m'a pourtant pas empêché d'apprécié ce film dans son intégralité. Il est vrai que le film aurait pu aller plus loin dans l'histoire et au final, on reste un peu sur sa faim. Cependant, Flight of the Navigator se révèle être impressionnant sur un point: les effets spéciaux utilisés pour le vaisseau spatial et qui étaient vraiment innovants pour l'époque (un peu comme The Last Starfighter).

Joey Cramer, qui interprète David, rend son personnage très attachant malgré que celui-ci ne soit pas tellement recherché et qu'on en sache très peu sur lui. Je trouve qu'il aurait été intéressant de montrer David essayant de s'adapter à sa nouvelle vie, comment reprendre le cours de sa vie quand son entourage est alors plus vieux de 8 années, de sa position de "petit grand-frère" vu qu'il est désormais plus jeune que son petit-frère Jeff. J'en demande peut-être un peu trop à un film Disney destiné aux enfants...

J'ai été assez surprise en découvrant qu'Alan Silvestri avait signé la bande originale du film - c'est lui qui est à l’origine de la fabuleuse bande originale de la saga Retour vers le Futur. Il sort un peu des sentiers battus puisque la musique a été entièrement réalisée avec un synthétiseur numérique au lieu du traditionnel orchestre symphonique. Etant fan de musique synthwave, j'ai beaucoup apprécié la soundtrack de ce long-métrage.

Il a été annoncé en septembre 2017 qu'un remake était en stade de pré-production et que l’écriture du scénario sera assuré par Joe Henderson, un des showrunners de la série télévisée Lucifer. Même si je suis généralement contre les remakes, je suis plutôt curieuse de voir ce que ça pourrait donner, en espérant que le remake réussisse là où le film d'origine a échoué mais tout en gardant le charme d'antan.

Malgré son histoire assez linéaire et prévisible, j'ai apprécié regarder Flight of the Navigator et même si j'aurais plutôt préféré le découvrir enfant plutôt que maintenant, je trouve que ça reste un film plaisant et pour preuve, je l'ai regardé jusqu'au bout alors qu'il était plus de minuit et que j'étais fatiguée.


J’espère que ce format d'article vous aura plu, je trouvais intéressant de regrouper ces deux films dans un même article à cause de leurs similarités mais aussi parce que je partage plus ou moins la même opinion finale pour les deux: deux films de science fiction qui ont des défauts mais qui restent agréable à regarder. 

KIDS & SPACESHIP: on discute des films SF Explorers et Flight of the Navigator.

8 juin 2018


On se remet dans la bain avec un article 100% vintage avec deux films sortis pendant les années 80, Explorers en 1985 et Flight of the Navigator en 1986. Ces deux films ont pas mal de points en commun, l'un d'entre eux étant qu'ils ont tous deux comme protagonistes principaux des enfants qui se voient impliquer dans un voyage galactique. Les deux films ne sont pas sans défauts, pourtant, ils ont tous deux ce coté nostalgique qui donne du baume au cœur. 




Explorers réalisé par Joe Dante, UN FILM INACHEVÉ MAIS CULTE.

Si vous connaissez le contexte de ce film, vous savez qu'Explorers n'a jamais vraiment été achevé et cela pour une raison précise: un gros soucis au niveau du studio et de la production, qui changea en cours de route. Le papa des Gremlins, Joe Dante, s'est vu obligé de finir son film plus tôt que prévu et avec un projet aussi ambitieux qu'Explorers, ce fut bien évidemment impossible. A cause des délais très cours, le scénario se voit être réécrit au jour le jour, les décors ne sont pas aboutis, bref, le tournage est un cauchemar et ça s'en ressent lors de la sortie du film: Explorers est un échec au box-office. Cependant, le film a su trouver son public au fur et à mesure du temps et a gagné le statut de film culte. 
Ben Crandall est passionné de science-fiction. Après avoir fait un rêve très technique avec explication à l'appui, il demande à son ami Wolfgang Müller de matérialiser ses calculs pour construire une navette spatiale. Grâce à leur ordinateur, ils parviennent à concevoir un engin qu'ils construisent à partir de matériaux de récupération. Leurs premiers essais ont lieu en présence d'un troisième larron, Darren Woods. Les trois jeunes surdoués sèment la panique dans le quartier avec ces premiers vols. Mais finalement, après avoir fait un rêve en commun, ils réussissent à s'envoler dans l'espace.
Quand on voir le montage final, on peut dire que Joe Dante a réussi à limiter la casse, même s'il reste un arrière-gout d'inachevé avec une dernière partie assez plate. J'adore ce genre d'histoires où une bande de gamins part à l'aventure et dans un contexte de science-fiction, ça fait encore plus rêver. L'histoire est prometteuse et très originale: trois gamins, qui grâce à des rêves envoyés psychiquement par deux aliens, arrivent à construire un vaisseau spatial qui fonctionne vraiment. Ce film aurait pu être vraiment extraordinaire mais malheureusement, il pêche à quelques endroits.

Les trois personnages principaux, interprétés par Ethan Hawke, River Phoenix et Jason Presson sont convaincants, River Phoenix est excellent en geek scientifique tandis que Ethan Hawke est adorable dans le rôle du rêveur déterminé et c'est d’autant plus impressionnant quand on sait que c'était le tout premier rôle de leur carrière. Je trouve néanmoins que le personnage interprété par Jason Presson reste un peu dans l'ombre par rapport aux deux autres.

La première partie d'Explorers, quand les gamins construisent leur vaisseau spatial, est la partie la plus solide et divertissante du film, même s'il y a parfois quelques longueurs, tandis que la deuxième partie, quand ils sont à bord du vaisseau spatial alien et qu'ils font la rencontre des deux extra-terrestres qui les ont mené jusqu’à eux est légèrement en deçà car, pour ma part, je trouve qu'on s'attend à mieux, le tout est malheureusement un peu mou et au final, on a envie de dire: tout ça pour ça? La fin est correcte mais quand on sait le contexte autour de la production du film, on sent qu'il manque quelque chose et que l'histoire n'est pas complètement achevée.

Explorers reste cependant un bon film SF divertissant et je comprends qu'il soit devenu culte avec le temps car il y a une certaine nostalgie qui s'en dégage.



Flight of the Navigator réalisé par  Randal Kleiser, un film au potentiel inexploité.

Je n’avais jamais entendu parler de ce film avant de le voir traîner dans des listes de films réalisés pendant les années 80. Quand j'ai enfin décidé de donner sa chance à ce film, il m'a tout de suite fait penser à Explorers et quand bien même l'histoire reste différente, on retrouve un peu le même background avec un garçon de 12 ans qui va se retrouver impliqué avec une technologie extra-terrestre.

Après une mystérieuse absence de 8 ans, David Freeman, un jeune garçon, réapparaît, sans avoir pourtant vieilli d'une année. Après diverses analyses et tests effectués par la NASA, les scientifiques concluent que le jeune garçon a été enlevé par des extraterrestres.

Ce film est une sorte d'hybride: la première partie du film est très sérieuse et très SF tandis que la deuxième partie du film tourne plus autour de la comédie. Flight of the Navigator a des inconsistances et plus le film arrive sur sa fin, plus il devient plat et sans réelles surprises bien qu'il offre quelques scènes plutôt drôles. Il y a un problème scénaristique flagrant avec cette deuxième partie où, concrètement, il ne se passe pas grand chose mise à part David qui navigue le vaisseau spatial. Cette deuxième partie un peu molle ne m'a pourtant pas empêché d'apprécié ce film dans son intégralité. Il est vrai que le film aurait pu aller plus loin dans l'histoire et au final, on reste un peu sur sa faim. Cependant, Flight of the Navigator se révèle être impressionnant sur un point: les effets spéciaux utilisés pour le vaisseau spatial et qui étaient vraiment innovants pour l'époque (un peu comme The Last Starfighter).

Joey Cramer, qui interprète David, rend son personnage très attachant malgré que celui-ci ne soit pas tellement recherché et qu'on en sache très peu sur lui. Je trouve qu'il aurait été intéressant de montrer David essayant de s'adapter à sa nouvelle vie, comment reprendre le cours de sa vie quand son entourage est alors plus vieux de 8 années, de sa position de "petit grand-frère" vu qu'il est désormais plus jeune que son petit-frère Jeff. J'en demande peut-être un peu trop à un film Disney destiné aux enfants...

J'ai été assez surprise en découvrant qu'Alan Silvestri avait signé la bande originale du film - c'est lui qui est à l’origine de la fabuleuse bande originale de la saga Retour vers le Futur. Il sort un peu des sentiers battus puisque la musique a été entièrement réalisée avec un synthétiseur numérique au lieu du traditionnel orchestre symphonique. Etant fan de musique synthwave, j'ai beaucoup apprécié la soundtrack de ce long-métrage.

Il a été annoncé en septembre 2017 qu'un remake était en stade de pré-production et que l’écriture du scénario sera assuré par Joe Henderson, un des showrunners de la série télévisée Lucifer. Même si je suis généralement contre les remakes, je suis plutôt curieuse de voir ce que ça pourrait donner, en espérant que le remake réussisse là où le film d'origine a échoué mais tout en gardant le charme d'antan.

Malgré son histoire assez linéaire et prévisible, j'ai apprécié regarder Flight of the Navigator et même si j'aurais plutôt préféré le découvrir enfant plutôt que maintenant, je trouve que ça reste un film plaisant et pour preuve, je l'ai regardé jusqu'au bout alors qu'il était plus de minuit et que j'étais fatiguée.


J’espère que ce format d'article vous aura plu, je trouvais intéressant de regrouper ces deux films dans un même article à cause de leurs similarités mais aussi parce que je partage plus ou moins la même opinion finale pour les deux: deux films de science fiction qui ont des défauts mais qui restent agréable à regarder. 









Quand on m'identifie dans un tweet qui dévoile un trailer d’une série intitulée Cobra Kai qui ferait suite à la trilogie The Karate Kid (1984-1989), je crois à un fake plutôt bien réalisé. Pourtant, la série Cobra Kai est bel et bien réelle et est disponible sur Youtube Red depuis le 2 mai. Je vous donne donc mon avis mais je vous invite à lire mon article sur le premier film avant d'entamer la lecture de cet article. 


Cobra Kai se passe 34 ans après les événements du premier film. Alors que la trilogie avait pour personnage principal Daniel LaRusso (Ralph Macchio), Cobra Kai se concentre davantage sur l'antagoniste du premier film, Johnny Lawrence (William Zabka). On retrouve donc Daniel LaRusso, quinquagénaire, patron de sa propre concession automobile, il a une femme et deux enfants et vie dans les beaux quartiers. A contrario, on retrouve un Johnny Lawrence qui vit dans un taudis, qui se fait virer de son travail dès le premier épisode et qui a perdu de vue son propre fils. Un soir, alors que Johnny est en train de se saouler, il vient en aide au jeune Miguel, un petit nouveau du quartier qui se fait brutaliser par des jeunes de son lycée. Miguel est admiratif et veut que Johnny lui apprenne le karaté. Johnny y voit alors une occasion de redonner un sens à sa vie et ouvre son propre dojo pour y enseigner le karaté mais c’est sans compter Daniel qui voit d’un très mauvais œil l'enseignement de Johnny qui fut le même que John Kreese, l'ancien sensei de Johnny, enseignait. C'est ainsi que les vieilles animosités de l'époque refont surface — watch the trailer 

Au départ, je ne savais pas trop quoi penser de cette suite car, généralement, je suis loin d’être fan des suites qui se passe 30 ans après. Au fond, je ne sais pas si on a vraiment envie de voir nos héros, qui avaient 16-17 ans dans les films d’origine, trente ans après, en quinquagénaire, je trouve que ça peut briser le charme d’origine. J’avais peur que cette suite sous forme de série télévisée soit gênante et trahisse le film d'origine mais c'est tout le contraire. J’ai grandement apprécié que Cobra Kai reste dans la même ligné que les films, avec des scènes qui font hommage aux films mais également la présence de petits extraits du premier film qui rendent le tout extrêmement nostalgique. 

Alors que le premier film définissait un portrait très cliché de Johnny - le bad guy qui prend plaisir à brutaliser le petit nouveau - la série nous montre une autre facette du personnage avec un Johnny torturé à qui la gloire d’antan est depuis bien longtemps parti. Une scène un peu culottée dans la série m'a assez surprise, on y voit Johnny raconter à Miguel les événements du premier film en y faisait de Daniel l’antagoniste (un peu comme la théorie émise par un youtubeur - mais aussi par Barney dans How I Met Your Mother - comme quoi le vrai héros de The Karate Kid était Johnny Lawrence et que Daniel est le bully de l'histoire). Je dirais que dans Cobra Kai, Johnny est l’incarnation du anti-héros: il reste le jerk du premier film avec une attitude de bully mais il suscite une certaine forme d’empathie notamment quand on en découvre un peu plus sur sa vie quand il était enfant.

Cobrai Kai 2018


Quand à Daniel, c’était assez étrange de voir ce personnage adulte, j’avais peur que le personnage soit vraiment différent du film du fait qu’il soit ici un homme adulte, père de famille. Pourtant, j’ai retrouvé le Daniel des films un peu tête brûlée et qui tient énormément aux gens qu’il aime. Malgré l’absence du personnage de Mr. Miyagi, son interprète Pat Morita étant décédé en 2003, il n’a pas été oublié et de nombreuses références à ce personnage sont présentes dans la série - le troisième épisode est même dédié à l’acteur.

La série a toujours ce côté teen-movie avec la présence de la fille de Daniel, Samantha et les élèves de Johnny, dont Miguel, ainsi que le fils de Johnny, Robby mais je serais honnête en disant que ce ne sont pas ces personnages-là qui sont la force de cette série mais ils sont tout de même prometteurs. Tous les élèves de Johnny sont des adolescents victimes d'harcèlement et de cyber-harcèlement et qui, comme Daniel à l'époque, ont choisi d'apprendre le karaté comme moyen de défense, sauf que Johnny n'est pas Mr. Miyagi. L’évolution de certains personnages adolescents est donc assez dérangeante bien que nécessaire, vous comprendrez mon point de vue en regardant la série. 

La fin est très plaisante et fait évidemment penser à la fin du premier film sans pour autant que ça soit un copier-coller. Cette fin laissait présager une deuxième saison et on y aura droit étant donné que Youtube Red a renouvelé la série pour une seconde saison qui verra le jour courant 2019. Je pense que la série peut autant plaire à ceux qui ont adoré le premier film (car clairement, comme je vous le disais dans mon article sur The Karate Kid, seul le premier film vaut vraiment la peine d’être regardé) tout comme à ceux qui ne l’ont jamais regardé. C’est sur que vous apprécierez plus la série dans toute sa profondeur si vous l’avez vu mais le plaisir n’est pas gâché si ce n’est pas le cas. Au final, Cobra Kai m'a agréablement surprise et s'est révélée être une bonne série, très divertissante et il me tarde de voir ce que donnera la deuxième saison.


Avez-vous le film The Karate Kid (ou peut-être le remake de 2010 avec Jackie Chan et Jaden Smith) ?


Que vaut Cobra Kai, la série qui fait suite à la trilogie The Karate Kid?

1 juin 2018









Quand on m'identifie dans un tweet qui dévoile un trailer d’une série intitulée Cobra Kai qui ferait suite à la trilogie The Karate Kid (1984-1989), je crois à un fake plutôt bien réalisé. Pourtant, la série Cobra Kai est bel et bien réelle et est disponible sur Youtube Red depuis le 2 mai. Je vous donne donc mon avis mais je vous invite à lire mon article sur le premier film avant d'entamer la lecture de cet article. 


Cobra Kai se passe 34 ans après les événements du premier film. Alors que la trilogie avait pour personnage principal Daniel LaRusso (Ralph Macchio), Cobra Kai se concentre davantage sur l'antagoniste du premier film, Johnny Lawrence (William Zabka). On retrouve donc Daniel LaRusso, quinquagénaire, patron de sa propre concession automobile, il a une femme et deux enfants et vie dans les beaux quartiers. A contrario, on retrouve un Johnny Lawrence qui vit dans un taudis, qui se fait virer de son travail dès le premier épisode et qui a perdu de vue son propre fils. Un soir, alors que Johnny est en train de se saouler, il vient en aide au jeune Miguel, un petit nouveau du quartier qui se fait brutaliser par des jeunes de son lycée. Miguel est admiratif et veut que Johnny lui apprenne le karaté. Johnny y voit alors une occasion de redonner un sens à sa vie et ouvre son propre dojo pour y enseigner le karaté mais c’est sans compter Daniel qui voit d’un très mauvais œil l'enseignement de Johnny qui fut le même que John Kreese, l'ancien sensei de Johnny, enseignait. C'est ainsi que les vieilles animosités de l'époque refont surface — watch the trailer 

Au départ, je ne savais pas trop quoi penser de cette suite car, généralement, je suis loin d’être fan des suites qui se passe 30 ans après. Au fond, je ne sais pas si on a vraiment envie de voir nos héros, qui avaient 16-17 ans dans les films d’origine, trente ans après, en quinquagénaire, je trouve que ça peut briser le charme d’origine. J’avais peur que cette suite sous forme de série télévisée soit gênante et trahisse le film d'origine mais c'est tout le contraire. J’ai grandement apprécié que Cobra Kai reste dans la même ligné que les films, avec des scènes qui font hommage aux films mais également la présence de petits extraits du premier film qui rendent le tout extrêmement nostalgique. 

Alors que le premier film définissait un portrait très cliché de Johnny - le bad guy qui prend plaisir à brutaliser le petit nouveau - la série nous montre une autre facette du personnage avec un Johnny torturé à qui la gloire d’antan est depuis bien longtemps parti. Une scène un peu culottée dans la série m'a assez surprise, on y voit Johnny raconter à Miguel les événements du premier film en y faisait de Daniel l’antagoniste (un peu comme la théorie émise par un youtubeur - mais aussi par Barney dans How I Met Your Mother - comme quoi le vrai héros de The Karate Kid était Johnny Lawrence et que Daniel est le bully de l'histoire). Je dirais que dans Cobra Kai, Johnny est l’incarnation du anti-héros: il reste le jerk du premier film avec une attitude de bully mais il suscite une certaine forme d’empathie notamment quand on en découvre un peu plus sur sa vie quand il était enfant.

Cobrai Kai 2018


Quand à Daniel, c’était assez étrange de voir ce personnage adulte, j’avais peur que le personnage soit vraiment différent du film du fait qu’il soit ici un homme adulte, père de famille. Pourtant, j’ai retrouvé le Daniel des films un peu tête brûlée et qui tient énormément aux gens qu’il aime. Malgré l’absence du personnage de Mr. Miyagi, son interprète Pat Morita étant décédé en 2003, il n’a pas été oublié et de nombreuses références à ce personnage sont présentes dans la série - le troisième épisode est même dédié à l’acteur.

La série a toujours ce côté teen-movie avec la présence de la fille de Daniel, Samantha et les élèves de Johnny, dont Miguel, ainsi que le fils de Johnny, Robby mais je serais honnête en disant que ce ne sont pas ces personnages-là qui sont la force de cette série mais ils sont tout de même prometteurs. Tous les élèves de Johnny sont des adolescents victimes d'harcèlement et de cyber-harcèlement et qui, comme Daniel à l'époque, ont choisi d'apprendre le karaté comme moyen de défense, sauf que Johnny n'est pas Mr. Miyagi. L’évolution de certains personnages adolescents est donc assez dérangeante bien que nécessaire, vous comprendrez mon point de vue en regardant la série. 

La fin est très plaisante et fait évidemment penser à la fin du premier film sans pour autant que ça soit un copier-coller. Cette fin laissait présager une deuxième saison et on y aura droit étant donné que Youtube Red a renouvelé la série pour une seconde saison qui verra le jour courant 2019. Je pense que la série peut autant plaire à ceux qui ont adoré le premier film (car clairement, comme je vous le disais dans mon article sur The Karate Kid, seul le premier film vaut vraiment la peine d’être regardé) tout comme à ceux qui ne l’ont jamais regardé. C’est sur que vous apprécierez plus la série dans toute sa profondeur si vous l’avez vu mais le plaisir n’est pas gâché si ce n’est pas le cas. Au final, Cobra Kai m'a agréablement surprise et s'est révélée être une bonne série, très divertissante et il me tarde de voir ce que donnera la deuxième saison.


Avez-vous le film The Karate Kid (ou peut-être le remake de 2010 avec Jackie Chan et Jaden Smith) ?


© Le Rewind Club. Design by Fearne and edited by Jules.