Summer of 84, un mix entre Les Banlieusards et Les Goonies.

11 sept. 2018

Summer of 84
Ce ne sera une surprise pour personnes, les années 80 sont très en vogue depuis ces dernières années, certains en font une overdose et d'autres, comme moi, sont ravis que cette décennie soit sur le devant de la scène. Sorti début août 2018, Summer of 84 est un film réalisé par François Simard et Anouk Whissell, qui avaient également réalisé le film Turbo Kid que j'avais beaucoup apprécié. Summer of 84 se passe, comme le titre l'indique, pendant l'été de 1984 alors que Davey soupçonne que le policier qui habite à côté de chez lui soit en fait un présumé tueur en série, il convainc alors ses amis de l'aider à chercher des preuves.



On fonctionne toujours par 4

Comme dans les Goonies, dans Stand by Me ou encore dans Stranger Things, nous avons un groupe de 4 garçons qui vont s'embarquer dans une aventure ou plus précisément ici dans une enquête. Mais à contrario de leurs aînés des années 80, nos quatre personnages principaux sont loin d'être attachant, du fait qu'on en sache peu sur eux et sur leur famille et à part savoir qu'un des garçons a des parents qui s'engueulent tout le temps et qu'il le vit mal, c'est le néant total et je trouve ça dommage. Les garçons n'ont aucune dimension, ils n'ont aucune personnalité qui les caractérise et à part feuilleter des magazines de charme et parler de cul, on est dans le néant total les concernant et on est donc face à des gamins plutôt puérils à qui on ne s'attache pas vraiment. Pour vous dire, c'est à peine si je me souviens de leurs prénoms alors qu'au moment où j'écris cette critique, ça fait moins de 24h que j'ai visionné le film. J'ai trouvé dommage que les personnages manquaient de profondeur et qu'il n'y ait aucune réelle évolution entre le début et la fin, ce qui fait que pendant 1h45, on observe des personnages qu'on ne connait pas vraiment. Le jeu des jeunes acteurs est passable, mais rien de plus, pourtant, je sais que l'un d'entre eux, Cory Gruter-Andrew, a énormément de potentiel puisqu'il m'avait vraiment touché avec sa performance dans la saison 2 de Anne with an E où il interprète le rôle de Cole.

Les Goonies rencontre les Banlieusards

L'intrigue fait beaucoup pensé au film les Banlieusards de Joe Dante où une bande d'adultes suspectent les nouveaux arrivants du quartier d'avoir assassiné un de leurs voisins et décident alors de mener leur enquête. Summer of 84 reprend le même schéma avec le coté un peu comique au début pour avoir un coté plus angoissant à la fin. La bande de gamin, tous comme les adultes des Banlieusards, iront même jusqu’à fouiller dans la poubelle du suspect. Ils vont tous faire pour trouver des preuves, même là où il n'y en a pas. Tout au long du film, on se demande si la détermination de Davey, le leader du groupe, à voir en ce flic le suspect idéal sort juste d'une imagination trop débordante ou s'il a vraiment senti que quelque chose clochait avec ce personnage. Avec ce genre de scenario, on imagine seulement deux possibilités: soit le gosse à raison ou soit il a complètement tout faux et le tueur est quelqu'un qu'on est loin de soupçonner. Je vous laisse regarder le film pour le découvrir.

Summer of 84

Alors, on regarde ou pas ?

Je suis vraiment mitigé concernant ce film. Malgré les défauts du scénario et l’absence de personnalité chez les personnages, j'ai tout de même passé un bon moment, le film est, il est vrai, prévisible mais il n'en ai pas moins divertissant. Loin d'être un film mémorable, Summer of 84 surfe de manière correcte sur la nostalgie des années 80, la soundtrack est assez cool avec des sons qui sonnent très synthwave bien que ça reste assez synthétique (aucune émotion ne se dégage vraiment de la musique) et assez répétitif. Si le long-métrage vous tente, il ne faut pas s'attendre à un film digne de ses prédécesseurs mais ça se regarde et j’avouerai qu'un élément surprenant se glisse à la fin du film. 


2 commentaires

  1. Je te voyais parler de Summer of 84 sur Twitter et ca m'a vraiment intrigué. Je ne sais pas pourquoi mais je pensais qu'il s'agissait d'une série plutôt qu'un film, du coup une version télé-film aurait peut-être été une bonne idée afin de pouvoir creuser un peu plus dans les personnages et leur donner de la personnalité. J'ai l'impression qu'ils ont joué le cliché mais l'ont vraiment survolé. Avec 4 jeunes, le héros, le rebel, le "petit gros" et le binoclard puis la belle blonde et voilà. Néanmoins l'intrigue est intéressante surtout que la bande annonce met vraiment bien dans l'ambiance, au début c'est sympa, bon enfant mais vers la fin on a des petits moments de tension. Je me demande du coup s'il en est de même dans le film? En tout cas j'ai sursauté (quand une main attrape un des pieds même si c'est tellement prévisible avec la musique haha) et j'ai tiré la langue quand on coupe le tendon du héros, un petit air de Hostel de Tarantino? En tout cas tu as dû vraiment apprécier ce petit retour dans les années 80 et la musique est bien sûre on point! Elle me rappelle d'ailleurs certains sons que tu avais sorti ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, c'est sûr que les personnages sont de gros clichés mais même là, le cliché n'est pas vraiment exploité, c'est vraiment juste montré avec leur style vestimentaire x) C'est sûr que la bande-annonce donne vraiment envie de voir le film et ça retranscrit vraiment l'ambiance du film ;) Oui, j'ai passé un bon moment devant, ce n'est pas le film de l'année mais ça se regarde. La musique, j'aimais beaucoup au début mais c'est vrai qu'elle est assez répétitive, j'avais l'impression que c'était le même morceau du début à la fin... D'ailleurs, j'aimerai en faire plus de sons synthwave :D

      Bises ma belle <3

      Supprimer

© Le Rewind Club – La (pop) culture d'hier et d'aujourd'hui. Design by Fearne and edited by Jules.