Old Boys, une relecture convenue, mais sympathique de Cyrano de Bergerac.

Old Boys 2018
Cela fait quelques années que les relectures modernes de la pièce d'Edmond Rostand sont présentes dans l'univers du teen drama (notamment sur Netflix avec Sierra Burgess is a Loser en 2018 et The Half of It en 2020). Old Boys, réalisé en 2018 par Toby MacDonald, suit Martin Amberson (Alex Lawther), un bousier anglais dans un pensionnat pour garçons, qui va aider le très populaire Henry Winchester (Jonah Hauer-King) à séduire Agnès (Pauline Etienne), la fille de leur nouveau professeur de français. 

En étant une relecture libre et moderne de Cyrano de Bergerac, il est vrai que le long-métrage souffre d'un manque d'originalité dans son intrigue. On y retrouve un Alex Lawther dans un type de rôle qui lui est (trop?) familier, celui de l'outsider. Il est bon, comme à son habitude, mais c'est un rôle où il ne se démarque pas tellement de ses anciens personnages (je pense notamment à son personnage de Eliott dans Departure). On retrouve également Pauline Etienne, que j'avais trouvé remarquable dans le film Tokyo Fiancée, sorti en 2014. L'actrice belge y incarne une jeune française créative et intelligente, embarquée de force par son père en Angleterre.

Amberson est donc l'outsider de l'internat, le souffre-douleur qui cherche à être accepté par ses pairs. C'est un garçon vulnérable et sensible. Quant à Winchester, il incarne la figure de l'élève sportif et populaire, mais heureusement, on évite le cliché ultime de l'athlète méchant et méprisant. Quand bien même, les personnages, bien qu'attachants au premier abord, restent assez stéréotypés et lisses et manquent de profondeur.

Old Boys 2018



Au départ, Amberson va donc jouer les entremetteurs et c'est avec son coté sensible et poète qu'il va aider Winchester à conquérir Agnès. Les échanges se font sous forme de montages vidéos VHS, de lettres, mais aussi de collages, c'est qui change des versions plus moderne avec les appels téléphoniques et les SMS. Le maillon faible dans l'histoire, c'est que les efforts d'Amberson semblent sans réelle importance puisque Winchester est vraisemblablement seulement intéressé par Agnès, car elle s'intéresse à lui. On nous sert donc une espèce de triangle amoureux qui n'en est pas vraiment un puisque la relation entre Winchester et Agnès, mais aussi celle entre Amberson et Agnès, n'est pas assez aboutie. De plus, malgré que Lawther et Hauer-King incarnent un bon duo à l'écran, l'amitié bourgeonnante de leurs personnages n'est, elle aussi, pas assez exploitée.  

Agnes is creative, and thoughtful and intelligent. This is about proving to her that you deserve her, that you're not just a Labrador in trousers.❞ - Amberson

Le film arrive tout de même a se démarquer par son contexte et son environnement. En effet, l'intrigue se passe en campagne anglaise dans les années 80, ce qui dénote d'ailleurs avec les scènes se passant dans l'internat. En effet, avec l'établissement et les uniformes, cela donne parfois l'impression que l'intrigue se passe bien avant les années 80. La B.O. est plutôt réussie et est aussi composée de chansons françaises (Téléphone bien évidemment), ce qui est toujours agréable à entendre.

Bien que sans surprise, OLD BOYS reste rafraîchissant et subtilement drôle. Cependant, le film reste peut-être trop court et manque d'approfondissement dans ses personnages et les relations qu'ils entretiennent. Au final, le long-métrage délivre le nécessaire, ce qui en fait un film sympathique, mais facilement oubliable.




Publier un commentaire

© Le Rewind Club – La (pop) culture d'hier et d'aujourd'hui. Design by Fearne and edited by Jules.